lundi 16 avril 2012

Jegoun, Cloclo et la guérison des écrouelles


C'était dans ma jeunesse, et même dans mon enfance : les filles avaient ce genre de moiteurs qui les poussaient à parcourir six cents kilomètres pour aller hurler d'enthousiasme sur Alexandrie, Alexandra, voire Le téléphone pleure lors d'un concert en plein air. Les garçons se moquaient volontiers, même si les plus roublards (ou les mieux bandants) faisaient semblant d'adorer Claude François pour tenter d'aborder manuellement une touffe ou l'autre – beaucoup y parvenaient, il faut le dire. Certaines de ces filles, bien qu'ayant largement dépassé l'âge de la ménopause et des dessèchements vaginaux, sont encore tout émues aujourd'hui d'avoir posé leurs lèvres sur cette joue dégoulinant d'un mélange de fard et de sueur, à la descente de scène (comme d'autres ont des descentes d'organes). Il en est même des chanceuses, des étoilées, pour avoir arraché un morceau de fausse dentelle de manche à l'idole et en avoir ensuite, quarante ans ayant passé, fait l'usage qui leur semblait le plus approprié, ou en tout cas le plus directement agréable.

Nous avons passé des années à nous moquer des fans de ce malheureux Cloclo : rien que ces deux mots nous faisaient ricaner, avouons-le. Du reste, encore aujourd'hui, je ne parviens pas à comprendre comment on a pu s'intéresser à cette enflure méprisante, à cette sous-merde à voix de canard piaulant des âneries dont j'ai honte pour l'ensemble de l'espèce humaine, incapable de danser correctement, laid comme un cul de singe, accro au pognon et à la seule gloire que lui procuraient ses gesticulations pénibles dans les émissions de Guy Lux. Mais bon.

Y avait-il, parmi les caillettes décervelées de la photo ci-dessus (dont on croit entendre les petites lèvres faire bravo ! bravo !) une seule pour croire que Cloclo allait leur guérir leurs vaginites (versions modernes des écrouelles) ? Sans doute pas : le mal n'était qu'à ses débuts, il faut croire.

Aujourd'hui, par contre, oui. À notre époque, on rencontre parfois des hommes d'âge relativement avancé qui se pâment d'avoir tenu dans la leur cette chose ayant déjà beaucoup servi (à divers usages et en vain) qu'on désignera sous le vocable suivant : la main de sainte Ségolène. Ne riez pas : le phénomène peut toucher n'importe qui, y compris des gens que vous aimez bien, que vous pensiez solides, vivant à peu près dans le même monde que vous. Soudain, ils dérapent – pour reprendre un verbe qu'ils adorent –, ils ont touché le manteau de la vierge, et rien ne sera plus comme avant. Du coup, le Ciel s'entrouvre, saint Joseph leur apparaît, là, sur l'estrade, où il s'avachit à la manière de saint François (le vrai, celui de 1981) et d'où il dispense la Parole.

Si jamais Batave 1er avait la bonne idée de bricoler l'ampoule de sa salle de bain, les deux pieds dans sa baignoire, je pense que Son Illumination Jegoun 1er (et sans doute dernier) deviendrait grand-prêtre à vie de ce culte nouveau.

On n'a pas fini de se marrer.

91 commentaires:

  1. Clap, clap, un brin jouissif ce billet ! ( comprenne qui pourra )

    RépondreSupprimer
  2. Votre version de l'histoire n'est pas fausse, mais incomplète.
    On sait aujourd'hui qu'il s'agissait d'une ampoule rectale.

    RépondreSupprimer
  3. C'est ce qui m'est venu à l'esprit en lisant la prose extatique de frère Jégoun. La lévitation c'est pour le second tour.

    RépondreSupprimer
  4. Votre version de l'histoire n'est pas fausse, mais incomplète.
    On sait aujourd'hui qu'il s'agissait d'une ampoule rectale.


    'Spèce de négationniste de la Clocloah !

    RépondreSupprimer
  5. Câlisse ! Les robes à grosses fleurs, qu'on croirait découpées dans des vieux rideaux, les lunettes oeil de libellule, les cols pelle à tarte...
    J'avais oublié à quel point la mode de ces années était hideuse.

    RépondreSupprimer
  6. Votre ami est un rien débile, celà n'aura échappé à personne.
    En revanche, et en dehors de son appartenance politique, Ségolène est une belle femme et je lui baiserai volontiers la main en dépit (ou à cause) de ses précédents usages.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Vous par contre, vous avez absolument toute votre tête, hein... Tout le monde le voit très bien.

      Supprimer
    2. Ah ! Mais laisse tomber cet imbécile qui se croit plus intelligent que tout le monde.

      Supprimer
    3. Ne vous inquietez pas pour moi mon cher Dorham: tout va bien, merci.

      Supprimer
  7. Enfin je dis ça mais ça reste du conditionnel, n'est-ce pas...

    RépondreSupprimer
  8. Ah, Marie-Ségolène ! Philippe Muray lui avait consacré un fort joli texte : http://www.philippe-muray.com/philippe-muray-sourire.html

    Quant au reste, je crois qu'il faut laisser la parole à la famille (mai 1992) :

    " Suite aux nombreuses questions qui me sont posées quotidiennement concernant mes liens de parenté avec Ségolène Royal, le nouveau ministre de l’environnement, je tiens à effectuer la mise au point suivante.

    Ségolène Royal est ma nièce, fille de mon frère aîné Jacques, qui a terminé sa carrière militaire avec le grade de lieutenant-colonel dans l’artillerie de Marine.

    Si je ne partage en aucune façon ses options politiques, l’esprit démocratique me contraint à les supporter. Par contre, je ne puis admettre que, pour construire sa carrière politique, elle ait sali de façon outrageante la mémoire de son père.

    Lors de la sortie de son livre «Le printemps des Grands-parents», titre très cocasse quand on saura qu’elle a été particulièrement odieuse avec mes parents (ses grands-parents), elle a accordé un certain nombre d’interviews d’où il ressortait qu’elle avait eu une enfance très dure du fait de son père, militaire rigide et borné qui la brimait.

