dimanche 15 avril 2012

Sa Majesté des frelons (billet pratique)


Que les lecteurs citadins de ce blog retournent à leurs saines occupations s'ils en ont encore : ce billet ne les intéresse pas, seuls les camarades glaiseux sont concernés. À partir de maintenant, il va vous falloir, campagnards et semi-campagnards, commencer à guetter l'apparition des frelons autour de vos maisons. Dès que vous en apercevrez un, je vous conseille de tout mettre en œuvre pour le faire passer de vie à trépas, quitte à installer une chaise au sommet de votre escabeau et à vous péter la margoulette. 

En effet, nous sommes à peu près à l'époque où les reines de l'année dernière se réveillent. Elle sont les seules représentantes de l'espèce à passer l'hiver (pas toutes, par chance). À peine éveillées, elles vont commencer par se nourrir, puis à se retrousser les manches pour bâtir leur nid. Ensuite, elles vont se mettre à pondre et ne s'arrêteront plus jusqu'à ce que leurs dernières filles indignes, vers la mi-octobre, les mettent en pièces et les bouffent. Si bien que, d'ici la fin du mois de mai, à chaque fois que vous tuerez l'une de ces vrombissantes bestioles, vous supprimerez du même coup les quelque six ou sept cents ouvrières qu'elle compte bien mettre au monde d'ici la fin de la saison ; et aussi, accessoirement les deux ou trois cents reines qu'elle enfantera vers la fin de septembre et le début d'octobre, en prévision de l'année prochaine.

Si vous habitez le quart sud-ouest de notre beau pays, il vous faudra en plus vous coltiner les frelons asiatiques, qui se livrent à de véritables carnages nazis dans les ruches de nos gentilles abeilles de souche.

Sus à l'ennemi, bon sang de bois !

21 commentaires:

  1. Pfff, ces histoires de frelons qui tout à coup nous envahissent... et qui comme par hasard viennent d'ailleurs... On a bien compris votre allusion, allez!
    Vous avez vraiment tous les trucs pour faire passer vos obsessions xénophobes.
    Raciste, va!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Apparemment,d'après ce que j'ai pu lire çà et là, nos frelons de souche n'envisagerait le métissage qu'avec une extrême répugnance…

      Supprimer
  2. Le frelon est l'ennemi de l'Étienne, et plus particulièrement du Jacques. Je lui mène une lutte sans merci (ni bonjour ni merde) parce qu'il se trouve que je suis allergique à sa piqure. Un bon docteur m'a dit qu'après l’œdème que j'avais fait suite à une attaque de guêpe en 1976, la suivante pourrait s'avérer fatale. Imaginez notre inquiétude, Cher Didier, lorsqu'en plein mois de décembre, après avoir ouvert une fenêtre, ma compagne et moi entendîmes le vrombissement caractéristique de la bête troubler le silence de notre chambre ! Je l'ai eu. Avant qu'il ne m'ait.

    Je me souviens avoir traité à l'essence moult nids de guêpes dans mon jardin Eurélien. J'ai également le souvenir d'avoir été débarrassé par les pompiers d'un nid de frelons logeant dans l'un de mes arbre creux. Depuis, il faut payer pour obtenir cette faveur tant il est vrai que le frelon ne peut piquer à mort que le ou les propriétaires du terrain sur lequel ils choisissent de s'installer.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Vous avez trouvé un frelon en DÉCEMBRE ? J'ai énormément de mal à le croire. Êtes-vous bien certain qu'il ne s'agissait pas de l'un de ces gros insectes inoffensifs (dont le nom m'échappe pour le moment) qui ressemblent en effet au frelon mais n'en est pas un ?

      En principe, en décembre, les reines de l'année suivante hibernent depuis déja deux bons mois et tous les autres sont m:orts, depuis à peu près le même temps…

      Supprimer
    2. Je pense qu'il ne venait pas de l'extérieur mais qu'il se cachait, comme le font beaucoup d'insectes dans le cadre de cette fenêtre rarement ouverte. Il se peut aussi que vous ayez raison, seulement, lorsqu'on est allergique à certaines piqures, on écrabouille avant de demander les papiers (n'y voyez pas une métaphore !)

      Supprimer
    3. Je pense avoir l'explication : il devait s'agir d'une reine, hibernant depuis octobre, et que le fait d'ouvrir la fenêtre a prématurément réveillé. auquel cas, de toute, façon, par le fait même d'avoir été réveillée, elle serait morte de toute façon avant le printemps suivant, par épuisement prématuré de ses réserves.

      Supprimer
  3. Est-ce qu'on peut commander un article pratique sur la plomberie ? Parce que les histoires d'insectes, hein...

    RépondreSupprimer
  4. Ce commentaire a été supprimé par un administrateur du blog.

    RépondreSupprimer
  5. Ma soeur prétend qu'un bon coup de fusil dans le nid de frelons asiatiques, c'est quand même moins cher qu'une intervention des pompiers à 400 €.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Le problème est que ça ne détruit pas les bestioles, juste le nid.

      Supprimer
  6. Raciste, qu'est ce qu'ils vous ont fait le frelons asiatiques? Sans eux pas de nems, pas de canard laqué.

    RépondreSupprimer
  7. Monsieur Goux,

    Pourquoi les gens des villes, ne seraient pas sous le charme des abeilles, certes il n' y a pas beaucoup de ruches dans ma petite cité mais de gros frelons, plein!

    Et puis pas d' abeilles , pas d' hydromel et j'en ai goûté du très bon.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je pensais, sottement, qu'il n'y avait pas de frelons en ville…

      Supprimer
    2. Un petit nombre pour les bêtes ayant des ailes et puis il faut dire que mon petit habita est au dessus de plusieurs arbres pas une petite forêt mais de quoi avoir de la fraîcheur lors de grande chaleur.

      Pour les frelons bipèdes, nous avons tous au coin de la rue même la nuit.

      Supprimer
  8. Méfiez vous, mon cher, de l'association de protection des frelons. Vu le nombre d'associations à but foireux, il doit bien en exister une..!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Vous avez raison : je suis d'une imprudence, ces temps-ci !

      Supprimer
    2. Oui, c'est de la discrimination… gare aux ligues de vertu!

      Supprimer
  9. Sa majesté des melons. ^^
    Léon, vous êtes là?
    Marc

    RépondreSupprimer
  10. Pointez vous la nuit (tard) avec une bonne loupiote et une échelle (la plupart du temps nécéssaire).
    Munissez vous d'une bombe de mousse PU. Mettez ça dans un des trous du nid. Dans deux jours, ils sont morts.

    RépondreSupprimer

Les commentaires anonymes seront systématiquement supprimés, quel que puisse être leur contenu, voire leur intérêt.