vendredi 11 juillet 2014

Mais de quoi se plaignent-ils, les porteurs de burnous, là ?




C'est vrai, quoi : ça pourrait être pire…

86 commentaires:

  1. Vous radotez, c'est le énième billet sur ces filles !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je pratique un soutien sans faille aux armées démocratiques dès qu'elles en ont besoin et aussi souvent que nécessaire.

      Supprimer
  2. Robert Marchenoir11 juillet 2014 à 20:33

    Cela dit, je soupçonne l'armée israélienne (puisque je suppose que c'est d'elle qu'il s'agit) de se servir essentiellement de son cheptel féminin comme outil de relations publiques vis-à-vis de l'étranger (en plus de l'aspect politique du service militaire obligatoire). D'après ce que j'ai cru comprendre, les femmes ne vont pas au front. Elles ont donc le loisir de faire des photos en petite tenue dans les douches avec des fusils.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je crois que c'est le cas, en effet.

      Supprimer
    2. Les instructeurs militaires israéliens sont essentiellement... des instructrices (calmez vos ardeurs ). Ça titille le machisme de la bleusaille et ça donne d'excellents résultats.
      En plus, Sarah sait rouler les falafels tout en démontant un Uzi en moins de 15s et les yeux bandés (vous avez décidément l'esprit mal placé).
      Admettons que vivre là-bas demande quelques compétences peu utiles à la ménagère berrichonne.
      Cata

      Supprimer
    3. Elles vont au front (dans la mesure où ce mot a un sens dans ce cas) mais pas en première ligne.

      Supprimer
  3. Sébastien Tellibag11 juillet 2014 à 20:45

    Topless, ça pourrait faire la couv' d'un SAS....

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Jamais de topless, sur les couvertures de SAS !

      Supprimer
    2. Sébastien Tellibag12 juillet 2014 à 11:12

      Et ça c'est pas du topless ça, Môsssieur ? : SAS

      Supprimer
    3. Ah oui, tiens ! Ce doit être l'exception qui confirme la règle. La raison doit en être qu'il était tout de même difficile de présenter une petite sirène habillée et armée d'un Kakachnikov…

      Supprimer
  4. Nous avons visiblement les mêmes centres d'intérêt : http://koltchak91120.wordpress.com/2012/07/21/charmes-de-la-vie-militaire-3/

    RépondreSupprimer
  5. Féminisme, militarisme et sionisme : le cocktail préféré des écrivains en bâtiment à l’apéro.

    RépondreSupprimer
  6. Il est assez intéressant de constater que les réacs les plus estimables, mais qui restent sur une posture "classique", semblent toujours se laisser abuser par les vieilles ficelles comme ici l'israélophilie (ils ne nous aiment pas et ne nous aimeront jamais), mais on pourrait aussi parler de l'américanisme ou des postures de droite classique, quand il suffit à un politique de singer la droite, pour que les vieux abonnés au Figaro croient vraiment que c'est la droite. Tout cela par gentille crédulité ou par peur de passer pour un arabophile, un anti-libéral ou, horreur, un antisémite.

    P.S. comment peut-on être de droite, vraiment de droite, sans comprendre que la femme à la guerre, c'est contre la nature de la femme et que cela prive aussi l'homme d'une de ses dernières spécificités fondatrices. Je me répète, mais je ne comprends pas pourquoi, si souvent, les "réacs" agissent, sans rien remarquer, comme les meilleurs fourriers du "sociéto-libéralisme" ?

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Calmez-vous, mon bon, calmez-vous : c'était uniquement sexuel !

      Supprimer
    2. Robert Marchenoir12 juillet 2014 à 17:03

      Voilà bien une bêtise moderniste : penser que la politique étrangère devrait être déterminée en fonction de gens qui "nous aiment" ou "ne nous aiment pas".

      Au demeurant, il est stupide de prétendre que les Israéliens ne "nous" aiment pas. Nous qui, au fait ? Les Français ? Les Occidentaux ? Les chrétiens ?

      J'ai un scoop pour vous : il n'y a pas grand'monde qui "aime" les Français dans le monde. L'arrogance française, l'écart entre les prétentions des Français et la réalité, sont très visibles et dérangent pas mal de monde.

      Au fait : est-ce que les Allemands aiment les Français ? Est-ce que les Français aiment les Suisses ? Est-ce que les Polonais aiment les Russes ? Est-ce que les Corses aiment les Français ? Vous voyez, on peut aller loin dans l'isolationnisme, avec des considérations pareilles.

      Et bien sûr, concernant les Juifs, ils sont nombreux, au contraire, à aimer l'Occident, et ils l'ont prouvé avec les immenses richesses de toute nature qu'il lui ont apporté.

      Supprimer
    3. "Et bien sûr, concernant les Juifs, ils sont nombreux, au contraire, à aimer l'Occident, et ils l'ont prouvé avec les immenses richesses de toute nature qu'il lui ont apporté."

      Vous pensez à Staline, Lénine ou Trotski, je suppose, Robert. Auquel cas le communiste que je suis ne peut que vous approuver.

      Supprimer
    4. Pour en savoir plus sur la nature de l'amour dont parle Marchenoir et les immenses richesses de toute nature (je recommande le passage sur la Conférence d'Amsterdam en 1933)...

      Supprimer
    5. Sébastien Tellibag13 juillet 2014 à 13:11

      Staline était juif Salomon? Il a plutôt essayé de les virer , non? Sinon vous avez oublié Marx ^^

      Supprimer
    6. Robert Marchenoir13 juillet 2014 à 15:52

      Bien sûr. Tous les Juifs sont communistes, c'est bien connu. Et c'est un prof de philo qui vous l'explique.

      La logique fait partie de la philosophie, je le rappelle. Leçon n°1 : expliquez la différence entre les deux propositions suivantes :

      1. Il y eut de nombreux Juifs parmi les fondateurs du bolchevisme.

      2. La plupart des Juifs sont communistes.

      A l'aide de plusieurs exemples tirés de la vie réelle, vous expliquerez en quoi la première proposition n'entraîne nullement la seconde.

      Vous expliquerez ensuite comment on peut se prétendre philosophe, lettré, cultivé et amateur de livres, tout en niant l'immense apport des Juifs à la littérature, aux beaux-arts, à la musique, à la philosophie, à la religion, à la science, à la technique, à la médecine, au commerce, à la finance, à l'entrepreneuriat, à la prospérité et à la politique occidentales.

      Vous expliquerez également le rapport entre le fait qu'un certain nombre de Juifs "ne nous aiment pas" et la permanence de la tentation antisémite en Occident, qui consiste à rejeter sur les Juifs la responsabilité de toutes ses difficultés, tous ses malheurs et toutes ses fautes.

      Vous expliquerez enfin en quoi l'antisémitisme est une faute morale, une marque de faiblesse intellectuelle et en définitive une forme de lâcheté.

      Supprimer
    7. Robert Marchenoir13 juillet 2014 à 15:59

      En somme, Jazzman, à la lecture de vos documents, vous regrettez la défaite d'Hitler. C'est bien ce qu'il me semblait, mais c'est bien que vous nous le confirmiez.

      Supprimer
    8. Marco Polo,

      Staline, juif ? Il a fait le séminaire !

      Supprimer
    9. Vous comprenez toujours très mal ce qu'on vous donne à lire, Marchenoir.
      J'aurais préféré que cette guerre n'ait pas eu lieu, contrairement à vous, et je vous rappelle que c'est la France qui l'a déclarée.

      Supprimer
    10. Pour Marchenoir, les Français sont des fainéants, les fonctionnaires des connards, les épiciers des sauveurs de la patrie, les Juifs des bienfaiteurs de l'humanité et les Suisses des travailleurs acharnés.
      Si vous dites en revanche que les Juifs sont racistes (par exemple), c'est mal. Là il est interdit de généraliser.

      Evidemment toutes ces généralisations sont stupides.

      Ce qui est amusant chez Marchenoir c'est sa capacité à pratiquer les pires abus en matière de généralisation tout en dénonçant chez ses adversaires un procédé dont il raffole et qui lui sert de pensée.

      C'est un peu l'éléphant qui se moque de la lourdeur des souris.

      (Pour Staline, d'aucuns prétendent en effet que ce serait un mythe. Je n'ai pas vérifié car je m'en moque : contrairement à Marchenoir, je ne classe pas les hommes en fonction de leurs origines ou d'une seule de leurs caractéristiques).

      Supprimer
    11. Robert Marchenoir15 juillet 2014 à 13:00

      jazzman14 juillet 2014 16:45

      Vous comprenez toujours très mal ce qu'on vous donne à lire, Marchenoir.


      ****

      Ah oui, bien sûr : maintenant les antisémites sont des incompris. Qu'est-ce qui n'est pas clair, dans ce passage indigné de l’un des textes que vous nous présentez comme une référence irréfutable ?

      En juillet 1933, une conférence du sionisme international fut organisée à Amsterdam. Les juifs du monde entier y participèrent. Ils s’adressèrent à l’Allemagne en des termes impératifs : à savoir qu’ils la sommaient de limoger Hitler et de faire réintégrer tous les juifs dans leur fonction, eussent ils été communistes ou non. En aucun cas les sionistes ne permettraient aux allemands de les traiter de la sorte ; et en toute chose qu’il fallait considérer cet avertissement comme un ultimatum. On imagine aisément ce que fut la réponse des allemands.

      Faire limoger Hitler, quelle horreur. Et par des Juifs, en plus ! Non, vraiment, quelle incorrection...

