samedi 14 avril 2012

Bon, alors ? On vote pour qui finalement ?


Pas si facile. Depuis plusieurs semaines, je lis tout et tout le monde. Et il me semble que la ligne de fracture ne passe pas tellement par la gauche et la droite, mais plutôt entre les gens qui ont un minimum de sens politique et les sales gosses pour qui une élection est l'occasion de brailler dans la cour de récré.

La politique, je n'invente évidemment rien, est l'art du compromis. Ce n'est rien d'autre. Tenter de faire advenir ce qui s'approche au plus près de ce que l'on souhaite. Dans un régime démocratique comme le nôtre, cela signifie, in fine, essayer de faire élire celui qui est le moins éloigné de ses propres positions, le candidat sur qui on pense que l'on pourra peser dans le bon sens le moment venu, si le moment vient un jour. En ce sens, les esprits politiques savent déjà, je pense, pour qui ils voteront au second tour – ou ils devraient le savoir. Ainsi, un partisan de Mélenchon ne devrait pas hésiter une seconde à reporter sa voix sur Hollande (j'ai presque honte d'énoncer une telle évidence).  De même – autre exemple –, un électeur en surpoids et porteur de lunettes vert fluo ainsi que d'une moustache ridicule, s'il a finalement décidé de voter Marine Le Pen au premier tour, ne peut que donner son suffrage à Nicolas Sarkozy au second, même s'il a passé cinq ans à dire tout le mépris que ce personnage lui inspirait. Du reste, le mélenchoniste peut fort bien émettre de sérieuses réserves sur son candidat du premier tour, de même que le lepéniste. À plus forte raison pour ce qui concerne son second choix, mais le sens politique bien compris lui impose de faire ce choix.

À côté de cela, il y a les guignols du “tout ou rien”. À gauche, ça donne l'âne couronné Gauche de combat, qui appelle à l'abstention au second tour, parce que François Hollande est trop rose, pas assez rouge, trop méchant, pas assez… Bref : parce que François Hollande n'est pas Jean-Luc Mélenchon. Il se pense forte tête, résistant, jean-moulinesque en diable, alors qu'il ne fait que se conformer à ce qui a toujours été la ligne des communistes : le véritable ennemi ce n'est pas la droite mais la gauche non communiste. Moyennant quoi, il est toujours préférable de faire perdre son véritable ennemi – tactique de cocus qui a conduit le PCF où il est aujourd'hui, mais tant pis : rien retenu, rien appris ; ma petite pureté personnelle avant tout ; miroir, mon beau miroir, suis-je toujours le plus irrésistible des révolutionnaires ?

En face, pareil. Au fond, il n'y a qu'une seule vraie raison de voter Le Pen, c'est de signifier qu'on n'accepte pas la submersion de notre civilisation par des centaines de milliers d'exogènes inutiles et parfois haineux. On sait très bien que, serait-elle élue, Marine Le Pen n'aurait aucun moyen de s'opposer à cette catastrophe, pas plus que Mélenchon ne pourrait restaurer le stalinisme de ses rêves. Mais il s'agit de dire quelque chose. 

Et j'entends des voix clamer qu'en aucun cas, au second tour, ils ne donneront la leur à d'autre que leur candidate. Soit ils s'abstiendront, soit même ils voteront pour Hollande, parce que Sarkozy les a déçus. Bien sûr, il les a déçus. Moi aussi d'ailleurs. Et alors ? À quel moment de votre existence avez-vous été pleinement satisfaits par un candidat élu, sauf si vous aviez régressé intellectuellement au point de vous transformer en militant ? 

Dans trois semaines, il ne s'agira même pas de voter utile : juste de voter moins pire.

À chacun son moins pire, et que gagne le plus chanceux.

100 commentaires:

  1. "dans la cour de récré"

    RépondreSupprimer
  2. "Que gagne le plus chanceux " Je pense que la chance n'ai strictement rien à voir dans cette histoire. Ce qui en soi est dommage car au moins pourrait-on se résigner à accepter l'inacceptable !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Si, bien sûr : la chance est un facteur important dans une élection, surtout lorsqu'elle est aussi personnalisée que la présidentielle.

      Supprimer
  3. "Un électeur en surpoids et porteur de lunettes vert fluo ainsi que d'une moustache ridicule..."

    Eva Joly ?

    "Au fond, il n'y a qu'une seule vraie raison de voter Le Pen, c'est de signifier qu'on n'accepte pas la submersion de notre civilisation par des centaines de milliers d'exogènes inutiles et parfois haineux. On sait très bien que, serait-elle élue, Marine Le Pen n'aurait aucun moyen de s'opposer à cette catastrophe."

    Ah bon ? Pourquoi donc ?

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Elle pourrait en théorie. Mais cela impliquerait, je crois bien, de s'extraire de tout un tas de traités européens – voire de l'Europe elle-même –, et je ne crois pas qu'elle aurait l'estomac d'aller aussi loin. Mais je peux me tromper, évidemment.

      Supprimer
  4. Marine Le Pen, il va sans dire... Quant au second tour, si MLP n'y est pas, à moins de vouloir être cocu, on ne saurait voter Sarko sachant qu'il a réussi à doubler l'immigration massive durant son quinquennat, passant de 100 000 par an à plus de 200 000! L'extrême Gôche en a rêvé, sarko l'a fait...
    Marc

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui, sans doute, mais 200 000 c'est moins que 300 000, que 400 000…

      Supprimer
  5. Il est évident que même si notre candidat (candidate ?) a peu de chance d'être élu(e), il importe de lui donner le plus grand poids, dans l'espoir d'un basculement des idées. Qui aurait dit voici 20 ans qu'un pays comme les Pays-Bas, le plus tolérant d'Europe, le plus social-cucul, allait faire d'un parti comme celui de Wilders l'un des premières forces politiques de son pays ? L'Autriche, la Hongrie, la Flandre , etc. Montée de l'UKIP (Nigel Farage) en Angleterre, création d'un parti à partir de l'English Defence League (pas sûr, mais je crois bien), Freysinger et ses initiatives en Suisse. Il y a bien un mouvement ascendant, nationaliste, européen et populaire, et un refus de plus en plus claironné de l'islamisation, de la bougnoulisation, qui ne cesse de s'amplifier. Pessimisme, oui ; non au fatalisme. Le fatalisme est une spécialité de l'islam. Du reste, nous avons toujours fini par gagner... quand nous avons décidé de prendre les armes. C'est le seul point non encore à l'ordre du jour et par lequel il faudra bien passer.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Et, surtout, non au si confortable "tout ou rien".

      Supprimer
  6. Didier Goux tel qu'en lui-même ! Là vous ne surprenez personne, malgré tous vos articles-réclames, c'est avec votre promotion que l'on vous acheté d'avance ? Non, je ne le crois pas, hier, comme avant hier et comme demain, vous resterez toujours le même recroquevillé. Ce n'est même pas un reproche ni un regret, il faut des hommes comme vous pour mieux apprécier les autres d'autant plus qu'il ne s'agit que de votre liberté.
    Je sais que votre "confession" va vous valoir un tas de commentaires divertissants, alors continuez !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Donc, lorsque je fais un billet pour appeler (enfin, n'exagérons rien…) à un vote politiquement responsable et cohérent, vous en déduisez que je suis "recroquevillé" ? Mais recroquevillé sur quoi, au juste ?