    Par contre au moment de la guerre du Golfe, dans une interview du journal «La nouvelle République du Centre», elle disait son soutien aux soldats français, évoquant avec émotion le souvenir du départ de son père pour l’Algérie et sa mort au combat (en réalité mon frère est mort d’un cancer en 1981 !)

    Autre article récent, dans le «Courrier de l’Ouest» du 2 mars 1992. Je cite : « On sait moins que son père était militaire et que, petite fille, à la maison, il lui fallait faire, contrainte et forcée, sa prière quotidienne».

    En conséquence, je n’ai aucune relation avec cette jeune femme, résolument mythomane et j’ai honte de voir le nom de ma famille ainsi galvaudé
    ".

    Pierre Royal
    Général de Brigade

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Vous, vous êtes un grand naïf ! Comme si tous les hommes politiques ne s'étaient pas inventés un passé. C'est qu'il leur faut raconter une histoire, tout le temps, y compris la leur.

      Supprimer
    2. Je ne suis pas un grand naïf, seulement là nous sommes au delà de la mise en scène d'un passé. Nous sommes face à une garce de concours.

      Quant à l'autre qui la trouve bonne, à chacun ses perversions.

      Supprimer
    3. Cela n'engage que vous. Calmez-vous un peu, vous allez vous froisser un index.

      Ce qui me sidère chez pas mal de gens de droite, c'est cette propension qu'ils ont à se balader avec leurs certitudes. Vous ne valez pas mieux que ceux de gauche à qui vous reprochez sectarisme et pensée unique. Vous êtes EXACTEMENT comme eux. Je suis sûr que si on cherchait bien, on trouverait une autre déclaration d'un autre membre de la Famille Royal qui dirait que Pierrot est un gros con. Tout cela est absurde. Ne prouve rien. Vous avez grandi avec elle ? Lui-même, le Pierrot, il savait ce qu'il se passait dans cette famille ? Un peu de perplexité vous ferait le plus grand bien, Koltchak. C'est fou cette fascination qu'ont les gens (de droite comme de gauche) pour les choses écrites. Un crétin fait gicler trois lignes et c'est parole d'évangile. Les mots vous hypnotisent. Vous gagneriez tous à être plus méfiants et je vais même dire mieux, plus libres. Le hic, évidemment, c'est que vous croyez l'être.

      Supprimer
    4. Elle est sans doute moins bonne que Marine Le Pen, on n'a pas spécialement envie de la retourner sur une botte de paille et libre à toi de mener un combat contre Ségolène Royal...

      Supprimer
    5. Dorham,

      Ce type, plus libre ? Il a décidé que Ségolène Royal était moche parce qu'elle est de gauche. Que veux-tu faire pour le sauver ?

      Supprimer
    6. Mais qu'est-ce que j'en ai à foutre de Marine ? Heureusement qu'il y a la reductio ad lepenum pour clouer le bec des réacs ! L'autre crétin a décidé que Ste Ségolène est bonne et il ne faudrait pas donner son avis ?

      Quant à la garce de concours, je faisais moins référence à la lettre de son oncle qu'à ce cher Bernard Hanse qui a pu goûter aux évidentes qualités humaines de "la belle".

      Supprimer
    7. Nicolas,

      Rien.

      ---

      Koltchak,

      Mais bordel, calmez-vous ! Vous êtes agaçant à la fin.

      "Quant à la garce de concours, je faisais moins référence à la lettre de son oncle qu'à ce cher Bernard Hanse qui a pu goûter aux évidentes qualités humaines de "la belle"."

      Oui, vous vous référez à quelqu'un qui vous a dit que, vous a écrit que. Bref, vous ne savez rien de ce qu'est cette dame. Voilà tout. Ne cherchez pas midi à 14h00. Vous avez une opinion, elle vaut ce qu'elle vaut, c'est à dire pas grand chose, ni plus ni moins que les opinions de Nicolas, les miennes ou quiconque.

      Supprimer
    8. * "celles de" quiconque.

      Supprimer
    9. De toutes façons, j’espère que personne ne vote pour un physique ou alors il faut vraiment s’inquiéter...

      Supprimer
    10. Oui, là, on est d'accord.

      Supprimer
    11. Dorham, insondable crétin, là je fais mon Nicolas J., Bernard Hanse était un instituteur accusé à tort de pédophilie et qu'elle a nommément désigné à la vindicte populaire malgré tout le cinéma qu'elle a pu faire ensuite autour de la présomption d'innocence. Elle était secrétaire d'Etat, elle voulait faire la une des gazettes et elle a piétiné l'honneur d'un homme qui ne pouvant supporter cela s'est suicidé. Peu de temps après l'enquête a révélé que l'enquête était bidon, que la gamine avait voulu se venger d'une punition ou je ne sais quoi de cet ordre. Et bien sûr la belle ne s'est jamais abaissée à s'excuser auprès de la famille, haut dessus de sa dignité.

      Alors oui, un garce de concours. Pour rester poli.

      Supprimer
    12. J'avoue mon insondable ignorance à propos de cette affaire.

      Supprimer
    13. Lorsque Bernard Hanse a été innocenté à la suite de l'enquête qui avait démontré, trop tard, que l'enfant avait menti, la dinde poitevine a eu le front de mettre en doute la décision du parquet, par dessus le cadavre encore chaud de Bernard Hanse, en assénant cette magnifique sortie : " un enfant ne ment pas ".

      Supprimer
  9. Elle est bonne. Point.

    Aurais-je raté mon billet ? Je me contente d'expliquer que je comprends les andouilles qui restent sous le charme.

    La réaction de Corto est amusante, cet andouille est amoureux de Sarko et bave à chaque propos...

    RépondreSupprimer
  10. Eh, les gens : y a que moi qui ai le droit de me moquer du gros frisé !

    Bon, allez, je me casse (voir billet suivant).

    RépondreSupprimer
  11. "Elle est bonne. Point."

    Et bien, il ne vous faut pas grand chose... C'est une rombière imbaisable...