      D'ailleurs, Hitler n'a persécuté les Juifs que parce qu'ils étaient communistes : il suffisait aux Juifs de prouver qu'ils n'étaient pas communistes pour jouir aussitôt de toutes les faveurs du régime nazi.

      Atroce mauvaise foi des antisémites, qui cherchent à récupérer la crédibilité qui subsiste du combat anti-communiste. Hitler n'était opposé au communisme que parce qu'il était une secte rivale de la branche à laquelle il appartenait lui aussi. Faut-il rappeler que Hitler était socialiste ? Faut-il rappeler qu'il était d'abord opposé aux Juifs, non pas parce qu'ils étaient communistes, mais parce qu'ils étaient capitalistes ? Parce qu'ils représentaient le capitalisme américain triomphant, la puissance de la finance américano-juive cosmopolite, dans des termes qui sont pratiquement les mêmes que ceux de l'extrême-gauche et de l'extrême-droite françaises contemporaines, et des antisémites d'aujourd'hui ?

      Supprimer
    12. Robert Marchenoir15 juillet 2014 à 13:03

      J'aurais préféré que cette guerre n'ait pas eu lieu, contrairement à vous, et je vous rappelle que c'est la France qui l'a déclarée.

      C'est bien ce que je dis : vous auriez préféré qu'on laisse Hitler tranquille.

      Vous ne savez rien de ce que j'aurais "préféré" concernant la Seconde guerre mondiale. Vous serez bien aimable de me demander mon avis auparavant.

      Je note l'hypocrisie de cette formule, qui n'a aucun sens : tout le monde préférerait que la guerre n'ait pas lieu. La guerre, c'est mal et ça tue. "Préférer" que l'histoire se soit déroulée différemment n'a pas de sens.

      Relevons également cette abyssale connerie moderniste qui circule sur Internet : le fautif est celui qui "déclare" la guerre. La guerre, tsé, c'est un jeu, et la règle du jeu c'est que celui qui la "déclare" perd le jeu. D'ailleurs les guerres se "déclarent", c'est bien connu. Il faut envoyer un formulaire administratif à l'ONU, on vous le renvoie avec un tampon, et là vous avez le droit de faire la guerre.

      Quand Hitler envahit la Pologne, il a oublié de faire tamponner son certificat à la préfecture la plus proche, par conséquent c'était pas la guerre. Il était gentil, Hitler, fallait pas lui casser les pieds.

      Comme tous les complotistes -- et l'antisémitisme est un complotisme -- vous n'avez rien à dire, donc il est assez culotté de votre part de prétendre être mal compris. Vous vous contentez de donner des "liens". C'est la pensée-Google.

      Un "lien", ça ne sert pas à remplacer la pensée. Ca sert à approfondir quelque chose qui a déjà été expliqué, ou à fournir les sources, présumées crédibles, de telle ou telle information rapportée. Je pense bien qu'il y a des kilomètres de littérature antisémite sur Internet ! Ca ne la rend pas plus vraie.

      Il serait plus honnête de votre part d'articuler votre pensée antisémite, sans vous réfugier systématiquement derrière des trucs qui traînent sur Internet. Il y a de tout sur Internet. Evidemment, cela vous obligerait à prendre la responsabilité de vos affirmations. Or, l'antisémitisme, c'est juste un autre nom de l'irresponsabilité. C'est toujours la faute des autres. Et comme il doit bien toujours traîner un Juif quelque part, puisque ces gens-là sont vicieux et dissimulés...

      Supprimer
    13. Robert Marchenoir15 juillet 2014 à 13:17

      Contrairement à Marchenoir, je ne classe pas les hommes en fonction de leurs origines ou d'une seule de leurs caractéristiques. -- Polo.

      Non, bien sûr ! C'est bien pour ça que vous ne manifestez jamais votre mépris envers les "épiciers" ! Vous, vous êtes un philosophe, un homme raffiné et subtil !

      Je crois bien que la France est le seul pays au monde où "épicier" est utilisé comme une insulte, ce qui en dit long sur une certaine bassesse nationale. Curieusement, ce sont les mêmes qui se plaignent de "la mort du petit commerce" et ont pour valeur suprême "la bonne bouffe", mais la contradiction ne fait pas peur à un intellectuel de l'envergure de Marco Polo.

      Bien entendu, les ennemis de "l'épicerie" ne se rendent jamais chez "l'épicier". Ils font pousser leurs poireaux eux-mêmes et fabriquent leurs chaussures avec le cuir de leurs vaches.

      D'ailleurs, on n'a jamais autant insulté les épiciers que depuis qu'ils n'existent plus.

      La France devient de plus en plus nègre : elle s'enfonce dans l'irrationnel et la pensée magique, tout en s'imaginant supérieure à la terre entière.

      Supprimer
    14. Marchenoir, je vous ai déjà recommander de lire le petit livre de Francis Delaisi qui vous apprendra que le ministre des finances d'Adolf était juif, et qu'il avait (le ministre) une compréhension très claire des mécanismes financiers, bien éloignée des simples idées prédatrices des capitalistes atlanto-sionistes. Rien que pour ça, ça vaut le coup.
      Si je mets des liens, c'est pour que les lecteurs puissent savoir d'où vient une phrase comme Le jour n’est pas éloigné où toutes les richesses, tous les trésors de la terre deviendront la propriété des enfants d’Israël (Manifeste Crémieux).
      Bien sûr, puisqu'une assemblée de juifs avaient décidé qu'Hitler devait être limogé, il devait partir, faudrait savoir qui est le peuple élu, merde quand même.

      Supprimer
    15. Robert Marchenoir15 juillet 2014 à 18:23

      Bien sûr, puisqu'une assemblée de juifs avaient décidé qu'Hitler devait être limogé, il devait partir, faudrait savoir qui est le peuple élu, merde quand même.

      C'est marrant cette façon que vous avez de tourner en rond, Jazzman, et de prétendre me démentir sans cesser de me donner raison.

      Puisque vous avez l'amabilité de me demander quel est le fond de ma pensée sur Hitler, je vous dirai (sans prétendre à l'originalité) qu'à mon avis, il fallait tout faire pour l'abattre.

      Vous nous confirmez que, d'après vous, à partir du moment où les Juifs étaient opposés à Hitler, eh bien il ne fallait surtout pas le "limoger" (comme si qui que ce soit avait le pouvoir de le "limoger", mais ne nous perdons pas dans les détails...).

      Vous venez de nous dire qu'il ne fallait pas "limoger" Hitler et qu'il ne fallait pas lui faire la guerre.

      Nous sommes bien d'accord : vous êtes favorable à Hitler parce qu'il était opposé aux Juifs. Ayez la simplicité de reconnaître que vous êtes nazi et antisémite.

      Quant à votre "manifeste Crémieux", dont vous vous gardez une fois de plus de nous dire d'où il sort, qui l'a écrit (si quelqu'un l'a vraiment écrit), dans quelles circonstances, etc, moi aussi je peux proclamer que le jour n'est pas éloigné où toutes les richesses, tous les trésors de la terre deviendront la propriété des enfants de Marchenoir. Ca ne mange pas de pain. Et j'aurai même peut-être raison : vous ne serez pas là pour voir le résultat...

      Enfin, concernant "le" ministre des finances de Hitler (il en a eu plusieurs...), où voulez-vous en venir en affirmant qu'il était juif ? S'agit-il une fois de plus de cette vieille saloperie antisémite, selon laquelle les Juifs auraient été complices de leur extermination ?

      Vous voulez parler de la politique économique nazie ? On peut en parler... elle était über-socialiste, et par conséquent, sans surprise... catastrophique. Avec, en prime, cette pittoresque innovation du travail esclavagiste imposé aux Juifs, qui fut un rouage essentiel de l'économie de guerre. Et des rations alimentaires scientifiquement mesurées à la calorie près, où les Allemands aryens étaient évidemment prioritaires, suivis (par exemple) des Polonais non Juifs, avec les Juifs en dernier, qui "bénéficiaient" de rations calculées pour les faire mourir de faim.

      Supprimer
  7. Aussi mal fagotées soient-elles, je m'opposerai de toutes mes forces à l'anéantissement de ces donzelles israéliennes. Mon érotomanie me perdra, je le sais déjà hélas.
    « L'éradication d'Israël est une idée fixe de tous les musulmans » écrit Guillaume Faye (blog : J'ai tout compris) dans son article intitulé « La Troisième guerre mondiale : prédictions ». Ni éradication, ni extermination dit Danny.

    RépondreSupprimer
  8. Les femmes pour tuer des gamins palestiniens, c'est plus classe!

    Anne-Laure

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Voilà : ç'a un côté plus maternant, plus doux…

      Supprimer
    2. Et la vidéo, pour ceux qui trouvent tout cela "classe" et "maternant":

      http://www.lematin.ch/monde/quatre-enfants-tues-page-gaza-scene-filmee/story/28587476

      Supprimer
  9. La blonde allongée (pour tirer, évidemment) a un faux air de MAM. Serait-ce sa fille ?

    Le "bérette verte"est visiblement très dangereuse.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. "Le "bérette verte"est visiblement très dangereuse."

      Dangereuse, arabe, et chrétienne.

      Pas foutus de mettre en place un apartheid correct.
      Les israéliens sont nuls.

      Supprimer
  10. Je n'ai jamais dit qu'il fallait déterminer la politique du groupe auquel on appartient selon des critères sentimentaux.

