vendredi 8 février 2013

Des histoires de bâtiment (passez votre chemin)


Je reconnais que, lorsqu'on a passé son après-midi à Illiers-Combray, à s'occuper de Proust, la photo du Château d'If semble bizarre. Seulement, voyez-vous, il me faut noter les quelques sujets de conversation entre Catherine et moi, durant l'apéritif qui a conclu ce petit périple, ou plus exactement les idées de billets qui en sont sorties. Ou qui, peut-être, en sortiront.

Monte-Cristo : roman du mal ; Dantès n'est intéressant que lorsqu'il détruit.

– Dumas écrivain en bâtiment : ses personnages les plus intéressants (toujours dans Monte-Cristo) n'atteignent jamais à Balzac, et même en sont loin. Pourquoi ?

– Les plus intéressants sont les possédés : Mortcerf par l'amour de Mercedes et sa rivalité “girardienne” avec Dantès ; Mme de Villefort, que son amour maternel monstrueux rapproche du Père Goriot. 

– Le côté “bâtiment” de Dumas : Danglars ne tient pas la route face aux “possédés” par l'argent de Balzac. Pourquoi ? Creuser.

– Le mal du roman du XIXe siècle (peut-être issu de Rousseau : creuser) : les héroïnes “pures”, pré-TF1. Insupportables chez Dumas (voir chez Barbey) : Valentine de Villefort, Haydée, Louise de La Vallière (Bragelonne), à peine moins caricaturales chez Balzac (Morsauf ----> Morcerf)

– Homme pas mieux lotis : Maximilien Morel (Dumas responsable de l'invention de Morel ?), Raoul de Bragelonne.

– La Varende : bel écrivain, piètre romancier : insupportables héroïnes “pures”, chiantes, envie de troussées à la hussarde chez le lecteur – les faire couiner comme de vraies femelles. (Retrouver le nom de la pétasse de Nez de cuir.) À la lecture, irrésistible pente qui ramène, par réaction purement épidermique, à ce faux écrivain de Frédéric Dard, ce flamboyant bâtimenteur, qui a mieux que quiconque défini, et définitivement, les héroïnes dont je parle, celles qui disent : « Ta bite a un goût. » On sent bien que, pour cette pauvre Valentine de Villefort, toute bite aura toujours un goût – et l'on plaint ce pauvre Maximilien.

– Pourquoi La Varende traîne-t-il après lui cette malédiction, cette guimauve du XIXe  ? Est-ce que ça le condamne (comme écrivain ? Comme romancier ?) ?

– Parallèle esquissé entre Jean de La Varende et Renaud Camus, au sommet d'eux-mêmes lorsqu'ils n'essaient pas d'être romanciers. – Écrivains de vagabondage, moralistes de traverse, promeneurs essentiels (esquisser un parallèle, par exemple, entre les Belles Esclaves de l'un et les Départements de l'autre.)

– Revenons à Dumas et à Monte Cristo : pourquoi le comte redevient-il cette espèce de bisounours qu'est Dantès dès qu'il s'essaie à faire le bien ? Plus bizarre : pourquoi reste-t-il aussi sadique dès qu'il s'avise de le faire, ce bien ? Qu'est-ce qui justifie de pousser le père Morel jusqu'au bord du suicide avant de le sauver ? 

– Question annexe mais sans doute importante : devenu Monte-Cristo, Edmond Dantès éprouve-t-il le moindre plaisir à faire le bien ? En a-t-il encore quoi que ce soit à foutre des Morel ? 

– Question fondamentale, dérivant de la question annexe précédente : le comte de Monte-Cristo a-t-il quoi que ce soit en commun avec Edmond Dantès ? Ce roman ne serait-il pas celui de la lutte entre l'imbécile niais que vous fûtes et l'espèce de surpuissance que les circonstances ont fait de vous ?