    Et on apprend que Jegoun à un Iphone, c'est donc un salaud de capitaliste qui n'hésite pas à acheter des produits fabriqués par des chinois en semi-esclavage.

    Salaud !!!!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ah ! Toujours aussi con, lui ! Ca fait à peu près trois ans que je parle de mon iPhone dans un billet sur trois...

      Supprimer
    2. Mais comme je ne vous lis qu'une fois tous les 3 ans...

      Ce qui est bien avec vous c'est que vous êtes d'une prévisibilité confondante. Aucun second degré, incapable de répondre autrement que par une insulte, on vous pousse et vous roulez sur des kilomètres...

      Vous êtes génial, a coté de vous on passe tous pour des prix Nobel.

      Supprimer
    3. J'adore tous ces crétins qui se croient plus intelligents que tout le monde...

      Supprimer
    4. Non non, pas plus intelligent que tout le monde, juste plus intelligent que vous, ça suffit à mon bonheur.

      Je suis un homme simple qui aime les plaisirs simple, et être traiter de con par un autre con c'est un plaisir d'épicurien...

      Supprimer
    5. Un peu comme la masturbation.

      Supprimer
    6. Non, perso j'ai plus de rapports avec des femmes qu'avec ma main droite mais rassurer vous, l'onanisme n'est plus un péché, vous n'irez donc pas en enfer...

      Supprimer
  12. On a le droit de se moquer. Le billet de Nicolas a bien ce coté chrétien réchauffé. Il n'empêche que cette femme a en effet ce que j'appellerais la science de la rencontre. Cela se sent et se voit. Elle a cette capacité à considérer toute personne, sans distinction. A bien des égards, elle me fait penser à Bayrou qui a lui aussi cette simplicité, la maitrise naturelle de cette science.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Mon billet n'a aucun côté chrétien réchauffé : la dame est charmante et 250 fanatiques l'ont RT dans Twitter pour que je récupère la première place de l'ex Wikio.

      Cela dit si tu continues à dire du bien de Bayrou, je te dénonce.

      Supprimer
  13. C'est parce que c'est un catho. Je ne voterais pas pour lui mais je l'aime bien...

    RépondreSupprimer
  14. Monsieur Goux, je vous remercie de m' avoir fait rire, j'ai de suite transmis le début de votre billet à mon épouse qui est une admiratrice inconditionnelle de Cloclo et pour votre Jegoun 1er, c'est vrai depuis qu' il va la vierge, il n'est plus le même , touché par la grâce certainement.

    RépondreSupprimer
  15. Ne soyez pas plus con que vous ne l'êtes, et vous l'êtes déjà assez!

    RépondreSupprimer
  16. Je fais un effort pour être au niveau des commentateurs du vieux...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est toi que le dit, c'est toi qu'il l'est...

      Ils sont tous du même niveau les électeurs socialistes ?

      Supprimer
    2. Oui. Tous aussi cons mais majoritaires.

      Supprimer
    3. Vous soulignez le problème principale du droit de vote universel, le président tire sa légitimité de la masse, même si celle ci est entièrement composée de cons, comme sous le soulignez si bien...

      Supprimer
    4. Ce que je souligne, surtout, c'est la capacité de certains crétins à se croire plus intelligents que les autres et à vouloir décider ce qui est bon pour eux. On appelle ça des libéraux.

      Supprimer
    5. C'est vrai que les socialistes ont beaucoup mieux réussis, la Grèce, Le Portugal, L’Espagne sans oublié les anciennes républiques socialistes soviétiques en sont le parfait exemple...

      Rappeler moi qui a dérégulé le systéme financier Français ?

      Ha oui, Mitterrand et Fabius, deux grand libéraux.

      Supprimer
    6. Marrant, cette manie de Jegou à dire que tous ceux qui lui ferment son minuscule clapet sont plus intelligents que tout le monde. Alors qu'ils sont juste plus intelligents que Jegou. Ce qui n'est pas bien difficile, faut reconnaître.

      Supprimer
    7. Quel clapet ? On croit rêver ! Tout ce qu'on a, c'est un gros con qui me traite de... con et à qui je demande s'il se croit plus intelligent et une andouille qui cumule les argumentations imbitables.

      Prenez le dernier... L'andouille loue les socialos libéraux...

      Supprimer
    8. Ce commentaire a été supprimé par l'auteur.

      Supprimer
    9. "une andouille qui cumule les argumentations imbitables." Je remarque que vous n'avez rien à répondre contre cela, aucune contre argumentation, aucun contre exemple, juste des insultes.

      Et je ne vois pas très bien ou je loue les socialos libéraux, j'ai juste rappelé un fait historique.

      C'est marrant comme le socialisme est à géométrique variable en fonction de qui fait quoi. Sarko porte une Rolex, c'est un salaud de riche bling bling, Dray porte de Breguet à 80.000 euros c'est un homme du peuple...

      Aucune cohérence idéologique.

      Supprimer
    10. Quel rapport avec la montre de Sarko ? Est-ce que vous m'avez vu en parler ? Comment voulez-vous qu'on puisse avoir une discussion avec vous si vous ramenez les arguments à ce niveaux...

      Pour faire référence à votre commentaire supprimé : pourquoi voulez-vous avoir une discussion argumentée alors que, justement, on n'est pas d'accord ?

      Vous détenez des "vérités historiques" mais vous dites en même temps que ce ne sont pas des arguments. Vous êtes totalement incapable d'avoir une discussion...

      Première intervention : "De toutes façons, j’espère que personne ne vote pour un physique ou alors il faut vraiment s’inquiéter...". Aucun sens de la sociologie politique... Deuxième intervention : "C'est une rombière imbaisable..." Bravo le niveau... Troisième intervention : "Ce qui est bien avec vous c'est que vous êtes d'une prévisibilité confondante. Aucun second degré, incapable de répondre autrement que par une insulte, on vous pousse et vous roulez sur des kilomètres... " Quatrième intervention : "Je suis un homme simple qui aime les plaisirs simple, et être traiter de con par un autre con c'est un plaisir d'épicurien..."

      Je n'invente rien...

      Je n'ai pas envie de discuter avec un type qui n'a aucun argument... Vous pouvez effacer vos autres commentaires.

