dimanche 18 février 2018

Inscriptions dominicales, 2


– Mes faiblesses, mes défauts, masques sans lesquels j'aurais le malheur d'être un autre.

– La religion est une fatigante solution de paresse.

– Ne supposez point d'opinion dans les chefs d'un parti.

– Le bruit lointain d'un convoi, une petite lumière clignotant au fond de la nuit, un coup de sifflet que la distance a presque éteint, les usines abandonnées sous la lune.

– La connaissance du cheveu n'est pas celle de l'homme et j'inclinerais à la prendre pour moins importante.

– Je ne suis pas ennuyeux puisque je ne m'ennuie pas.

– La liberté c'est l'indifférence.

– « Ce qui se conçoit bien s'énonce clairement / Et les mots pour le dire arrivent aisément. » Malheureusement, nous ne saurons jamais à coup sûr ce que Boileau entendait par se concevoir, bien, s'énoncer, clairement, mots, dire, arriver et aisément.

– Comme celles de chacun, mes idées sont des carapaces.

– Je suis malheureux parce que je suppose chez les autres des richesses que je suis seul à posséder.

– Le critique est celui qui ne se suffit pas.

– L'Autriche. L'homme aussi.

35 commentaires:

  1. "L'Autriche. L'homme aussi." Celle-là, le Colombien n'aurait pas pu la faire !

    RépondreSupprimer
  2. Le meilleur, c’est le dernier…

    Dépourvu de la moindre sentence…

    A nu.

    RépondreSupprimer
  3. Je vote pour la citation "Boileau". Elle m'a toujours paru suffisante. D'autant que Boileau n'est pas toujours très clair.
    Pas mal, non plus, celle sur la religion. Encore qu'un peu facile.

    RépondreSupprimer
  4. Franchement, je m'efforce de sélectionner un aphorisme mais j'ai vraiment du mal avec cet auteur belge plus nihiliste que surréaliste. Ces petites notes sont en réalité de parfaits révélateurs du syndrome psychotique belge : pessimisme et absence d'énergie créative.
    J'en veux pour preuve cette curieuse réflexion :
    "Le critique est celui qui ne se suffit pas.".

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Comme vous Barbara.
      "La connaissance du cheveu n'est pas celle de l'homme etc..." peut-être.
      Mais dans l'ensemble ce n'est guère réjouissant.

      Supprimer
  5. Il y a aussi celle-là,dont j'ai oublié l'auteur :
    "La dépression, c'est la lucidité"

    RépondreSupprimer
  6. Ah,ça y est, je me souviens : c'est moi !

    RépondreSupprimer
  7. Scutenaire est sensiblement moins assommant que ses lecteurs et commentateurs. En quoi il intéresse.

    RépondreSupprimer
  8. Elie Arié fait de l'humour, pas drôle d'accord, parce que c'est une adaptation auto-célébratrice de celle du type qui a oublié le prénom du Dr Alzheimer, mais on salue quand même la tentative. Poussé par le désespoir, je vais faire un commentaitre chez Georges. Le sujet est un de mes préférés : les juifs et la conquête spatiale.
    Cet enfoiré a réservé les commentaires aux seuls membres. Je soupçonne Mildred de lui avoir soufflé l'idée, les membres étant son sujet favori.
    Encore un dimanche qui s'annonce mal. Oui je viens de me lever. Et alors ?

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Qu'à cela ne tienne, jazzman ! Faites donc votre commentaire ici, d'abord parce que vous n'êtes jamais meilleur que lorsque vous traitez de vos sujets préférés, et puis parce qu'il est de notoriété publique, qu'ici, personne n'aurait l'idée de se priver de lire "l'ami Georges".

      Supprimer
    2. Si vous cherchez quelque chose à faire, trouvez-moi donc ne idée intelligente pour un article sur mon blog !

