dimanche 11 septembre 2011

Pendant ce temps, par les plaines de la Manche…

Le château de Belmonte, sis au sommet du village portant ce nom, qui vit naître le poète Luis de Leòn et se trouve dans la province de Cuenca, le château de Belmonte est malheureusement – malheureusement pour la rêverie – un peu trop jeune pour pouvoir s'enorgueillir d'avoir joué son rôle dans la Reconquête de la terre d'Espagne sur l'engeance sarrazine – mais peut-être une seconde chance lui sera-t-elle donnée un jour prochain. Néanmoins, dès à présent, il devrait être encore assez orgueilleux pour impressionner une horde de blogueurs polémicards et les dissuader de nous suivre plus avant dans cette Castille qui m'est chère. 
C'est pourquoi, fuyant les criailleries du siècle, je me dirige vers lui, sur les pas de Don Quichotte et de Sancho Pança, dont je me suis brusquement décidé, hier, abandonnant pour un temps DeLillo et tous les autres, à lire enfin la deuxième partie de leurs mirobolantes équipées. Nous sommes d'abord passés par El Toboso, afin d'y rendre hommage à Dame Dulcinée, qui nous reçus fort mal de par la malignité d'un quelconque enchanteur. Puis, après avoir terrassé le chevalier des Miroirs, dompté les deux féroces lions destinés au roi de toutes les Espagnes et fait goberge quatre jours durant chez le bon Don Diègue et son fils poète, nous sommes repartis à travers cette Manche où les nuits sont plus profondes que partout ailleurs, probablement à cause du silence qui les ouate. Si Rossinante marche bon train et si nul géant ne se dresse, si encore aucun convoi ne nous bloque aux portes d'Aranjuez, nous espérons dormir demain soir à Tolède. D'où nul ne recevra de carte postale : je n'y suis pour personne.

18 commentaires:

  1. Plutôt que des Sarrazins, qui ne la menacent guère, parqués qu'ils sont dans les propriétés industrielles de l'Andalousie, l'Espagne d'aujourd'hui devrait plutôt se préoccuper de l'influence de la caste franquiste, des fascistes nostalgiques, de l'Opus Dei.

    RépondreSupprimer
  2. Tout à fait d'accord avec Léon.
    j'ajouterais qu'en France les nostalgiques de Pétain relèvent la tête (le prénom Philippe revient même à la mode). En Allemagne le nazisme n'est pas loin non plus de reprendre le pouvoir, mais pour l'Italie c'est trop tard, le fascisme est revenu dans les valises de Berlusconi.
    No Pasaran !

    RépondreSupprimer
  3. Han, han han, ouf c'est pas encore fermé ? J'ai du bol.

    Bon ben m'sieur GOUX, votre solution en vaut bien une autre, mais je crains que ce blog ne commence à rassembler à une épicerie. Et même pas arabe.

    Pour Léon et Marco, bel humour.

    RépondreSupprimer
  4. @ Farr, Leon ne fait pas de l'humour.
    @ Leon,
    "l'influence de la caste franquiste, des fascistes nostalgiques, de l'Opus Dei" ... ah bon, vous pensez vraiment qu'il s'agit d'une menace plus sérieuse que la "Reconquista Sarrasine ?

    RépondreSupprimer
  5. Mais si, mais si ! L'Espagne est bourrée de franquistes qui, tous les dimanches, défilent six par six, armés jusqu'aux dents et prêts à bondir, c'est connu ! Quant à l'Opus Dei, c'est bien simple : ils gouvernent la planète entière en sous-main.

    En partenariat avec le lobby américano-sioniste, pour faire plaisir à mes Rums.

    RépondreSupprimer
  6. Farr : ah, ne dites pas de mal des épiciers arabes, je vous prie ! Le mien (qui sont en fait deux) m'a sauvé plus d'une fois d'un dimanche soir à l'eau plate, et ils vendent même des cigarettes aux clients qu'ils connaissent – y compris aux gros nazis dans mon genre qui ne rêvent que de les faire expulser dans des wagons plombés comme des roulottes de romanos.

    RépondreSupprimer
  7. Bon je retire épicier arabe et je devrais être le dernier intervenant pour ce soir.

    RépondreSupprimer
  8. Raté…

    En fait, je me suis planté : c'est 20 h 30 qu'il m'aurait fallu mettre. J'y retourne, tiens.

    RépondreSupprimer
  9. Pas arabes mais des Amazigh et chleuh tous berbères.

    Ils vendent du jambon, l'argent n'a pas de religion.

    Si les franquistes reprennent le pouvoir, les espagnols eux ne le savent pas, les socialistes sont toujours au gouvernement.

    RépondreSupprimer
  10. Euh, c'est 20h30, heure de "René" où 20h30, heure de Greenwich ?

    RépondreSupprimer
  11. A/ en passant chez l'epicier berberiberique à 18H30,
    B/ en commençant l'apéro à 19H13,
    je suis sur que tu auras oublié de modérer les commentaires à 20H30???.

    RépondreSupprimer
  12. Grandpas : ne commencez pas à m'embrouiller. De toute façon, on est tous des frères z'humains.

    Farr : je m'excuse mais René est parfaitement à l'heure !

    (En fait, il avance de deux minutes et demie par semaine. Donc, tous les samedis, avec une certaine dévotion, j'arrête le balancier durant deux minutes et demie…)

    Fidel, pas de risque : on est désormais à l'eau tous les soirs sauf les vendredis (et encore pas tous).

    RépondreSupprimer
  13. Pour en revenir à Don Quichotte, il est frappant de voir que TOUS les épisodes connus de cette oeuvre se trouvent à son début. Comme si la plupart des lecteurs n'étaient pas allés plus loin. Ce qui pourrait se comprendre vues certaines longueurs et lourdeurs.

    RépondreSupprimer
  14. Monsieur Goux,

    Loin de moi l' idée de vous perturber mais de vous éviter de commettre un impair comme cela m'est arrivé.

    Il y a bien longtemps lors ma prime jeunesse, je fus très proche de dames orientales(soupir)et durant une soirée je discutais avec un saoudien qui sur un ton intransigeant me dit ceci: " les gens que vous appelez Arabe ne le sont pas, juste des africains voir de mauvais musulmans"; sur ce cette phrase je me tus: "circulez ,il n' y a rien à voir".

    A propos, Saint Augustin avait une mère berbère (berbère : Aɣiles Agustnes); j'aime à le rappeler à certain Maghrebin.

    RépondreSupprimer
  15. Jacques Étienne : je me demandais, tout soudain, s'il n'en allait pas de même avec Rabelais…

    Grandpas : donc, si je vous suis bien, ou plutôt si je suis bien votre ami saoudien, être un mauvais musulman c'est encore plus grave que d'être africain ?

    RépondreSupprimer
  16. Je crois qu'il était métis, Saint-Augustin. (père africain.)

    RépondreSupprimer
  17. Monsieur Goux,

    Pire je ne sais pas mais ils ne les ont pas en odeur de sainteté si je puis m'exprimer ainsi.

    Un collègue d'origine algérienne lors d'un voyage à Bahreïn ne futs pas bien accueilli et pourtant c'était en 2005. Les chose n'ont pas changé.

    Saint Augustin avait une mère berbère et un père romain.

    RépondreSupprimer

Les commentaires anonymes seront systématiquement supprimés, quel que puisse être leur contenu, voire leur intérêt.