jeudi 3 juillet 2014

Ici l'ombre !


La chaleur ne vaut rien à l'homme, je dois encore le répéter, aujourd'hui que les 30° indubitablement celsius ont été atteints chez nous ; elle l'affadit, l'amoindrit, l'amollit, l'aveulit, l'avilit : rien de bon ne peut sortir de l'individu accablé de soleil, qui gaspille ses derniers lambeaux d'énergie à rechercher un coin d'ombre – ombre extérieure mais aussi intérieure, tant il lui semble, après quelques heures, que les rayons ont commencé, en plus de la peau, à lui cramer l'entendement.

D'un autre côté, le malheureux liquéfié se dit que les Égyptiens de Ramsès, les Spartiates de Lycurgue, les Athéniens de Périclès, ni même les Romains de Caton ou d'Octave n'ont vécu enfouis sous les névés, cernés par des bises coupantes comme des jugements progressistes ; tous ces gens ont sué leur saoul, et cela ne les a pas empêchés de bâtir des mondes qui nous feraient rougir de honte, si nous avions encore la capacité de les comparer à notre maternité générale.

Tout cela est bel et bon ; je vais néanmoins rester sur ma position première d'odieux caloriphobe. Et je le proclame tout net : si vous voulez que je vous redresse la civilisation, arrangez-vous pour me tempérer le paysage et faites que les anticyclones me lâchent un peu les joyeuses.

26 commentaires:

  1. Cet été vous verrez, sans discontinuer de Banyuls jusqu'à Menton, étalage de jambons et d'échines grillées sur des matelas loués, la version vacancière du mur des cons.

    RépondreSupprimer
  2. Robert Marchenoir3 juillet 2014 à 20:21

    http://zoo.sandiegozoo.org/cams/polar-cam

    RépondreSupprimer
  3. D'autant que ces bâtisseurs de monde n'avaient pas accès comme nous au rosé bien frais qui désaltère autant qu'il finit d'agir comme vous dites sur l'entendement.
    Bec

    RépondreSupprimer
  4. L'important est de s'hydrater. Ne vous inquiétez pas pour moi, au fait !

    RépondreSupprimer
  5. Vous êtes probablement plus celte, germain ou viking que grec ou romain voilà tout ! D'ailleurs de nombreux modernoeuds sont d'accord pour dire que vous êtes plus barbare que civilisé.

    RépondreSupprimer
  6. Les températures au dessus de 20° devraient être interdite par décret!

    RépondreSupprimer
  7. Il fait chaud en été?
    Horreur!
    Portez plainte.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je ne m'en étonne ni ne m'en indigne : je me contente de le déplorer, nuance !

      Supprimer
    2. Avant hier ma voisine rentrait à 2 heures du matin avec une copine, et n'a rien trouvé de mieux à faire que de parler fort, la fenêtre ouverte, cassant ainsi le paisible silence qui règne dans notre cour.
      Comme d'hab´ ça me réveille, je vais pisser un coup, me recouche, et continue à entendre les 2 morues parler comme si de rien n'était.
      Je sens mes nerfs monter, en pleine nuit c'est toujours sympa, quand j'entends ces mots provenant de ma voisine du dessus: "TA GUEULE! On dort!". J'ai éprouvé une grande joie à l'écoute de cette invective, et me suis fait la réflexion, un peu comme pour vos motos cross, "génial! Des jeunes qui ne supportent pas qu'on trouble leur sommeil, et qui invectivent les auteurs d'incivilité".
      Mis à part ça, quel bonheur d'avoir entendu "ta gueule " raisonner dans ma cour en pleine nuit.
      Alors j'ai hésité à mettre un mot en bas. Lequel? Celui qui remercie cette voisine, ou celui qui enfonce le clou et cloue le bec définitivement à ces 2 grognasses? Ces deux gentilles chineuses ont d'ailleurs contesté le fait qu'on leur réclame la paix en pleine nuit.

      Supprimer
    3. Ce doit être des gouines : je ne vois aucune autre explication plausible.

      Supprimer
  8. D'accord avec vous mon Cher. Cela dit, le Riesling coule encore mieux quand il fait chaud...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Retour à l'eau minérale depuis déjà cinq jours…

      Supprimer
  9. Mais tout cela s'explique pourtant parfaitement. Célafaute au réchauffement climatique! Vos Egyptiens, Spartiates etc vivaient à une époque ou c'est y qui fsait plus froid. C'est pour ça qu'ils ont pu construire des trucs un peu impressionnant et que vous n'arrivez pas à tondre votre pelouse.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Gosh ! J'avais oublié le réchauffement ! Du coup, imaginer des Égyptiens à bonnets de laine et des Spartiates en doudoune, voilà qui me remonte le moral.