      Supprimer
    3. "les juifs et la conquête spatiale la conquête spatiale"

      Ça s'annonce passionnant.
      Ensuite, il y aura-t-il "les juifs et la tarte Tatin", "les juifs et la pêche sous-marine", "les juifs et le ski de fond", etc.?
      Et peut-être un jour comprendrez-vous la différence entre les orthographes Juif et juif ?

      Supprimer
    4. Là il s'agit d'une fixation psychologique. Je vous laisse donc le plaisir de développer vous-même ces thèmes passionnants.

      Supprimer
  9. Alor, à la demande générale :
    Moïse traverse la Mer Rouge à pied sec.
    1200 ans plus tard Jésus Christ marche sur l'eau du lac de Tibériade.
    2000 ans encore et Neil Armstrong marche sur la Mer de la Tranquilité, sur la Lune.
    Les juifs pourraient nous lâcher la grappe avec leurs histoires de piétons aquatiques...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ah, bon : je vois que vous confondez les Ecossais (père d' Armstrong), les Irlandais (sa mère) et les Juifs (et non pas juifs, ici).

      Supprimer
    2. D'autre part, votre histoire ne tient pas la route: Moïse n'était pas un piéton aquatique, puisque la mer Rouge s'est ouverte pour qu'il traverse à pied sec, justement; Jésus-Christ était Juif, mais pas juif (un peu catho, dit-on), etc.

      Supprimer
    3. Jésus "catho" ? Vous faites dans l'anachronisme échevelé, dites donc !

      D'autre part, vous ne pouvez pas écrire : "Jésus-Christ était Juif" avec une majuscule, puisque dans ce cas "juif" est un adjectif.

      Supprimer
    4. En fait,d'après ce que j'ai cru comprendre,Jésus - Christ n'était pas du tout chaïtien, il croyait être un simple modernisatour du judaïsme ; je crois que c'est St. Augustin qui,le premier ,a dit qu'il ne faudrait pas se contenter de prêcher dans les synagogues.

      On ne doit pas mettre une majuscule lorsqu'il s'agit d'une personne ("ma voiture est anglaise", mais "M .Smith est Anglais "?)

      Supprimer
    5. Vous avez échangé votre clavier français pour un clavier "petit nègre" ou quoi ?

      Votre citation de saint Augustin me paraît hautement suspecte : sa grande affaire était nettement plus les diverses hérésies chrétiennes que le judaïsme, à ma connaissance. Et puis, franchement, prêcher dans une synagogue…

      Enfin, un adjectif ne prend pas de majuscule, qu'il désigne un objet ou une personne. Donc : Mr Smith est bel et bien anglais. (Mais on parlera de l'Anglais nommé Smith…)

      Supprimer
    6. Sans doute (ce qui signifie, en bon français : "j'ai quand même un doute") avez-vous raison, et pourtant, il y a quelque chose qui me dérange, dans "M. Smith est anglais" (et non Anglais).
      Ne pourrait-il pas s'agir d'un faux adjectif, car il y aurait un sous-entendu : " M.Smith est (un) Anglais"- ce qui renvoie à sa nationalité, car seuls les humains en ont une, les objets n'ayant qu'une origine de production (souvent chinoise, aujourd'hui, ce qui complique encore les choses).

      Supprimer
    7. Écoutez, je propose qu'on décide d'une chose tout simple : à partir de maintenant, quand la discussion portera sur la cardiologie, on partira du principe que vous avez toujours raison, et quand ce sera le tour de la grammaire ou de la syntaxe, ce sera moi. On marche comme ça ?

      (Cela dit, votre concept de "faux adjectif" m'a beaucoup diverti…)

      Supprimer
    8. Bon, vous avez "certainement " raison ( ce qui, comme "sans doute", signifie que ce n'est pas certain... Avouez que le français est une langue bizarre !)