      Supprimer
  7. Je plussoie Yanka. Rien n'est encore perdu.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. J'ai tendance à penser que tout est perdu, ou en tout cas presque perdu. Mais ce n'est pas une raison suffisante pour s'asseoir par terre et pleurnicher, en effet.

      Supprimer
  8. Vous êtes un vilain recroquevillé, Didier. Très vilain. Dérecroquevillez-vous, quoi, soyez cool.

    RépondreSupprimer
  9. Ygor Yanka a un casque sur la tête, il a déjà perdu au Canada, mais il ne craint pas les combats perdus d'avance, il connaît bien.
    Il ne sait pas ou il fait semblant de ne pas savoir qu'il est lui-même un bougnoul assisté en Belgique, qu'il bouffe sur le dos des immigrés en Belgique,qui eux travaillent et cotisent.
    Mon Dieu, s'il fallait que je vive dans un monde reconstitué par les racistes perdants que vous êtes, et que je doive cohabiter qu'avec des gens qui vous ressemblent, haineux et loosers, je crois, oui, que je perdrais mon optimisme naturel. Je partirais peut-être au Canada, tiens, doivent pas être si cons que ça pour se débarrasser de yanka.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. D'accord avec Gaston, un peu plus bas…

      Supprimer
    2. Je plussoie. Sans masque, bien qu'honnête, il est hideux Léon !

      Supprimer
  10. Comme Robert Marchenoir je soulignerai la même remarque et interrogation, cependant, je vous suspecte de l'avoir fait exprès, histoire de déposer une pincée de sel à ce billet bien trop parfait de réalité qui vous caractérise Monsieur Goux, votre humilité, votre bel esprit, votre charisme dont jamais je ne me lasserai d'apprendre..de prendre en considération : la stabilité, tout un métier ! Vous faites toute mon admiration, pour ces raisons que je viens d'évoquer.

    Par ailleurs, en ce qui concerne ma candidate, je voterai Marine Le Pen au premier Tour et bien évidemment au deuxième si elle s'y trouve. Dans le cas contraire, je voterai Monsieur Hollande dans le but d'une chute plus rapide afin que Marine Le Pen soit élue en 2017.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Voilà l'exemple type d'une absence totale et infantile de sens politique, à mon avis.

      Supprimer
    2. Cette opinion me convient, j'aime la virginité du lendemain, elle ressemble au vent, tout aussi innocent du courant, mais finalement si important quand on y pense...il mène à l'essentiel.

      Supprimer
  11. D'habitude, Léon, vous essayez de passer pour une sorte d'humaniste gentil et ouvert, le contraire des fachos auxquels vous vous adressez en permanence. Là, votre vrai visage s'affiche, et il est hideux.

    RépondreSupprimer
  12. C'est bien Monsieur Yanka de citer les hauts faits guerriers ... << quand nous ...>>, "l'OAS vaincra" ? etc ... Quand je dis qu'on rigole bien sur ce blog !

    RépondreSupprimer
  13. Trop aimable, Léon. J'ai écrit ce que j'ai écrit et rien d'autre. Je ne parle nulle part de races et n'ai aucune théorie à ce propos. Je vous parle d'une chose bien simple et naturelle : l'envie de conserver ma culture, de pouvoir faire et dire chez moi ce que tous mes ancêtres et les vôtres ont fait et dit pendant des siècles, en famille, avec parfois quelques amis y compris d'origine étrangère et de teint coloré, au lieu d'être plongé dans un melting-pot ethnique où personne ne se parle, où les Noirs haïssent les Jaunes qui détestent les Arabes qui vomissent les Blancs qui, eux, chez eux, sur la terre de leurs ancêtres, sont tenus de tout admettre, de s'excuser d'exister, priés de s'effacer pour laisser la place à... à quoi au juste ? Êtes-vous capable, sans excès d'optimisme, de me dire ce que vous voyez de si beau dans l'avenir dans lequel nous sommes déjà bien engagés ? Une Gay Pride halal peut-être ? une Tribal Session avec dégustation de juifs rôtis ?

    La haine que vous me prêtez, je l'éprouve surtout envers ceux qui ont permis cela, qui ont promu la mondialisation et souhaitent la disparition des nations au profit d'une gigantesque Gay Pride universelle où chacun encule son prochain selon les modalités et les recommandations de sa culture.

    Quant à ma situation personnelle, puisque je n'en parle pas, vous n'avez pas à l'évoquer. On sait ce que recouvrent en général les attaques ad hominem : une faiblesse de l'argumentation, un refus de débattre, un besoin d'asséner, d'aplatir, d'humilier. Dites-vous que j'ai connu des difficultés, de fait, que l'on m'as fait subir des chienneries et qu'en dépit de ces épreuves je n'ai caillassé aucun pompier, suriné aucun flic, violé aucun enfant ni octogénaire, brûlé aucune voiture, volé aucune retraitée. Je suis resté digne et combatif très légalement, comme on m'a appris à l'être en toute circonstance, selon une vieille culture à laquelle j'adhère et qui est la nôtre, la vôtre aussi peut-être, où la courtoisie et la légalité jouent un rôle de premier plan. Voilà ce à quoi je crois et que je ne veux pas perdre.

    Vous parlez d'un moment de ma vie, Léon. Je vais avoir 50 ans et je vous prierai de ne pas réduire l'existence d'un individu à un accident de son parcours. Quand on vous expédie une balle dans la nuque et que par miracle vous en réchappez, cela ne vous dispense pas de certains soins hospitaliers, suivis d'une convalescence plus ou moins longue. Avec ça, vous ne connaissez pas ma situation actuelle. Quoi qu'il en soit, je n'ai jamais perçu que ce à quoi j'avais droit dans mon pays. Je n'ai vendu ni drogue, ni métaux volés. Je paie mes tickets de bus, je ne fraude pas. Vous reprocheriez à un accidenté de la route de se servir de béquilles ? Vous les lui interdiriez, peut-être ?

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Léon a le chic pour tomber à pic dont le constat est loin de me déplaire... vu l'élégance du hérisson...

      Bien à vous Yanka,

      Sand

      Supprimer
  14. Je partage quasi-totalement votre analyse, Didier. A part que je n'ai jamais méprisé Sarkozy, même s'il m'a déçu sur bien des points.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Mépris était sans doute un peu excessif. disons que le personnage ne m'inspire pas un grand respect.

      Supprimer
  15. Réponses
    1. Si c'est à moi que vous posez la question, je vous répondrai que je n'ai pas apprécié la suppression de la "double pein"e et une politique trop laxiste face à l'immigration. Les couillonnades du genre "soirée au Fouquet's", "yacht de Bolloré", tout le côté soi-disant bling-bling ne m'ont pas plus dérangé que le style général du personnage. Je trouve même amusants tous ceux qui rêvent d'un président "traditionnel" style lettré et fin diseur, bien enraciné dans son XIXe siècle. En admettant que je me cherche un modèle, ce n'est pas parmi les politiciens qui j'irais le chercher. Tout ce que je demande à un politicien, c'est de bien gérer le pays. Tâche dont, vues les circonstance, M. Sarkozy ne s'est pas si mal sorti.

      Supprimer
    2. Jacques, arrêtez donc de répondre aux anonymes : après, je ne peux plus supprimer leurs commentaires !