    Je disais simplement qu'il était assez fréquent chez certains "réactionnaires" d'éprouver une sympathie sincère, mais tellement naïve, envers le groupe "israélo-juif", alors que ces gens ne nous aiment, objectivement, pas.
    Rassurez-vous, je pense la même chose des gens, de "notre bord", qui sont arabophiles par réaction; non messieurs, ces gens-là ne nous aiment pas non plus. Or, c'est quand même un peu ridicule d'éprouver de la sympathie envers des groupes qui ne nous retournent aucune espèce d'amabilité concrète, au-delà des diverses tentatives "d'empapaoutage" que représentent d'un côté "l'occidentalisme" et de l'autre "l'égalité et la réconciliation".

    Quant à l'Occident, ni les Arabes (sans exception) ni les Juifs (sauf ceux dont les yeux ne sont pas d'abord tournés vers Israël et les intérêts particuliers de leur communauté) ne sont occidentaux. Ils partagent d'ailleurs des intérêts communs implicites contre l'Occident européen.

    Donc, sans aucune sentimentalité, je constate seulement que les divers allogénats arabo-islamiques commencent sérieusement à nous pourrir la vie à tous les niveaux, tandis que les groupes israélo-juifs persistent dans la sape active de nos structures fondamentales.


    PS: je constate cependant avec satisfaction que l'atlantisme est en réelle perte de vitesse avec les USA qui montrent de plus en plus ouvertement leur vrai visage. Espérons seulement qu'il n'y aura pas, par réaction, une russophilie qui serait excessive.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Robert Marchenoir13 juillet 2014 à 16:19

      "...ni les Juifs (sauf ceux dont les yeux ne sont pas d'abord tournés vers Israël et les intérêts particuliers de leur communauté) ne sont occidentaux."

      Tout le monde est "tourné vers les intérêts particuliers de sa communauté". Y compris les chauffeurs de taxi, les fonctionnaires, les banquiers, les Bretons, les catholiques, les chasseurs de palombes de la Haute-Ariège inférieure...

      Il est grotesque de prétendre qu'un peuple installé en occident depuis des millénaires, et qui a tellement contribué à sa puissance et à son succès, "n'est pas occidental". A tel point qu'il faille partir à la chasse aux Juifs pour déceler, chez telle ou telle personnalité, son identité juive.

      Depuis qu'Israël existe, les antisémites nous expliquent que les Juifs s'occupent d'abord des intérêts d'Israël. Avant qu'Israël n'existe (c'est à dire pendant la plus grande partie de l'histoire de l'humanité), les antisémites nous expliquaient que les Juifs s'occupaient d'abord des intérêts des Juifs.

      C'est sûr que les Français antisémites ne s'occupent pas du tout des intérêts des Français antisémites !...

      En somme, quoi que fassent les Juifs, les antisémites trouveront quelque chose à leur reprocher. Il s'assimilent avec succès, trop de succès, aux sociétés occidentales ? C'est qu'ils s'occupent avant tout de leurs propres intérêts ! Ils créent leur propre pays ? Ils s'occupent trop des intérêts d'Israël !

      L'antisémitisme a cela de merveilleux qu'il résiste à toute logique. Il est sa propre justification.

      Quand les antisémites (et aussi les Juifs) reconnaîtront qu'il est normal que tout groupe humain défende ses intérêts (y compris les non-juifs), on aura fait un grand pas en avant.

      Supprimer
    2. Je souscris entièrement au commentaire de Marchenoir.

      Supprimer
    3. Je souscris entièrement au commentaire de Claude Lévi-Strauss:

      +++++++++++++++++++
      On m'a traité de sale juif dès l'école communale" et encore au lycée où il réplique à coups de poings: "se découvrir subitement contesté par une communauté dont on croyait être partie intégrante peut conduire un jeune esprit à prendre quelque distance à l'égard de la réalité sociale, contraint qu'il est de la considérer simultanément du dedans où il se sent et du dehors où on le met." Une situation qui ne le poussera jamais cependant au rejet de l'identité française que Lévi-Strauss revendiqua toujours "intégralement et exclusivement". "Je me sens concerné par le sort d'Israël", affirmera t-il des années plus tard, "de la même façon qu'un Parisien conscient de ses origine bretonnes pourrait se sentir concerné par ce qui se passe en Irlande: ce sont des cousins éloignés." (Nouvel-Observateur, mai 2008)
      +++++++++++++++++++

      Supprimer
    4. Pour ma part je souscris entièrement aux commentaires de Un Ours, l'aveuglement des gens de droite sur ces sujets est inquiétant. C'est le même aveuglement qui les a fait voter massivement Sarkozy en 2007 avec les résultats que l'on connaît.

      Supprimer
  11. Justement, ils se plaignent car force est de constater que les barbus porteurs de burnous ne voient jamais de si jolies donzelles mais des sacs poubelles(voile complet) ou des fantômes (voile a trous pour les yeux) se promener dans les rues de leurs souks.

    De ce fait, en apercevant de telles beautés , ils perdent leur ferveur de combattant en jetant leurs fusils et autres ceintures d'explosifs pour courir sans chemises et sans pantalons vers ces houris aux grands yeux , avec de tels procédés la guerre devient impossible.

    RépondreSupprimer
  12. Robert Marchenoir13 juillet 2014 à 16:34

    Belle illustration de l'hypocrisie franchouillarde, dans cette pitite librairie traditionnelle di proximiti d'Arcachon, qui se réjouit sur son site de la loi anti-Amazon :

    AVEC LE RABAIS DE 5% ACHETER UN LIVRE DANS UNE LIBRAIRIE COÛTE MOINS CHER QUE D'ACHETER UN LIVRE SUR UN SITE INTERNET

    Il reste ensuite peut-être un mystère à éclaircir : comment obtenir cette réduction de 5% (remise maximale accordée par la loi Lang de 1981) à La Librairie Générale? Il suffit simplement de nous le demander avec votre plus beau sourire et nous vous la ferons avec plaisir! Vous ne le savez pas toujours parce que nous ne le disons pas mais nous actionnons la touche "- 5%" très souvent (les fameux petits centimes toujours un peu bizarres qui apparaissent dans le prix que nous vous annonçons viennent en fait de là). C'est devenu systématique pour les clients qui nous sont fidèles en venant régulièrement nous voir et nous ne demandons qu'à élargir notre cercle de fidèles !

    http://librairiegeneralearcachon.blogspot.fr

    Donc, voilà : la librairie Machin est moins chère qu'Amazon, mais c'est une remise secrète. Il faut la demander. Et avec le sourire, en plus. On vous la fait si on veut.

    Le trou du cul de base qui passe devant la librairie Machin à Arcachon, et qui se dit : tiens, je vais aller soutenir la pitite librairie di proximiti au lieu de donner mon argent durement gagné aux atlanto-sionistes ultra-libéraux d'Amazon, eh bien il se dit qu'on est à Arcachon et pas à Marrakech, que le prix annoncé est le prix annoncé, et vlan ! il se fera mettre de 5 % -- il n'y a pas de petits gains sur le dos des clients.

    Mais à part ça, la librairie Machin est gentille, de gauche, de proximité, et il ne faut surtout pas aller acheter chez Amazon, qui, lui, vous annonce ses prix et s'y tient.

    Cochon, va.

    RépondreSupprimer
  13. Robert Marchenoir13 juillet 2014 à 20:52

    Amusant factoïde, de nature à faire exploser les contradictions idéologiques des antisémites et des rouges-bruns français : il vient de se créer un bataillon de volontaires juifs ukrainiens pour libérer l'Ukraine de l'invasion russe et des séparatistes pro-russes. Il est dirigé par un ancien soldat de l'armée israélienne.

    C'est à mourir de rire, car cela carbonise la propagande de Poutine selon laquelle les indépendantistes ukrainiens seraient des nazis. Et simultanément, c'est de nature à alimenter la paranoïa des antisémites et des rouges-bruns français, qui prétendent que la révolution patriotique ukrainienne est le fruit d'un complot atlanto-sioniste contre la Russie de Poutine ; tout en soutenant Poutine, lequel, comme on le voit, traite ses adversaires de nazis avec la même honnêteté intellectuelle qu'un juge du Syndicat de la magistrature ou un chef de SOS Racisme.

    Il faudrait savoir : les patriotes ukrainiens sont des nazis, ou des sionistes ? Ca ne peut pas être les deux.

    La prétention de Poutine de lutter contre je ne sais quel néo-nazisme en Ukraine (2 % des voix aux dernières élections au total pour les deux partis, je ne dis pas néo-nazis, mais accusés de nazisme... soit dix fois moins que le parti français en butte aux même accusations), cette prétention est visiblement une projection, comme tant d’autres éléments de la propagande russe. L’antisémitisme est largement développé en Russie, et certainement plus que dans beaucoup de pays occidentaux. Beaucoup plus qu’aux Etats-Unis, en tous cas.

    Comme on le voit, il ne faut pas chercher bien loin pour pulvériser l’affirmation antisémite idiote selon laquelle les Juifs privilégieraient systématiquement leurs intérêts collectifs aux dépens des pays où ils vivent.

    C’est une démonstration de plus que les antisémites et les rouges-bruns ont divorcé d’avec la réalité et la raison. Ils sont capables de tenir simultanément deux discours contradictoires sans que cela les gêne le moins du monde : il faut soutenir Poutine parce qu’il lutte contre un coup d’Etat néo-nazi en Ukraine, et aussi parce que ce coup d'Etat est un complot américano-juif visant à asservir l’Ukraine.

    C’est ça qui est bien avec l’antisémitisme : ça dispense de réfléchir. Ca signe le sommeil définitif de la raison.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. "C’est ça qui est bien avec l’antisémitisme : ça dispense de réfléchir. Ca signe le sommeil définitif de la raison."

