lundi 2 mars 2015

Qu'il n'y a pas d'islamo-fascisme



Depuis soixante-dix ans, lorsque surgit un phénomène qui les défrise, ébranle leurs certitudes, dérange leur confort idéologique à poutres apparentes et parquets peints, les consciences de gauche s'empressent de l'enfouir dans le bahut ventru qui trône au milieu de leur salon, sur lequel est inscrit en grosse lettres brunes le mot fascisme. Ce régime politique étant mort sans chance de retour, ils avouent par là, par ce rejet vers un passé qui les sécurise dans la mesure où il ne risque plus de bouger, leur refus de comprendre quoi que ce soit aux nouvelles menaces qui se profilent : ils se montrent pour ce qu'ils sont, de parfaits réactionnaires

Et puis, bon sang, pourquoi aller forger à tout bout de champ des néologismes aussi mal conformés, désagréables à l'oreille et à l'esprit ? Les barbares ne leur suffisent donc pas, qu'il leur faille en plus les barbarismes ? Pourquoi donc tirer du néant lexical cet islamo-fascisme et ces islamo-fascistes, quand on dispose déjà de deux mots polis par les siècles et compréhensibles par tous : islam et musulmans ?

68 commentaires:

  1. Si je ne m'abuse, il y a écrit "La illaha illa allah" sur le drapeau de ce musulman islamiste?

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est son drapeau, il écrit ce qu'il veut dessus.

      Supprimer
  2. Vous savez bien que "musulmans", ça ne veut rien dire; il y a plein de musulmans qui ne sont pas plus musulmans que de chrétiens qui ne sont pas chrétiens ou de juifs qui ne sont pas juifs .

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Bien sûr, bien sûr ! Comme on trouvera toujours des musulmans pacifiques (encore heureux !), du coup le mot ne signifie plus rien. De même que nos grands-parents étaient foutrement stupides de dire : les Allemands ceci, les Allemands cela, puisqu'il existait des Allemands anti-nazis, y compris parmi ceux qui avaient envahis la France. Je vous parle d'un temps où on avait droit aux amalgames…

      Supprimer
    2. @ Didier Goux
      Nos grands-parents parlaient - et Wikipedia le confirme - des Boches qui étaient les habitants de la Bochie.

      Supprimer
  3. Il y a aussi un autre mot: l'islamo-gauchisme
    Je vous renvoie à l'article dans Causeur évoquant une conférence donnée par Ramadan et Plenel devant un auditoire 100% muzz en extase.

    RépondreSupprimer
  4. Continuez comme cela et c'est une fatwa qui vous pend au nez. le plus rigolo, c'est qu elle pourrait bienvenir de non-muzz, cette fatwa...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui ! Je vais voir le camarade GdC débarquer au Plessis avec son cure-dent à pointe renforcée.

      Supprimer
  5. Parce qu'il y a encore le fameux mythe de l'islam modéré...

    RépondreSupprimer
  6. Vil réac ! Pasdamalgame et tout ça. J'ai un tas de potes musulmans qui ne feraient pas de mal à une mouche et qui s'enfoncent dans le progressisme.

    Le syl truc qu'il me semble dommage d'oublier est que "islamiste" doit être prcisé par "fasciste" pour être compris par les imbéciles.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Même réponse qu'à Élie Arié : tout le monde connaît "des tas" (ce qui est faux, déjà) de musulmans qui "ne feraient pas de mal à une mouche". Et ça prouve quoi ?

      D'autant que, il faudrait voir ce qu'ils feront le jour où des tarés sanguinaires viendront les enrôler plus ou moins de force et sous les menaces les plus précises en cas de non obéissance…

      Supprimer
    2. Communislamisme serait nettement plus juste. Comme je l'ai dit ailleurs, cette frénésie iconoclaste qui les pousse à brûler des instruments de musique, des livres anciens, à briser des statues, est bien plus proche du zèle déployé par les Gardes Rouges de feu Mao Tsé Toung, des khmers rouges chantés par Le Mond en 1975. Eux mirent leur énergie à détruire tout ce qui n'avait pas l'heur d'être dans la ligne officielle. Les fascistes et autres nazis s'ils brûlèrent bien quelques bouquins, ne détruisirent pas d'oeuvres d'art, bien au contraire, leur avidité les poussa à piller les musées et collections privées pour les amasser en collections particulières.

