lundi 5 septembre 2011

Nom de roman : Les Noms

 Certains romans, à traverser, sont comme une grande place, dans une ville où l'on serait débarqué de la veille, à l'architecture presque incompréhensible, et peuplée de gens qui parlent dans une langue opaque, ou même certainement dans plusieurs langues. On s'y sent radicalement isolé, il y aurait une certaine appréhension diffuse. Pour autant, nulle envie de s'échapper avant de l'avoir pleinement arpentée : il faut s'emplir de l'étrangeté qu'il y a à être là, faire le compte un peu maniaque de toutes les énigmes qui se refusent, s'efforcer de discerner les rapports qui se diluent à peine repérés.

C'est justement l'effet que produit sur moi, après 350 pages lues sur 450, ce roman de DeLillo : Les Noms. À la lettre, je ne sais pas ce que je fais là, mais n'éprouve nullement l'envie de le quitter. Je lis des phrases, j'écoute parler des gens et, d'une certaine façon, je savoure mon incompréhension. Tout se passe en Grèce, où je ne suis jamais allé, et il n'est pas impossible que le roman utilise l'alphabet grec dont j'ignore à peu près tout, ce qui expliquerait beaucoup de choses. En réalité, la seule question qui vaille est de savoir si, à la dernière page du livre, je parviendrai à en ressortir.

46 commentaires:

  1. C'est pire que les blogs de gauche ?

    RépondreSupprimer
  2. "A la lettre, je ne sais pas ce que je fais là, mais n'éprouve nullement l'envie de le quitter."
    C'est exactement ce que je pourrais écrire de ma présence sur ce blog, si j'avais votre talent.

    RépondreSupprimer
  3. Eh bien, la notice de ce roman n'existe pas dans le Wikipedia français. Que diriez-vous d'oeuvrer pour le savoir encyclopédique en rédigeant cet article ?

    RépondreSupprimer
  4. ça doit être sympa d'écrire un billet et d'avoir déjà des commentaires trois minutes après, non ? Mais en même temps, quelle énergie dépensée ! Il faudrait savoir ce qui l'emporte dans vos motivations :
    - le désir de se flatter l'égo;
    - la volonté de faire avancer les choses (à son niveau, bien sûr);
    - le simple besoin d'écrire.

    Je pose la question par simple curiosité, sans volonté d'embêter le monde, car je m'interroge sur l'intérêt de faire mon propre blog.
    Mais il est possible que mon interrogation soit stupide et vous ennuie. Dans ce cas ne répondez pas bien sûr.

    RépondreSupprimer
  5. Popaul,

    Je réponds juste sur les "3 minutes". C'est le hasard. Je rentrais de table et j'ai ouvert mon "agrégateur de flux". Le billet de Didier était tout neuf.

    RépondreSupprimer
  6. Popaul,
    Ne soyez pas naïf ! Croyez-vous qu'un seul blogueur serait prêt à avouer qu'il écrit un blog dans "le désir de se flatter l'égo" ?
    Parlons plutôt de vous et de vos interrogations.
    Si vous disposez de beaucoup de temps, si vous avez un peu de talent, et surtout si vous avez PLAISIR à écrire, lancez-vous. Vous verrez bien.

    RépondreSupprimer
  7. Les gens,

    Ces trucs à propos sont globalement faux. Ils interviennent peut-être à une certaine époque d'une carrière de blogueur, celle où on s'aperçoit qu'on a des lecteurs...

    Surtout, il y a bien d'autres trucs qui viennent avant. Pour ma part, j'aime bien les conversations "bon enfant" qu'on peut avoir ici ou là.

    RépondreSupprimer
  8. Nicolas,
    "j'aime bien les conversations bon enfant..."
    Cela ne m'étonne pas du tout, j'ai toujours deviné en vous un sentimental qui s'ignorait.

    RépondreSupprimer
  9. La réponse sera non. Et ce roman vous hantera bien après l'avoir refermé.

    RépondreSupprimer
  10. Dorham, je crains (enfin, non…) que vous n'ayez raison.

    RépondreSupprimer
  11. Vanessa Taprendra5 septembre 2011 à 22:07

    si vous avez un peu de talent
    Mildred, au vu des quelques lignes que Popaul a pondues, la question est déjà superflue.

