mardi 25 janvier 2011

Le peuple palestinien, cette invention européenne

« En 1973 la Communauté européenne contribua à créer un nouveau peuple et un nouveau nationalisme inexistant jusque-là : le palestinisme. Jusqu'en 1973 les Arabes de Palestine se reconnaissaient d'abord comme Arabes dans la Palestine sous mandat britannique puis Jordaniens depuis l'occupation par la Transjordanie de la Judée et Samarie en 1949. (…) La mention d'une spécificité arabo-palestinienne, toujours récusée jusque-là par les nationalistes arabes, survint dans les années 1967-1970 quand la Communauté européenne menée par la France et l'Allemagne s'allia à la Ligue arabe contre Israël par des accords officieux appelés Dialogue Euro-Arabe. Cette démarche ne visait pas à résoudre le conflit israélo-arabe, mais au contraire à le maintenir par la création artificielle d'un peuple qui loin de s'intégrer à la Jordanie-Palestine se vouerait à la destruction d'Israël. (…) La solution consistait à agrandi la Jordanie-Palestine et à procéder à un échange de populations, mais cette formule aurait conduit à la paix avec Israël alors que l'Europe adoptait la formule jihadiste de la paix sans Israël. »

Bat Ye'Or, L'Europe et le spectre du califat, Les provinciales, p. 160-161.

À partir de demain, retour à des lectures moins éprouvantes que celle-ci. On va d'abord se ragaillardir avec l'un des deux fameux livres d'Ernst Kantorowicz, sa biographie de L'Empereur Frédéric II, avant d'enchainer avec l'autre versant de son œuvre : Les Deux Corps du roi. Passer un moment avec le dernier empereur de la dynastie des Hohenstaufen nous changera agréablement des ténèbres jihadiennes étudiées et annoncées par Bat Ye'Or, puisque ce bon Frédéric II mena à bien la sixième croisade et devint roi de Jérusalem…

17 commentaires:

  1. Frédéric II est l'un de mes personnages historiques préférés. Cela dit, vous risquez d'être déçu, si je puis dire, car il a mené cette croisade - qu'il a conduite alors qu'il était sous le coup d'une excommunication ! - de façon pacifique, parvenant à se faire restituer Jérusalem sans combattre par son ami le sultan d'Égypte al-Kamil. En raison de l'interdit qui le frappait, le patriarche de Jérusalem refusa de le couronner, ce qui poussa Frédéric à se poser lui-même la couronne sur la tête, près de six siècles avant Napoléon ! C'est vraiment un personnage hors norme, dont la descendance fut exterminée par les papes de cette époque, qui furent d'ailleurs eux aussi parmi les plus grands de l'histoire. La biographie de Kantorowicz est excellente, mais j'avais noté quelques erreurs sur les événements de la croisade. Je vous recommande également celle de Jacques Benoist-Méchin, qui est un bien meilleur connaisseur de l'Orient. Sur les croisades, l'ouvrage monumental de René Grousset est un classique qu'on ne saurait trop recommander, écrit en très bon français qui plus est. Le seul défaut de cet ouvrage est qu'il est partial envers Frédéric II, lequel avait aux yeux de Grousset le défaut d'être allemand...

    RépondreSupprimer
  2. Ah, un grand merci pour la référence, à propos des croisades ! voilà qui m'intéresse au plus haut point et, justement, me faisait défaut. Je file voir si c'est disponible.

    RépondreSupprimer
  3. Didier, je me permets, comme Philippe, de vous recommander aussi la version de Jacques Benoist-Méchin. Un plaisir à lire!

    RépondreSupprimer
  4. Je viens de commander le premier tome : L'Anarchie musulmane

    RépondreSupprimer
  5. Gas : j'ai noté aussi Benoist-Méchin. Mais bon : pas tout à la fois, sinon mon ministre des Finances fait la tronche…

    RépondreSupprimer
  6. Pour se faire une bonne idée des événements géopolitiques dans le monde,il y a mieux à mon avis que Bat Ye Or: Télé Poche.

    RépondreSupprimer
  7. Non mieux le cinéma...
    60 ans de résistance, de luttes acharnées, de souffrances de part et d'autre, de bombardements, de terrorisme, de milliers de morts, militaires, civils, femmes, enfants pour quelque chose qui n'aurait aucune identité, qui aurait été inventé de toutes pièces dans un bureau parisien ou londonien, oui il n'y a que le cinéma pour trouver ça...

    RépondreSupprimer
  8. Cheveux sur la soupe qui n'a rien à voir :
    Quelqu'un a-t-il des nouvelles de Hank ?

    PS en passant (pour Ph Lemoine) Sur un "questionnaire de Proust", à la question "personnages historiques qui me fascinent mais à qui je ne voudrais surtout pas ressembler" j'avais répondu : Ignace de Loyola, François d’Assise et... Frédéric II Hohenstaufen…

    RépondreSupprimer
  9. Oui, Plouc, Hank a commenté chez Hoplite.

    RépondreSupprimer
  10. Très bonne mise au point sur l'invention du palestinisme. A l'époque, on avait à faire aux nationalistes panarabes qui apparaissaient comme peu menaçants : on n'imaginait sans doute pas qu'ils se feraient débarquer par des personnes bien plus dangereuses : les islamistes.

    RépondreSupprimer
  11. Si je vous suis, la notion de Palestine serait une invention occidentale , européenne... Soit !
    C'est bon de le savoir, mais on fait quoi maintenant que la chose est établie: un jour ou l'autre, et dans pas si longtemps que cela, un état palestinien verra le jour.

    RépondreSupprimer
  12. @ Merci Carine. Il est tjrs vivant mais un petit billet "on ferme!" aurait dû clôturer son blog ; à moins que...
    Bon, je me sauve avant que Didier râle pour les apartés...

    RépondreSupprimer
  13. @Plouc
    mais il me semble qu'il l'avait annoncé dans un avant-dernier billet.

    RépondreSupprimer
  14. Didier > je suis certain que vous ne regretterez pas votre achat. Non seulement il est très bien écrit, mais il est truffé de citations en ancien français, ce qui croyez-moi ne gâche rien. Pour tout vous dire, Grousset est mon historien préféré, il a vraiment une belle plume et un don pour la synthèse que j'admire beaucoup. Je vous conseille tous ses ouvrages, mais en particulier - outre l'histoire des croisades - son empire des steppes, qui est un chef d'oeuvre et reste encore aujourd'hui une référence sur l'histoire des grands empires nomades d'Asie. Quant à votre ministre des finances, je n'ose pas vous conseiller d'en changer, après tout je sais qu'il n'a été nommé officiellement à son poste que très récemment, cela ne se fait pas.

    Le plouc > votre choix ne m'étonne absolument pas ! Je pense que Frédéric II est un personnage injustement méconnu. J'ai récemment eu la surprise de découvrir un autre de ses admirateurs dans mon département, l'un de mes collègues à Cornell étant originaire du sud de l'Italie où il jouit semble-t-il d'une certaine popularité, pour des raisons qu'on peut aisément comprendre.

    RépondreSupprimer

Les commentaires anonymes seront systématiquement supprimés, quel que puisse être leur contenu, voire leur intérêt.