      Le Hamas continue d’envoyer sur des terrains vagues des roquettes qui n’ont aucune efficacité. Il y a quelque chose qui m’étonne, là-dedans

      Démonstration éclatante de papy Jean-Marie.
      Ce qui étonne, et semble chagriner le bon JMLP, c'est que les roquettes du Hamas n'est tué personne.
      Donc question naïve du président d'honneur : Si les roquettes juivicides n'ont tué personne, ce n'est pas du au système d'alerte Code Rouge qui prévient avant chaque impact, ni aux milliers d'abris que les israéliens ont construit pour protéger la population civile, ni au Dôme de fer, efficace à 90%.

      Non, vous n'y êtes pas du tout.

      C'est tout simplement parce que ces fourbes israéliens envoient eux-mêmes les roquettes, pour avoir un bon prétexte de donner libre court à leur folie meurtrière et leur soif de vengeance.

      Enculés de juifs

      Supprimer
    2. Vous nous prenez vraiment pour des cons marchenoir ? En quoi ne pourrait-il pas y avoir communauté d'intérêts entre des néo-nazis ukrainiens et des juifs ukrainiens dans une détestation commune pour l'ennemi russe ?

      Vous nous expliquez quoi ? Que les alliances contre-nature sont impossibles ?

      Praviy Sektor a eu une implication importante dans la "révolution" ukrainienne, pas en terme de succès électoral mais en termes de miliciens armés et prêts à en découdre. Le fait qu'ils détestent les juifs est également avéré.

      Que par ailleurs des juifs dont d'anciens officiers israëliens voient aussi d'un bon oeil tout occasion d'emmerder Poutine, allié de l'Iran et de la Syrie, n'est pas plus étonnant.

      J'y vois pour ma part l'hypocrisie juive dans toute sa splendeur. Parfois les nazis c'est le mal absolu, et puis parfois ça peut être des alliés de circonstance utiles. Comme les islamistes en fait, quand c'est le Hamas c'est des méchants, quand c'est le califat qui combat Assad et fout la merde en Irak c'est bien.

      Mais sinon à part ça ce sont les rouges bruns qui ont un raisonnement primaire et pas Monsieur Marchenoir qui nous explique que puisque des juifs combattent poutine, ça veut dire qu'aucun nazi ne peut être ennemi de poutine...

      Supprimer
    3. On se souvient de BHL et de Finkelkraut qui s'étaient partagé le travail en Yougoslavie, l'un chez l'ancien recruteur d'une division SS musulmane et l'autre chez les oustachis. Je ne crois pas que ce soit spécifiquement de l'hypocrisie (même pas besoin de spécialement se cacher, les bons gros droitards suivront quand même), mais plutôt du pragmatisme: le lobby n'aime pas les blocs politiques constitués, les corps sociaux homogènes qu'il est difficile de pénétrer; il lui faut créer des fissures, des interstices où se glisser et, pour ce faire, ils sont prêts à s'allier à n'importe qui. Le problème, c'est que souvent, très à droite, on est aussi très très con, on ne voit pas passer le puck; on se bat sous des oriflammes à symbole dextrogyre, pendant que le président taille le bout de gras avec BHL:

      http://laregledujeu.org/bhl/files/2014/05/BHL_Porochenko.jpg

      P.S. je ne suis pas "antisémite" (guillemets puisque il s'agit d'un mot-code), pour moi, un Claude-Lévi Strauss est pleinement un occidental-européen, sans restrictions.
      J'ai également longtemps espéré que du côté juif on comprendrait que l'état d'Israël avait des intérêts objectifs à ce que l'Europe reste européenne (alors que l'Europe n'a pas besoin, stratégiquement, d'Israël). Je n'ai malheureusement rien vu venir.

      Supprimer
    4. Robert Marchenoir15 juillet 2014 à 13:31

      @waa

      Le Hamas continue d’envoyer sur des terrains vagues des roquettes qui n’ont aucune efficacité. Il y a quelque chose qui m’étonne, là-dedans. Qui envoie ces roquettes, vraiment ?

      Toujours aussi vicieux, Jean-Marie le Pen. Oui, voilà : c'est un vicelard. Et maintenant, il tourne au pépé pervers qui se lâche.

      Hin hin hin, j'ai rien dit, mais je l'ai dit quand même. Moi je me contente de poser des questions, on ne va pas m'empêcher de poser des questions, tout de même ? Eternelle bassesse de l'antisémitisme...

      L'interviouveuse semble déterminée à conforter les "stéréotypes" sur les blondes à gros seins :

      L'Israël lance une grande offensive contre la ville palestinienne de Gaza.

      Au FN, on dit "l'Israël". Vous ne voudriez pas, en plus, qu'ils distinguent l'agressé de l'agresseur ?

      Supprimer
    5. Robert Marchenoir15 juillet 2014 à 14:15

      Non, Buck : je ne vous prends pas pour des cons, mais plutôt pour des salopards. Merci de bien vouloir respecter les nuances, il y a des philosophes sur ce fil.

      Bien sûr que la présence active de Juifs qui risquent leur vie pour défendre l'indépendance de l'Ukraine (et dont je n'ai donné qu'un seul exemple, il y en a bien d'autres) réduit à néant le mythe de la propagande poutinienne, selon lequel a) le mouvement de Maïdan serait néo-nazi, b) cela justifierait l'agression militaire de la Russie, qui retrouverait ainsi le prestige dont l'URSS a pu jouir en Occident après 1945 au nom de son rôle dans le combat anti hitlérien.

      Il y a aussi des néo-nazis en France, comme on le voit ici même. Est-ce que, pour autant, cela justifierait une annexion de la France par la Russie ? Ou même, rigolons cinq minutes, par l'Allemagne, devenue vigoureusement anti-nazie comme chacun sait ?

      Si les Juifs ukrainiens sont nombreux à soutenir Maïdan, et c'est le cas, cela prouve bien qu'ils ne se sentent nullement menacés par un prétendu caractère néo-nazi de ce mouvement.

      Au demeurant, en quoi Secteur droit serait-il néo-nazi, puisque c'est lui le coupable, si je comprends bien les Goebbels du Kremlin ?

      Le nazisme est d'abord anti-capitaliste et anti-américain, et Poutine l'est aussi. Donc, ils devraient s’entendre.

      Le nazisme est une idéologie d'expansionnisme militaire. Quels sont les pays dont Secteur droit revendiquerait l'annexion ? La Russie ? La Pologne ? La France ? La Corse ?

      Le nazisme est antisémite. Visiblement, si Secteur droit n'aime pas les Juifs, il n'est pas assez performant sur ce terrain, soit en férocité soit en influence : sinon, comment expliquer la position des Juifs ukrainiens ?

      Enfin, le nazisme est une dictature. Manque de bol, il vient d'y avoir des élections libres en Ukraine (sauf dans la partie où Poutine s’emploie à foutre la merde, justement...), et l'on a pu voir que Secteur droit ne jouissait d'aucun support dans le pays. Donc, je me demande qui prend qui pour des cons ?

      D'un côté, les Français qui soutiennent la politique d'expansion militaire de Poutine se prévalent d'un référendum en Crimée (truqué) pour légitimer l'agression russe contre l'Ukraine. De l'autre côté, ils refusent de tenir compte des résultats des élections nationales, lesquels prouvent que l'Ukraine n'est pas néo-nazie, contrairement à ce que martèlent jour et nuit les médias de la propagande russe.

      Bel exemple de deux poids, deux mesures, à nouveau.

      Naturellement, de l'Ukraine et de la Russie, c'est cette dernière qui se rapproche le plus du nazisme. C'est la Russie qui a envahi et annexé une portion d'un pays indépendant, créant ainsi un dangereux précédent, pour la première fois depuis 1945. C’est la Russie qui l’a fait avec les mêmes arguments qu’Hitler : la présence d’une population d’origine russe. C'est la Russie qui possède une doctrine de politique étrangère qui menace explicitement d’invasion les pays périphériques, jugés comme faisant partie de sa zone d’influence, qui n’abdiqueraient pas leur souveraineté au profit de Moscou. C’est la Russie qui se rapproche le plus de la dictature.

      Comme d’habitude chez les gens infectés par l’esprit de gauche, on a ici un phénomène typique de projection, où Poutine et les poutiniens hurlent d’autant plus au nazisme qu’ils le pratiquent eux-mêmes.

      Supprimer

    6. 1. Visiblement vous ne connaissez rien à secteur droit qui ont clairement dit que leur soutien au mouvement de maïdan était conjoncturel, qui sont clairement anti-occidentaux et contre les valeurs décadentes de l'occident. Ils sont également antisémites.

      2. Vous seriez gentil de ne pas assimiler ce qui peut être mon opinion sur la question ukrainienne avec la propagande russe. Je me contente d'observer que des mouvements neo nazis ont participé aux émeutes de maïdan et que leur action physique et paramilitaire a été décisive sur le terrain. Cela ne signifie pas que les manifestants de maïdan sont tous néo nazis ou majortairement neo nazis, simplement que ça ne les dérangeait pas d'avoir des néo nazis dans leurs rangs.

      Est-il permis de trouver étonnant qu'un BHL toujours prompt à traiter tout le monde de nazi et de fasciste ne voit aucun problème à s'allier avec des neo nazis lorsque cela sert ses intérêts ?