      Dans le dernier, celui que vous avez effacé, vous dites "Ce que je n'ai jamais compris chez ces gens la, c'est comment ils pouvaient se satisfaire d'un Hollande. Au moins chez nous, on a la décence de reconnaitre que Sarkozy est quand même vraiment pas terrible... "

      Aucun argument à part "on ne peut pas se satisfaire de Hollande". "ces gens-là" : quel mépris pour tout type pas d'accord avec lui...

      Et l'argument final : les gens de gauche devraient critiquer Hollande puisque nous, à droite, on ose critiquer Sarkozy.

      Supprimer
    11. Le professeur Jégou, expert mondialement reconnu en philosophie politique, a dit : "les libéraux, c'est ceux qui veulent décider pour les autres ce qui est bon pour eux".
      C'est d'ailleurs pour ça qu'on les appelle des libéraux.
      Alors qu'à l'inverse, les socialistes, c'est ceux qui veulent laisser chacun libre de mener sa vie comme il l'entend.
      Par exemple de mettre ses enfants dans l'école de son choix, de choisir à côté de qui il a envie d'habiter, et autres choses du même genre.
      C'est d'ailleurs pour ça qu'on les appelle des socialistes.

      Supprimer
    12. Aristide, le grand professeur ! J'ai dit ça en réponse à un gugusse qui voulait supprimer le droit de vote aux cons...

      Cela dit vous m'expliquerez en quoi on vous empêche de choisir une école ou une maison avec des bons voisins ?

      Supprimer
    13. "un gugusse qui voulait supprimer le droit de vote aux cons"

      Non, non, pas qu'aux cons, à pleins d'autres gens aussi...

      Quand aux citations que vous avez extraites, ce ne sont pas des arguments, ce sont des commentaires, nuances subtiles.

      Si c'est de la sociologie politique que de voter pour un physique, il faut immédiatement supprimer la démocratie.

      Je pensais naïvement qu'on votait pour ou contre des idées, j'ai du me tromper.

      Et j'ai effectivement du mépris pour les tous les militants politiques et autres admirateurs de béats de gens qui n'ont rien fait d'autre dans leur vie que d'être payés par le contribuable et se vouter dans les palais de la République.

      Au moins Poutou, en dépit de ses idées, fait un vrai métier et prend de vrai risques.

      Et j'aimerai savoir ou ai je dis que les faits historiques n'étaient pas des arguments...

      "Cela dit vous m'expliquerez en quoi on vous empêche de choisir une école" Et bien la carte scolaire par exemple, même si elle a été assoupli, on ne fait tjrs pas ce qu'on veut...

      Supprimer
    14. Et j'ai au moins l’honnêteté intellectuelle de supprimer un commentaires quand je trouve celui mauvais.

      Effectivement, étant très critique vis à vis de "mon camp", j'aimerai trouver quelqu'un suffisamment cultivé et intelligent pour critiquer également "le camp d'en face", comme ça on pourrait peut être se retrouver sur certaines choses et faire avancer, modestement, la politique Française.

      Si vous avez des adresses, n'hésitez pas.

      Supprimer
    15. Oui, mais j'ai reçu ce commentaire par mail...

      Il n'y a pas d'écoles privées, en France ?

      Critiquer les actions de la gauche qui n'est plus au pouvoir depuis dix ans ? Heu... Quelqu'un de suffisamment cultivé et intelligent ? Désolé, je ne peux pas assurer : tu es le plus intelligent, tu passes la moitié de tes commentaires à essayer de le démontrer...

      Supprimer
    16. Ah ! J'ai oublié de répondre à ceci : "Je pensais naïvement qu'on votait pour ou contre des idées, j'ai du me tromper."

      Rien à répondre, d'ailleurs. C'est beau. C'est émouvant.

      Supprimer
    17. Suis-je ballot !
      La carte scolaire ça n’a pas DU TOUT pour fonction de contraindre les parents dans le choix de l’établissement scolaire de leurs enfants.
      La loi SRU ça n’a pas DU TOUT pour fonction de contraindre les gens à habiter ailleurs que là où ils le feraient spontanément.
      C’est évident. Heureusement que Herr Doktor Jégou, qui lui ne se prend pas pour plus intelligent que les autres, est là pour m’expliquer le BA-B-A.
      Mais j’oubliais : le système n’est pas totalement étanche. Il est encore possible, quand on a de l’argent, de l’instruction, une bonne connaissance des lois et de l’administration, une bonne capacité d’adaptation et d’anticipation, de trouver une école acceptable pour ses enfants ou d’habiter ailleurs qu’au milieu de la racaille exotique.
      C’est d’ailleurs ce que font les bobos qui votent pour Hollande ou Mélenchon.
      Ce qui est bien la preuve incontestable qu’en socialie française on n’est contraint à rien.
      Devant tant de belle et bonne logique, je n’ai plus qu’à m’incliner.

      Supprimer
    18. Que répondre à tant de mauvaise foi ? La loi SRU, par exemple, n'est pas là pour obliger à habiter où on ne veut pas.

      C'est n'importe quoi...

      Mais le fond est bien là : "la racaille exotique."

      Si je le traite de raciste, je me fais engueuler ?

      "en socialie française on n’est contraint à rien" Si. A faire des écoles et des logements pour tous.

      Supprimer
    19. Aristide,

      Vous auriez mieux fait de vous taire.

      Un : la Carte Scolaire est un croquemitaine sans griffes. Il est tout à fait possible d'y déroger, si tant est que les responsables d'établissement soient favorables à votre demande. Vous qui êtes si féru de logique, vous comprendrez qu'il faut nécessairement réglementer les effectifs. On ne peut être 3 dans un collège à l'est, et 2532 à l'est. Cette Loi permet également de répartir les professeurs au mieux. Ce n'est pas une loi parfaite (loin de là) mais elle n'est en aucun cas liberticide.

