mercredi 26 janvier 2011

Le vaillant petit tailleur (de haies)

C'était pour ce matin, pas la moindre place pour le jeu du doute. Après un rapide tour de mes blogo-étables habituelles, sous le titre choisi depuis plusieurs semaines déjà et à dix heures et demie tapantes j'aurais dû écrire le premier mot de la première phrase du premier chapitre. J'aurais dû…

Déjà mon inconscient a très bien rempli son office en ne me faisant percevoir ni le lever de Catherine ni la sonnerie du téléphone un peu plus tard. Résultat de cette vigilance morphéique : je me suis levé à neuf heures et demie dépassées. Mais enfin, en se bousculant un peu, tout restait possible…

Et c'est alors que, bénis des dieux soient-ils, les tailleurs de haie ont débarqué au Plessis, harnachés d'imperméable vert foncé (il pleut à boire debout), tout armés de leurs engins bruyants et rotatifs. Très bruyants : vous avez déjà essayé de commencer un Brigade mondaine tandis que trois inconnus déclenchent un vacarme de tous les diables dans votre jardin, c'est-à-dire à quelques mètres de votre si délicat cerveau créateur ? Non ? Eh bien moi non plus.

13 commentaires:

  1. Vous n'habitez visiblement pas à St-Claude sinon vous eussiez été moins agacé.

    RépondreSupprimer
  2. Hé bien avant de commencer un BM ou une lecture importante vous devriez vous plonger dans cette petite merveille : "Niki l'histoire d'un chien" de Tibor Déry; c'est Finkielkraut qui recommande et il en parlera normalement la semaine prochaine dans son émission.
    Je l'ai lu d'une traite hier c'est vraiment un bijou.

    RépondreSupprimer
  3. Romain Blachier : Je vois mal le rapport…

    La Crevette : c'est commandé !

    RépondreSupprimer
  4. La Crevette, ne poussez pas mon époux à la paresse et à la dépense !

    RépondreSupprimer
  5. de Romain, la fabrique de pipes, peut-être. Zut, j'ai soufflé.

    RépondreSupprimer
  6. Eh bien, tuez un tailleur de haies (ou deux, ou trois) dans votre BM (ah tu la vois, là, ma grosse tronçonneuse ? tu veux en goûter, de mon taille haie ? venir tâter de mon art topique ?)

    RépondreSupprimer
  7. Ah Catherine... Je me fais engueuler pour les mêmes raisons que Didier par mon mari... Pauvres de nous!^^
    Mais là il s'agit d'une minuscule dépense et en plus il faut aussi que tu le lises c'est vraiment très très bien et charmant et intelligent.

    RépondreSupprimer
  8. Méfiez-vous des petits tailleurs, ils sont vaillants et savent fort bien s'attaquer aux géants.

    RépondreSupprimer
  9. Cher M. Goux,

    les prétextes que vous trouvez pour justifier votre manque d'ardeur à la tâche sont d'un futile!

    Ce n'est pas ainsi qu'on relèvera la France, M. Goux, certainement pas ainsi!

    RépondreSupprimer
  10. Si vous aviez taillé votre haie vous-même, ça ne serait pas arrivé.

    RépondreSupprimer
  11. "Si vous aviez taillé votre haie vous-même, ça ne serait pas arrivé."

    Je soupçonne M. Goux de refuser de tailler la haie parce qu'il doit écrire puis de refuser d'écrire parce qu'on taille la haie.

    C'est très fort mais pas courageux!

    RépondreSupprimer
  12. Boutros : ah, oui, tailleur de… Punaise, j'ai la comprenette lente, moi, aujourd'hui !

    Suzanne : j'ai déjà mêlé des jardiniers à une histoire, mais ils ne mouraient pas, si je me souviens bien.

    La Mère Castor : il paraît que l'un d'entre eux a même zigouillé sept écrivains en bâtiment d'un coup.

    Jacques Etienne : ah, il est sûr que si elle compte sur moi, la France…

    Nicolas : et c'est vous, un homme de gauche, qui me conseillez de piquer le boulot d'un travailleur ? Portant un nom à consonance étrangère en plus ?

    Jacques Etienne bis : c'est en gros ça, oui.

    RépondreSupprimer

Les commentaires anonymes seront systématiquement supprimés, quel que puisse être leur contenu, voire leur intérêt.