      3. Il y a très clairement, et vous ne le contestez d'ailleurs pas, convergences d'intérêts entre des neo nazis et des juifs dans les évènements qui ont eu lieu en ukraine. Le fait d'ailleurs que vous nous sortiez des liens expliquant que des juifs dirigés par des anciens de tsahal sont prêts à se battre contre les russes, indique surtout qu'Israël est à la manoeuvre et cherche à déstabiliser la région. De quoi se mêlent d'ex militaires israëliens dans ce conflit ? Ils ont une nationalité à géométrie variable comme les Algériens de France ? Ukrainien pour tirer le coup de fusil, puis israëlien quand il s'agira de partir se planquer ?

      4. Vous parlez de respect d'un vote démocratique. L'ancien président avait été démocratiquement élu, il suffisait d'attendre les prochaines élections. Pendant les émeutes un accord avait été trouvé prévoyant l'organisation rapide de nouvelles élections avec l'assentiment de toutes les parties. Accord non respecté par les émeutiers de maïdan. A partir du moment où l'on se permet de prendre tout le monde pour des cons après avoir signé un accord qu'on viole allègrement quelques heures plus tard, il ne faut pas s'étonner que les autres parties fassent de même.

      5. La Russie possède une doctrine de politique étrangère des plus classiques pour une puissance de cette envergure. Vouloir défendre sa place dans le monde et son indépendance, ce qui passe par le contrôle d'une zone d'influence notamment à ses frontières. Que Poutine ne veuille pas d'un Etat à ses portes contrôlé par un gouvernement issu d'un coup d'Etat encouragé et financé par son principal ennemi à savoir les USA me paraît des plus normal. C'est vrai qu'en France on a oublié ce que c'était d'être une Nation souveraine et libre. On vous entend d'ailleurs beaucoup moins critiquer les violations territoriales et interventions militaires autrement plus lourdes des Etats-Unis ou des Israëliens.

      Supprimer
    7. On pourrait rappeler, si l'on s'intéresse à la réalité des choses, que les "services" israéliens ne sont pas pour rien dans le développement initial du HAMAS:

      http://online.wsj.com/news/articles/SB123275572295011847

      Supprimer
    8. Robert Marchenoir17 juillet 2014 à 14:14

      @ Buck Danny :

      Admettons que Secteur droit soit néo-nazi. Encore que vous ne fournissez pas le moindre fait à l'appui de cette allégation qui se veut incriminante pour l’Ukraine, sinon que ce parti serait antisémite. Si tous les antisémites étaient nazis, il y aurait probablement plus de nazis en France qu'en Ukraine -- à commencer par Jean-Marie Le Pen et sa fine remarque sur les roquettes du Hamas, qui, d'après lui, ont probablement été tirées par Israël contre lui-même !...

      Mais on s'en fout, que Secteur droit soit néo-nazi ou démocrate-chrétien. Vous détournez la conversation. Vous nous enfumez.

      La seule question est : depuis quand la Russie a le droit d'annexer un partie du territoire d'un pays indépendant voisin, et d'en envahir une autre partie avec blindés, tanks et orgues de Staline, sous prétexte qu'il y aurait des néo-nazis au gouvernement ? Ou des écologistes ? Ou des adorateurs du dieu Thor ?

      En quoi est-ce que c'est leur putain de problème ? Qu'est-ce que vous ne comprenez pas dans la phrase "l'Ukraine est un pays indépendant" ? Le sujet ? le verbe ? le complément ?

      Si l'Ukraine a envie de mettre à sa tête le parti des moustachus roux qui veulent adopter le Bitcoin et faire une alliance militaire avec le Liechtenstein, ça regarde l'Ukraine et personne d'autre. Et en tous cas, ça ne donne pas le droit au gnome de Moscou de s'emparer de la Crimée et de mettre l'Ukraine continentale à feu et à sang.

      Tout votre discours revient à nier l'indépendance de l'Ukraine, le droit du peuple ukrainien à disposer de lui-même et à décider lui-même comment il veut être gouverné. C'est exactement le présupposé de toutes les déclarations de Moscou sur l'affaire. Moscou fait comme si l'Ukraine faisait toujours partie de l'Union soviétique, et comme si l'Union soviétique existait toujours.

      Supprimer
    9. Robert Marchenoir17 juillet 2014 à 14:17

      La position de Poutine et de ceux qui gobent sa propagande en Europe est une position extraordinairement agressive et dangereuse pour l'ensemble des pays du monde, car elle crée un précédent susceptible de légitimer des guerres sur toute la planète en réveillant de vieux différends, y compris en Chine, au Japon, en Argentine... Il est bien question des Juifs et d'Israël ! Que les chasseurs de nazis et de Juifs sortent de leur monomanie, et nous lâchent un peu avec leur éternelle explication par le Juif. Il y a d'autres peuples et d'autres forces dans le monde.

      C'est marrant que des gens supposés être "d'extrême-droite" soutiennent un principe de politique étrangère qui autoriserait demain l'Arabie saoudite, l'Algérie, la Turquie, le Sénégal ou l'Irak à annexer la Seine-Saint-Denis, à débarquer des blindés à Marseille et à revendiquer Roubaix.

      Ce que personne n'a l'air de remarquer en France, c'est que Poutine, non content d'affirmer sa souveraineté de fait sur l'Ukraine, est dès à présent en train d'agiter des menaces similaires, y compris militaires, contre les pays baltes et la Finlande.

      Or, contrairement à l'Ukraine, les pays baltes sont minuscules, sont entièrement sous le feu potentiel des troupes russes stationnées à la frontière, et n'ont pour ainsi dire pas d'armée. Il suffirait à Poutine d'infiltrer 500 miliciens sans insigne, utilisant les mêmes méthodes qu’en Crimée et en Ukraine de l’est, pour s'emparer de la Lettonie.

      Il se trouve que la Lettonie, contrairement à l'Ukraine, fait partie de l'Union européenne et de... l'OTAN.

      Si Poutine commence à faire en Lettonie ce qu'il a fait en Ukraine, l'OTAN est obligée, par traité, d'intervenir militairement contre la Russie. C'est ça que vous voulez ?

      Le soutien diplomatique et économique des Etats-Unis et de l’Union européenne à l’Ukraine est amplement justifié. Il est largement préférable que Madame Nuland ait des conversations téléphoniques concernant les orientations politiques de l’Ukraine (comme le font tous les diplomates du monde, y compris les diplomates russes, bien entendu !), plutôt que l’OTAN bombarde la Russie –- et vice-versa.

      Ou alors, dites-nous que vous préférez la guerre, ce sera plus franc du collier.

      Supprimer
    10. Robert Marchenoir17 juillet 2014 à 14:35

      @Buck Danny :

      Que Poutine ne veuille pas d'un Etat à ses portes contrôlé par un gouvernement issu d'un coup d'Etat encouragé et financé par son principal ennemi à savoir les USA me paraît des plus normal.

      Mensonge, tout droit tiré de la propagande russe : il n’y a pas eu de coup d’Etat en Ukraine. Un coup d’Etat, c’est l’armée qui renverse un gouvernement civil. A quel moment l’armée ukrainienne est-elle intervenue à Maïdan, sinon pour réprimer les manifestants ? Le premier ministre par intérim Iatseniuk n’était pas un militaire. Le président Porochenko n’est pas un militaire.

      J’en profite pour relever le mensonge poutinien consistant à parler de « la junte de Kiev ». Il n’y a pas de junte à Kiev. Une junte est un gouvernement militaire. L’Ukraine est dirigée par un gouvernement de civils.

      Ce qu’il y a eu en Ukraine s’appelle une révolution. Le peuple a chassé un dictateur haï et corrompu qui était à la botte des Russes. C’est cela que Poutine reproche aux Ukrainiens.

      Cette révolution a été suivie d’élections démocratiques, qui ont installé un nouveau gouvernement parfaitement légitime.

      La liberté du peuple ukrainien a prévalu.

      Mais vous n’aimez pas la liberté, apparemment. Poutine non plus. Tout cela est parfaitement cohérent.

      Je note que vous qualifiez les Etats-Unis de principal ennemi de la Russie. Merci de nous confirmer les intentions hostiles de la Russie à l’encontre des Etats-Unis, et l’esprit militariste qui règne désormais au Kremlin. S’il y a une junte, elle est à Moscou et non à Kiev. Qui a fait toute sa carrière au KGB ? Qui a décidé l’invasion de la Crimée en grand secret, avec quatre autres personnes seulement, toutes anciennes du KGB, le ministre de la Défense lui-même étant tenu à l’écart ?

      Moscou passe son temps à accuser l’Ouest de ses propres crimes. Vieille habitude de la gauche...

      Supprimer
    11. Robert Marchenoir17 juillet 2014 à 14:44

      @ Buck Danny :

      On vous entend d'ailleurs beaucoup moins critiquer les violations territoriales et interventions militaires autrement plus lourdes des Etats-Unis ou des Israëliens.

      Vieille astuce rhétorique gauchiste consistant à changer de sujet quand on est à court d'arguments.

      Mais parlons-en, des "violations territoriales et interventions militaires des Etats-Unis ou d'Israël".

      Je ne sais pas trop de quoi vous parlez, mais admettons.

      Donc, vous êtes avant tout motivé par le souci de la paix, le respect du droit et la défense de la liberté, par conséquent vos principes universels vous conduisent à condamner "les violations territoriales et les interventions militaires des Etats-Unis et d'Israël".

      Bien. Noble intention, position morale impeccable que j'approuve en tous points.

      Par conséquent... vous approuvez l'intervention militaire et les violations territoriales commises par la Russie en Ukraine.

      Excusez-moi. Je ne comprends pas. Un truc m'échappe.

      Supprimer
    12. Robert Marchenoir17 juillet 2014 à 14:55

      @ Buck Danny :

      Est-il permis de trouver étonnant qu'un BHL toujours prompt à traiter tout le monde de nazi et de fasciste ne voit aucun problème à s'allier avec des neo nazis lorsque cela sert ses intérêts ?