      Supprimer
    9. Bon, c'est embêtant, mais j'ai toujours l'impression d'avoir raison...
      Si j'écris "Mr.Smith est petit"," petit " est un adjectif ( je ne peux pas écrire "Mr.Smith est un petit"); mais si j'écris "Mr.Smith est Anglais", ou "Napoléon était Empereur "," anglais" et "empereur "ne sont pas des adjectifs (je peux écrire "Mr.Smith est un Anglais"" Napoléon était un Empereur").

      Supprimer
    10. Vous vous enfoncez, mon Cher ! Dans votre phrase "Napoléon était un empereur", c'est encore une faute de mettre une majuscule initiale à empereur, puisqu'il s'agit d'un banal nom commun. Pour le reste, vous avez tout aussi évidemment tort. Ce que, apparemment, vous ne parvenez pas à saisir, c'est qu'un mot ("anglais" par exemple) peut être tantôt un nom, tantôt un adjectif. Et que, selon qu'il est l'un ou l'autre dans une phrase donnée, il se comporte différemment.

      Enfin, vos deux parallèles ne le sont pas du tout, dans la mesure où "anglais" est soit nom, soit adjectif, alors que "empereur" est toujours un nom commun et, à ce titre ne prend jamais de majuscule (sauf s'il est en début de phrase évidemment.

      Il y a évidemment des cas très particulier. Par exemple, en France, si on parle de l'Empereur – avec majuscule et sans autre précision –, il s'agit de Napoléon 1er ; de même, le Général est forcément de Gaulle. (Pour les esprits nauséabonds, ça marche aussi avec le Maréchal…)

      Supprimer
    11. Il faudrait voir la définition d'un adjectif (là,je n'ai que mon smartphone, ce n'est pas pratique ); pour moi, c'est un mot qui décrit un aspect physique ou psychologique d'un personnage ou d'un objet, mais pas une nationalité.

      Supprimer
    12. (suite ) Bref, il me semble que dire "Mr . Smith est Anglais " est comme dire :"Mr. Smith est instituteur ": une profession ou une nationalité ne sont pas des adjectifs

      Supprimer
    13. Et si Napoléon avais été manchot, faudrait -il dire qu'il était un manchot empereur ou un empereur manchot ?

      Supprimer
  10. La blague d'Elie Arié se tient;en faisant le petit effort nécessaire,on pourrait la mettre dans la bouche de Woody Allen.
    Les meilleures scuténariales ne valent pas les plus mauvaises gouguerias et autres gougueuleuries...
    Cela tombe bien: les archives sont à consulter dans la colonne de gauche.
    Pas plus de deux par soirée avant de se mettre au lit....

    Vendémiaire.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Il est vrai que Woody Allen est aussi drôle qu'Elie Arié, ils ont un peu le même humour...

      Supprimer
  11. Pauvre Scutenaire ! Je resterai donc seul à l'aimer…

    RépondreSupprimer
  12. Serai-je seul à trouver la phrase de Boileau aussi exacte que parfaitement dite ?

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. À mon avis, non, vous n'êtes pas le seul, rassurez-vous…

      Supprimer
  13. J’apprécie la quatrième, peut-être parce qu’elle me fait penser à mon Pas de Calais natale, surtout la région minière où tout n’est qu’ombres et fantômes.

    RépondreSupprimer
  14. J'avoue que j'espérais un peu plus de l'évocation du film le plus cher de l'Histoire On a marché sur la Lune en pyjama blanc, mais finalement il n'intéresse pas plus que le porno gore Lee Oswald tire un coup à Dallas ou le blockbuster Mon gros Boeing dans tes tours jumelles.
    J'aurai au moins appris que la chutzpah séfarade c'est comme le couscous boulettes (citation attribuée à Loulou Scutenaire).

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Le couscous boulettes?
      Vous voulez dire que vous êtes un expert quand il s'agit de pédaler dans la semoule?

      Supprimer

Les commentaires anonymes seront systématiquement supprimés, quel que puisse être leur contenu, voire leur intérêt.