      Supprimer
    3. Il n'en demeure pas moins que ces gens de Daech, qui décapitent et crucifient à tour de bras tout ce qui n'est pas sunnite, et même aussi quelques sunnites, n'ont fait, à ce jour, pour autant qu'on le sache, aucun mal à aucune mouche .

      Supprimer
    4. Pirouette.

      Supprimer
    5. Moi je connais des tas de nazis qui ne feraient pas de mal à une mouche...

      Supprimer
    6. @ Koltchak
      D'accord avec vous pour ce qui concerne les Gardes Rouges et les Khmers de la même couleur. En revanche, sauf erreur de ma part, il me semble que les communistes soviétiques, s'ils ont vidé églises et monastères, ne les ont pas détruits.
      Geneviève

      Supprimer
    7. Exception faite de la cathédrale Pierre et Paul qui a été dynamitée sur ordre de Staline, mais qui a été reconstruite par la Russie post-soviétique, qui a d'ailleurs restitué à l'Eglise orthodoxe ce qui lui avait été volé par l'Etat. Chose que nos bons républicains ne sont pas résolus à faire. Ce qui en dit long sur le terreau idéologique commun entre républiques, qu'elles soient soviétiques, populaires, une-indivisible et sociale. Nos intéressés feront la fine bouche, alors que Lénine lui ne s'embarrassait pas de pudeurs, il reconnaissait prendre son inspiration auprès des bouchers de 1789.

      Sinon, pour les atrocités commises par les bolchos, je vous conseille la lecture du "Cimetière des innocents" d'Alexandre Yakovlev. Les raffinements dans le massacre n'ont rien à envier à ceux commis par les ordures à la cocarde, si ce n'est par l'apport de la technologie.

      Dans le fond, nous avons eu droit à nos daesheux, ils s'appelaient "républicains", mais les massacres de Vendée ont préfiguré, notamment aux Lucs sur Boulogne, celui d'Oradour sur Glane, à la fois en atrocité et en intensité. Les amis du peuple se sont même amusés à brûler vifs femmes et enfants : "le 24 mars 1794, à Montournais, aux Epesses et dans plusieurs autres lieux, le général Amey fait allumer les fours à pain et lorsqu’ils sont bien chauffés, il y jette les femmes et les enfants. Nous lui avons fait des représentations ; il nous a répondu que c’était ainsi que la République voulait faire cuire son pain." Ils ont essayé d'utiliser des gazs, mais la technologie nécessaire à la concentration pour les rendre mortels n'existait pas. Que n'auraient-ils pas fait si elle avait existé. En fait, la république française a inspiré les bolcheviques et les nazis. Bel héritage laissé à l'humanité. Auquel on peut ajouter la spoliation érigée en système et l'affairisme, et ce dès sa naissance.

      Je gage que lorsqu'ils parlent des valeurs de la république, ils évitent de penser à ça.

      Supprimer
    8. Il y a bien eu la cathédrale Pierre et Paul qui a été dynamitée sur ordre de Staline. Elle a été reconstruite par la Russie post-soviétique, qui au passage a rendu à l'Eglise orthodoxe tout ce que l'Etat soviétique lui avait volé. Notre bonne république a toujours été très forte pour spolier l'Eglise et ne rendra rien. Mais les Russes sont des méchants à ce qu'elle dit.

      Supprimer
  7. Avez-vous oublié notre vieux "mahométan"?
    Et mieux: "infidèles".

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Bonne idée : relançons la vogue du mahométan !

      Supprimer
    2. Vous allez rire, Didier, mais une femme dont j'étais très amoureux m'avait séduit, en partie, en parlant des "Mahométans".

      Supprimer
  8. Voilà ce que je retiens pour vous, de ma lecture nocturne de "La noblesse de l'esprit". Rob Riemen écrit : "... le 20 août 1672, les frères Johan et Cornelis de Witt, dirigeants de la république des Provinces-Unies des Pays-Bas, sont assassinés dans le palais de Binnenhof à La Haye par les orangistes, entraînés par les prédicateurs calvinistes, pendus par les pieds, puis découpés en morceaux qui sont vendus en souvenir de l'événement. Spinoza, qui admirait beaucoup Johan de Witt, et avait bien conscience qu'il devait sa relative liberté politique à l'existence de la république, en fut accablé. Bien qu'il se laissât rarement porter par ses émotions, il résolut, en tant qu'habitant de La Haye, de se rendre sur les lieux du massacre pour y afficher un placard contenant simplement ces deux mots : ULTIMI BARBARORUM ".

