samedi 28 mars 2015

Station d'épuration


Je n'ai rien de particulier à dire ce soir ; c'est que je n'en pouvais plus, ouvrant le blog, de contempler ces faces de traîtres hilares, les cloportes Duclos et Thorez. Je ne sais pas quel est ce village que j'ai choisi ; c'est sans importance : il ressemble à tous les villages français que les gens de mon âge ont connus, quand ils partaient en vacances d'été dans la 4 CV de papa. Quand arrivait l'heure du déjeuner, du seul restaurant qu'on s'offrait dans l'année, ma mère…

Non, on va en rester là pour ce soir, cette histoire nous entraînerait trop loin. Il fallait juste se débarrasser de la vermine.

18 commentaires:

  1. C'est chouette, cette place de village remontant d'un petit passé.
    Le magicien que vous êtes lui a redonné vie juste à temps : demain, elle va s'animer pour le second tour des élections puis pour le rituel de l'apéro ...


    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. À moins qu'ils aient réglé l'affaire dès le premier tour ?

      Supprimer
  2. C'est Orbais-l'Abbaye. Je sens que vous vous faites du mal pour rien... Un rien maso à ce que je vois...

    RépondreSupprimer
  3. C'était bien la 4cv . Solide (sauf le sol, ..) mais petit. L'aronde ou la 203 etaient plus grandes mais peu fiables selon mes souvenirs d'enfant.
    C'est bien d'avoir une lecture sélective....

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Solide, la 4 CV ? Ce n'est pas le souvenir que j'en ai ! Un jour de 1962 (je crois), mon frère cadet et moi sur la banquette arrière, ma mère s'est offert deux tonneaux avec la nôtre : je puis vous dire qu'elle était en miettes, à l'issue de de cette plaisanterie. Et, nous trois, pas une égratignure.

      Après, on est passé chez Panhard, une PL 17.

      Supprimer
    2. Elle fonctionnait moins bien, après ?

      Supprimer
    3. Ah la Panhard ! Mon père, grand fan, en a eu quatre. Elle était si sympathique avec ses formes arrondies. Et on pouvait mettre quatre enfants bien serrés à l'arrière... La R16 qui a succédé à la Panhard no-4 était beaucoup moins excitante

      Supprimer
  4. Réponses
    1. Nous, on a arrosé la nouvelle télé arrivée dans la journée ; vous, je ne sais pas…

      Supprimer
  5. Les départs en vacances dans la 4 CV vous marquent pour la vie... Il y eut ensuite la Dauphine, la R8... L'échelle était haute mais on grimpait !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Après la PL 17 (voir plus haut), ce fut carrément la grosse Opel : on y était beaucoup mieux que dans la 4 CV.

      Supprimer
  6. Orbais-l'Abbaye, département de la Marne.
    Le dimanche 7 juillet 2013 s'y tenait une brocante.

    Sinon, quand même, il faut rappeler que la France de Duclos et de Thorez, de De Gaulle, c'est une France couchée qui doit son salut en partie aux soviétiques. L'entente entre le Général et les communistes dans l'immédiat après-guerre ne se comprend que de cette façon, de même que la mansuétude dudit Général envers les traîtres.
    Reconnaissons que dans cette fenêtre de tir historique à cheval sur les années 50, où le libéralisme était un peu à genoux,où le patronat français avait à cacher sa collaboration active et se faire beaucoup pardonner, nous devons aux communistes quelques avancées notables comme celle du trop oublié Ambroise Croizat, ministre du travail du Général, et fondateur de notre sécurité sociale actuelle.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Dans la mesure où je suis né dans la Marne (Châlons), mon choix était bon !

      Supprimer
    2. ah chalon..., je suis allé draguer les gonzesses là bas avec une P60 de 1959....Mourmelon était à côté

      Stanislas

      Supprimer
  7. Un village qui doit faire partie d'une communauté de communes, bénéficiant d'un contrat de pays, adhérent d'un syndicat intercommunal, mais où, je suis prêt à le parier, il n'y a plus d'école, de poste ni de curé.

    RépondreSupprimer
  8. Pour ne plus avoir à contempler ces "faces de traîtres", vous auriez pu "rebondir" sur le crash de l'A 320 en écrivant quelque chose comme : A petites causes grands effets. C'est finalement parce que le commandant de bord n'a pas eu le temps de passer par la case toilettes, au départ de Barcelone, qu'il y a eu 150 morts dans les Alpes françaises.
    C'est vrai que d'aucuns vous auraient taxé d'abjection, mais cela aurait tout de même eu l'avantage de ne pas stigmatiser un malade mental.

    RépondreSupprimer
  9. Au sujet des vilains cocos qui précèdent, je ne peux qu'approuver le mot "crapulerie". Moins d'aéccord avec "balle dans la nuque" et "déchets".

    RépondreSupprimer

Les commentaires anonymes seront systématiquement supprimés, quel que puisse être leur contenu, voire leur intérêt.