jeudi 15 février 2018

Les chats tarés


On pourra sans exagérer considérer mon titre comme un quasi pléonasme, tant les chats dans leur ensemble, s'ils étaient évalués à l'aune de nous autres humains, relèveraient à peu près tous du vocabulaire psychiatrique. Je sais bien qu'on ne peut pas faire de statistiques sur un petit nombre, mais enfin, tout de même, chez nous, les tarés représentent très précisément 100 % d'un cheptel de deux.

Commençons par le plus ancien : Golo. Voilà un félidé qui passe l'essentiel de ses journées (et par conséquent des nôtres) à vouloir sortir quand il est dans la maison, et y rentrer lorsqu'il est dehors. Ce qui a pour effet principal de lui faire passer des heures soit devant la porte – en miaulant bruyamment et d'un ton comminatoire –, soit sur l'appui de fenêtre du salon, en maculant la vitre de la boue récoltée sous ses coussinets, et pour effet induit de transformer son maître en une sorte de groom bénévole, ce qui a tendance à l'agacer un peu – surtout en fin de journée. Et je ne dirai rien des acrobaties auxquelles il se livre pour aller boire dans la grande poubelle qui recueille sous la gouttière les eaux de pluie, alors que si, émus et compatissants, nous lui proposons une gamelle emplie de cette même eau, il la dédaignera avec une mine offensée.

Cette seconde aberration, Golo la partage avec Cosmos, mais selon des modalités un peu différentes. Pour elle (car Cosmos et Golo sont deux femelles, ce qui constitue bien sûr un facteur aggravant sitôt qu'il est question de comportements déments, ou à tout le moins incompréhensibles à l'entendement des humains normaux – je veux dire : des hommes), peu lui chaut que l'eau soit issue d'un robinet plutôt que de la nue : elle la lapera tout pareil ; mais à condition d'aller en récupérer les gouttes parcimonieuses au fond de l'évier de la cuisine, et non – au grand jamais ! – dans l'une des trois récipients mis à la disposition de l'arche, en différents endroits de la maison.

Cosmos a une autre particularité, bien à elle celle-là. Voilà un chat qui ne peut pas me voir m'installer dans un fauteuil sans bondir aussitôt sur son accoudoir afin de mendier caresses et gratouillis avec force ronronnements orgasmiques. Mais entré-je cinq minutes plus tard dans une pièce où il se trouve, le voici qui, donnant les signes de la plus intense panique, prend sa queue à son cou et file se réfugier sous le premier meuble salvateur, comme si sa vie en dépendait, ou si j'étais un habitué du coup de savate en hypocrite ; pour revenir juste après quémander sa ration de câlins.

Pendant ce temps, Charlus vit tranquillement sa vie de chien, prenant dans son panier un repos nécessaire, après avoir abondamment coursé dans toute la maison les deux échappés d'asile dont je viens de vous entretenir.

48 commentaires:

  1. Quel petit cirque sympathique ! Cela vous fait au moins un peu de gracieuse animation entre vos lectures austères, la rédaction quotidienne de textes divers dont votre journal, la tenue de votre blog, etc...
    Au fait, peut-être vous aiment-ils tant parce qu'ils vous prennent pour un rat de bibliothèque !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. L'hypothèse n'est pas à exclure, en effet !

      Supprimer
  2. Que voulez-vous : les chats, surtout dans leurs jeunes années, ont l'esprit de contradiction. Ça leur passe avec le temps et ne songent plus alors qu'à dormir.

    RépondreSupprimer
  3. Je me demande si vous avez assez dénigré vos chats, ces "échappés d'asile", et dit du bien de Charlus, pour vous attirer les bonnes grâces du "faux-cul" ?

    RépondreSupprimer
  4. Il est bien connu que nos petits félidés n'en font qu'à leur tête et qu'en tout Raminagrobis,il y a un petit Méphistophélès qui...ne dort que d'un oeil.
    Les pupilles de votre chatte semblent refléter tout un monde de géhenne en elles.
    Le matou tient rarement le beau rôle dans les dessins animés,contrairement à Médor, présenté comme franc du collier,quand le chat est abonné aux rôles de fourbe...
    Lafourcade,sur son blog,a écrit des choses définitives sur les turpitudes de cette race.
    Mais cela n'a jamais empêché un honnête homme averti d'en posséder deux,dont l'une nous a été enlevée par une cruelle maladie qui l'a fauchée dans sa marche de centenaire.
    Pour Charlus et ceux de sa race,nous examinerons leurs défauts une autre fois...

