mardi 1 juillet 2014

La fin du grand chantier


Il était temps, pour le spécialiste auto-proclamé du bâtiment, de raccrocher le casque et déchausser les bottes ; ce fut fait au mois de mai

15 commentaires:

  1. Eh oui, vous êtes écrivain, et c'est un critique qui vous le dit. Quel critique ? Moi, et vous pouvez le croire, car n'étant pas critique, je le suis d'autant plus, et néanmoins.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Elle picole toujours autant, mémère...

      Supprimer
    2. Dame Suzanne serait un merle-picoleur?

      Supprimer
  2. Je vous préviens que, si vous ne menez pas à bien ce projet que vous avez entrepris, je me verrai dans l'obligation de le faire à votre place. J'intitulerai cela "Le chef d'oeuvre de Didier Goux" et ma fortune sera faite.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Tiens Mat ! Je viens de voir que j'étais dans votre blogroll. Merci. Il fait que je pense à vous rendre l'appareil dentaire.

      Supprimer
    2. Ciel ! Ma réputation au sein du réactionnariat va en prendre un coup !

      Supprimer
    3. Par rapport à ma réputation chez les blogueurs de gauche, vous avez de la marge.

      (Didier, on papote, hein...).

      Supprimer
    4. "Ciel ! Ma réputation au sein du réactionnariat va en prendre un coup !"

      Et à juste titre ! Quoiqu'y obtenir les titres enviés de "trou du cul" ou de "connardl" et s'y faire envoyer chier au premier commentaires défavorable pourrait ajouter à votre crédibilité...

      La balle est dans votre camp.

      Supprimer
    5. L'insulteur compulsif recrute ?
      Personnellement, je m'honore plutôt d'être banni de son blog.

      Supprimer
  3. Les mémoires de Guy Roux... l'entraineur qui offrait des caisses de Chablis aux types venus arbitrer son équipe. C'est autre chose que les putes et les rolex façon Bernard Tapie.

    (commentaire ballon pour trinquer à la mémoire de feu votre statut BTPiste)

    RépondreSupprimer
  4. Encore une fois, votre mélange de cynisme affecté et de sentimentalisme réel m'a plu. Vous êtes touchant, Didier, j'envie votre sincérité. Et puis, d'abord et surtout, domine le style...

    RépondreSupprimer
  5. "Raccrocher le casque, déchausser les bottes" c'est exactement ce qu'il fallait faire et j'oserai le dire, ce n'est pas trop tôt !
    Un autre monde s'ouvre à vous, dont vous n'avez plus qu'à pousser la porte.
    Bravo !

    RépondreSupprimer
  6. Enfin, vous acceptez votre condition d'écrivain. Repousser d'un revers de la main le plat qu'on vous offre. Vous faites penser à ce héros typiquement américain ou autre, que toute une populace cherche à sortir de son ranch où il drive ses bêtes pour aller prendre la tête du monde libre et qui doit y réfléchir à 3-4 fois.

    "le chef d'oeuvre de Michel Houellebecq". Je pense (j'imagine que vous en vous en foutez de ce que je pense), que la théorie du désir mimétique de René Girard est une théorie "restreinte" comme la relativité et Einstein et qu'aujourd'hui dans un monde ultra connecté, il faudrait ajouter une facette à la théorie du désir mimétique qui intégrerait cette dimension internet. Néanmoins j'imagine que dans "extension du domaine de la lutte", la théorie première de Girard s'applique.

    RépondreSupprimer
  7. « Le Pendule de Milan Kundera » (Pour après le Chef-d'œuvre de MH)

    RépondreSupprimer

Les commentaires anonymes seront systématiquement supprimés, quel que puisse être leur contenu, voire leur intérêt.