    RépondreSupprimer
  12. Pour ma part, j'aime bien les conversations "bon enfant" qu'on peut avoir ici ou là.

    Surtout si on partage votre avis.
    Y'a des limites à tout.

    RépondreSupprimer
  13. Les gens....
    Si seulement vous pouviez cesser de nous appeler "les gens"

    RépondreSupprimer
  14. Je ne vais pas vous appeler "les trous du cul", non plus, ça serait grossier.

    RépondreSupprimer
  15. "Surtout, il y a bien d'autres trucs qui viennent avant. Pour ma part, j'aime bien les conversations "bon enfant" qu'on peut avoir ici ou là."

    M. Jégou est convaincant, mignon et ouvert, surtout. Faute de l'être sur tout (et encore moins sur tous).

    RépondreSupprimer
  16. De la part d'un connard qui ne supporte pas qu'on lui dise qu'il est à côté de la plaque dans un blog, ce commentaire est un plaisir...

    Il faudrait dire systématiquement à ce pingouin de M. Etienne : "je vous remercie pour cet excellent commentaire, il ne pouvait venir que d'une personne de votre qualité, vous reprendrez bien un bière, n'est-ce pas, cher ami ?"

    Mais quel con !

    RépondreSupprimer
  17. Sinon puisque vous êtes là Nicolas et que j'ai la flemme d'aller chez vous, il faut vous souvenir que votre gauche c'est aussi:
    -la défiscalisation des oeuvres d'art.
    Je me souviens qu'à cette époque, ma concierge qui décorait son modeste logis de ses canevas, a applaudi cette mesure éminemment de gauche.
    -c'est aussi, dans les mêmes années, la financiarisation des entreprises: le cortège des licenciements pouvait commencer dans les entreprises qui n'assuraient pas 15% minimum de rendement à ses actionnaires. Sans compter celles qui durent fermer tout simplement. La droite regardait faire les socialistes les yeux écarquillés: elle n'aurait pas osé en faire autant.
    Et ce sont les mêmes, petit Nicolas, qui se représentent devant nous aujourd'hui, les mêmes que vous soutenez le regard énamouré.
    Avec quelques scandales en prime.

    RépondreSupprimer
  18. Je ne suis pas petit. C'est quoi cette condescendance ? Tu te prends pour qui ? Devrais-je assumer les erreurs de la gauche pour justifier que la droite nous enterre tous progressivement ?

    Restez zen ! Je n'ai pas voté pour Sarko et ce sont bien ses conneries et les vôtres qui nous foutent dans la merde, maintenant.

    RépondreSupprimer
  19. vanessa taprendra : l'excellence de chacun de vos propos saute aux yeux, c'est vrai. Il paraît que vous avez de nombreux fans, avides de s'abreuver à votre science. En ce qui me concerne, je vous considère comme la meilleure bloggeuse de tous les temps, et votre réputation internationale est largement méritée. Surtout, continuez à éclairer le monde; chacune de vos interventions est magique.

    RépondreSupprimer
  20. Non Nicolas. Vous vous ridiculisez en affichant votre soutien à Hollande.
    Si votre coeur bat à gauche, écoutez Mélanchon.

    RépondreSupprimer
  21. Oui. Pour être sur de la réélection de Nicolas Sarkozy. Je me demande qui se ridiculise. Merci pour vos conseils avisés...

    RépondreSupprimer
  22. Y'a un des livres de la Recherche qui est sur Les Noms aussi, avec des etymol. fausses à 80% ; ça fiche le tourni c'est incantatoire labyrinthique et obsessionalisant.. je suppose que ça se ressemble? Geargies.

    RépondreSupprimer
  23. Ah tiens, j'ai lu La Route cet été ; ça ma bien plu,aussi; je pense que je vais faire un effort pour DeLillo.. Geargies

    RépondreSupprimer
  24. "Il faudrait dire systématiquement à ce pingouin de M. Etienne : "je vous remercie pour cet excellent commentaire, il ne pouvait venir que d'une personne de votre qualité, vous reprendrez bien un bière, n'est-ce pas, cher ami ?"

    Mais quel con !"

