mardi 22 novembre 2011

Deux ruines parmi les ruines – mais avec de l'esprit

Hier après-midi, alors que, lestés d'un excellent déjeuner pris à l'auberge voisine, le sire de Marchenoir et moi-même cheminions en devisant parmi les splendides restes de l'abbaye de Jumièges (“deux ruines parmi les ruines”, ne manqueront pas d'ironiser d'aucuns), que l'Irremplaçable dans le même temps fixait de son œil implacable sur sa pellicule virtuelle,  me vint au détour d'une phrase le terme de réactionnariat. Comme notre hôte me fit l'honneur de le trouver drôle et assez bien venu, je me suis décidé à le mettre en circulation – libre de tous droits, comme c'est l'habitude de la maison.

S'en serve qui voudra.

16 commentaires:

  1. Quel heureux hasard que ce moulin à paroles, la pierre au service du vent..comme un avion à réactions..

    Je suis justement entrain de lire " L'illustre servante " de Miguel de Cervantès.. en livre de poche bien-entendu !

    RépondreSupprimer
  2. C'est Léon qui va être content!

    RépondreSupprimer
  3. Oui, Monsieur Y, c'est tout de même mieux que "vieuxconnariat"

    RépondreSupprimer
  4. Le réactionnariat peut-il espérer toucher des rédividendes sur ses réactions malgré la crise ?

    RépondreSupprimer
  5. J'ajoute à mon magasin des accessoires. C'est comme les vieilles vis dévissées des ruines, ça peut toujours resservir. Si le cas y échoit, on n'oubliera pas d'avoir une pensée de gratitude pour le fournisseur.

    RépondreSupprimer
  6. Vous prîtes un menu symphonie, I presume ? geargies

    RépondreSupprimer
  7. Jacques Etienne - c'est peut-être justement la "crise" qui peut laisser une lueur d'espoir quant au "retour sur désinvestissement".
    Cela dit, ce genre d'espoir de joueur de loto reste du domaine de l'Espérance évoquée par saint Paul...

    RépondreSupprimer
  8. Quelle belle photo, avec un grand sens du cadrage !

    RépondreSupprimer
  9. "alors que, lestés d'un excellent déjeuner pris à l'auberge voisine, le sire de Marchenoir et moi-même cheminions en devisant parmi les splendides restes de l'abbaye de Jumièges"

    ¡ Qué bien vivís, cabrones !

    RépondreSupprimer
  10. Nicolas : je vous en prie, je vous en prie !

    Sand : votre “justement” me ravit…

    Petit Louis : faites-en bon usage.

    Monsieur Y : l'amiléon est toujours content.

    Léon : tiens, qu'est-ce que je disais !

    Jacques Étienne : le réactionnariat est une entreprise désespérée et à but non lucratif.

    Le Plouc : Ce sera ma plus belle récompense…

    Geargies : nous nous contentâmes d'un modeste menu Promenade : j'n'avions pus l'appétit qu'j'avions…

    Emmanuel F : la photographe a d'autant plus de mérite que l'abbaye de Jumièges est en ce moment parsemée de divers échafaudages forts handicapants de ce point de vue.

    Señor Gil : on ne s'est privé de rien, en effet. Mais c'est si rare…

    RépondreSupprimer
  11. « Deux ruines parmi les ruines... »

    N'allons pas jusque-là. Disons plutôt les énervés de Jumièges (au sens moderne du terme, bien entendu).

    RépondreSupprimer
  12. J'y songe.. de leurre ou de mirage, de mensonge ou de naufrage, résiste la Ruine entourée par les sages.
    Elle marche majestueuse au milieu des images.

    C'est un plaisir que de vous servir, constatez par vous-même comme le ciel s'éclaire lors de vos " passages ".. éclairs.

    Tant mieux justement. Bon appétit Monsieur Goux.

    RépondreSupprimer
  13. Deux ruines parmi les ruines ? Vous êtes bien dur envers vous-même. Encore heureux que vous ayez tous deux devisé courtoisement et sans bagarre, sans quoi il eût fallu vous surnommer les énervés de Jumièges.

    RépondreSupprimer

Les commentaires anonymes seront systématiquement supprimés, quel que puisse être leur contenu, voire leur intérêt.