vendredi 5 octobre 2012

Mais que sont les fascistes d'antan devenus ?


Alain Finkielkraut a avancé que l'antiracisme dogmatique, idéologique, serait le communisme du XXIe siècle, idée reprise et développée dans un livre par Renaud Camus. L'évolution de notre monde exsangue semble malheureusement leur donner raison à tous les deux ; il faut simplement espérer que, de ces deux communismes, le second aura une durée de vie plus brève que le premier – et qu'il fera moins de morts, ce qui n'est pas certain. 

Ces deux plaies sont entre autres semblables sur un point. Elles s'auto-légitiment par le coup de force intellectuel, le pronunciamiento idéologique qui consiste à croire et à proclamer que toute personne peu ou prou décidée à secouer le carcan se place ipso facto dans le camp de l'adversaire. Ainsi, de même que, durant des décennies, un anticommuniste, même light, était immédiatement transformé en “fasciste” par les voix autorisées du Parti et leurs serviteurs dociles, tout “anti-antiraciste” d'aujourd'hui se retrouve taxé de racisme, bientôt soupçonné de vouloir ouvrir de nouveaux camps d'extermination ou de réactiver la traite négrière. Et il ne sert rigoureusement à rien d'argumenter ni de démontrer l'inanité d'une telle simplification infantile : l'étiquette prime toujours sur le produit.

8 commentaires:

  1. Quelle jolie brochette ! un salafiste ou un Frère muzz n'aurait pas dépareillé

    RépondreSupprimer
  2. Marrant comme tous les gauchos peuvent se ressembler. A croire que c'est une race à part entière.

    RépondreSupprimer
  3. c'est effectivement vrai, mais vous semblez oublier ou ne pas voir que cette structure mentale manichéenne s'est généralisée et se retrouve dans tout les bords idéologiques.
    Ainsi, face à un libéral, si vous montrez votre préférence pour un système de santé public, il vous catégorisera ispso facto comme un guepéiste en puissance, nostalgique de la Kolyma et de Pol Pot.
    Face à un sioniste, dire que non les Palestiniens ne sont pas tous des terroristes vous fera passer pour un antisémite de première.
    ou devant un "antisioniste", dire qu'Israël n'est tout de même pas comparable à l'Allemagne nazie vous vaudra le qualificatif de laquais de la juiver...pardon de "l'empire americanosioniste".
    Ou encore face à un "anti-islam" (je deteste ce terme d'"islamophobe"...), dire que non il n'y a pas 1 milliard de ben laden, celui verra en vous un islamogauchiste et futur dhimmi.
    etc etc
    Me demande même si ça n'a pas été une constante depuis la nuit des temps.

    RépondreSupprimer
  4. Il y a des fascistes à Chauny ?

    No pasaran !!!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ben oui. L'agriculteur du coin qui sort son bon vieux .12 dès qu'il voit une caravane de manouche se pointer au bout de son champ. Salaud de propriétaire qui ne veut pas partager son bien avec les autres.
      La propriété, c'est le vol.

      Supprimer
  5. Pour être du coin, je connais quelques unes de ces andouilles là… c'est drôle!
    Ne vous fiez pas aux apparences, la plupart ont les poches et le ventre bien rempli… alors, ils culpabilisent et se donnent des airs révolutionnaires dans les salons dorés de la préfectures ou dans les vernissages mondains de la maison de la culture d'Amiens…
    Après la manif, un ou deux sont allés inscrire leurs gamins dans l'école privée du coin, un autre est allé faire un beau voyage en empruntant une compagnie Law Cost, le troisième emploi au "black" un ou deux gentils immigrés qu'ils paient au lance-pierre (mais en les tutoyant bien sûr!)…
    Super sympa… Ils y en a plein comme ça dans le coin et je me les farci tous les jours!

    RépondreSupprimer
  6. De drôles de citoyens. Aucune leçon de morale à recevoir de cette engeance, pestilence républicaine, plusieurs fois encartée, dorlotée par l'Etat, gavée par l'impôt et les prébendes, parfaitement bien Logée... En voyant ces héros au regard si doux, on ne manquera pas de se dire : heureux les humbles et mort aux c... !

    RépondreSupprimer

Les commentaires anonymes seront systématiquement supprimés, quel que puisse être leur contenu, voire leur intérêt.