    Vous êtes vraiment méchant avec moi, M. Jégou ! Alors que je n'aspire qu'à conquérir votre précieuse amitié, que reçois-je en échange ? Des mots durs : "Pingouin" ! C'est vrai que j'ai la tête blanche, mais quand même ! "Con" ! Ouais, admettons. Ça devrait nous rapprocher...

    La blessure est d'autant plus cuisante qu'elle vient d'un p'tit gars des Côtes-du-Nord, le bro gozh ma zadou ! Ça fait mal, putain, ça fait mal !

    Je m'en remettrai, bien sûr, mais en attendant j'ai le cœur lourd.

    RépondreSupprimer
  25. Geargies : en fait, dans la Recherche, il y a deux parties de romans qui s'intitulent respectivement Nom de pays : le nom et : Nom de pays : le pays. (D'où mon titre de billet.) Mais les développements étymologiques sont plus loin dans l'œuvre, Sodome et Gomorrhe je crois bien, dans le petit train qui conduit les invités des Verdurin à La Raspelière. À vérifier, tout cela.

    RépondreSupprimer
  26. Geargies encore (je vous réponds ostensiblement à vous car vous êtes à peu près le seul à vous être avisé du sujet de ce billet…): jusqu'à présent, des quatre romans que j'ai lus de DeLillo, Outremonde me paraît être le sommet.

    D'autre part, je ne crois pas qu'on puisse comparer DeLillo, et McCarthy. Enfin, si, on peut toujours, évidemment. Ce que je veux dire c'est que leurs romans ne se ressemblent nullement, même s'ils parlent également de l'Amérique et du monde moderne.

    RépondreSupprimer
  27. Vanessa,
    "au vu des quelques lignes que Popaul a pondues..."
    Vous voilà casée chez Popaul dès avant qu'il ait ouvert son blog !
    J'espère qu'il considèrera cela comme un véritable encouragement et venant de "la meilleure blogueuse de tous les temps" cela devrait lui donner des ailes, à ce cher Popaul.

    RépondreSupprimer
  28. Vanessa Taprendra6 septembre 2011 à 13:10

    Vous avez bien résumé la situation Mildred, mais ne vous inquiétez pas, Marco Polo va prendre un peu de bicarbonate pour ses aigreurs et Popaul...là je sèche...peut-être s'abonner au blog d'Aristide qui est dans l'excellente blogroll de Monsieur Goux (Aria de Gounod en fond sonore, vol d'angelots en arrière-plan).

    RépondreSupprimer
  29. Vanessa,
    "...s'abonner au blog d'Aristide..."
    Vous n'y pensez pas ! Je viens d'aller y faire un tour pour voir : c'est la migraine assurée.
    Il vaut mieux l'envoyer chez Maximilien, non ?

    RépondreSupprimer
  30. Vanessa Taprendra6 septembre 2011 à 15:19

    Mildred, c'est vous l'infirmière HP, faites au mieux.

    RépondreSupprimer
  31. J'aimerais profiter de ce que l'on peut parler de tout sur ce billet dont le sujet est un roman que peu ont lu pour voler au secours de ce pauvre député (Marleix) dans sa polémique avec Placé.
    Si l'on me demandais de citer un plat typiquement Français, j'hésiterais avec la poule au pot, le boeuf bourguignon, la daube provençale, mais le canard laqué ne me viendrait pas à l'esprit. De même si je devais définir un Français, je penserais aux traits de Bourvil pour sa part populaire et à ceux de Dominique de Villepin pour sa part aristocratique. Dans cette représentation qui n'a pas encore perdu toute sa légitimité (ça viendra, ça vient, c'est en cours; patience !), désolé M. Placé, mais vous l'êtes mal.

    RépondreSupprimer
  32. Un commentateur de blog peut faire du "délit de faciès" si ça l'amuse, pas une personnalité politique...

    D'autant que je suppose qu'on mange plus de couscous, en France, que de blanquette de veau.

    RépondreSupprimer
  33. @Nicolas

    Pas de délit de faciès.
    Juste une vaine polémique de plus.

    RépondreSupprimer
  34. @ DG spécialement, vu que y'a que nous qu'on cause littérature: en fait je ne comparais pas les 2 c'est juste que, comme vous avez bien aimé La Route, je ne l'ai acheté que parce que j'avais lu un bon papier ici dessus; et que DeLillo que je ne connais pas di tout ça sera idem... Voili voilou; pour Proust: oui bien sur c'est dans le tortillard mais aussi dans le bouquin d'étymol. de l'abbé (truc? résina? non ça c'est San-A) entièrement inventé bien sur qu'il fait aussi des etymol entièrement fausses. J'ai la flemme de vérifier.. Geargies.

