jeudi 24 novembre 2011

Mais regarde donc où tu mets les pieds, bon sang !


J'aime beaucoup cette citation de Christopher Caldwell, trouvée chez dxdiag :

L'Europe est devenue une société multiethnique dans un moment d'inattention.

Et il y a des moments qui durent… mais qui durent…

32 commentaires:

  1. Mince, Didier, vous allez m'amener des gauchistes...Et ils vont encore "faire qu'à m'embêter", casse-pieds comme ils sont.

    RépondreSupprimer
  2. Dxdiag,

    J'ai peur que ce soit plutôt des racistes qui aillent sur votre site.

    RépondreSupprimer
  3. On peut faire confiance à l'ami Léon pour tenir le cordon sanitaire pudique devant chez Dixie. En plus il agrémente la diversité plurielle chez notre hôte. On ne pourrait s'en passer !

    RépondreSupprimer
  4. @Léon, super ! c'est mes potes : on prépare le 4° Reich (avec l'aide de quelques copains juifs cette fois ci) , et par pure méchanceté, en plus.

    ps: ouf, ils ne viennent pas m'embêter à domicile.

    RépondreSupprimer
  5. L'Islam s'étend jusqu'au-delà des portes de l'Europe. Conquérant et aussi sournois que la vipère, il veut le Monde. Il en va de soi d'y faire obstacle avant que le sang n'y déverse ce malheureux oracle.

    RépondreSupprimer
  6. Dxdiag

    Je savais que je vous ferais plaisir avec cette idée simple, votre forme de pensée évacue si bien la complexité des situations, des courants d'idées, des religions, des comportements humains, des vastes mouvements culturels que les transports, les médias permettent, si heureusement supérieurs (pour moi, par pour vous, je suppose) à des questions de frontières que je ne pouvais que vous être agréable avec cette caricature. A votre service!

    RépondreSupprimer
  7. Léon, gentil Léon, votre façon de m'accuser de simplisme me semble un peu simpliste.

    RépondreSupprimer
  8. Mais Dixie, ne sommes nous pas d'accord pour dire que c'est justement l'amour de la complexité qui amène ces gens-là à ne pas voir clair ? Restons simples (et clairvoyants), ce n'est aucunement une insulte !

    RépondreSupprimer
  9. On peut en tout cas faire faire confiance à Léon pour mélanger l'indicatif et le subjonctif – mais c'est grave : le principal est que le mot “raciste” figure dans le commentaire.

    RépondreSupprimer
  10. Tiens, M.Goux, je croyais plutôt tolérant avec les fautes grammaticales ou d'orthographe, sans doute n'est-ce qu'avec les vôtres.

    RépondreSupprimer
  11. Arrêtez te chatouiller Léon !
    Bon, je sais, il est vrai que quelquefois l'Indien nous manque en d'autres lieux ; il faut savoir ce que l'on veut.

    RépondreSupprimer
  12. Y avait Léon l'Africain, v'là Léon l'Indien.

    RépondreSupprimer
  13. Léon, tout votre discours, c'est du vent.

    Vous êtes "Léon de Hurlevent".

    RépondreSupprimer
  14. Léon,

    Ne pas pas aimer l' Islam et les musulmans, ce n'est pas faire du racisme car si la majorité des arabes sont adorateurs du chamelier, une immense partie de ces idolâtres ne sont pas arabes, le plus grand pays musulman du monde étant l' Indonésie où donc se trouve le racisme car si j'en crois la définition de terme:"Le racisme se fonde sur la focalisation du regard du raciste sur une différence, souvent anatomique. Elle peut être « visible » – la pigmentation de la peau – mais ne l’est pas nécessairement : le regard raciste peut exister sans s’appuyer sur des différences visuelles évidentes".

    Islamophobie pourrait être employée mais nous avons de quoi nous inquiéter, pourquoi, simplement qu'un non musulman dans un pays ayant ce dogme est majoritaire est considéré comme un citoyen de seconde zone.

    Si cela vous tente moi pas enfin si cous avez le temps , je vous conseillerais la lecture de ce livre" Le génocide voilé" de Tidiane N'Diaye est vous verrez que les occidentaux sont de petits artisans.

    L'esclavage existe toujours dans certains pays musulmans.

    RépondreSupprimer
  15. Soyez gentil avec Léon; sans le "Racisme" il n'existe plus… alors un peu de charité,
    Moi Léon je suis raciste, xénophobe, méchant, réac, vilain, langue de p… vipère, je me lave pas, je suis pour que l'on fasse travailler les petits enfant (surtout les noirs) dans les caves et que l'on batte les femmes sauf maman bien sûr… et en plus moi et mes camarades "réac's" nous sommes favorable au Retour de l'apartheid… ( car trop méchants nous sommes) etc (Léon complétera la liste)
    Mais ce que Léon ignore encore, c'est que vu que nous venons tous de même côté que lui, dans quelques années il nous aura rejoint

    RépondreSupprimer
  16. Monsieur Y
    "Mais ce que Léon ignore encore, c'est que vu que nous venons tous de même côté que lui, dans quelques années il nous aura rejoint"

    Eh bien non, je m'en suis sorti lorsque j'ai réalisé qu'il fallait plutôt me préoccuper de l'humain qui était en moi qu'attiser ce que je pouvais avoir de bestial.
    J'essaie d'en imposer à mes instincts négatifs, c'est un peu comme ça que je conçois ma nature humaine.
    Mais bon, vous, faites ce qui vous convient, si vous vous sentez bien dans la détestation, les petites pensées rétrogrades, les haines recuites, les peurs, les fantasmes, l'identité forcenée,la crainte des différences, l'ultraculuture blanche, le refus de discuter, de comprendre l'autre, ne vous gênez pas!De votre voisin jusqu'au fin fond du globe, vous ne manquerez pas de motifs.