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. J'ai eu peur ! Pendant un quart de seconde, j'ai vraiment cru que Spinoza allait nous brandir une pancarte avec les mots Johannus sum !

      Supprimer
    2. Finalement, Spinoza n'est pas allé afficher son placard, ses amis, craignant pour sa vie, l'en ayant dissuadé.

      Supprimer
  9. “…les consciences de gauche ...ils se montrent pour ce qu'ils sont, de parfaits réactionnaires. ”

    Je proteste ! Si maintenant les progressifs sont réactionnaires… Eh ho ho ho ! : les réac c'est nous, enfin crotte quoi ! Nous qui ne sommes pas des Degauche, pas eux ; alors hein ! Pas de Bas d'gamme s'il vous plait !

    RépondreSupprimer
  10. Vous m'avez fait éclater de rire de bon matin ! Merci !
    Caroline

    RépondreSupprimer
  11. Lors de la guerre civile d'Algérie, les islamistes n'ont pas entraîné les musulmans modérés. Pourquoi cela se passerait-il différemment en France, alors qu'il faut y ajouter le poids immense des Français non musulmans. Je vous trouve bizarre, vous, les Français, vous pouvez exterminer les musulmans de France en quelques jours et on a l'impression, à lire les réacs, que ce sont eux qui vous menacent.
    Votre petit peuple ne fera très probablement suivre les Allemands qui vont exterminer tous les Européens de couleur. Pourquoi personne ne s'inquiète du racisme allemand?
    Didier Bous (jard)

    RépondreSupprimer
  12. Et remettons à l'honneur la prière mahométane et sa position si enviée des proctologues!

    RépondreSupprimer
  13. Mais que peut bien en penser un enfant de douze ans ? Est-il modéré cet enfant ?
    Écoutons voir, comme ils disent à France Inter :

    http://www.franceinter.fr/emission-un-temps-de-pauchon-je-n-etais-pas-d-accord

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Le petit texte qui conclut cette bouse est admirable ! Un concentré de non-sens modernœud. Je le copie ici, pour l'hilarité de chacun :

      Une soixantaine de groupes belges et français, des groupes du Sénégal et du Brésil composent le Réseau Capacitation Citoyenne. Il rassemble des collectifs de tout horizon : espace de formation ou association, économie solidaire ou espace de concertation initiés par l’action publique, et d’autres formes d’action collective qui visent à agir sur les conditions de vie. La démarche regroupe un panel d’expériences qui tient sa cohérence de la diversité, de la spécificité et de l’originalité des pratiques collectives. La capacitation citoyenne, c’est comprendre les raisons de sa situation et pouvoir mieux agir avec d’autres citoyens pour leur offrir des outils d’échange à des initiatives citoyennes ayant des moyens modestes.

      Supprimer
    2. "Capacitation", ça sonne très créole. Ca me rappelle le slogan des syndicalistes antillais "kont' pwofitation". Le gauchiste aime visiblement se démarquer de son origine désespérément blanche, qui est certainement son pire malheur. Jean Yanne avait chanté le Blues du pauvre blanc, désespéré de ne pas avoir le rythme dans la peau (Desproges avait ajouté "la peau sur les os et les os dans le nez").

      Supprimer
    3. C'est assez abscons il faut bien le dire. On y fait un usage abusif du mot "citoyen" et je doute que la diversité s'y retrouve.
      Quant au message audio, il démontre s'il le fallait que l'EN a du pain sur la planche.

      Supprimer
    4. Koltchak... vous oubliez Nino Ferrer : « Je voudrais être Noir ».

      Supprimer
    5. " La démarche regroupe un panel d’expériences qui tient sa cohérence de la diversité, de la spécificité et de l’originalité des pratiques collectives."

      Comme je le dis souvent, l'addition de mots n'a jamais fait une phrase...

