dimanche 28 octobre 2012

Le boulanger au couteau entre les dents


Un boulanger a décidé de s'installer dans mon village ; appelons-le Mathurin Bellemiche, puisqu'il n'est pas là pour récriminer. Très vite, il se révèle que sort de ses fours un pain sublime : des baguettes croustillantes et dorées, à la mie légèrement jaune et merveilleusement alvéolée ; de ces grosses tourtes au levain que l'on peut conserver des cinq ou six jours et qui, même, se bonifient en vieillissant… Catherine et moi tombons aussitôt à genoux pour remercier le Ciel d'un tel bienfait – enfin, surtout elle.

Mais ne voilà-t-il pas qu'au bout de quelques semaines, ou mois, me parvient l'atroce nouvelle, bientôt confirmée de source certaine : Mathurin Bellemiche est encarté au parti socialiste ! Pis : il s'est même, à “la dernière”, laissé tenter par le vote Front de gauche ! Immédiatement, nous lui retirons notre pratique et nous résignons à retourner acheter les tristes pâtons mal cuits que le Super U local propose à notre convoitise : on ne plaisante pas avec l'idéologie.

Attitude de dément ? Parti pris grotesque ? Confusion d'un esprit faible ? Sans aucun doute, oui. Mais c'est pourtant la réaction que l'on aimerait que j'eusse, lorsqu'il s'agit non plus de boulangers de gauche mais d'écrivains d'extrême droite.


Du reste, maintenant que j'y songe, je suis sûr qu'on ne devrait pas avoir trop de mal à trouver, parmi nos progressistes que rien ne fatigue, quelques exemplaires capables d'adopter la même attitude dans le cas où leur boulanger s'avèrerait pencher du côté du Front national. Et en outre de présenter leur aberration mentale comme un acte flamboyant de résistance…

29 commentaires:

  1. Le seul coprs de métier pour lequel je fais très attention à l'orientation politique, ce sont les installateurs de douches. Je ne laisserai pas un nazi s'en occuper chez moi. Mais sinon, ce n'est pas très important.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Vous n'avez pas la conscience tranquille, Amiral ?

      Supprimer
    2. Se méfier aussi des installateurs de mines antipersonnels dans le jardin.

      Supprimer
    3. Robert Marchenoir28 octobre 2012 à 16:16

      Ah ! c'est donc chez les Goux qu'ont atterri les mines volées dans un train anglais :

      http://www.guardian.co.uk/uk/2012/oct/27/counter-terror-police-anti-tank-mines?newsfeed=true

      Pas de problème pour se promener dans le jardin : ce sont seulement des mines anti-tank.

      Supprimer
  2. De grâce cher Didier, corrigez ce conditionnel (on aimerais )et effacez mon commentaire. Pour le reste, vous savez très bien que la mauvaise foi est assez fréquente chez le perfide gauchiste. Votre lumineuse démonstration ne trouvera aucun écho chez lui.

    Amicalement -et présentez mes hommages à l'Irrempe.
    Al.

    RépondreSupprimer
  3. Robert Marchenoir28 octobre 2012 à 13:24

    Avec tout ça, on ne sait pas si le boulanger de Pacy-sur-Eure vaut le voyage.

    RépondreSupprimer
  4. Si seulement c’était vrai, il pourrait bien voter ce qu’il veut et même manger les petits enfants, je continuerais de lui acheter son pain.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. À plus forte raison s'il mangeait les petits enfants !

      Supprimer
    2. Ce serait quand même mieux s'ils étaient communistes !

      Supprimer
    3. "…s'il mangeait les petits enfants !"
      Comment çà? en plus de voter socialo il est noir! (ben oui Quand on mange les petit enfants, on est noir ou nazi ou noir nazi zombie)
      Mais non je rigole! c'est une provoc pour démarrer Ludovic97 et Léon 98 qui , à me lire, ont avalé leur pain (pas béni) de travers…

      Supprimer
  5. J'ai peut-être un tout début de piste c'est encore très confus.
    Vaullaud-Belkacem estime qu'il existe un lien intime entre l'homosexualité et la nature de l'oeuvre. Inversement, ce camp politique ne peut pas dissocier la nature de l'oeuvre et les opinions politiques d'extrême-droite de l'auteur. Ils veulent des quotas en politique, les femmes sont sensées faire de la politique d'une certaine façon. Ils communautarisent, les Maghrébins sont des musulmans, les noirs sont des noirs, les blancs de cinquante ans sont forcément immondes, les femmes sont forcément victimes.
    C'est ici que je coince. Impression confuse qu'ils ont une certaine vision de l'être humain, quelqu'un d'extrême-droite ne pourra que produire une oeuvre d'extrême-droite.
    Jard

    RépondreSupprimer
  6. Soit, mais un écrivain dénué de sens moral peut il écrire de bons livres ?
    Et puis, qu'est ce qu'un bon livre ?

    RépondreSupprimer
  7. Espérons que sa gonze, elle, lui restera fidèle, à l'inverse de l'héroïne de Giono...

    RépondreSupprimer
  8. Une fois leur syndic de faillite mis en place, lorsque la faim commence à leur tordre les boyaux, roses et rouges à tête de pioche savent pourtant bien retrouver la trace du boulanger, de la boulangère et du petit mitron... pique à la main.

    Quand on manque à la vérité, on manque forcément à la justice.
    Charles Péguy, Pensées.