    Vendémiaire.

    RépondreSupprimer
  5. Pour résoudre, au moins en partie, vos problèmes, vous pourriez émigrer dans l’un de ces pays où on laisse les portes ouvertes toute l’année.

    RépondreSupprimer
  6. Si vous construisiez une chatière pour Golo, vous auriez la paix...

    Pour comprendre les chats, il faut avoir toujours présente à l'esprit l'anecdote que raconte Malraux (dans "Hôtes de passage", je crois) ; une nuit, il entend son chat dialoguer sur le toit avec l'un de ses congénères :

    "-Et toi, qu'est-ce que tu fais en ce moment?
    -En ce moment, je fais le chat chez Malraux
    ".

    (sous-entendu, dans le contexte : comme Malraux faisait le ministre chez de Gaulle.)

    RépondreSupprimer
  7. Une chatière, ça refroidit la maison !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Mais non, il faut l'installer dans une pièce où l'on se tient très peu.

      Supprimer
    2. Y a pas de ça chez nous : on est pas des bourgeois nantis comme vous autres !

      Supprimer
  8. Vous pouvez pas comprendre, vous n’etes pas chat.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je vis avec des chats depuis plus de 45 ans…

      Supprimer
    2. Un peu moins pour moi, mais ils arrivent toujours à me surprendre, comme quand ils arrivent dans la pièce où vous êtes, fixent un endroit et en repartent ventre terre comme s’ils avaient vu un fantôme.

      Supprimer
    3. Bravo, bien répondu !
      Pour moi, le fait qu'une personne ait des chats comme hôtes est un critère de qualité...

      Supprimer
    4. Oh, vous savez, il y a des propriétaires de chats stupides comme il y a des maîtres de chiens idiots.

      Supprimer
    5. Oui, mais je ne sais plus qui disait « La haine des chats est l’expression d’une âme vile. » Ou quelque chose comme ça. Et ça c’est vrai, ça !

      Supprimer
  9. Ils arrivent tout joyeux pour la têtée et ils se prennent un coup de patte en pleine tronche parce que leur mère a décidé de les sevrer. Comment voulez-vous avoir une vie affective équilibrée après ça ?

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ah! j'ignorais que vous étiez un spécialiste de l'âme féline... ceci pourrait éclairer vos adversaires quant à la complexité de votre personnalité et de votre système immunitaire.

      Supprimer
    2. J'ai apprivoisé une demi-douzaine de chats demi-sauvages. Pour parler comme à la TV, je dois avoir un langage corporel rassurant ; ce qui fait que j'ai habituellement de bonnes relations avec les animaux et les femmes. Mais je n'ai pas l'impression d'avoir une personnalité complexe, au contraire. J'ai peut-être quelques idées complexes, mais c'est autre chose.
      Vous êtes toujours aussi redoutable dans le maniement de la brosse à reluire de combat à usage récréatif.

      Supprimer
    3. Méfiez-vous, mes propos recèlent souvent plusieurs étages...

      Supprimer
    4. Plusieurs étages, sans doute, mais chez les femmes j'ai quand même une préférence pour l'entresol...

      Supprimer
  10. Franchement les photos de vos compagnons sont une réussite.

    La compagnie des animaux est une cure de jouvence quand on veut échapper au ras le bol de celle des hommes
    Hélène dici

    RépondreSupprimer
  11. Je ne sais pas si vos chats sont tarés, mais moi je trouve celui-ci trop adorable ! Et la façon dont vous les décrivez me fait bien rire, c'est le principal ! ;)

    RépondreSupprimer
  12. Vous n'ignorez quand même pas que le chat vous tolère (parce qu'il a bon fond, le greffier) dans SA maison...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est peut-être vrai pour les chats d'appartements, mais nettement moins pour les campagnards, qui passent beaucoup de leur temps dehors.