      Supprimer
  14. Le fascisme est une idéologie, l'Islam est une religion. Que tous deux adoptent des méthodes violentes ne les rend pas assimilables pour autant. D'une part, le fascisme est mort alors que l'Islam est, lui bien vivant. D'autre part, les extrémistes l'emportent souvent sur les modérés: les premiers utilisent la violence, la modération des seconds les en écarte.
    Enfin, chacun connaît des musulmans paisibles mais pas de djihadistes. Ce n'est pas un argument. Qui irait fréquenter un djihadiste?

    RépondreSupprimer
  15. Votre chronique me soulage car si l'homme en noir de la photo a inscrit "La illaha illalah" sur son drapeau, j'ai le malheur d'avoir utilisé la même formule à la page 75 du premier livre de mon Capital. Je n'ai échappé à la police de la pensée que parce qu'elle ne lit pas. Il reste qu'à tout prendre, quand elle se mettra à lire, j'aimerais plutôt qu'elle s'inspire de Michel Desgranges et note "mahométan" sur ma fiche...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. @ Didier Goux
      Parrain, j'aime bien cette élite-ci mais l'autre me sort par les trous de nez !

      Supprimer
  16. On s'interrogera avec profit sur les créateurs et promoteurs de cet attelage de mots, parfaitement barbare comme peut l'être notre époque.

    En attendant, à cause ou grâce à Michel Desgranges, je me suis mis à consulter le bon Émile Littré pour y découvrir, ô miracle, le terme oublié de "mahométisme".

    « Religion caractérisée essentiellement par un sévère monothéisme, ou croyance à un Dieu unique et créateur de toutes choses, avec Mahomet pour prophète et le coran pour livre. C'est un préjugé répandu parmi nous que le mahométisme n'a fait de si grands progrès que parce qu'il favorise les inclinations voluptueuses, Volt. Mœurs, 7. Le mahométisme est divisé en plus de soixante et dix sectes, Dider. Opin. des anc. philosos. (Sarrasins). L'étendue immense des contrées abruties par le mahométisme le lui faisait regarder (à l'abbé de St-Pierre) comme un des plus grands fléaux de l'espèce humaine, d'Alemb. Elog. de l'abbé de St-P. »

    À l'heure où le mahométisme sévit à nos portes, nous n'aurons plus jamais l'occasion de goûter aux charmes de l'Arabie heureuse, comme le fit autrefois Henry de Monfreid.

    RépondreSupprimer
  17. Comme je ne connaissais pas le mot "capacitation" (honte à moi...) je suis allée voir chez Wiki et j'ai bien rigolé en lisant la première définition :
    Processus de maturation physiologique de la membrane des spermatozoïdes nécessaire pour la réaction acrosomique;
    Prise en charge de l’individu par lui-même, de sa destinée économique, professionnelle, familiale et sociale, ou processus qui la permet.
    Geneviève

    RépondreSupprimer
  18. Ai nom de Dieu, le clément, le miséricordieux.
    Il est vrai que le mouloud du coin qui te tape dans le dos peut être ton camarade, demain il t'egorgera avec la même amitié que lorsqu'il descendait des pintes de bière car il devra démontrer que malgré toutes ces années de décadence, il restait un bon musulman.

    RépondreSupprimer
  19. Voilà qui me rappelle les discussions que nous avons eues à propos de l'orthographe du mot burqa. burka.burqua.
    L'intégrisme religieux a-t-il quelque chose à voir avec le fascisme ?

    Islamo fascisme, nazislamisme, j'ai du à tort employer ces termes. Je crois que je vais m'en tenir maintenant à "islamistes", "intégristes", ou "terroristes".

    On n'y arrivera pas avec un seul mot. Oui mais les néologismes sont bricolés, laids, inappropriés.
    Musulmans, les Boko Haram, les Daech, frères pois chiche ? Indubitablement, mais enfin, ce n'est pas très précis comme dénomination. Comme il y a les Papoux à Poux et les Papoux pas à poux, et les Papous papas à poux ou pas à poux, sans compter les Papoux pas papas, bref...

    Ma classification est assez simple, et je parle d'où je suis, en France, en l'an 2015:

    - les musulmans non nocifs (que d'autres appellent "modérés") qui ne revendiquent aucun privilège au nom de leur religion. Parmi eux, des intellectuels, des réformistes, des personnes sincères et intéressantes.