      Deux. La Loi SRU, quant à elle, ne vous oblige en aucun cas à vivre à quelque endroit que ce soit. Elle est du reste tellement peu liberticide qu'un grand nombre de municipalités ne la respectent même pas. Vous vivez dans quel monde, Aristide ? Ce qui empêche les gens de vivre où ils veulent, c'est le manque de moyens et l'absence de contrôle du marché immobilier. On ne choisit pas d'habiter à Bobigny mais on pas le choix quand on n'a pas les moyens d'habiter à St Maur. En d'autres termes, c'est le libéralisme immobilier qui détruit la liberté. (et puis c'est tout)

      Supprimer
    20. En fait, tout ce que vous dites, écrivez, est tellement plein de lieux communs, de préconçus, c'est ahurissant.

      Supprimer
    21. Ah bon, la carte scolaire et la loi SRU n'auraient pas pour but de favoriser la mixité sociale ?
      Et qu'est-ce que la mixité sociale si ce n'est pousser les gens à mettre leurs enfants ailleurs que là où ils le feraient s'ils avaient le choix et à avoir un voisinage autre que celui qu'ils choisiraient spontanément?
      Expliquez moi un peu.

      Quant au fait de me traiter de raciste, ne vous gênez pas, ça vous soulagera peut-être et je suis habitué.
      Il n'y a vraiment que les socialos pour continuer à croire que ça trompe quelqu'un de parler de mixité sociale.
      Comment disais Manuel Valls?
      Ah oui : "ça manque de Blancs, de White, de Blancos".

      Supprimer
    22. "Critiquer les actions de la gauche qui n'est plus au pouvoir depuis dix ans ?"

      C'est vrai que les députés, les conseillers régionaux, les conseiller municipaux n'ont aucun pouvoir, c'est dommage parce que la gauche tient la plupart des régions depuis longtemps.

      Et je ne parle même pas des députés européens ou des syndicats (tous de gauche) dont le pouvoir de nuisance, inversement proportionel à leur représentativité, est le véritable contre-pouvoir.

      "tu es le plus intelligent," Arrêter avec vos évidences !!! Je le sais !!!

      "la Carte Scolaire est un croquemitaine sans griffes. Il est tout à fait possible d'y déroger"
      Oui, si on connait le système ou que l'on a les moyens de le contourner ce qui n'est pas le cas de tout le monde.

      "Il n'y a pas d'écoles privées, en France ?" Nicolas, je pensais qu'un socialiste comme vous comprendrait que tout le monde ne peut pas se payer l'enseignement qualitatif du secteur privé.

      Supprimer
    23. Mais Aristide, c'est effarant, vous parlez d'une chose puis d'une autre. Vous mélangez tout. C'est sincèrement déroutant.

      La Loi SRU n'a aucunement pour but de favoriser la "mixité sociale", ça, c'est pour le folklore. La Loi SRU a pour but de permettre de construire des logements sociaux, là où il y a encore de la place pour en construire. De ne pas laisser ce poids sur les épaules des mêmes municipalités. La Loi SRU, toute SRU qu'elle est, ne m'a jamais empêché d'habiter où je le voulais et j'insiste sur le fait qu'un très grand nombre de municipalités ne la respectent pas.

      Encore une fois, la mixité sociale (sociale, là où vous entendez peut-être ethnique ? moi, j'entends bien sociale, genre mélange, pauvres, classes moyennes et riches) serait assurée si le parc privé n'était si inaccessible (à l'achat comme à la location) pour l'écrasante majorité des gens - accessoirement, la Loi SRU ne serait plus nécessaire, l'intervention de l'état ne le serait pas... Ha, ça me fait marrer ces gens qui parlent de mixité le soir et le matin se plaignent que des quartiers sont remplis de noirs. Mais enfin, encore une fois, je suis certain que pas mal de foyers modestes ne demanderaient pas mieux que de crécher dans le 7ème arrondissement de Paris.

      Je n'ai enfin pas parlé de racisme. Je ne suis pas tout à fait certain d'ailleurs d'avoir très envie de vous lancer l'adjectif à la gueule, j'ai la fâcheuse tendance - très ostracisante pour tous les autres - d'être tendre avec les catholiques...

      Supprimer
    24. Hé Skandal,

      Ne répondez pas à tout le monde en même temps. Je vous réponds sur ma partie. Ce que vous dites est faux. Rien de plus simple que de faire une demande de dérogation. Quand vous allez inscrire vos enfants à la mairie pour la rentrée scolaire, on vous file même les formulaires et on vous indique tout. Et puis, voyez, moi, je suis à donf pour qu'on responsabilise les gens. Les possibilités de contourner cette Loi existe (c'est donc qu'elle n'est pas totalitaire), sans trop de complications, à condition de se prendre par la main. Et sans même envisager le privé. Les gens sont des grandes personnes, s'ils se plaignent d'une situation et ne sont pas capables de faire deux ou trois démarches pour se sortir de cette situation, qu'y puis-je ? Ce n'est pas à mettre sur le dos de la carte scolaire qui, comme je l'ai dit, a surtout pour but essentiel (sans atteindre la perfection, c'est certain) de répartir géographiquement l’École sur le territoire. Si la droite n'y a pas touché, c'est qu'elle sait bien le bordel que ça foutrait si elle se mettait à la détricoter. Les libéraux, vous êtes drôles, vous réclamez l'anarchie dans certains cas et la sclérose dans d'autres. Bref, tout pour votre pomme, tant que ça vous arrange. C'est le règne de l'égoïsme le plus absolu.

      Supprimer
    25. Aristide 2ème,

      Et puis, je m'en fous moi, de Valls, je suis de gauche, ça je ne le nie pas, mais je ne suis pas encarté et je ne serai jamais militant. Donc...

      Supprimer
    26. "C'est le règne de l'égoïsme le plus absolu."

      N'est-ce pas Smith, à moins que ce ne soit Hobbes, qui affirmait que la somme des égoïsmes aboutissait au Bien Commun ? Il est donc logique que les libéraux recherchent cet égoïsme.