      Supprimer
    3. D'accord, Didier. Je ne le ferai plus. Je ne suis même pas certain que ce soit "mon" anonyme ni même si c'est à moi qu'il s'adresse !

      Supprimer
  16. Ils sont tous pires. Le vote estt un droit, l'abstention une modalité de son exercice. Plus le taux d'abstention est élevé,
    moins l'élu est représentatif. Ce qui est mauvais pour l'élu est, ipso facto, bon pour les électeurs.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Conclusion hasardeuse ! Mais je serais très mal venu de reprocher à qui que ce soit son abstention, l'ayant moi-même pratiquée durant trois décennies…

      Supprimer
  17. 'Est" avec un seul t suffirait, de même que la 3° phrase sur une seule ligne. Mille regrets...

    RépondreSupprimer
  18. Le PS est une gauche monstrueuse, je vois donc bien un électeur de Mélenchon ne pas voter Hollande au second tour. Malheureusement, Sarkozy est un peu particulier et c'est peut-être cela qui explique les si bons reports de voix du FG vers le PS.

    A Yanka,
    Hollande ou Sarkozy vont faire exploser la pauvreté. Ne croyez-vous pas que ce sera le grand combat qui décidera de l'essentiel, retour à la démocratie ou autoritarisme assumé?

    RépondreSupprimer
  19. Je ne sais toujours pas si je vais me déplacer Dimanche prochain pourtant il faudra bien que j'accompagne mes deux filles puisqu' elles sont âge de voter et pour les présidentielles.

    Mettre un bulletin blanc ne sert à rien, le vote blanc n'étant pas pris en compte.

    Je mettrais bien un petit bulletin pour Poutou au 1ér tour parce qu' il le vaut bien.

    Pour le second, Sarkozy n'est pas ma tasse de thé mais Hollande, j' ai un blocage, il n'est pas crédible, franchement vous le voyez à côté de Merkel ou autre, cela tiens du gag.

    RépondreSupprimer
  20. Sur votre situation personnelle, Yanka, je ne sais rien de plus que ce que vous avez rédigé sur votre blog; je fais référence en quelque sorte au domaine public.
    Concernant votre racisme, oui, vous n'échappez pas au comportement de tous les raciste: je ne suis pas raciste mais...
    Sur la culture, Yanka, il parait 7 ou 800 romans tous les ans, des essais, on ne compte plus les concerts, les musées bondés, les expositions magistrales, la télé, les radios, les journaux, les fréquentations au théâtre, au cinéma, où votre culture disparait-elle? Qui vous empêche d'y puiser sauf vos fantasmes raciaux et les couleurs de peau que vous n'aimez pas. Où est la menace culturelle?

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ce commentaire est fort intéressant : Où est la menace culturelle vous dites ? En voilà une belle de question subsidiaire qui mérite réflexion.

      Ne se trouverait-elle pas au coeur de la natalité par exemple... ou encore celle de la laïcité, cette censure à la foi de son hérédité au profit de la mixité, du mélange, de la diversité, conduisant peu à peu à l'effacement de l'individu, jusqu'à ce qu'il s'ignore... au sacrifice de l'autre, l'étranger, l'anonyme.

      Et ainsi la culture se ramasse à l'appel car l'homme lui en oublie son rappel, son sol il l'a perdu.

      Sand

      Supprimer
  21. Si Sarkozy avait fait les réformes annoncées, le fait qu'il ne passe pas ses après-midi à acheter des livres anciens et qu'il porte des ticheurtes du NYPD le rendrait plutôt sympathique.

    C'est toujours ça de mis dans la gueule des Français qui s'imaginent supérieurs à tous les autres peuples de la terre parce que des gens morts ont écrit des livres qu'ils n'ont jamais lus, et parce qu'ils peuvent acheter des fromages qui puent dans leurs supermarchés.

    RépondreSupprimer
  22. Léon,

    Mon petit Léon, des gras tels que vous j'en ai côtoyé des centaines, moralistes, bien-pensants et évidemment anri-racistes, jusqu' au jour où l'enfant de ces derniers viennent avec leurs futurs beau ou belle filles et c'est là que leur vernis à craqué.

    Les étrangers c'est pour les autres pas dans sa famille et quelque chose me dit que vous êtes ainsi, un méprisable petit hypocrite.

    Pour vôtre information, mon épouse est originaire du Sénégal, elle aussi noire que vous êtes un prétentieux sans envergure. Le racisme, je le connais et des deux côtés et les plus haineux n'étaient pas blancs enfin si vous saviez ce que pensent les africains des antillais et des nord-africains, vous seriez scandalisé de leurs propos.

    Mon épouse m' appris quelques mots d'une chanson sur les arabes en wolof, je ne les transcris pas ici car je ne voudrais pas que Monsieur est des soucis avec son hébergeur.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Grandpas,

      Le racisme est toujours plus violent quand on en est soi-même la cible. Voilà tout ce que vous démontrez, à savoir, rien que nous ne sachions déjà depuis très longtemps. Lâchez-nous un petit peu avec votre nombril, voulez-vous...

      Supprimer
  23. "la submersion de notre civilisation par des centaines de milliers d'exogènes inutiles et parfois haineux"
    phrase clivante:
    -soit on adhère sans questionnement, ni réflexion
    -soit on rejette de la même manière
    ce qui me frappe dans les 2 cas, c'est le refus pur et simple de faire quelques pas dans le sens d'une compréhension mutuelle
    si notre civilisation doit chuter, et il faut d'abord s'entendre sur ce qu'on entend par notre civilisation (occidentale, française, européenne, culture française, littérature, esthétique, valeurs ...), et ce qu'on entend par submersion, et bien entendu le simple fait de poser cette question vous fait immédiatement apparaître aux yeux de ceux qui savent, ceux qui voient, comme un ami du désastre pour reprendre leur langage, donc si elle doit chuter, je crois que cela sera d'abord par ce refus de se comprendre et de communiquer.

    RépondreSupprimer
  24. Monsieur Marchenoir, Didier Goux nous avait dit, qu'à part cracher sur les fonctionnaires, vous étiez aussi intéressé par autre chose, les filles, le vin, la gastronomie, ce n'est pas en tout cas par les fromages ou la littérature...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Cette réflexion montre que vous êtes un imbécile, Léon, en plus d'être un personnage assez méprisable, à en juger par ce que vous vous permettez d'écrire sur Yanka. Vous ne comprenez rien à rien.

      Et ce n'est pas moi qui tenterai de faire votre éducation, croyez-moi.

      Supprimer
    2. Mais je ne vous demande rien Marchenoir! Vous vous sentez capable d'éduquer les gens, quels, comment, pourquoi. Quelle fatuité!

      Supprimer
    3. J'écris :

      "Ce n'est pas moi qui tenterai de faire votre éducation, croyez-moi."

      Et Léon répond :

      "Vous vous sentez capable d'éduquer les gens, quels, comment, pourquoi. Quelle fatuité! "

      Ah ! j'écrivais aussi :

      "Vous êtes un imbécile, Léon."

      Mon jugement se confirme.

      Par ailleurs, ce serait bien de faire un effort pour écrire en français, Léon. Pour l'instant, c'est pas gagné.

      Internet est vraiment le lieu où les cons les plus flamboyants peuvent étaler leur nullité en étant persuadés de faire valoir leurs talents.