    RépondreSupprimer
  9. On a plus de chance de trouver un boulanger front national que front de gauche, le mien doit l'être (front national) mais lorsqu'il me parle d'autre chose que de son pain et que ça heurte ma conscience, je ne manque pas de le lui dire.Il s'en fout sans doute mais moi non.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Il y a encore pire que les boulangers FN : les charcutiers.

      Supprimer
    2. et que dire des bouchers FN?
      Quant aux droguistes FN!

      Supprimer
    3. Un boulanger front de gauche, on s'interroge en effet.

      Un front de gauche, forcément hémiplégique, promet toujours plus de beurre que de pain.

      Supprimer
  10. Je m'étais fait la même remarque sur Bertrand Cantat, dont les musiques devrait être jugées indépendamment de sa vie, comme les pains du boulanger.

    Mais vous Mr Goux, vous allez chez un boulanger parce que vous savez qu'il a mauvaise réputation et que ça fait de vous un libre-penseur. Ce n'est pas la même démarche que celle de celui qui va chez un boulanger pour son bon pain, indépendamment de sa réputation d'homme.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. "Mais vous Mr Goux, vous allez chez un boulanger parce que vous savez qu'il a mauvaise réputation et que ça fait de vous un libre-penseur".

      Samuel, vous en mettriez votre petit doigt à couper ? Moi pas...
      Avez-vous lu Balzac ? Vous intéressez-vous à cet écrivain ? Vous y intéressez-vous au point de chercher ce qui a été écrit sur lui ? Au point d'écrémer, dans la masse d'études et de biographies, ce qui a été le mieux, le plus richement écrit ? Si oui, peut-être avez-vous lu cette biographie, et nous direz-vous le mal que vous en pensez.

      Il y en a qui vous sortiront des extraits de Rebatet pour parler du printemps, de Drieu pour évoquer un feu de cheminée, de Brasillach pour les nuages d'orage ou je ne sais quoi encore, et ainsi de suite. Faites le compte de tous les billets traitant des livres,des lectures, des écrivains, ici, et dites honnêtement si on tombe dans cette caricature.

      Supprimer
    2. Lire tous les billets de ce blog ? Il me faudrait plusieurs jours... Mais j'aurais tendance à vous croire : Mr Goux ne cite pas à tout va ces auteurs reputes mechants, parce que ces auteurs n'ont pas le talent de Balzac, Simenon, Proust... Pas assez humains, trop imprégnés de leurs idéologies. Céline aussi avait une idéologie mais ce n'est pas la même qu'eux. Eux c'est une nostalgie pour un monde qui n'existe pas, alors que Celine c'est une vision horrifiee de la vie et de l'homme.

      Je ne pense aucun mal de la biographie de Balzac dont on parle ici. Un homme n'est pas tout bon ou tout mauvais. Celine est mauvais par certaines de ses opinions voire obsessions, mais aussi il et bon, parce qu'un auteur ne peut ecrire un bon livre qu'en y mettant ce qu'il a de bon en lui. L'auteur de cette biographie peut etre a la fois bon et mauvais, et avoir mis ce qu'il a de bon dans cette biographie. Quelqu'un qui aime authentiquement Balzac a forcement quelque chose de bon en lui, parce que c'est seulement avec ce qu'on a de bon en soi qu'on peut aimer ce qui est bon dans les livres de Balzac, et que Balzac a mis dans ses livres avec ce qu'il a de bon en lui. Vous m'suivez ?

      Supprimer
    3. Ah! Ah! Je suis bien content que le mien ait gagné le prix de la meilleure baguette il y a quelques années, et qu'il soit de droite. Je le sais car la boulangère n'arrête pas de se plaindre du patron à la moindre occasion! "Il met pas la clim..."

      Supprimer
  11. L'exigence de qualité qu'on devrait avoir pour le pain, dépasse de cent coudées n'importe quelle considération politique.
    Le type qui accepte de manger des tristes "pâtons mal cuits" sous prétexte d'idéologie, est un con - n'ayons pas peur du mot.

    RépondreSupprimer
  12. Encore un boulanger qui doit faire des pains au chocolat pendant le ramadan!

    RépondreSupprimer
  13. Bonjour Didier.
    Avec ma compagne nous avons pour projet de déménager, un jour ou l'autre, et je me suis fait un voeu, que je ne lui ai pas encore révélé, celui de ne jamais habiter dans une ville dont le maire est socialiste. Je ne sais pas pourquoi, quoique, mais ça m'est intellectuellement pas possible. Savoir que je dors, mange, vis, dans un endroit dont le chef serait socialo, c'est impossible. Je serai malheureux à coup sur.
    Bonne semaine.

    RépondreSupprimer
  14. si l'on doit faire attention au parti de tous les artisans on n'a pas fini!

    Marion

    RépondreSupprimer
  15. "on ne plaisante pas avec l'idéologie"

    C'est ce qui s'était passé à Dreux.

    Au lycée du centre-ville, des professeurs avaient voulu boycotter les commerçants sympathisants un peu trop avec l'extrême droite. Ils avaient dû abandonner, après avoir compris qu'il leur faudrait éviter le boulanger, le fromager, le marchand de journaux et l'épicier du coin.

    http://www.lemonde.fr/municipales-cantonales/article/2008/03/03/a-dreux-les-orphelins-du-front-national_1018185_987706.html

    Anonyme trafiquant.

    RépondreSupprimer

Les commentaires anonymes seront systématiquement supprimés, quel que puisse être leur contenu, voire leur intérêt.