      Supprimer
    27. Dorham, vous confondez anarchie et liberté. Comme beaucoup vous semblez ne pas savoir ce qu'est le libéralisme. Voici une définition pas trop mal : http://www.atlantico.fr/decryptage/liberalisme-grand-mechant-loup-que-peu-gens-connaissent-vraiment-dictionnaire-mathieu-laine-329453.html

      "Rien de plus simple que de faire une demande de dérogation" Oui, encore faut il que cette dérogation soit accepter. Au final se sont toujours les mêmes qui disposent des bonnes dérogations : ceux qui ont de l'argent et les enfants de profs... Pas très socialiste tout ça.

      Et j'affirme que ce n'est pas si facile d'obtenir une dérogation, surtout à Paris...

      Mais je ne conteste pas spécialement la carte scolaire, je conteste le flou dans lequel elle est. Soit on la garde mais il n'y a pas de dérogation, soit on la supprime. L'entre deux est insupportable et parfaitement inégalitaire mais il arrange bien les bobos de gauche aussi...

      Supprimer
    28. Koltchak,

      Adam Smith et sa main invisible se sont quand même bien gourer... Comme Malthus d'ailleurs...

      Supprimer
    29. Koltcahk,

      Et non, je ne confonds pas. Vous pensez que je confonds parce que vous considérez l'intention où je considère les résultats. Un désir de liberté peut produire une forme d'anarchie. On sait - au moins depuis la démocratie athénienne - qu'il ne se peut concevoir de liberté sans lois, réglementations et, depuis Platon, que la conformité à ces lois - y compris les plus injustes - constitue le ciment d'une cité.

      Enfin...

      Tous les catholiques ? Oui. Stricto sensu. Tous frères et soeurs dans le Christ. Les différences d'opinions politiques sont bien dérisoires à coté de tout cela.

      Bien entendu, je ne considère pas les types de St Pie X comme des catholiques, ceux-ci étant à ce jour "hors" de l'Eglise Romaine.

      Supprimer
    30. Et ceux de la Fraternité sacerdotale Saint-Pierre, de l'Institut du Bon-Pasteur, de l'Institut du Christ Roi Souverain Prêtre, des Oblats de Marie Reine, des Missionnaires de la Miséricorde Divine ?

      Supprimer
    31. Robert Marchenoir17 avril 2012 20:26

      Aristide,
      Vous auriez mieux fait de vous taire.(...)
      Deux. (...) C'est le libéralisme immobilier qui détruit la liberté. (et puis c'est tout)
      (Dorham)

      Vous êtes bien péremptoire, pour quelqu'un qui assène des faussetés aussi énormes. Le libéralisme immobilier ? En France ? Où ça ? Quand ça ?

      Le marché de l'immobilier, en France, est l'un des plus réglementés qui soient, et ce depuis... un siècle (1918, exactement) !

      En fait, objectivement, de par les chiffres disponibles, le marché de l'immobilier en France est presque nationalisé, tellement le rôle et l'emprise de l'Etat sont importants.

      Et c'est ce communisme immobilier qui est, bein évidemment, la cause du prix très élevé du logement, tant à l'achat qu'à la location.

      Vous qui accusez les autres de se fier à des stéréotypes, je trouve que vous vous posez là, comme stéréotypeur. Vous ne connaissez visiblement rien à la façon dont fonctionne le marché immobilier en France.

      Lisez donc le livre que Vincent Bénard a consacré au sujet, et après seulement, venez essayer de nous expliquer qu'il règne un "libéralisme immobilier" en France...

      Le voici, il est désormais gratuit sur Internet :

      http://www.objectifliberte.fr/2012/02/logement-cprp-gratuit-pdf.html

      Supprimer
    32. Supposons un instant - juste pour les besoins de la cause - que le rôle de l’Etat soit effectivement de « construire des logements pour tout le monde », puisque c’est manifestement ce que vous pensez.
      Pourriez-vous nous expliquer pourquoi la gauche s’indigne régulièrement de ce que certaines communes abritant des CSP+ préfèrent payer une amende plutôt que de construire des logements sociaux sur leur territoire ? Pourquoi menace-t-elle de sévir et de rendre la loi toujours plus contraignante pour y parvenir ?
      N’est-il pas absurde de vouloir à toute force construire précisément là où le foncier est le plus cher et le plus rare ? (et là où par parenthèses la vie est la plus chère, ce qui n’est vraiment pas rendre service aux ménages pauvres)
      Pourquoi ne pas simplement taxer tout le monde et construire tous les logements nécessaires là où le foncier n’est pas trop cher ? Evidemment pas au fin fond du Cantal, à proximité des métropoles et tout ça ? Ne serait-ce pas un bien meilleur usage de l’argent public ?
      Quant à Manuel Valls, lorsqu’on lui a demandé de s’expliquer à propos de « Blancs etc. », il a répondu qu’il voulait en réalité parler des "classes moyennes". Vous saisissez maintenant ?
      Bon, je dis ça mais ne vous sentez pas obligé de répondre. C’est pas comme si on pouvait vraiment discuter, hein ?

      Sinon, camarades libéraux et moins libéraux, ce serait vraiment bien de cesser de faire dire à Adam Smith des choses qu’il n’a pas dites. Adam Smith n’utilise qu’une seule fois l’expression « main invisible » dans toute la Richesse des Nations, et cette métaphore signifie simplement qu’en cherchant égoïstement à s’enrichir, un individu « travaille nécessairement à rendre le revenu annuel de la société aussi grand qu’il peut ». Il ne vise pas du tout ce résultat et pourtant c’est ce résultat qui est atteint. D’où la main invisible. Il n’est pas question de bien commun, juste du revenu annuel de la société.
      Alors pitié pour le vieil Adam.

      Supprimer
    33. Koltchak,

      Je ne partage pas cet attachement au rite tridentin. Je résume mon propos : tout ce qui est à l'intérieur de l’Église en fait partie. Voilà, c'est aussi simple que cela. Il y a des idolâtres, des traditionnalistes, des progressistes. La Vérité des Évangiles, les enseignements des Pères et des Docteurs de l’Église m'intéressent davantage que ces questions là.

