jeudi 29 août 2013

Juillet fut très chouette


Ce n'est pas moi qui le dis, c'est dans le journal

7 commentaires:

  1. Le problème avec Didier, c'est qu'il refuse son destin, qui est d'être écrivain. Et ce, alors qu'il est reconnu comme un pair par tous les écrivains qu'il rencontre.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Il est reconnu comme un pair parce que les deux font la paire !

      Supprimer
  2. michel desgranges29 août 2013 à 14:32

    Hmm hmm...N'aurais-je pas cité M. le duc de Saint-Simon parmi les (rares) très grands écrivains du XVIIIe siècle ?
    Sade : nous en reparlerons. Peut-être.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ah oui, c'est vrai : j'ai oublié le duc ! Quant à reparler de Sade, je ne suis pas sûr d'y tenir tant que ça…

      Supprimer
    2. En général, on cite le trio Voltaire-Rousseau-Montesquieu. Personnellement, je serais enclin à en ôter Voltaire (puisqu'il n'a produit à mes yeux aucune oeuvre littéraire de valeur) et à y adjoindre Cholderlos de Laclos. Quant à Saint-Simon, j'aurais du mal à l'inclure dans le XVIIIème.

      Voltaire avait tout de même le mérite d'être conscient de la pauvreté littéraire de son siècle.

      Supprimer
    3. @ Didier

      Vous êtes d'autant plus impardonnable que la chouette aurait dû vous faire penser au grand-duc !

      Supprimer
  3. Vous ne comprenez pas les coquetteries d'écrivain, Mat!

    RépondreSupprimer

Les commentaires anonymes seront systématiquement supprimés, quel que puisse être leur contenu, voire leur intérêt.