– Question annexe à la question fondamentale dérivant de la question annexe qui l'avait précédée : quel rôle joue là-dedans l'abbé Faria ? Qui est-il ? Pourrait-il être une prolongation de l'esprit de Dantès, en pleine transformation, c'est-à-dire un être n'ayant jamais réellement existé ?

– Pour finir : Le comte de Monte Cristo serait-il autre chose qu'un vampire ? Qui plus est, refusant, en tant que Français de France, de conduire une Mercedes ?

C'est bien : j'ai des sujets de billets pour un an, au moins.

20 commentaires:

  1. Arrêtez de réfléchir pendant l'apéro, malheureux ! Vous allez oublier de boire.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Espèce d'andouille, j'ai dix ans de plus que vous, donc cessez de me donner des leçons !

      J'ai écrit ce pseudo-billet avec un verre à main droite (presque fini, d'ailleurs), et il n'est pas impossible que j'aille m'en resservir un avant de venir troller sur vos blogs de merde !

      (Je suis bon, là ?)

      Supprimer
    2. Non. Vous avez une virgule mal branlée après une parenthèse.

      Et "abruti" serait mieux allé que "espèce d'andouille". Un "connard" néanmoins aurait été trop affectif.

      Supprimer
  2. Et donc, ça vous a plu, Illiers-Combray ?

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui ! J'y suis allé il y a 32 ou 33 ans, et j'envisage le raconter bientôt…

      Supprimer
    2. Donc les bribes de discussion que vous rapportez datent aussi de cette époque ?
      Ce n'est pas très déontologique de servir des billets décongelés à ses lecteurs...

      Supprimer
    3. Tss ! la conversation date d'hier soir : on ne peut pas faire plus frais !

      Supprimer
    4. Faire tourner ses lecteurs en bourrique en jouant sur les mots n'est guère plus recommandable.

      Supprimer
  3. De La Varende, il faut lire "Man' d'Arc". C'est un autre genre d'héroïne. D'ailleurs, en vous lisant, je me rends compte que j'aurais dû vous l'amener, plutôt que "Monsieur de Bonneville". ça devrait vous plaire davantage. Je vous l'apporte à la prochaine beuverie.

    En dehors de "Man d'Arc" et de la trilogie des La Barre, je préfère souvent les nouvelles de La Varende à ses romans. C'est dans "Les Manants du Roi", "Pays d'Ouche" ou "Heureux les humbles" que je le trouve au sommet de son art.

    RépondreSupprimer
  4. J'ai connu Illiers avant qu'elle ne devienne Combray. J'y ai connu une bien jolie coiffeuse à un bal,il y a plus de 40 ans de cela... Elle doit être bien vieille et moins jolie aujourd'hui.

    Sinon, plus laid qu'Illiers, c'est difficile à trouver.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je vous trouve plus laid qu'Illiers quand vous voulez !

      Supprimer
    2. Je crois qu'il faut pardonner à Didier : comme disait Françoise, qui du cul d'un chien s'amourose, il paraît une rose...

      Supprimer
    3. "...il LUI paraît une rose", pardon.

      Supprimer
  5. Merci de le confirmer mais j'ai effectivement toujours vu en Edmond Dantès une victime qui s'était transformé en bourreau, bourreau sadique en plus, et vous aurez noter comme moi que son arme principale était d'arroser tout le monde d'argent… Un social démocrate quoi !
    Il est à la fois le bien et le mal… (c'est beau et profond ce que je viens de d'écrire…)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est très beau : je songe à l'encadrer.

      Supprimer
  6. Pourquoi ? Creuser.

    Résumé.

    RépondreSupprimer
  7. Judith de Rieusses, la "pétasse" dans Nez de Cuir.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ah oui, c'est ça ! Merci de rapiécer ma vieille mémoire pleine de trous…

      Supprimer

Les commentaires anonymes seront systématiquement supprimés, quel que puisse être leur contenu, voire leur intérêt.