      Supprimer
    34. Aristide,

      N'ai-je pas dit que la Loi SRU était imparfaite ? Si tel n'est pas le cas, je le dis bien volontiers. Mon intervention visait simplement à dire que la Loi SRU n'empêchait pas les uns comme les autres d'habiter où bon leur semble. D'ailleurs, si son but était d'assurer la mixité sociale, comme vous dites, elle ne l'atteindrait pas dans une grande mesure, puisque, comme on peut le remarquer, il y a aujourd'hui des villes remplis de foyers aisés et d'autres essentiellement composées de résident pauvres. Je suis moins favorable à un renforcement de la Loi SRU qu'à une plus stricte réglementation du marché privé : une codification plus réaliste des prix des biens immobiliers à l'achat, un encadrement des loyers, une codification stricte des revenus demandés dans le cadre du locatif (traduisez : si vous avez des revenus trop importants, vous ne pouvez pas acquérir certaines locations dans le privé) ou, tout du moins, création d'un organisme de contrôle visant à punir les abus des agences et des propriétaires dans les sélections de dossiers, dans le cadre de l'attribution d'une location.

      J'ai compris votre argument. La Loi SRU, encore une fois, est un Loi mal fichue, je le concède. La droite, quant à elle, n'a jamais rien fait sur la question du logement, si ce n'est l'application de vieilles recettes dans l'optique absolument utopique de créer une France de propriétaires (prêt à taux zéro et ce genre de conneries). Son échec sur cette question on ne peut plus majeure est manifeste. D'ailleurs, Sarkozy n'en parle pas ou plus. Considérez en premier lieu les faits. En Ile-de-France, plus de 300 000 demandes de logements en souffrance. Des familles qui vivent entassées dans des réduits. D'autres qui y crèvent : je pense à ceux du Boulevard Vincent Auriol dans le 13ème arrondissement de Paris. Et dans cette masse là, souffrante et éminemment silencieuse, il n'y a pas que des immigrés, comme on dit.

      ---

      Robert,

      Comme d'habitude,
      votre haine de la règle vous fait ignorer le plus important. Les principaux bénéficiaires des prix ahurissants de l'immobilier en France ne sont pas les communistes (qui je vous le rappelle, sont absolument contre la propriété) mais les propriétaires et les agences. Cette vérité là sied mal à votre propagande.

      Supprimer
    35. Qu'il faille construire c'est un fait. Que ce soit à l'état d'obliger untel ou untel à construire ou que ce soit aux sociétés immobilières, le problème reste le même.

      Je rappelle également, qu'a Paris par exemple, ce sont les écolos qui ne veulent pas que l'on construise dans certaines zones...

      La question ce serait plutôt pour qui il faut construire en priorité ? Les classes moyennes ou les classes populaires ?

      Je vote pour les classes moyennes, mais je vous l'accorde, il y a débat.

      Dorham a raison, la droite n'a jamais rien fait pour le logement si ce n'est la tentative de copier ce qu'avait fait l'Espagne... Heureusement que c'est pas passé...

      Je suis également plus ou moins d'accord avec lui quand il dit : "Je suis moins favorable à un renforcement de la Loi SRU qu'à une plus stricte réglementation du marché privé : une codification plus réaliste des prix des biens immobiliers à l'achat, un encadrement des loyers, une codification stricte des revenus demandés dans le cadre du locatif (traduisez : si vous avez des revenus trop importants, vous ne pouvez pas acquérir certaines locations dans le privé) ou, tout du moins, création d'un organisme de contrôle visant à punir les abus des agences et des propriétaires dans les sélections de dossiers, dans le cadre de l'attribution d'une location. "

      A condition de ré-équilibré les droits entre locataire et propriétaire.

      LA flambé des prix et des conditions d'accès à la location viennent aussi du fait que le locataire est hyper protégé alors que le propriétaire pas du tout. Il est quasi impossible de faire virer un locataire qui ne paye pas...

      Rétablissons l'équilibre entre droits et devoirs des propriétaires et locataires, assouplissons les règles de constructions (sans faire n'importe quoi) et le problème devrait rentrer dans l'ordre.

      Supprimer
    36. Robert Marchenoir18 avril 2012 14:43

      "Les principaux bénéficiaires des prix ahurissants de l'immobilier en France ne sont pas les communistes (qui je vous le rappelle, sont absolument contre la propriété) mais les propriétaires et les agences. Cette vérité là sied mal à votre propagande." (Dorham)

      ***

      Mon Dieu, que de conneries en si peu de mots... Vous devriez vous présenter à un concours.

      1. "Ma propagande", comme vous dites, défend le libéralisme. Quand bien même ce que vous diriez serait vrai (ce qui n'est pas le cas), vous attaquez ici les propriétaires et les agences immobilières. Quel rapport avec le libéralisme ? Aucun.

      2. Expliquez-nous comment un propriétaire peut être bénéficiaire, comme vous le prétendez, des prix élevés de l'immobilier. Un propriétaire, par définition, est quelqu'un qui a acheté un bien immobilier. Depuis quand un acheteur a-t-il intérêt à payer un prix élevé pour ce qu'il achète ?

      C'est évidemment exactement le contraire : les prix élevés de l'immobilier nuisent aux propriétaires.

      3. Expliquez-nous par quel miracle économique les agences immobilières bénéficieraient d'un prix élevé des biens immobiliers.

      Si ce que vous prétendez était exact, alors Ikea, Easy Jet ou Lidl seraient au bord de la faillite, ayant délibérément choisi de vendre des biens très bon marché.

      Une entreprise peut être très profitable en vendant des biens chers ; elle peut aussi être très profitable en vendant des biens bon marché. Et inversement !

      En réalité, les agences immobilières françaises ne se portent pas bien du tout en ce moment pour deux raisons :

      a) Les transactions se ralentissent, or elles ne gagnent de l'argent que si elles font des transactions ; ce qui montre bien que le prix n'est pas le facteur prépondérant pour leur santé financière ;

      b) Les agences immobilières en France ont délibérérément choisi un modèle économique de fonctionnaires, c'est à dire : j'en branle le moins possible pour tenter de gagner le plus possible. Ce qui est un calcul de con, bien évidemment.