    - les islamistes ou islamisto compatibles, qui chez nous s'organisent en associations communautaristes, pratiquent l'entrisme, fustigent la civilisation occidentale, la mixité et la décadence des mœurs et espèrent (ouvertement ou à mots couverts) instaurer un jour la charia le plus légalement du monde. Ils ont le soutien d'une gauche paumée, sur fond d'antisémitisme et de reliquat d'anticolonialisme. Eux et leurs soutiens qui embrassent la même idéologie sont bien représentés dans les médias, sur le Net et dans l'Education Nationale. Curieusement, ils claironnent un peu moins et se réfugient dans le sarcasme victimaire depuis la fusillade qu'on sait.

    - les terroristes , qui ont été formatés pour tuer par des intégristes dingues.

    Certains, évidemment, faisant le lit des autres...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Pas du tout d'accord avec vous, mais il faudrait un peu de temps pour vous répondre correctement. Or, là, j'ai 6000 signes à écrire sur Sophie Davant, ce qui, excusez-moi, est autrement plus important que l'effondrement de l'Occident chrétien !

      Supprimer
    2. ha ha ha !

      Tant qu'on pourra distinguer, discriminer même, on ne se retrouvera pas face à un "ennemi" constitué d'une grosse masse indifférenciée de musulmans ressentis comme des étrangers.
      Il y a des musulmans français qui ne veulent pas être "l'ennemi". Il faut lutter contre l'islamisme, et donc contre les islamistes et leurs soutiens. Je me dis avec tristesse, qu'un jour il faudra peut-être se battre pour de vrai.

      Supprimer
    3. Bon, reprenons : qu'est-ce qu'on n'en a à faire qu'il y ait des musulmans "modérés", pacifiques et doux comme des agneaux (l'agneau proteste vivement à propos de la douceur des musulmans, me signale-t-on…) ? Quelle importance doit-on accorder au fait que l'épicier de Pacy-sur-Eure est un homme doux et charmant, ou que les trois ivrognes musulmans que fréquente Nicolas sont hors d'état de djihader qui que ce soit ? Et d'abord, je connais mon épicier, certes, mais je ne sais rien de son fils, ni de son cousin, ni de ses neveux, etc.

      Je ne sais pas non plus quel parti il prendra le jour où, comme vous le dites, il faudra se battre "pour de vrai". Plus exactement, je crois le deviner, pour peu que les musulmans "non modérés" exercent un judicieux chantage sur lui, concernant son fils, son cousin, son neveu, etc. Voire sur sa propre vie, comme les joyeux drilles du FLN le faisaient voilà quelque temps. Or, à l'époque, les musulmans de France étaient tout aussi "modérés", en principe, que ceux d'aujourd'hui, seulement, ils étaient 20 à 30 fois moins nombreux.

      Si, déjà, ces introuvables pacifistes s'étaient précipités en masse aux pitreries charliennes du mois dernier, on aurait pu leur accorder quelque crédit : mais on n'en a pas vu la queue d'un. Et c'est toujours la même chose, à chaque nouvelle démonstration de guerre qui nous est infligée au nom de l'islam, clairement et explicitement au nom de l'islam : la seule chose que regrettent alors les "modérés" et les "pacifistes", ce n'est pas les actes commis, c'est qu'on pourrait les regarder dans la rue avec un peu moins de mansuétude.

      Ceux que vous appelez les "islamistes" sont très minoritaires ? Sans doute. Les gens du NKVD et de la Gestapo l'étaient également. Mais il n'y a pas besoin d'être majoritaires pour faire régner la terreur et imposer sa loi, surtout face à un troupeau de Charlie tremblotants.

      Supprimer
    4. Bien dit ! Une dame pied-noir m'a raconté, qu'un matin, son mari a été tué à bout portant par un jeune homme que tous les jours il emmenait en voiture à son travail. Sauf que ce jour-là il l'a tué. Et elle ajoutait : "Je ne peux même pas lui en vouloir parce que je sais qu'on l'a obligé à le faire."
      D'autre part, j'aimerais bien savoir qui Suzanne voit qui serait prêt "à se battre pour de vrai" ?

      Supprimer
    5. Enfin, bon sang, pourquoi ne pas reconnaître qu'il a suffi de trois musulmans ( quatre avec Mérah) pour foutre le bordel; alors, une centaine, même sur 4 à 6 millions qui ne feront jamais rien...