      (Cela dit, il faudra quand même que je tonde…)

      Supprimer
    2. Et en plus, le réchauffement climatique c'est la fautes du FN, des réacs, des juifs et des ultra-libéraux à réaction...

      Supprimer
    3. N'oubliez pas Monsanto tout de même !

      Supprimer
  10. En effet, il est bon de penser aux Romains, il faut entendre le récit consacré aux bâtisseurs d'empires pour comprendre ce que pouvait être un homme debout. Les pleurnicheries de nos contemporains paraissent, en comparaison, désolantes et dérisoires. Tout ce bruit inutile !

    Même si le bureau des présages cafouillait, Julien avançait malgré l'adversité, cherchant sans doute le contact avec l'armée de Sapor non loin du Tigre : « L'armée cheminait maintenant sous le plein soleil d'été, écrasée de chaleur, hallucinée de lumière, abasourdie de bourdonnements féroces. La soif, les maladies commençaient à se faire sentir. Si confuse était cette marche désolante et comme à l'aveuglette, en terrain exposé, que les historiens antiques n'en donnent de récits que décousus et souvent contradictoires. »
    Lucien Jerphagnon, Julien dit l'Apostat.

    Il fallait le faire, sous le soleil. Et point de repli possible dans la fraîcheur d'une cave pourvue en riches flacons.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Votre citation m'a passé l'envie d'être romain, au moins jusqu'à ce soir.

      Supprimer
  11. Bon, puisque personne ne semble vouloir s'y coller, je vous félicite pour le titre, mais ça ne vaut pas brevet de résistance. Vous pouvez tondre la pelouse, elle aura sa revanche...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Pelouse tondue ! Mais je l'entends déjà qui repousse, la salope…

      Supprimer
  12. Oui, eh bien là, pour l'instant, je crois qu'on va disparaître sous les eaux du déluge. Au moins ne finira-t-on pas séquestré et étouffé par des jeunes qui passaient par là…

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est le problème des gens du Sud : aucun sens de la mesure. Il fait sec pendant des mois et quand enfin il pleut, tout de suite il faut sortir les barques et les scaphandres. Vous n'êtes pas raisonnables…

      Supprimer
  13. Robert Marchenoir4 juillet 2014 à 14:51

    Un bus SNCF détourné par son chauffeur

    http://www.lefigaro.fr/actualite-france/2014/07/04/01016-20140704ARTFIG00171-un-bus-sncf-detourne-par-son-chauffeur.php

    Et après, on va me dire qu'il faut aimer les fonctionnaires.

    Comme si ça ne suffisait pas aux agents SNCF de prendre les Français en otages quand ils font grève ! Il faut aussi qu'ils les prennent en otage quand ils travaillent...

    Vous allez voir qu'on va découvrir au chauffeur "des troubles psychiatriques importants", comme pour la bonne femme enrichissante d'Albi qui vient de tuer la prof de son enfant.

    Et qu'il est arabe, aussi. Enfin ça, c'est pas sûr qu'on vous le dise.

    Pendant ce temps...

    Leonarda se trouve sur le territoire de l'UE

    Tandis que...

    Selon une information du Parisien, dans la nuit de jeudi à vendredi, vers 1 heure du matin, une quinzaine d'individus ont bloqué la D 445 empruntée par les automobilistes qui quittent l'autoroute A 6 pour se rendre à Viry-Châtillon ou Grigny. Des délinquants ont réalisé deux vols à la portière et ont commis un vol avec violences à l'encontre d'un motocycliste.Les braqueurs ont réussi à prendre la fuite.

    Ce pays devient une poubelle.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui, enfin, quelle idée, aussi, d'aller zoner à Viry-Châtillon et Grigny !

      (Ah, pardon : on me signale à l'instant que des vrais gens habiteraient réellement ces endroits. Au temps pour moi.)

      Supprimer
  14. On rapporte que Diogène embrassait les statues sous la neige pour s'endurcir au froid.

    RépondreSupprimer

Les commentaires anonymes seront systématiquement supprimés, quel que puisse être leur contenu, voire leur intérêt.