      Supprimer
    4. c'est pas gagné...moi j'aurais dit : ce n'est pas gagné.
      Puisque vous me reprenez gentiment, Marchenoir, ne pas oublier les négations, pour vous la négation, cela devrait pourtant être du gâteau.
      Pour Yanka, je n'ai fait que rapporter les propos de son blog, et les aventures canadiennes abondamment contées par lui et également par Didier Goux dans son journal. Auraient-ils honte,aujourd'hui de ce qu'ils ont écrit? Retour clochardesque, en provenance du Canada, du Yanka en question à qui il a fallu prêter de l'argent pour prendre l'avion, hébergement du SDF en France, rapatriement en Belgique et survie du garçon aux bons soins de l'assistance sociale, celle-là même que vous récusez au nom du libéralisme.
      Eh bien voyez-vous, cela aurait plutôt provoqué chez moi de la compassion, car je comprends que tout homme peut à un instant de sa vie côtoyer des abîmes et qu'il faut alors l'aider, mais quand assisté, aidé, plaint, on bombe le torse, on joue au matamore, on désigne les autres comme étant de la "bougnoulisation",alors qu'ils contribuent à votre assistance, ça me hérisse, ce monsieur crache vilainement dans la soupe.
      J'avais envie de le dire et je n'ai rien à retrancher.
      Mais je comprends, vu votre conception de l'humain et des solidarités d'une société, que ce genre de contradiction ne vous scandalise pas, et le raciste que vous êtes n'a rien non plus à redire de la "bougnoulisation", d'ailleurs vous avez sans doute mieux dans le mépris et la haine de ceux qui sont différents.
      Je donnais simplement mon avis et en ce sens je plaidais pour ceux et notamment le patron de ce blog, qui ont aidé Yanka sans contrepartie, ni garantie.

      Supprimer
    5. Léon,

      Je n'ai rien contre vous, on est sans doute d'accord sur beaucoup de choses, mais on n'affronte jamais un homme en l'attaquant sur ses faiblesses présupposées. C'est une question de pudeur, d'indulgence. Refusez les coups bas. On se grandit en admettant ses mauvaises conduites.

      ---

      Marchenoir,

      Vous devriez la fermer. Il me semble que vous ne rechignez pas vous-même à viser sous la ceinture. A l'égard de Nicolas par exemple, lorsque vous n'hésitez pas à moquer son supposé alcoolisme - naguère, on attaquait également Didier par ce versant là. Rien de plus dégueulasse à mon sens. Vous ne valez pas mieux, regardez-vous donc dans un miroir.

      Supprimer
    6. Robert Marchenoir16 avril 2012 21:07

      "Vous devriez la fermer."

      Mais bien sûr ! Il est sur un blog, et il essaie de faire taire les autres !... Je crois que vous n'avez pas compris ce qu'est un blog. Sur un blog, personne ne peut faire taire personne... Et c'est pour ça que les gens y vont, au cas où vous n'auriez pas remarqué !

      Si vous avez des tendances fascistes, il faut vous faire embaucher dans un journal, ou dans un ministère. Là, vous aurez tout loisir de faire taire qui vous voulez.

      Quant à Nicolas, oui, je l'ai traité d'ivrogne communiste, et donc ? Quel rapport ?

      Nicolas se fait une spécialité d'insulter systématiquement quiconque n'a pas ses opinions politiques. Le traiter d'ivrogne communiste est amplement mérité, et à peu près vrai en plus de ça.

      Si vous ne voyez pas la différence avec Léon, qui se permet de se moquer d'Ygor qui a eu la franchise de raconter que sa femme l'a abandonné, lui a volé sa maison, l'a réduit à l'état de SDF et l'a fait expulser du nouveau pays qu'il s'était choisi pour elle, le tout pour la seule raison que Léon est en désaccord politique avec lui et qu'il est trop bête et trop paresseux pour lui opposer des arguments rationnels et honnêtes à cet effet, eh bien dans ce cas votre sens moral est singulièrement déréglé.

      Supprimer
    7. Je ne voudrais pas faire un cours de sémantique de base, Marchenoir. Ecrire "vous devriez la fermer" consiste à émettre un conseil, pas à donner un ordre. Vous êtes ridicule, Marchenoir. Vous devriez en effet, de temps à autre, vous taire. Spécialement, quand vous avez tort.

      Supprimer
    8. Vous saisissez la différence entre un impératif et un conditionnel, Marchenoir ?

      Supprimer
    9. "Si vous ne voyez pas la différence avec Léon, qui se permet de se moquer d'Ygor qui a eu la franchise de raconter que sa femme l'a abandonné, lui a volé sa maison, l'a réduit à l'état de SDF et l'a fait expulser du nouveau pays qu'il s'était choisi pour elle, le tout pour la seule raison que Léon est en désaccord politique avec lui et qu'il est trop bête et trop paresseux pour lui opposer des arguments rationnels et honnêtes à cet effet, eh bien dans ce cas votre sens moral est singulièrement déréglé."

      Les violons maintenant ? Faut chialer ?

      Supprimer
  25. Ecoutez grandpas, si votre situation personnelle, vous pousse à être raciste, encore plus raciste, qu'y peut-on, continuez...

    RépondreSupprimer
  26. Non, mais votre réaction prouve que vous ne connaissez pas grand chose à la vie et aux gens.

    Vous êtes un bouffon, mon petit Léon, un bouffon prétentieux.

    Le racisme mon petit Léon, s'est considéré qu'un être humains vous est inférieur et croyez moi, ces gens là sont légions et vous en faite peut être partie car il faut se croire supérieur aux autres pour les défendre sans les connaître.

    Léon continuez à vous gargariser de vos certitudes car vous un idiot.

    RépondreSupprimer
  27. Didier, j'ai pensé de facon semblable lors de la précédente élection.

    Depuis, le temps s'est écoulé, et le «moins pire» sur 5 ans (Sarko pour nous) m'apparaît maintenant être le «pire garanti à 100%» au-delà des 5 ans, car garantissant une dégradation relativement lente pour que la masse des Francais reste suffisamment endormie, suffisamment effrayée par un système législatif et judiciaire pernicieux dans ses actes, et ceci suffisamment longtemps, pour se laisser noyer démographiquement sans réagir (ce qui déjà bien avancé). Au passage, veuillez excuser la lourdeur de mon style, sacrifié sur l'autel de la précision.

    D'autre part, je vous rejoins complètement concernant l'abstention - de grands mots qui ne font que cacher une sombre lâcheté et/où une terrible indigence intellectuelle.

    D'où ma conclusion : qui s'intéresse au sort de notre pays à un horizon dépassant les 5 prochaines années devrait examiner la possibilité suivante : voter Le Pen au 1er tour, puis Le Pen au second si elle est présente, sinon le candidat le plus à gauche possible - non par dégoût de Sarkollande etc., mais par pur calcul. Pour des raisons démographiques, précipiter la catastrophe maintenant me semble nettement préférable à l'agonie lente du «moins pire».

    Simplement une idée à considérer.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ah et en parlant d'indigence intellectuelle :

      http://www.youtube.com/watch?v=N82O2JclvjI

      Dédicacé à Léon.

      Supprimer
    2. Effectivement, c'est à considérer. Mais il y a beaucoup de facteurs à prendre en compte. Pas facile de se faire un avis définitif.
      Peut-être le "moins pire" serait-il Sarkozy réélu d'une très courte tête et l'UMP obligée de composer une (courte) majorité à l'assemblée avec des élus FN ou apparentés.
      Là aussi, pure spéculation.