    RépondreSupprimer
  17. A Léon : qui fait l'ange, fait la bête, non ?

    RépondreSupprimer
  18. Peut-être ESA, mais en tout cas aucun risque de s'élever pour celui qui veut faire la bête!

    RépondreSupprimer
  19. Léon : … l'ultraculture blanche…
    J'avoue que celle là je ne l'avais jamais entendu!
    vous êtes vraiment trop fort Léon, à vous lire il m'est venue une larme…
    Sans mentir, si votre ramage
    Se rapporte à votre plumage,
    Vous êtes le Phénix des hôtes de ces bois.

    Mais de facto, vous nous avez déjà rejoint du côté obscur de la force et de l'Ultracullture blanche…

    RépondreSupprimer
  20. La question est : es-ce que c'est légal ?

    RépondreSupprimer
  21. J'ai deux hypothèses :

    1. Léon est un réac plein d'humour qui joue au gaucho de base. Son discours est si téléphoné qu'il a l'air surjoué.

    2. Léon est un vra gaucho, mais dont la foi vacille. Il se sent attiré par le côté obscur et tente, par la provocation, de repousser le spectre de sa conversion.

    Ce qui est sûr, c'est que Léon maîtrise parfaitement la novlangue bisounours, ce qui le rend suspect.

    RépondreSupprimer
  22. Pourquoi la loi de la laïcité n'entre pas en vigueur ici ?

    RépondreSupprimer
  23. Je ne la trouve pas bonne cette formule. Car le moment d'inattention dure depuis trop longtemps: 30 ou 40 ans ce n'est plus un moment d'inatention mais du désintérêt.

    RépondreSupprimer
  24. Les valeurs de notre république française sont-elles remises en question par la religion islamique qui serait de ce fait un mouvement politique et plus religieux ?

    RépondreSupprimer
  25. La photo c'est la place Tahrir pendant une trève ?

    RépondreSupprimer
  26. Gaston,

    "Il se sent attiré par le côté obscur"

    Je n'aurais jamais osé définir ainsi votre position, mais puisque vous-même vous attribuez ce "côté obscur", je ne vois pas d'inconvénient à vous suivre dans cette définition.

    RépondreSupprimer
  27. Avec Léon, le 2º degré ne marche pas. Messieurs, je vous conjure de ne surtout pas tenter le 3º ou le 4º, les effets pourraient en être dramatiques, du genre mise en orbite de la cervelle du-dit Léon par explosion de type nucléaire de la-dite cervelle.

    RépondreSupprimer
  28. "…du-dit Léon par explosion de type nucléaire de la-dite cervelle."
    C'est pas possible, il en a pas…

    RépondreSupprimer
  29. "OK BARBES" ça veut dire : "D'accord pour les barbus " ?

    Duga

    RépondreSupprimer
  30. Revenons aux faits, car ils sont têtus, comme aimait à le dire Lénine, sinistre sire, autre génocidaire encore adulé par certaines sectes.

    " Kléber, Marceau, Westermann se ruent avec leurs troupes sur Le Mans. Les feux de pelotons abattent les Vendéens entassés das les rues, comme des quilles. Dans le carnage, les chariots et les canons renversés, beaucoup de personnes sont écrasées par les fourgons. Les fuyards poursuivis par la cavalerie jonchent de cadavres la route du Mans à Laval. Dix mille morts ensanglantent les rues du Mans. Les Soldats Bleus retournent les cadavres pour les dépouiller de leurs montres, de leurs bijoux, de leurs assignats et de leurs pièces d'argent. Parmi les prisonnières, ils se répartissent les femmes les plus distinguées et les religieuses comme butin de guerre. Les mortes sont dénudées, alignées nus, jambes relevées Les soldats s'amusent à, disent-ils, " mettre les femmes en batterie ". Puis ils introduisent des cartouchent dans les vagins, qu'ils font exploser. "

    ...

    Et Westermann écrira à la convention : " Il n'y a plus de Vendée, elle est morte sous notre sabre libre, avec ses femmes et ses enfants. Je viens de l'enterrer dans les marais et les bois à Savenay. "
    Michel Ragon, L'Accent de ma Mère. Une mémoire vendéenne. Terre Humaine. 1980.

    RépondreSupprimer

Les commentaires anonymes seront systématiquement supprimés, quel que puisse être leur contenu, voire leur intérêt.