      Supprimer
    6. Suzanne, les Yazidis ont vécu dans leurs villages avec des musulmans modérés. Ils sont allés à l'école avec eux, ils ont été collègues de travail, etc. Leurs enfants jouaient ensemble. Cette cohabitation remonte à la nuit des temps. Ils n'empêche que lorsque les barbus du califat sont arrivés, ils ont prêté main forte quand il s'est agit de passer au massacre des hommes, à la réduction des femmes et filles en esclavage. Il y a une foule d'articles dans la presse étrangère où on trouve des récits de cela, où on peut lire le choc que cela a été pour les membres de cette paisible communauté d'infidèles en terre d'islam.

      La vérité, c'est que l'islam et les musulmans modérés, ça n'existe tout simplement pas. Ce sont juste des musulmans qui ne sont pas en position d'imposer leurs vues et qui attendent le moment où ils le pourront. Même les paisibles soufis dont on nous rebat les oreilles pour montrer qu'il y a un islam de paix, ont eux aussi commis de belles saloperies bien sanglantes.

      Supprimer
    7. N'en est-il pas de même dans toutes les religions ? A-t-on vu beaucoup de catholiques "modérés" s"opposer en masse à la Saint-Barthélémy ou aux massacres des cathares, beaucoup de protestants "modérés" s'opposer en masse aux massacres de catholiques par les protestants "intégristes", etc.? Ce n'est qu'une question d'époque, et la nôtre est celle ou l'islam intégriste prend son pied...comme d'autres intégrismes l'ont fait avant lui.

      Supprimer
    8. Vous espérez que les musulmans de France vont démigrer, ou remigrer, bref partir vers la terre de leurs ancêtres, comme les Français algériens du siècle dernier.
      Je n'y crois pas.

      Supprimer
    9. Élie Arié : Sans doute, et alors ? Qui, à part les historiens, se soucie de la Saint-Barthélémy ?

      Suzanne : j'y crois d'autant moins que rien n'est fait pour les y inciter, comme l'ont été les Français d'Algérie.

      Supprimer
    10. A ceci près Elie que les catholiques qui ont perpétré la St-Barthélémy l'ont fait pour des raisons d'Etat, en allant à l'encontre des préceptes du catholicisme, alors que les musulmans "modérés" ne font que suivre ce qui est écrit dans leur livre. Si vous ne voyez pas la différence entre le Nouveau Testament et le Coran, je n'y peux rien.

      Supprimer
    11. Il y a deux thèses qui s'affrontent : soit on considère que l'islam est intrinsèquement mauvais, et qu'il finit toujours par pervertir ceux qui le suivent, soit on considère que toutes les religions ont leur lots de monstres qui commettent leurs crimes au nom de leur interprétation perverse.
      Je suis plutôt partisan de la seconde thèse à moins que l'on démontre que dans l'histoire, les peuples qui ont suivi l'islam ont plus tués que les autres.
      Evidemment, l'actualité nous porte à nous méfier de l'islam, c'est naturel, mais il ne faut pas se tromper de cible, le danger ce sont les hommes, pas la religion.

      Supprimer
    12. Et le massacre total des hindous d'Afghanistan ? Les 80 millions d'hindous massacrés en Inde entre l'an mille et 1525 ? Ca compte ? Pour mémoire, les sultans Bahmanis avaient planifiés un rythme annuel de 100.000 hindous tués par an et s'y sont tenus jusqu'à ce que Timour Lang arrive et en trucide 100.000 en une seule journée. Mais je suppose que cépaçalislam, padamalgam étoussa.

      Supprimer
    13. @ Koltchak91120

      Vous savez très bien qu'on peut toujours, à son gré, faire une lecture sanglante ou pacifique de l' Ancien Testament ( génocide des Cananéens), du Nouveau Testament ( " Ne croyez pas que je sois venu apporter la paix sur la terre; je ne suis pas venu apporter la paix, mais l’épée. Car je suis venu mettre la division entre l’homme et son père, entre la fille et sa mère, entre la belle-fille et sa belle-mère, et l’homme aura pour ennemis les gens de sa maison" Matthieu, 10, 34 à 36 )
      et du Coran .

      Supprimer
    14. "Evidemment, l'actualité nous porte à nous méfier de l'islam, c'est naturel, mais il ne faut pas se tromper de cible, le danger ce sont les hommes, pas la religion."