    RépondreSupprimer
  35. Vanessa Taprendra6 septembre 2011 à 16:37

    Monsieur Goux étant en conférence, je peux vous répondre par la magie du copié-collé.
    Geargies : en vérité, je m'en fous complètement – de la véritable étymologie, veux-je dire. Ce qui m'intéresse ici c'est la manière dont Proust utilise cela pour en faire un roman.

    RépondreSupprimer
  36. "D'autant que je suppose qu'on mange plus de couscous, en France, que de blanquette de veau."

    Même à Callac ?

    Où je vis, ça m'étonnerait. Con et attardé je suis, c'est comme ça.

    RépondreSupprimer
  37. Non, je ne vais pas faire mon propre blog, je vais plutôt faire comme Vanessa et continuer à polluer celui des autres. De toute façon ça ne sert à rien, j'en ai peur.
    Pour toi, Vanessa : les attaques gratuites et les méchancetés sur écran, c'est un peu gamin, quand même.

    RépondreSupprimer
  38. Qui c'est l'infirmière HP ce ce blog ? C'est moi !
    Alors j'avertis tous et toutes : tous ceux qui croient qu'ils sont des hommes et toutes celles qui croient qu'elles sont des femmes, ainsi que tous les "gender" à plumes et à poils qui ont l'habitude de traîner leurs groles et leurs beaux esprits sur ce blog, qu'il ne sera plus toléré dorénavant qu'ils ne commentent pas le billet que monsieur Goux a concocté pour eux.
    Moi seule aurai le droit d'écrire n'importe quoi.
    J'entends déjà les fortes têtes, les Nicolas, les fredi, récriminer.
    Alors j'explique :

    1) je ne connais rien en littérature moderne française ou étrangère. ( Je ne connais pas grand chose non plus en littérature classique. Mais ça , je ne le dis pas, je le garde pour moi parce que monsieur Goux détesterait cette surenchère dans l'auto-flagellation).

    2) c'est moi qui règle le débit d'eau du Karcher à nettoyer la racaille.

    Compris ? Alors que chacun se le tienne pour dit et ce blog finira peut-être par ressembler à autre chose qu'à un asile de fous !

    RépondreSupprimer
  39. S'il fallait qu'on se mette à ne plus commenter hors sujet les billets qu'on ne lit pas...

    RépondreSupprimer
  40. Vanessa Taprendra6 septembre 2011 à 17:43

    Je préfèrerais Monsieur avec une majuscule. C'est la contraction de Mon Seigneur, ne l'oubliez pas, vile manante, et l'étymologie...non, rien.
    NB: Même le Littré ne parle que de manant, tant pis...

    RépondreSupprimer
  41. Vanessa, on ne comprend rien à ce que vous dites. C'est fait pour, ou vous êtes complètement timbrée ?

    RépondreSupprimer
  42. "S'il fallait qu'on se mette à ne plus commenter hors sujet les billets qu'on ne lit pas..."

    ...on ne se ferait plus traiter de con ou de trou du cul chez M. Jégou. Et ce serait dommage car il fait ça très bien.

    RépondreSupprimer
  43. Les fausses etymol. sont des friandises que ne peuvent apprécier que les littérateurs et les lingouistes..( ouais le Vieux et moi donc..) quel délice que les circonlocutions superfétatoires de l'abbé ( truc donc, je n'ai toujours pas fait de verif) qui veut prouver que les noms de ville sont normands ( chères têtes blondes toussa) écrites par un juif à thé bien sur ;-)....

    RépondreSupprimer
  44. Geargies,
    On voit bien que vous ne craignez pas d'être taxé de dame dans un salon de coiffure ou dans une salle d'attente de gynécologue !
    Bravo d'avoir mis à profit cette petite interruption des commentaires pour apprendre à cliquer sur Nom/URL

    RépondreSupprimer

Les commentaires anonymes seront systématiquement supprimés, quel que puisse être leur contenu, voire leur intérêt.