      Supprimer
  28. Bon Dieu, Grandpas, quand vous lisez chez Yanka ce mot "bougnoulisation", auquel vous semblez adhérer ou en tout cas que vous ne contestez pas, y voyez-vous une notion de respect, d'égalité, de dignité entre humains?

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Evidemment, si vous considérez que la civilisation arabo-musulmane est égale à la nôtre... Au moins vous ne serez pas trop ennuyé de devoir voiler vos filles et saigner les bêtes à vif, quand vous et vos amis aurez imposé la charia en France. (Pour les bêtes, c'est déjà fait).
      "bougnoulisation", quand on voit le type d'enrichissement que nous apportent les Arabes, ça me paraît assez adapté. Mais n'hésitez à me convaincre du contraire, Léon, au lieu de traiter les autres de racistes.

      Supprimer
  29. Léon il ne supporte pas les racistes, et en même temps il vient régulièrement trainer ses guêtres dans des lieux où il est sûr de trouver des gens qui, selon ses critères, sont des racistes.
    Peut-être qu'on pourrait dire de lui la même chose que ce qu'on dit parfois de ceux qui sont obsédés par l'homosexualité.
    Vous êtes sur que vous ne seriez pas un raciste refoulé, Léon?

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Il ne faut pas sous-estimer les efforts de Léon pour se soigner de son racisme
      refoulé. Fréquenter d'abominables blogs réacs peut s'avérer thérapeutique, j'ai même entendu dire qu'il s'en trouve quelques uns ayant atteint une totale guérison
      et entrent en transe à la vue d'une burqua.

      Zelda

      Supprimer
  30. Personnellement je voterai MLP au premier tour, sans enthousiasme débordant, puis Sarkosy au second sans enthousiasme non plus; ce qui fait que je peux dire que j'aurai deux fois perdu mes élections… De toutes façons, j'ai un peu l'impression que tout le monde sera "un peu" perdant… Et je ne sais pas pourquoi, mais j'ai un peu le sentiment que je n'aimerai pas être de gauche dans les cinq ans qui viennent… je crois que ça va être dur pour eux au gouvernement… on verra

    RépondreSupprimer
  31. "mon épouse est originaire du Sénégal" (grandspas)
    Et alors? Qu'est-ce que ça prouve? Rien.
    Des mecs "très de gauche" mariés à des venues d'ailleurs, y en a plein. Des "Fais-moi du cous-cous chérie", je les appelle. Z'ont bonne conscience pour pas cher, ces mecs là. Z'ont refilé la nationalité à une pauvr'indigène qui leur mitonne du mafé sans moufter et avec le sourire s'te plait, des braves bonniches bien domestiquées qui ne les font pas chier avec des revendications féministes égalitaires comme ces affreuses blanches qui prétendent qu'ils fassent 50% du travail domestique gratuit.
    Pourquoi? Mais parce que le sexisme est le premier des racismes.

    Et cessez de chercher à faire pleurer Margot avec " Devines qui vient dîner ce soir?", c'est un peu suranné, depuis Obama est devenu président.

    "Le racisme, je le connais et des deux côtés et les plus haineux n'étaient pas blancs"etc... Non, vous ne connaissez rien à rien, vous êtes seulement un "bon colon" bien con et fier de l'être: vous avez seulement colonisé une femme, point barre. Quand votre femme se sera décolonisée, vous lui adresserez mon salut citoyen. Si elle acceptera de vous garder pour époux, ça voudra dire que vous le méritez vraiment; je vous le souhaite...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Floréale,

      Cela ne prouve rien mais croyez moi, ils ont des intolérants autant que nous voir plus notamment chez les barbus.

      Je ne sais comment font les autres mais de mon côté, il y a bien longtemps que je fais le ménage et torcher le cul des gosses, ce n'est pas un exploit mon père a toujours vécu ainsi, une question d' éducation.

      Mon épouse ne m' a pas attendu pour être française et pour être une dame en pleine possession de ses libertés et à propos de colonisation c'est vous qui êtes plein(e) de ressentiments et surtout de stéréotypes et le colon c'est vous et surtout un crétin et un beau, on devrait vous empailler.

      Supprimer
  32. Incroyable féministe à deux balles qui vient expliquer à des gens qu'elle ne connaît pas qu'ils sont racistes, surtout parce qu'ils ont épousé une Noire.
    On trouve de tout chez Didier Goux.

    RépondreSupprimer
  33. Vous me surprenez, Didier Goux...
    N'avez-vous pas écrit ici même que vous n'iriez pas voter ???

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'était une éventualité. Et, du reste, je ne suis encore sûr de rien : je n'arrête pas de passer d'un avis à l'autre, vieille girouette grinçante que je suis…

      Supprimer
  34. If Nicolas Sarkozy thinks the FT is a free market newspaper, God help France

    "That Sarko regards the pink paper as scarily Right-wing tells us quite how far from the European mainstream his own views are. The truth is that France faces a choice between two socialists."

    "Both favour a command economy, a measure of protectionism, entrenched entitlements ('les acquis sociaux'), deeper European integration, and a dirigiste state. No wonder they argue so fiercely about immigration: that's virtually the only area where they disagree."

    "Bonnet blanc et blanc bonnet, as they say in France. Tweedle-Dum and Tweedle-Dumber."


    http://blogs.telegraph.co.uk/news/danielhannan/100150853/if-nicolas-sarkozy-thinks-the-ft-is-a-free-market-newspaper-hes-even-more-extreme-than-we-realised/

    RépondreSupprimer
  35. Je ne comprends pas que Léon fasse un blocage sur le racisme à ce point là, et partant d'un mot, un seul petit mot comme bougnoule peut dégager autant de haine ? Mais enfin, l'argo n'est plus praticable ? C'est trop péjoratif ? Si je suis émue par contagion de planter du melon dans mon jardin en disant qu'il est " melonisé " c'est mal ?

    Qui fera le déni d'un dégagement de racisme collectif durant allez...on va dire au moins une semaine bien torchée après l'affaire Merha, qui osera, hein, qui Léon ?

    On est tous raciste du terroriste, tous, à moins d'être le terroriste : et de quelle origine est un terroriste Léon, voilà, je pense, ce à quoi faisait référence Yanka, l'islamisation, celle-ci même qui nous fait peur, passer d'une ville rose comme Toulouse au rouge pourpre d'un ciel maudit à cause du déni, c'est de la pure folie !

    Sand

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Mais non, bien entendu, Sand, c'est tout à fait anodin, "bougnoulisation", c'est même flatteur pour ceux que vous visez.
      Eh bien, livrez-vous à ce petit jeu, durant une réunion ou un repas où participeraient des Arabes et des Noirs (s'il est possible pour vous d'y participer aussi), lâchez comme ça, tranquillement, que la société française, est en train de se "bougnouliser" et vous me direz l'effet que ça fait sur les participants, s'ils se tapent sur les cuisses de joie et s'ils vous remercient de votre condescendance de blanche.