      Est-il permis de discuter de politique étrangère sans mentionner Bernard-Henri Lévy ? A quel moment me suis-je réclamé de l'autorité morale ou politique de BHL ? Je vous parle des Ukrainiens, du peuple ukrainien, et vous trouvez le moyen de ramener Bernard-Henri Lévy dans la conversation !... Je vous assure qu'on s'en fout, de Bernard-Henri Lévy, en Ukraine. Je vous assure qu'en dehors du chef-lieu de canton qui s'appelle la France, personne ne connaît l'existence de Bernard-Henri Lévy.

      Sous prétexte qu'un faux intellectuel médiatique franco-français ramène sa fraise à chaque fois qu'il se passe quelque chose dans le monde, et tente de persuader les naïfs que c'est lui qui tire les ficelles, ceux-là même qui prétendent s'opposer à lui tombent dans ses filets, et donnent foi au mythe d'un BHL tout-puissant, faisant et défaisant révolutions et gouvernements étrangers.

      Franchement, les obsédés de "BHL" sont pathétiques, tout autant que les antisémites -- c'est d'ailleurs souvent les mêmes.

      Supprimer
    13. Robert Marchenoir17 juillet 2014 à 15:54

      @ Buck Danny :

      "Le fait d'ailleurs que vous nous sortiez des liens expliquant que des juifs dirigés par des anciens de tsahal sont prêts à se battre contre les russes, indique surtout qu'Israël est à la manoeuvre et cherche à déstabiliser la région."

      Absurde. Vous n'avez pas un seul fait à l'appui d'une affirmation aussi grotesque, pas un. Quand un Juif pète quelque part, c'est qu'il en a reçu l'ordre d'Israël : vieux fantasme antisémite.

      En fait, figurez-vous que c'est plutôt le contraire : Israël est assez proche des Russes, sur le plan diplomatique, et vice-versa. Après tout, les Juifs russes (et ukrainiens...) ont joué un rôle important dans la création d'Israël, largement peuplé par l'émigration russe ! Il y a quatre quotidiens russes et des dizaines de périodiques en Israël. Il existe un mouvement pour que le russe soit reconnu comme langue officielle.

      Poutine a visité le Mur des lamentations coiffé d'une kippa. Il a reçu Netanyahou à Moscou de façon chaleureuse.

      Un article déjà ancien mais pertinent : la politique pro-israélienne de Poutine.

      Un autre plus récent.

      Just a block away from my home, Putin was feted at the residence of Prime Minister Binyamin Netanyahu, followed by a banquet with President Shimon Peres. He also met a number of former Soviet citizens who are currently Israeli government ministers, including Foreign Minister Avigdor Leiberman and Yuli Edelstein, one of the younger refuseniks I befriended during my Moscow visits.

      Putin seemed nonplussed even when it was clear that he was outraging his Arab allies. There was talk of increased Russian purchase of defense equipment from Israel – a contrast to the far left calls for boycotts against Israel.

      It would seem Putin probably has genuine affection for a country which includes so many of his former citizens. No doubt without admitting it, he probably also recognizes that like Israel, Russia faces threats from Islamic fundamentalists and has strained relations with Turkey.

      His visit to Israel unquestionably sends clear signals. Even recognizing major divergence of policies in relation to Iran and Syria, and that Putin’s tensions with the United States and interests in the Arab world preclude us from considering him a partner, it sends a message to the Arabs that Russia is not an enthusiastic ally in their efforts to undermine the Jewish state.

      Vous prétendez, sans la moindre preuve, que l’implication, dans la lutte de libération anti-russe, de Juifs ukrainiens ayant servi dans l’armée israélienne, prouve qu’il le font sur ordre d’Israël. On reconnait là le bon vieux double bind antisémite : les Juifs ont tort s’ils font A, et ils ont tort s’ils font le contraire de A.

      Si les Juifs ne défendent pas leur pays d’adoption, par exemple s’ils ne s’engagent pas dans l’armée, alors c’est bien la preuve qu’ils sont déloyaux et font passer en priorité les intérêts des Juifs et d’Israël.

      S’ils le défendent au point de s’engager militairement pour défendre la souveraineté de l’Ukraine alors que personne ne les y oblige, alors c’est bien la preuve qu’ils roulent pour Israël et qu’Israël est à la manoeuvre.

      En fait, le plus simple, pour les Juifs, ce serait de se laisser massacrer sans rien dire, puisque de toute façon ils auront toujours tort. Et même là, les antisémites trouveront le moyen de nous expliquer que les Juifs ont été complices de leur massacre, qu’ils « aident les nazis quand ça les arrange », etc.

      Supprimer
    14. C'est vous, Marchenoir, qui enfumez le monde. Vous parlez de l'Ukraine d'une façon plus simpliste que ne le ferait un élève de cinquième. Si un élève de cinquième venait nous dire que l'Ukraine est un pays libre et sympathique qui se trouve injustement attaqué par la Russie, on lui répondrait que les choses, en général, sont un peu plus compliquées. On lui dirait par exemple qu'il y a de fortes chances, comme ça, au pif, que les Américains jouent sur place leur propre jeu en attisant le conflit, en soutenant des putschistes armés et en inondant le monde de leur propagande béhachélienne.

      Venir nous raconter une histoire des événements récents en Ukraine sans jamais évoquer l'ingérence américaine relève quand même du tour de force.

      Il est bien évident que la Russie est parfaitement dans son droit en maintenant sa présence en Mer Noire et en tentant d'empêcher l'Ukraine de basculer du côté de l'Otan. Quand il y a une guerre, on a le droit de se défendre.

      Quand les Américains s'en prenaient à Cuba, teniez-vous le discours du pays souverain qui a bien le droit d'avoir des missiles russes pointés sur son ennemi ?

      Evidemment, si vous considérez que l'Amérique n'a rien de belliqueux et ne cherche que le développement libre et harmonieux des hommes de bonne volonté, tout est plus simple.

      Supprimer
  14. Robert Marchenoir13 juillet 2014 à 21:01

    Le célèbre chef d'orchestre Lorin Maazel est mort à l'âge de 84 ans dimanche en Virginie (est des Etats-Unis) des suites d'une pneumonie, a annoncé le Castleton Festival, dont il était le fondateur. Lorin Maazel, né en France d'une famille de musiciens américains juifs, avait dirigé le Philharmonique de New York et l'Opéra d'Etat de Vienne.

    Mais bon, je suppose qu'en dirigeant Beethoven, Maazel a contribué à saboter la civilisation occidentale et s'occupait essentiellement de défendre les intérêts juifs.

    http://www.lefigaro.fr/flash-actu/2014/07/13/97001-20140713FILWWW00207-le-chef-d-orchestre-lorin-maazel-est-mort.php

    Comme quoi, il n'est même pas nécessaire de remonter les siècles, ni même à l'actualité de la veille, pour réfuter l'obsession antisémite : chaque jour apporte la preuve de son inanité.

    RépondreSupprimer
  15. Quand un ethno-nationaliste judéo-israélien prône l'allogénisation islamo-arabe de l'Occident européen (désolé pour le pléonasme, mais l'Occident ne peut être qu'européen):

    https://www.youtube.com/watch?v=wivA5XGDcZI

    Alors désolé, mais même en me forçant, je n'arrive pas à éprouver le moindre sentiment de connivence avec les coreligionnaires féminines en habit militaire du sieur Attali.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. "Quand un ethno-nationaliste judéo-israélien prône l'allogénisation islamo-arabe de l'Occident européen", alors ça veut dire que tout fout l'camp, ma bonne dame

      Supprimer
  16. Voilà, le truc bien résumé ici:

    ++++++++++++++++
    ...Cette histoire entre vagues cousins se haïssant à en crever ne nous concerne pas. A aucune espèce de putain de degré. S'y intéressent ceux qui peuvent se permettre ce luxe de temps et d'énergie. Une qualité essentielle pour le faire est d'apprécier de se faire payer en gifles et crachats pour sa peine: soyez bien solidaires avec le camp que vous voudrez, vous pourrez toujours aller vous faire foutre pour qu'il vous assiste quand ce sera votre tour de vous défendre en tant que membre d'une culture menacée sur ses terres...
    ++++++++++++++++

    http://lesenfantsdelazonegrise.hautetfort.com/archive/2014/07/13/toussensembleuhouaih-5409766.html

    RépondreSupprimer
  17. Sur la question de l'immigration, pour rebondir sur le lien donné par un Ours à 22h06,

    DES juifs (et non LES juifs; de nombreux juifs s'opposent au "grand remplacement"), ont encouragé, défendu et continuent de le faire, l'invasion migratoire de mon pays par l'Afrique et l'islam.
    A titre individuel ou dans le cadre de groupes d'intérêts (ex: antiracisme institutionnel), nombreux déclarent avoir agi de la sorte au nom de leur condition de juif; en raison de leur histoire ou de leur prétendue mission ou rôle à jouer sur terre.
    Ces gens ont œuvré dans l'intérêt de la communauté juive de France, d'autres ont clairement laissé entendre qu'ils oeuvraient dans l'intérêt d'une nation étrangère, Israël, bénéficiant de relais médiatiques et politiques importants.