      Il semblerait que dans le cas de l'Islam se soit moins vrai...

      Supprimer
    15. Citation habituelle du Nouveau Testament régulièrement faite par des gens qui ne connaissent pas le christianisme, celle-ci explique que l'adhésion au christianisme va diviser les tenants de l'ancienne loi et ceux qui embrassent la foi du Christ. La croix, tout comme l’épée, sépare. La croix, tout comme l’épée, expose. La croix, tout comme l’épée, tue. La croix, tout comme l’épée de l’Esprit (Éphésiens 6.17), fait vivre puisqu’elle nous libère de l’emprise du péché. Cette épée désigne la croix. Jésus est venu apporter la croix sur la terre afin de réconcilier tous les hommes avec Dieu. Paul écrit en Colossiens 1.20 que Jésus a fait la paix par le sang de sa croix. Le moyen employé pour établir la paix entre le genre humain et Dieu a été le sang de Jésus versé à la croix. C’était la seule façon de régler la question du péché à l’entière satisfaction de Dieu. Étant purifiés de nos péchés, nous pouvons maintenant nous réjouir de l’espérance qui est placée devant nous.

      Mais lorsque le Coran explique que le fidèle ne doit aps prendre Juifs et Chrétiens comme amis faute de se voir assimilé à eux et être rejeté lorsqu'il se présentera devant son créateur, et que le mieux consiste à les trucider s'ils ne se convertissent, il me paraît difficile de se livrer à une autre interprétation du texte.

      Supprimer
  20. Sarrazin c ' est bien : ça pousse n ' importe ou de bien rocailleux , ça se reproduit comme la
    vérole , ça a un léger gout âpre / amer qui n ' arrive pas à la cheville du vrai blé .
    Mais il est vrai qu ' en Bretagne hors la ville , nous sommes relativement épargnés !

    Jérôme

    RépondreSupprimer
  21. Sur ce site, on progresse on en est à vouloir tuer tous les musulmans, bon ceux-ci n'ont guère de souci à se faire, étant donné la pusillanimité et l'âgede leurs adversaires.

    Louis Pons

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Qui a parlé de tuer, à part vous ? Et si le meurtre vous fait horreur à ce point, pourquoi ne pas aller prêcher la bonne parole à vos amis musulmans, plutôt que de perdre votre temps ici ?

      Supprimer
  22. Voilà ce que je retiens de ma lecture nocturne pour vous : "Durant l'été 1922, Walter Rathenau, ministre juif des Affaires étrangères de la République de Weimar est assassiné par l'extrême droite..."
    Le 13 octobre 1922 dans la Beethoven-Saal de Berlin, Thomas Mann prononce un discours intitulé : "De la république allemande" :
    "Une guerre telle que Tolstoï la décrit dans son grand roman, avec une dimension poético-mystique, cela n'existe plus, soutient-il à son public. La guerre est désormais une orgie de sang, elle n'est que ravages et vilenie. Quiconque aspire à cet héroïsme-là n'est qu'un don Quichotte obscurantiste. Et contre cet obscurantisme-là il faut se battre, car sous le masque de la "fidélité à l'Allemagne" se cache la violence brute..."

    RépondreSupprimer
  23. Ah ben je n'étais pas abonné aux commentaires, ici. Coup de bol.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Qu'est-ce que vous leur reprochez, à ces commentaires (à part d'être nombreux) ?

      Supprimer



  24. "Et contre cet obscurantisme-là il faut se battre, car sous le masque de la "fidélité à l'Allemagne" se cache la violence brute..."

    Il n'avait pas tort, remplacez le mot Allemagne par le mot France ou identité française et vous aurez en effet une équivalence.
    Avec une seule différence, pour l'instant et j'espère pour toujours si les hommes sensés ne faiblissent pas, c'est qu'en Allemagne l'appareil d'état s'est fait le chantre de cette violence brute.

    Louis Pons

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Dans votre parallèle France actuelle/Allemagne des années 20-30,les nazis d'hier sont les musulmans d'aujourd'hui?C'est bien ça,hein?
      Robert Seillan(ex rocardo)

      Supprimer

Les commentaires anonymes seront systématiquement supprimés, quel que puisse être leur contenu, voire leur intérêt.