      Supprimer
    2. Et bien voilà Léon, nous y sommes enfin, exactement où je voulais en venir. Je suis absolument d'accord avec vous sur ce point, oralement, et, concrètement, en présence de personnes physiques citées ci-dessus, je n'utiliserai effectivement pas ce langage, et permettez-moi de vous dire que confondre un acte de provocation raciale qui incite à la haine avec un mode d'expression écrite, ou bien encore la toile d'un peintre, une chanson, ce nouveau support qu'est internet où toutes les races s'expriment, écrivains, peintres, artistes virtuels se mélangent est une atteinte à la liberté de penser autant qu'un crime culturel pourrait se révéler accusatoire. Ce n'est pas en déplaçant la poussière d'un support à un autre qu'elle disparaît, et connaissant Yanka je vous rassure, il est écrivain, pas assassin, et ne se prête pas à ce genre de petit jeu comme vous dites aussi injurieux et dangereux que vous l'êtes en le suggérant.

      Vous êtes là pour le coup très blessant et irrespectueux en me rabaissant de la sorte et me traitant d'idiote.

      Sand

      Supprimer
  36. Je n'ai pas parlé de bougnoules (individus), mais de bougnoulisation, par quoi j'entends une société multiculturelle composée de cultures et d'ethnies qui ne se mélangent pas, ne se parlent pas. La France n'est pas les États-Unis. La France est un vieux pays avec des traditions et une culture. Certes, il y a eu des apports étrangers, mais de gens qui se sont assimilés, à la française. Ils ne venaient pas en France en exigeant d'elle qu'elle se plie à leurs coutumes, ce qui ne les a pas empêchés d'apporter parfois un zeste de folklore et quelques habitudes gastronomiques, sans les imposer à quiconque. Je pense aux Italiens, aux Espagnols. Or, aujourd'hui, que voit-on ? Une communautarisation galopante avec revendications culturelles parfois bien agressives. On voit une religion exogène se répandre comme de la poudre et exiger de plus en plus ouvertement des dispositions conformes aux préceptes de leur croyance, alors que la République est laïque. Pendant le Ramadan, des gens sont agressés et battus parce qu'ils mangent ou boivent durant le jour. Le halal s'impose partout, alors que ce mode d'abattage (rituel, sans étourdissement préalable) est interdit en France et par l'Europe. Dans certains quartiers de grandes villes françaises, il n'est plus possible de trouver un morceau de porc, viande proscrite par l'islam. On permet des prières dans l'espace public avec blocage de la circulation, ce que la loi interdit pourtant. Etc., etc. C'est de cette culture-là que je parle et non celle des bibliothèques. Cette culture-là est définitivement étrangère à l'Europe. S'il ne s'agissait que de quelques individus, je mettrais ça sur le compte du folklore. Or, c'est une invasion, une prolifération. Et cela n'a rien à voir avec la race. J'emmerde tout autant Momo que Ribéry.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je ne suis pas d'accord avec votre façon de voir, M.Yanka, les Français ne sont pas différents des autres habitants du monde, ce que vous appelez leur culture ne les empêche pas de communiquer, de parler, de vivre ensemble.
      D'autres pays l'ont réussi ou sont en train de le réussir, le Brésil, la Nouvelle Zélande, l'Afrique du sud, d'autre encore, en quoi serions nous incapables de le faire, sommes nous plus stupides qu'eux, plus égoïstes, plus introvertis, plus jaloux, plus haineux.
      Vous inventez un pays, qui n'existe pas, une soi disant France millénaire, comme ci, comme ça, qui arrange vos idées sectaires, cultivée, civilisée, insoluble, et vous en déduisez qu'elle ne peut accueillir personne.Votre France sclérosée n'est pas la mienne.
      Moi je serais plutôt fier qu'on puisse réussir cette façon de vivre ensemble, je suis peut-être utopique mais vous êtes apocalyptique, dangereux et méprisant pour les autres.

      Supprimer
    2. Léon sortait de votre friterie, l' Afrique du Sud n'est pas exemple, les fermiers boers vivent dans de véritables forteresses et Zuma l' actuel président vit dans la tradition zoulou, pour le Brésil très peu de blancs vivent dans les favelas quant à la Nouvelle Zélande, combien de gentils musulmans ?

      Supprimer
    3. Liban, Irak, Yougoslavie, Rwanda, que de réussites du multiculturalisme. Et l'Afrique du Sud qui a presque ouvert la chasse au blanc, en voie de zimbabweisation, quelle sacrée réussite également.

      Supprimer
    4. Robert Marchenoir16 avril 2012 18:54

      L'Afrique du Sud en train de réussir le multiculturalisme... Elle est bien bonne, celle-là...

      Plus les gauchistes sont ignorants, plus ils sont capables d'énoncer des énormités avec une arrogance à couper le souffle...

      En septembre 2011, l'organisation humanitaire Genocide Watch, reconnue par les Nations Unies, a placé l'Afrique du Sud sur le degré 6 de son échelle surveillant le risque de génocide.

      Cette échelle comporte 8 degrés, qui caractérisent la façon dont se passent la plupart des génocides à travers le monde. Le degré 6 est celui de la préparation, qui précède immédiatement le degré 7, celui de l'exécution.

      Le degré 8 est celui de l'effacement de la mémoire et de la négation du génocide (facilement observable en Turquie pour le génocide des Arméniens, chez les musulmans pour le génocide des Juifs par les nazis, etc)

      Le génocide en préparation en Afrique du Sud est bien entendu celui des Blancs par les Noirs.

      http://www.genocidewatch.org/southafrica.html

      L'Afrique du Sud était quasiment un pays occidental du temps de la domination blanche. Depuis que l'apartheid a été supprimé, les coupures d'électricité sont incessantes, le taux de meurtres et de viols est devenu effrayant, et le pays est dirigé par un président polygame qui, à l'occasion de son procès pour viol, a affirmé qu'il lui suffisait de prendre une douche après un rapport sexuel pour se protéger du SIDA.

      Les Blancs sud-africains, persécutés, menacés, écartés des emplois et des places à l’université, cherchent à fuir le pays. Certains ont déjà demandé l'asile politique à l'étranger.

      Une rumeur omniprésente, en Afrique du Sud, veut que la mort prochaine de Mandela, fort âgé, soit le signal pour l’extermination des Blancs. Une fois le symbole de l’utopie multiculturelle disparu, les bons vieux instincts raciaux reprendraient le dessus. L’existence même de cette rumeur est significative.

      Supprimer
    5. Vive l'apartheid!

      Supprimer
    6. Robert Marchenoir16 avril 2012 20:09

      Tout à fait, Léon : vive l'apartheid.

      Toutes choses égales par ailleurs, l'apartheid était la meilleure des solutions en Afrique du Sud, et pour les Blancs et pour les Noirs.

      A partir du moment où une communauté blanche s'était installée en Afrique du Sud, avait pris racine, avait prospéré au fil des siècles, avait créé sa propre nation et sa propre histoire, l'apartheid était la meilleure des solutions.

      Je vous signale d'ailleurs que, lorsque les Blancs se sont installés en Afrique du Sud, il n'y avait personne. Les Noirs se trouvaient beaucoup plus loin, vers l'Est.

      Bien entendu, les Blancs étant ce qu'ils sont (intelligents, industrieux, dûrs à la tâche, prévoyants, solidaires, etc), ils créèrent une nation prospère à partir de rien.

      Et les Noirs étant ce qu'ils sont (stupides, paresseux, imprévoyants, violents, arriérés, dépourvus de tout sens de la solidarité), ils furent attirés par ce paradis de prospérité qu'ils auraient été bien incapables de créer par eux-mêmes.