    Le patriote que je suis, considère qu'il s'agit là d'une trahison fondamentale des intérêts de mon pays, que cette trahison doit cesser et que les gens qui en sont tenus responsables doivent être condamnés.
    Si ces gens ont déclaré avoir agi ainsi en tant que juifs, dans l'intérêt des juifs, il m'apparaît logique de les condamner en tant que juifs.
    Rien n'interdit à ceux qui y verraient la preuve évidente d'une motivation antisémite d'aller s'acheter un brin de cohérence et d'honnêteté intellectuelle.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Robert Marchenoir15 juillet 2014 à 15:50

      Ah. Enfin, on parle de choses sérieuses. Curieusement, le club antisémite franchouille aborde relativement peu le rôle des Juifs dans l’immigration de masse en Occident, alors que la responsabilité des organisations juives est incontestable (et d’ailleurs revendiquée) dans la transition, aux Etats-Unis, entre une immigration contrôlée, sélective, utilitaire et européenne jusqu’au XIXème siècle, et une immigration de masse, anarchique, idéologique et extra-européenne dans la dernière partie du XXème siècle.

      Transition qui a eu son pendant en Europe.

      Voilà un domaine clair où les Juifs, en défendant leurs intérêts collectifs (lutter contre l’antisémitisme), ont porté atteinte aux intérêts collectifs des non-Juifs (être maîtres chez eux).

      Voilà un terrain où l’on peut vraiment faire de la politique, en parlant des intérêts des uns et des autres aujourd’hui et non il y a mille ans, en se basant sur des faits réels et en agissant de façon rationnelle.

      Hélas, l’antisémitosphère adore le vaseux, le délirant et l’imaginaire (les Juifs dirigent le monde... il y a un complot... ils ne nous aiment pas...), mais se montre chiche en faits précis et pertinents.

      Evidemment, pour ça, il faut se sortir un peu les doigts, et faire preuve, en somme, de qualités juives : l’étude, la rationalité, l’esprit scientifique, le sérieux et... le cosmopolitisme. En effet, l’auteur qui a le plus creusé la question est américain, et n’est pas traduit en français.

      La première chose qu’il faut remarquer est que les Juifs américains avaient une raison légitime pour faire ce qu’ils faisaient. Les Juifs ont effectivement été victimes de l’antisémitisme depuis des siècles, les pogroms ont effectivement eu lieu, les interdictions professionnelles et les déportations ont effectivement eu lieu, les Juifs ont effectivement été massacrés, violés et persécutés de façon systématique à travers le monde en raison de leur appartenance ethnique.

      Et l’histoire a montré qu’ils avaient effectivement raison de craindre de nouvelles persécutions antisémites et de vouloir s’en protéger, car leur action politique en faveur de l’immigration de masse a commencé au début du XXème siècle aux Etats-Unis... soit avant le génocide nazi.

      Je fais ce rappel, car les gros malins de l’antisémitosphère font semblant d’oublier que tout cela a existé. A force de fines questions sur les roquettes du Hamas, « d’interrogations sur l’existence des chambres à gaz » et autres « lobby qui n’existe pas », ils tendraient à nous faire oublier (et c’est bien le but) que les Juifs ont effectivement subi des persécutions épouvantables à travers les siècles, et qu’il est parfaitement légitime pour eux de vouloir s’en prémunir.

      Supprimer
    2. Robert Marchenoir15 juillet 2014 à 15:54

      En deux mots comme en cent, les Juifs américains, issus de l’immigration, ayant constaté que, pendant des siècles, à chaque fois qu’ils relevaient la tête, ils se faisaient taper dessus, ayant constaté qu’à chaque fois qu’ils protestaient contre l’antisémitisme, ils provoquaient un regain d’antisémitisme, ont décidé d’essayer une autre stratégie : se fondre dans la masse, favoriser la venue d’immigrés de toute sorte, et instaurer l’idéologie antiraciste, propre à les protéger, sans que pour autant ils ne paraissent être les instigateurs ni les bénéficiaires de la chose.

      Cette stratégie a mis un siècle à réussir, mais elle a spectaculairement réussi.

      Bien entendu, elle va à l’encontre des intérêts des Occidentaux non-juifs, mais pour envisager de la combattre avec quelque chance de succès, il faut la reconnaître dans son intégralité, y compris en reconnaissant sa cause : la lutte contre l’antisémitisme ; il faut reconnaître la réalité des persécutions motivant cette lutte, et donc la légitimité du combat contre l’antisémitisme.

      Une fois arrivé là, on pourra constater que les Juifs se sont lâchés une bombe atomique sur le pied avec cette stratégie, ce qui était difficile à prévoir en 1905 mais devient évident aujourd’hui. Raison pour laquelle un nombre croissant de Juifs s’opposent désormais à l’immigration de masse en Occident, avec la même ferveur que leurs prédécesseurs avaient prise à la favoriser.

      Ce qui ouvre des perspectives politiques aux Occidentaux non-juifs.

      A condition qu’ils ne passent pas leur temps à compulser les Protocoles des sages de Sion et les œuvres complètes de Dieudonné.

      J’ajoute que l’immigration de masse en Europe est une autre affaire. Ici, le rôle décisif a été celui de l’alliance entre l’Union européenne et les pays arabes, dite Eurabia. En France, l’Etat « protecteur et stratège » a eu une responsabilité significative, en important des Algériens pour diminuer le chômage en Algérie -- et en se rapprochant des Arabes pour contrer les Etats-Unis. Le poids énorme de l’idéologie de gauche chez nous, profondément immigrationniste, doit aussi être rappelé : la Révolution de 1789 ne fut pas l’oeuvre des Juifs, que je sache ; l’extraordinaire complaisance envers les idées de gauche, après 1945, ne saurait être imputée aux Juifs. Bien sûr, l’exemple américain a joué, ainsi que l’action des organisations juives locales.

      Mais il est trop facile de dénoncer le rôle exclusif des Juifs.

      Supprimer
    3. Il est quand même amusant que le fait qu'une petite minorité religieuse ait réussi l'exploit pour défendre ses intérêts propre d'imposer l'immigration de masse à l'Occident ne vous interpelle pas plus que cela.

      Je ne suis pas adeptes des thèses que vous avancez par ailleurs, négationnistes ou de juifs dirigeant le monde. Mais s'ils ont été capables d'imposer l'immigration de masse parce que c'était dans leur intérêt, pourquoi ne pas penser aussi que la destruction de la religion et de la morale en Occident était aussi dans leur intérêt. Après tout d'un point de vu juif on peut légitimement haïr la religion chrétienne et catholique en particulier, qui n'est pas pour rien dans le rejet qu'ils ont toujours subi.

      A partir du moment où la défense de leurs propres intérêts, que l'on peut considérer comme légitime, entre violemment en conflit avec les intérêts des peuples occidentaux, l'antisémitisme ne peut que se développer.

      Il y a de toute façon quelque chose d'insoluble pour le peuple juif, ils sont le peuple élu, ils ne seront donc jamais un peuple comme un autre, ils ne seront jamais tranquilles, nulle part, et leur sécurité ne sera toujours que provisoire, et ce quelque soient leurs efforts. Toute leur histoire est faite de châtiments reçus pour avoir préféré compter sur eux-même plutôt que sur leur Dieu, aujourd'hui cela continue encore.

      Supprimer
    4. Personne ici n'a parlé d'un prétendu rôle exclusif des Juifs dans l'immigration de masse que subit l'Occident, l'esprit commerçant de la bourgeoisie de souche de la seconde moitié du vingtième siècle a été également un moteur décisif dans ce mouvement de fond. Cependant, c'est un peu comme la mafia et les Siciliens: tous les Siciliens ne sont pas mafieux, mais beaucoup de mafieux sont siciliens. Or, parmi les "Siciliens" non mafieux, on n'entend quasiment personne parler contre la "mafia". A ce titre, l'excellent Eric Zemmour fait un peu figure de "poisson-volant" et c'est bien dommage.

      J'ai pour ma part longtemps espéré une alliance objective entre les milieux identitaires européens et des cercles juifs qui seraient stratégiquement intelligents, j'ai dû déchanter, rien n'est jamais venu de leur côté.

      Supprimer
    5. @Robert Marchenoir

      "En effet, l’auteur qui a le plus creusé la question est américain, et n’est pas traduit en français."

      Et comment s'appelle-t-il ?

      Supprimer
    6. "faire preuve, en somme, de qualités juives : l’étude, la rationalité, l’esprit scientifique, le sérieux et... le cosmopolitisme" (Marchenoir)

      A vrai dire ces qualités nous viennent des Grecs et non des Juifs, y compris le "cosmopolitisme" (par exemple chez les Cyniques ou les Stoïciens, qui ont théorisé la chose). Vouloir tout ramener ainsi aux Juifs, y compris quand l'évidence de l'influence grecque saute aux yeux, est le signe d'un sérieux problème de perspicacité historique.

      Supprimer
    7. "En effet, l’auteur qui a le plus creusé la question est américain, et n’est pas traduit en français."

      Kevin McDonald, "The Culture of Critique" ;-)

      Supprimer
    8. Robert Marchenoir17 juillet 2014 à 16:06

      @ Buck Danny :

      Il est quand même amusant que le fait qu'une petite minorité religieuse ait réussi l'exploit pour défendre ses intérêts propre d'imposer l'immigration de masse à l'Occident ne vous interpelle pas plus que cela.

      Je me donne la peine -- ce que personne n'a fait ici -- d'expliquer, longuement, de façon détaillée et étayée, en quoi et pourquoi "une petite minorité religieuse a imposé l'immigration de masse à l'Occident" (en réalité, aux Etats-Unis), et vous trouvez le moyen de m'objecter que "cela ne m'interpelle pas plus que cela".

      Vous ne l'avez pas fait. Moi je me suis donné la peine de le faire.