      Leur commission est beaucoup trop élevée par rapport au service offert, c'est pourquoi elles n'ont que 50 % du marché (la moitié des transactions se fait sans elles), ce qui est très faible : dans de nombreux pays comparables, où les commissions sont plus faibles, la grande majorité des transactions passe par les agences (et c'est bien normal) !

      4. Vous bavardez toujours à côté du sujet. Vous attaquez "les propriétaires", "les agences". Pour vous, "un propriétaire", "une agence", quelqu'un qui a du bien, un chef de (toute petite) entreprise, c'est un libéral.

      Mais c'est stupide. Outre que vous ne savez pas pour qui ils votent (de nombreux "riches", beaucoup plus riches qu'un simple propriétaire immobilier ou patron d'agence, des grands patrons, des banquiers, des financiers, votent à gauche et écrivent même des livres pour défendre des politiques étatiques et socialistes), ce n'est pas la question.

      Supprimer
    37. Robert Marchenoir18 avril 2012 14:44

      La question est :

      1. Le marché de l'immobilier en France est-il largement libre, peu contraint par des lois, ou bien au contraire extrêmement réglementé, soumis aux directives de l'Etat ?

      2. Ce caractère libre (défendu par les libéraux comme moi), ou au contraire réglementé par l'Etat (défendu par les étatistes comme vous) est-il bénéficiaire, ou au contraire nuisible aux Français dans leur ensemble, qu'ils soient pauvres, riches, propriétaires, locataires ou SDF ?

      Votre commentaire ne commence même pas à aborder cette question.

      Vous déplorez simplement que la situation actuelle en France soit (d'après vous) bénéficiaire aux propriétaires et aux agences immobilières (ce qui est d'ailleurs faux, je viens de vous le démontrer).

      Quand bien même elle le serait, où serait le problème ? Votre monde idéal est-il un monde où les propriétaires seraient mal en point et les agences immobilières exsangues ? Au nom de quoi ? Vous êtes un pervers ? Vous voulez du mal à vos contemporains ? Vous vous réjouissez des difficultés d'autrui ?

      Moi, j'appelle de mes voeux un mode d'organisation de la société qui serait bénéficiaire à tous ; ce que vos amis socialistes appellent l'intérêt général.

      Votre commentaire montre qu'en réalité les socialistes ne veulent pas l'intérêt général ; ils veulent la lutte des classes, comme toujours.

      Et bien entendu, leur politique nuit avant tout à la classe qu'ils prétendent défendre.

      Les socialistes prétendent défendre les pauvres (ils nous le répètent assez), mais ils n'aiment pas les riches (ils n'arrêtent pas de nous le dire).

      Ca va pas être possible. Il va falloir choisir. On ne peut pas, à la fois, déplorer la pauvreté et lutter contre la richesse.

      Concernant l'immobilier, avez-vous commencé à lire l'étude de Vincent Bénard que je vous ai indiquée ? Avez-vous commencé à prendre connaissance des faits et des chiffres qui s'y trouvent ?

      Non, bien sûr. Sinon, vous ne sortiriez pas ces éternelles bêtises sur les propriétaires et les agences immobilières qu'on entend sans interruption depuis un siècle.

      Quand vous aurez quelque chose de sérieux à dire sur le sujet, on pourra en rediscuter.

      Supprimer
    38. Skandal,

      Vache, nous sommes d'accord. Sur la protection des propriétaires, comment ne pas être d'accord, du reste, quand on voit comment certains se font flouer. Quand leurs biens ne ressortent pas totalement détruits d'une période de location.

      Même pour les écolos à Paris. Baupin et compagnie. D'accord aussi. La plaie des parisiens, je le dis bien qu'étant de gauche.

      Entre les classes moyennes et les classes les plus pauvres, enfin, je pense que de toute façon, construire bénéficierait aux deux. ça a été le cas par exemple dans le 13ème arrondissement. Classes moyenne et pauvre s'y sont très bien retrouvés.

      Supprimer
  17. Tu ferais mieux d' aller bosser, fonctionnaire!

    Et pour le niveau, nous avons encore des trains de retard car faut vraiment être CON pour croire aux fadaises de "Flamby"

    RépondreSupprimer
  18. Oui mais les cons sont majoritaires. Ils n'ont pas ta clairvoyance, brave garçon, luminaire de la vie politique française...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. "Oui mais les cons sont majoritaires", politiquement c'est imparable.

      Cela me rappelle Cohn Bendit haranguant les écolos : "vous voulez avoir raison ou vous voulez une majorité" comme si le nombre faisait la légitimité.

      En ce qui me concerne, je préfère avoir raison tout seul qu'avoir tort avec tous les autres mais c'est un point de vue totalement personnel.

      Supprimer
    2. Oui mais toi tu es plus intelligent que tout le monde. Mais tu restés tout seul.

      Supprimer
    3. Et alors ? On est bien tout seul, et puis je ne suis pas tout seul. On n'est pas beaucoup, certes, mais depuis quand faut il être des milliers pour être heureux ?

      Supprimer
    4. Mais tu restés tout seul.

      Midi et il est déjà bourré....

      Supprimer
    5. Ah ! Non ! Pas déjà, encore !

      Supprimer
    6. Les cons majoritaires, la preuve ils sont en passe d'élire leur roi, Fraise des bois 1er

      Supprimer
  19. Les cons sont majoritaires et ils vont se servir du premier tour pour en jouer un bien mauvais à flamby.
    Je sens que l'on va bien se marrer...

    RépondreSupprimer
  20. "Les cons sont majoritaires et ils vont se servir du premier tour pour en jouer un bien mauvais à flamby.
    Je sens que l'on va bien se marrer..."

    Si tel n'est pas le cas, pour se marrer Fredi, on aura toujours vos commentaires...

    RépondreSupprimer
  21. Sainte Ségo... Un jour j'ai serré la pince de l'actuelle dirigeante du FMI. J'étais en tongs et en maillot de bain dans mon salon, c'était un dimanche après-midi. Curieuse journée.

    RépondreSupprimer

Les commentaires anonymes seront systématiquement supprimés, quel que puisse être leur contenu, voire leur intérêt.