      Dans leur propre intérêt, il fallut alors les empêcher de détruire ce par quoi ils étaient attirés.

      On connaît la suite, et on voit aujourd'hui ce qui se passe lorsque on permet à l'anarchie noire de prendre le pas sur la civilisation blanche.

      Quelle aurait été votre solution ?

      Supprimer
    7. Le "kill a tourist day" est très certainement un signe de la civilisation des nouveaux maîtres de l'Afrique du Sud.

      Par ailleurs on notera que les fermes spoliées aux fermiers blancs et confiées à des membres du parti au pouvoir ne brillent pas par leur production. Des exploitations de dizaines voire de centaines d'hectares sont en friche, les actuels propriétaires se contentant d'exploiter deux ou trois hectares, histoire d'avoir de quoi bouffer et faire de la vente sur les marchés.

      Quant à l'insécurité notoire, elle fit le bonheur de quelques malins qui firent du fric en vendant des gilets pare-balles aux couleurs des pays qui participaient à la coupe du monde, qui fut d'ailleurs un fiasco, personne n'ayant envie d'aller se faire trouer la peau par des zoulous et xhosas devenus incontrôlables.

      Supprimer
    8. Robert Marchenoir16 avril 2012 22:49

      Un Sud-Africain blanc explique, sur le blog américain SBPDL, que les Noirs de son pays ne payent pas leurs factures d'électricité. C'est un commentaire à un article qui révèle que les Noirs américains ne payent pas leurs factures d'eau...

      Black phage said...

      Strange how genetics govern them, and the same problems rise, even tho they are 10 000 miles apart.

      In south africa there is the same problem, 3.5 million whites keep the country floating, over 50% of all electricity entering soweto, a black township, south west of johannesburg, over 50% of the electricity is not accounted for, they either don't pay their electricity bills or the make illegal connection to the power utility to steal electricity.

      The electrical utility company is owed millions if not billions in unpaid bills, their solution to the problem, hike electricity bills, by 25% for the next 5 years, thereby doubling electricity to the people that pay.They never thought that by doubling electricity prices, more people won't pay, a vicious cycle is created untill the system collapses.

      Water bills is the same, and council tax the same problem.

      Blacks can take a functioning country and ruin it in 20 years, as they did in zimbabwe and are doing now in south africa.

      That's what they do.

      That's why the white government of apartheid never had electicity infrustructure where blacks lived, cause they knew they wouldn't pay their bills and steal electricity.

      How wise they were
      April 15, 2012 9:36 PM


      http://www.blogger.com/comment.g?blogID=3890530692790573387&postID=8359176268780872283

      Léon, quelle est votre solution ?

      Supprimer
    9. Robert Marchenoir16 avril 2012 23:03

      Et en parlant de factures d'eau et d'électricité, je signale que la profession de foi de François Hollande promet une tarification progressive de l'eau, du gaz et de l'électricité.

      Ce qui, en bon français, signifie que l'eau, le gaz et l'électricité passeraient du statut de marchandises ayant un prix au statut d'impôts. Les "riches" payeraient donc davantage pour un mètre cube d'eau ou un kilowatt-heure d'électricité que les "pauvres".

      On voit tout de site où cela nous mènera : l'Etat pourra augmenter à volonté le prix de ces services indispensables, pour financer ses insatiables fonctionnaires et ses multiples obligés. Et les "pauvres" (comprendre : les immigrés) bénéficieront de moult "tarifs sociaux" pour les mêmes services, qui pourront, tout comme les impôts, aller jusqu'à la gratuité complète.

      Et, en effet, la profession de foi de Jean-Cul Méchancon prévoit "La gratuité des premières tranches d'eau, de gaz et d'électricité nécessaires à la vie".

      Bref, les Français de souche vont payer l'eau, le gaz et l'électricité des Noirs et des Arabes. Comme aux Etats-Unis. Comme en Afrique du Sud.

      Supprimer
  37. Cher Didier,

    Vous me faites vraiment rire. Il y a quelques jours, vous disiez : "mais Hollande et Sarkozy, c'est pareil". Et aujourd'hui, vous nous dites, "si je vote Marine Le Pen au 1er tour, la logique veut que mon vote se reporte sur Sarkozy même si je l'ai trouvé médiocre Président". Donc, voter Sarkozy - puisque Hollande et Sarkozy c'est tout pareil (même programme, avez-vous dit, si l'on excepte les gadgets sociétaux) - c'est un peu comme voter Hollande ?

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Eh bien, disons que j'aurais dû être plus précis et écrire : « Sarkozy et Hollande, c'est pareil sur ce qui me semble être les sujets de première importance (immigration, carcan européen…) et très peu différents pour le reste. » Donc, mon vote sera (sans doute) déterminé par ce “très peu”. On pourrait dire encore que, de mon point de vue, Hollande c'est Sarkozy en “un peu pire”…

      Supprimer
  38. Pauvre Léon, complètement déconnecté de la réalité que vous êtes. Le pire, c'est que vous ne vous rendez même pas compte à quel point votre discours bien-pensant est truffé de lieux communs tous plus caricaturaux les uns que les autres. Votre vision du monde est tout simplement celle d'un bisounours qui refuse de voir la réalité en face. Pourtant, elle est en train de vous exploser au visage, mais vous demeurez malgré tout totalement aveugle. Et vous osez accuser Y.Yanka d'être dangereux, mais quelle blague! alors que c'est précisément votre idéologie bisounoursesque qui est en train de faire voler en éclat ce qu'il nous reste de société.
    Vous pouvez être fier de vous, Léon.
    Marc

    RépondreSupprimer
  39. Ce commentaire a été supprimé par un administrateur du blog.

    RépondreSupprimer
  40. Ouais,
    ça y est, on a enfin quelqu'un qui a mentionné les "bisounours". Le propos réactionnaire avec ces petites expressions comme des clignotants. Bisounours, bien pensant, aveuglement, tout y passe. Bravo Marc. Vous avez copié-collé ?

    RépondreSupprimer
  41. Les dieux quelquefois se montrent un tantinet cruels et farceurs, avec cette drôle d'idée qui consiste à confier l'avenir d'une nation au bon vouloir de l'opinion.

    " C'est un spectacle fou : drame, comédie, vaudeville, bouffonnerie, farce pantomime, tous les genres, du tragique au burlesque, s'y donnent rendez-vous et s'y rencontrent, associés, confondus Le malheur est que c'est aux frais du spectateur que la farce se joue et que, quels que soient les acteurs, c'est toujours lui qui paie, et qu'il paie de son travail et de sa liberté. "

    Sébastien Faure, Electeur, écoute !, Bureau antiparlementaire, 1919.

    RépondreSupprimer
  42. " L'opinion, c'est quelque chose de vague, d'insaisissable, de fantastique, créé un matin par les cancans de coulisses, les bavardages des journalistes, les fantaisies d'un orateur. L'opinion c'est le désespoir des cervelles humaines, c'est l'entrainement d'un peuple qui ne sait ou ne veut raisonner; c'est le bon plaisir d'une conscience ignorante et paresseuse.

    L'opinion c'est la joie et le triomphe des charlatans."

    Pierre-Joseph Proudhon, Carnets.

    On ne le répétera jamais assez, bon prince vaut mille fois mieux que les hâbleurs et charlatans qui nous gouvernent. En attendant, laissons venir. Les âmes bien nées ne peuvent se sentir concernées par pareil spectacle.