      Supprimer
    2. Il faut dire que dans les appartements, il y a beaucoup moins d'oiseaux à attraper.
      Moi, je suis plutôt chien.
      Sans doute parce que les chats sont aussi nuisibles que les hommes. D'ailleurs, ils sont aussi nombreux qu'eux. Ceci explique sans doute cela.
      Bref, cette sale bête, il faudrait la ranger dans les nuisibles, comme c'est déjà le cas en Nouvelle-Zélande.

      Supprimer
    3. Les chats sont des nazis, comme je l'ai écrit dans un roman qui est encore dans toutes les mémoires…

      Supprimer
  13. Kipling a tout dit des chats dans les histoires comme ça, Le chat qui s'en va tout seul. Irréductible, indépendant et opportuniste, il n'en fait qu'à sa tête.
    (le ton comminoutoire ?)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je crois que c'est une erreur de considérer que le chat est "indépendant" : il est, comme n'importe quel animal, totalement dépendant de sa nature, qui se trouve être celle d'un solitaire. À ce titre, seul et fermement circonscrit par l'étendue de son territoire, il ressemblerait plutôt à une taupe : dira-t-on que la taupe est un animal "indépendant" ?

      Supprimer
  14. Le détat pour savoir si on préfère les chats ou les chiens est d'un autre temps. La génétique vous permettra bientôt de commander sur mesure le chatchien qui vous convient: plus ou moins indépendant ,plus ou moins fidèle ,plus ou moins agressif, etc. On pourrait déjà commencer par le chien qui fait ses besoins dans sa caisse et qu'il ne faut pas sortir 3 fois par jour.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. J'avoue que, ces trois derniers mois, je n'aurais rien eu contre votre chatchien faisant ses besoin dans une caisse de sable…

      Supprimer
    2. Ah! Le dressage, oui c'est bien utile parfois d'avoir un chien bien éduqué!

      Supprimer
  15. Et qu'on ne vienne pas me parler du "respect de la nature ",parce que s'il y a bien quelque chose d'antinaturel,c'est la domestication des animaux (loup, chat sauvage) par l'homme !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Mais rassurez-vous, Monsieur Arié : personne n'est venu vous parler de rien !

      Supprimer
    2. Des castors construisent un barrage, c'est mignon, c'est la nature.
      Des hommes construisent un barrage, quelle horreur antinaturelle...
      Laissez-moi rire. (Personne ne m'en empêche, merci).

      Supprimer
    3. Damned, j'ai oublié à qui je m'adressais, il n'a pas la lumière à tous les étages, j'aurais dû parler des fourmis qui élèvent des pucerons. Ou alors des poissons pilotes des requins ? Des oiseaux nettoyeurs de dents ? Des puces pour chiens de guitaristes (ah non ça c'est pour dimanche seulement)...

      Supprimer
  16. Une anecdote pour Barbara afin de faire passer la blague de l'entresol :
    Ma mère essaie une nouvelle marque de canironron, moins chère avouons-le.
    La chatte dominante s'approche lentement et renifle longuement. Puis elle se retourne et fait de la patte arrière le geste qu'ont les chats pour recouvrir leur excréments. Ta bouffe, c'est de la merde...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ah oui, j'ai connu pas mal de chats qui faisaient ça : c'est assez vexant et cela déclenche en général chez moi une envie (réprimée à grand-peine) de leur coller ma charentaise dans le fondement pour les emmener dîner ailleurs.

      Supprimer
    2. Bof...Suffit de transférer d'abord ces sous-ronrons dans sa boîte de ronrons habituels,qu'elle sait reconnaître, et de les verser devant elle dans sa gamelle...

      Supprimer
    3. Moi je l'ai trouvée très bien la blague de l'entresol, je me suis seulement demandé si vous étiez bien équipé pour ?

      Supprimer
    4. Mildred qui se vantait de ses facultés d'oubli et de ses digestions faciles...mon oeil, comme disait Le Pen dont vous avez rappelé il y a peu une phrase qui date bien de 30 ans.
      Vous sous-entendez que je n'ai pas l'équipement spéléo pour visiter des grottes préhistoriques, ou vous parlez du train fantôme encore sous garantie ? Parce que Marcel Campion vous dirait que ce n'est pas du tout la même chose...

      Supprimer
  17. Oooh ! Insinueriez-vous que Jazzman ait mauvaise langue ?

    RépondreSupprimer

Les commentaires anonymes seront systématiquement supprimés, quel que puisse être leur contenu, voire leur intérêt.