      Les antisémites de tout poil nous étouffent de leurs délires paranoïaques et de leurs complots imaginaires, de leurs thèses sur la malfaisance intrinsèque des Juifs et sur leur toute-puissance éternelle.

      Je vous fournis des faits historiques et précis. Je fais votre boulot à votre place.

      Et vous avez le culot d'y trouver à redire. Vous ne manquez vraiment pas d'air !

      Supprimer
    9. Robert Marchenoir17 juillet 2014 à 16:13

      Non, pas seulement "The Culture of Critique". Si vous voulez vraiment comprendre le travail de Kevin McDonald, il faut lire la totalité de sa trilogie, et dans l'ordre, qui commence par "A People That Shall Dwell Alone" et se poursuit avec "Separation and its Discontents".

      Certains lecteurs de "A People That Shall Dwell Alone" affirment qu'il s'agit d'un livre favorable aux Juifs, ce qui tend à montrer que McDonald, lui, est un vrai chercheur, et non un militant politique.

      Supprimer
    10. Robert Marchenoir17 juillet 2014 à 16:20

      Et pour finir, j'aimerais indiquer que ce fil est la démonstration éclatante de la loi de Brandolini, également dite teoria della montagna di merda, qui s'énonce ainsi :

      The amount of energy needed to refute bullshit is an order of magnitude bigger than to produce it.

      Ce qui assure un bel avenir à l'antisémitisme et aux théories complotistes de tout poil.

      Supprimer
  18. le problème de l'ukraine, c'est qu'elle a quand meme été sous domination russe pendant des siècles De plus, ce pays est le berceau des russes, tout comme celui des ukrainiens Et meme si je suis loin d'etre un fan de poutine contrairement a nombres de frontistes (qui ont souvent tendance a croire, comme les soraliens que les ennemis de leurs ennemis sont forcément leurs amis), je peux comprendre que la perspective d'avoir des missiles américains a ses frontières ne l'enchante guère La Russie ne veut pas devenir Israel ou l'Iran On peut dire que Poutine est un salaud mais ce salaud est tout de meme soutenu par 70% des russes Meme les plus russophobes admettent que les anti-poutine sont malheureusement ultra-minoritaires Les américains auraient du etre impartiaux dans cette affaire plutot que de prendre systématiquement le parti des révoltés de maidan, qui ont quand meme renversé un président légitimement élu, meme si ce dernier était lui aussi un salopard Les américains (et les élites occidentales) croient encore au retour de la guerre froide ou du nazisme alors que nous sommes entrés dans un monde multipolaire, multiculturel ou les identités, les cultures et les religions sont en train de reprendre du poil de la bete alors que tous les fukuyama et autres gauchistes de la terre pensaient avoir définitivement vaincu ces vieilles passions humaines L'ukraine est sevérement touché par cette crise d'identité mais il en est de meme pour la france et plus généralement l'europe (et je ne parle pas du reste du monde) avec le retour du régionalisme, de l'ethnicisme qu'il soit basque, breton, catalan, écossais, flamand ou italien du nord et du communautarisme religieux (un seul pose réellement problème, suivez mon regard) Malheureusement au risque de faire des amalgames, l'ukraine et israel semble représenter le futur de la france et meme du monde entier (et meme le présent puisque en ce moment des synagogues sont attaquées en france, le pays du vire ensemble) Il est certes encore temps d'agir mais puisque nos pompiers de service semblent etre ravis de continuer a jouer aux pyromanes, puisque la raison semble ployer devant le sentimentalisme, que le court terme semble se jouer du long terme, que la bétise dépasse l'intelligence d'une tete qui n'est pas courte, le pire est a venir

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Quelle est cette curieuse manie de ne jamais mettre de capitales aux noms de pays et de points à la fin des phrases (ou comment dissuader de lire un texte peut-être intéressant) ?

      Supprimer
  19. Quelques perles de Marchenoir :
    ...cette pittoresque innovation du travail esclavagiste imposé aux Juifs, qui fut un rouage essentiel de l'économie de guerre...(il y a aussi la version "gazés à la descente du train" suivant les cas)
    ...faire preuve, en somme, de qualités juives : l’étude, la rationalité, l’esprit scientifique, le sérieux et... le cosmopolitisme...(zut il a oublié la modestie, ce sera pour la prochaine fois)
    ...Il est grotesque de prétendre qu'un peuple installé en occident depuis des millénaires, et qui a tellement contribué à sa puissance et à son succès, "n'est pas occidental" ...(qu'est-ce qu'on aurait fait sans eux, on frémit à l'idée qu'ils pourraient décider d'aller s'installer ailleurs)

    RépondreSupprimer
  20. Juste une question: après l'expulsion des Juifs d'Espagne, est-ce-que ce royaume s'est effondré économiquement, a t-il perdu de sa puissance ? Je pose la question, sans malice, car je ne connais pas suffisamment le sujet.

    RépondreSupprimer
  21. Vous devriez faire attention Marchenoir : quand on écoute Alain Soral on se dit qu'il exagère et que les Juifs ne sont pas si mauvais. Quand on vous voit dire tant de bien des Juifs, on a envie de relativiser et on se prend à les aimer un peu moins. Il me semble qu'il y a là un petit défaut de méthode.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Vous pointez là quelque chose de très intéressant, Marco Polo.
      Sur un autre blog "d'élite", j'avais longtemps tenté de promouvoir un positionnement qui aurait séparé le lobby et ses agissements objectivement néfastes de l'européen "du quotidien", accessoirement d'origine juive. A tel point que je finis par être traité "d'enjuivé" par un gars du style de Marchenoir dont le "philosémitisme", une fois passé le vernis "occidentaliste", consistait grosso-modo à déporter tous les européens juifs, même ceux n'en ayant rien à fiche d'Israël, au Moyen-Orient (bon, le gars me traita deux jours plus tard, de skinhead, pour faire la balance).
      Cela pour dire que bien des Juifs ne sont pas aussi futés que leur réputation stéréotypale, à force de ne pas voir tous ces "philosémites", oh bien intentionnés, leur peignant gentiment une cible dans le dos.
      Franchement, quand Marchenoir parle de libéralisme, moi qui ne suis en rien collectiviste au plan économique, ça me rendrait presque communiste par réaction. Alors quand il parle des Juifs ...(heureusement je ne suis pas antisémite).

      Supprimer
  22. Vous êtes en-dessous de la vérité Marco, car Soral exonère totalement le "juif du quotidien" (comme il dit) des exactions des "juifs puissants", or les puissants le sont souvent par l'action coordonnée des petits.
    Quand on les a vu se coopter parmi et s'offrir mutuellement des sinécures au mépris des compétences, on comprend le rôle qu'ils jouent dans le pourissement de la société.
    C'est d'ailleurs en recoupant ces effets de passe-droits indus qu'on comprend que certains qui prétendent ne pas l'être le sont, et agissent comme tels.
    Anecdote amusante :
    Le fils d'un saxophoniste de jazz m'a raconté que son père avait été embauché comme flûtiste au Philarmonique de Vienne sur pression de Karajan (excusez du peu) malgré l'opposition d'un bonne partie de l'orchestre car son phrasé jazz faisait tache...

    RépondreSupprimer
  23. Robert Marchenoir17 juillet 2014 à 17:09

    @Jazzman :

    Quand on les a vu se coopter parmi et s'offrir mutuellement des sinécures au mépris des compétences, on comprend le rôle qu'ils jouent dans le pourrissement de la société.

    Effectivement, les non-juifs ne se cooptent jamais au mépris des compétences. Les officiers supérieurs suisses, par exemple (j'ai cru comprendre que vous étiez suisse), n'ont pas du tout une légère tendance à se coopter à la tête des entreprises suisses. Et il est clair que l'expérience militaire est la première compétence requise à la tête d'une entreprise...

    Le fils d'un saxophoniste de jazz m'a raconté que son père avait été embauché comme flûtiste au Philarmonique de Vienne sur pression de Karajan (excusez du peu) malgré l'opposition d'un bonne partie de l'orchestre car son phrasé jazz faisait tache...

    Karajan ? Il a été accusé d'avoir été membre du parti nazi... Mais admettons. Admettons que Karajan soit juif (vous m'excuserez d'être un peu las de devoir consulter des "listes de Juifs" sous la pression des antisémites).

    Donc, Karajan serait juif, et aurait fait pression pour embaucher un flûtiste incompétent, mais juif.

    C'est bien la preuve de la nocivité des Juifs, car chacun mesure bien à quel point Karajan était un chef d'orchestre de merde, et à quel point il a fait jouer de la musique de merde aux orchestres qu'il a dirigés. Généralement, on voit bien à quel point les chefs juifs et les interprètes juifs ont massacré la musique classique (d'origine européenne, blanche et chrétienne) à laquelle ils ont eu le culot d'être si nombreux à se consacrer, contribuant ainsi à saboter la civilisation européenne qu'ils haïssent tant.

    Tout ça pour faire de la place à des flûtistes de jazz incompétents... Ces gens-là ne reculent devant rien.


    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Mais non Marchenoir, Karajan était pédé comme un phoque et il s'intéressait aux flûtistes pour une sordide histoire de pince labiable, ne me dites pas que vous ignoriez cette anecdote pourtant amusante comme je l'avais annoncé...

      Supprimer
  24. Juste un petit commentaire, la blondinette sur le champ de tir utilise un TAR-21,

    http://www.youtube.com/watch?v=0N7X0pvhQ4w

    RépondreSupprimer

Les commentaires anonymes seront systématiquement supprimés, quel que puisse être leur contenu, voire leur intérêt.