    RépondreSupprimer
  43. Vous avez sans doute raison Dorham, si vous voulez parler de mon récit sur Yanka, c'était peut-être inutile et blessant, mais moi que l'on traite d'abruti, de con, d'imbécile à longueur de commentaires sur ce blog (cela me passe au-dessus tout de même, vu d'où ça vient) et qui n'ai jamais lâché une insulte en réponse, j'ai réagi à des mots que j'ai jugé accablants de la part de quelqu'un qui écrit et plutôt bien. Beaucoup d'autres ici,et lui le premier je suppose, aiment la littérature,ils savent ce que sont les mots, leur force,leur nuisance, leur poids de souffrances possibles, les haines qu'ils peuvent faire naître lorsqu'ils sont utilisés sciemment pour flétrir et et blesser des gens qui n'ont aucune culpabilité, qui nous ressemblent, sauf par la couleur de la peau et les origines.
    Alors j'ai signalé mon désaccord et le rejet que cela provoquait en moi.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Léon,

      On m'a insulté assez souvent ici aussi. Se faire insulter par certaines personnes, Léon, c'est comme recevoir le plus beau des compliments.

      Supprimer
  44. Ah la célèbre controverse qui oppose le mot à la chose. Dilemme qui demande de la sagesse et c'est en l'atteignant que l'on peut en faire un poème.

    Plus sérieusement j'adore cette vieille scie que les gauchos aiment à ressortir : le pouvoir des mots. C'est d'ailleurs pour cela que ces vaillants défenseurs des libertés aiment à restreindre celle de l'expression. Les vilains mots de droite blessent tellement leurs petits coeurs qu'ils cherchent à les bannissent pour le plus souffrir. La couillemollisation est en marche camarades, le vieux monde est derrière nous et nous devons lui fermer définitivement sa gueule.

    RépondreSupprimer
  45. "La couillemollisation est en marche"...voilà, il me manquait celui-là, bravo!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Léon, soyez moins brusque avec moi. La violence de votre propos, sa force, son pouvoir de nuisance, la haine contenue, blessent mon coeur d'une langueur vraiment monotone pour le coup. Vous ne devriez pas chercher à flétrir des gens qui vous ressemblent sauf par leurs convictions.

      Ne voyez pas là-dedans quelque tentative de stigmatisation à votre endroit, je signale juste mon désaccord et le rejet que cela provoque en moi. Snif !

      Plus sérieusement, vous en avez pas marre d'enfiler des perles ? Les cocos que je croisais au détour d'une rue, les nuits de collage en 1981, n'avaient pas vos pudeurs de rosières. La dialectique cassait réellement des briques à cette époque. Mais comme me disait un très vieil ami, "que veux-tu, il n'y a plus de mensch aujourd'hui".

      Alors oui, couillemollisation ne me semble pas vraiment outrancier lorsque je vous lis. J'aurais pu ajouter "connard" comme l'idolâtre du Kremlin, mais je ne pratique l'insulte qu'en dernière extrémité, ou lorsque je suis en présence de connaissances avec qui je partage une certaine connivence.

      Supprimer
  46. Le vote utile au premier tour s'impose, FN donc.

    En revanche, voter Sarkozy au second tour irait contre l'intérêt du pays. Pourquoi ?
    Tout le monde sait, Hollande le premier, qu'il faudra tailler à la hache dans la dépense publique qui atteint un niveau intenable actuellement (56% du PIB), comme sont contraints de le faire tous les Etats européens sans exception.

    Or, cette politique de rigueur inévitable passera beaucoup moins difficilement si c'est la gauche qui la met en oeuvre. Laissons donc les gauchistes rêver à un nouveau mai 81, c'est un tournant de la rigueur aux stéroïdes qui les attend, et ils ne pourront même pas blâmer la droâte pour cela...

    RépondreSupprimer
  47. C'est curieux que cette France (ou cette Belgique, ou...) qui n'existe pas, je l'ai fort bien connue, sans être pour autant né voici trois siècles, et alors que j'étais déjà un adulte.

    Léon, je ne vous ai jamais insulté, moi.

    Vous utilisez le mot "race" sans cesse, que je n'ai pas utilisé. Ce dont je parle n'a rien à voir avec de supposées races, mais avec des cultures qui sont trop différentes des nôtres pour avoir un avenir quelconque ici (= en Europe). C'est un fait que je ne raffole pas des Noirs en général, mais ce n'est pas parce qu'ils sont noirs, c'est parce qu'ils ont des habitudes mentales et des manières d'être qui me déplaisent. Ce n'est pas épidermique ni systématique, mon affaire. Je fais encore la différence entre une sourde hostilité à l'égard d'un groupe (ethnique, culturel) et mon rapport avec les individus. Je ne raffole pas non plus des Asiatiques, bien que j'en ai connu de très bien (Laos, Viêt-nam). Eux au moins ne font chier personne, si leur froideur me désarçonne. Quant aux Arabes, c'est leur côté toujours à cran qui me gonfle, leur tendance à aboyer pour un rien. Mais si vous tenez à le savoir, en dehors de l'islam, je me sens plus proche culturellement d'un Arabe que d'un Africain noir ou d'un Chinois. Ce ne sont pas des théories que je vous énonce là, mais une sensibilité, d'ailleurs variable.

    Nous avons tous des affinités culturelles avec certains peuples et pas du tout avec d'autres. Les miennes sont européo-centrées, c'est un fait. Je préfère les Slaves aux Scandinaves, les Allemands aux Bulgares, les Italiens aux Grecs, les Portugaises aux Suédoises, le camembert au cheddar, Shakespeare à Goethe, Dürer à Constable, le tango au square dance, etc.

    Quoi qu'il en soit, si un peu de couleur égaie, je ne suis pas pour que tout le monde vive au même endroit, je suis pour la différence, mais pas dans le même sac. On n'élève pas des poules avec des renards, on ne mêle pas aux moutons les loups. Chacun sa bergerie, chacun sa tanière. Et ça ne veut pas dire qu'on doive depuis chez soi se regarder en chiens de faïence. On n'a pas besoin que Shakespeare vive à Calais pour apprécier ses œuvres.

    RépondreSupprimer
  48. Je crois avoir utilisé le mot raciste mais pas le mot race, puisque les races n'existent pas, en dehors du règne animal, mais évidemment pour vous le monde ressemblant à une "bergerie" ou à "une tanière" (deux mille ans de philosophes, de théologiens, de penseurs, de littérature, de musique, bref d'élévation n'y ont rien changé), votre analyse des affinités: "je préfère les chats aux chiens", "j'aime mieux les poissons rouges que les canaris" semble logique.
    Comme il est logique que je retourne à ma niche. Ouah, ouah,

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ô la belle avancée que voilà. Race étant un vilain mot on lui a préféré groupes ethniques. Comme dans toute la création on trouve une espèce divisée non pas en r..e mais en groupes ethniques. Sacrée différence. Et comme par hasard, chaque groupe ethnique possède ses propres particularités biologiques et physiologiques, et même cérébrales si j'en crois les travaux de Lynn. Mais les races n'existent pas, non, il faut l'affirmer bien haut.

      Supprimer

Les commentaires anonymes seront systématiquement supprimés, quel que puisse être leur contenu, voire leur intérêt.