mercredi 27 février 2013

Réactionnaire comme un Africain : nouveau proverbe vatican

Photo choisie pour complaire à mes amis progressistes…

Mine de rien, je suis tout de même né “sous” Pie XII, ce pape aussi admirable que calomnié par la vermine communiste. Si le temps continue de passer comme il se plaît à le faire, on risque d'être de moins en moins nombreux à être nés “sous” Pie XII. Il reste que je m'apprête à vivre l'élection de “mon” septième Souverain Pontife. Jean XXIII, je l'avoue, ne m'a laissé que peu de souvenirs marquants. De même ne gardé-je qu'une mémoire assez floue du conclave ayant porté Paul VI sur le trône de Pierre. Jean-Paul 1er, ça commence à devenir plus net, mais il est passé trop vite : je n'ai pas eu le temps de vraiment dessaouler entre son élection et sa mort. Restent Jean-Paul II et Benoît XVI. J'ai beaucoup aimé le premier nommé. Même si, durant son pontificat, j'étais censé être encore de gauche, ses positions fermes sur tous les sujets à fort taux de modernodosité m'ont ravi d'emblée. Et plus la volaille progressiste piaillait, plus j'étais content de lui. 

Il me semble que c'est à partir du dernier conclave, celui de 2005, que les athées professionnels ont commencé à donner bruyamment de la voix pour expliquer aux cardinaux qui ils devaient élire et, sobre todo, de qui ils ne devaient absolument pas faire le Vicaire du Christ, sous peine d'excommunication progresseuse. On peut se moquer d'eux, je ne m'en prive généralement pas ;  mais un ami me disait l'autre jour que j'avais bien tort de dauber : le fait que des laïcs, et même des incroyants affirmés, s'intéressent voire se passionnent pour l'élection du pape, m'expliquait-il, est la preuve indubitable que les racines chrétiennes de l'Europe sont encore vivaces, malgré qu'ils en aient – il a peut-être bien raison.

Benoît XVI a soulevé de belles espérance, notamment par son discours de Ratisbonne, en septembre 2006, dans lequel il ôtait sans ménagement son masque de bisounours à l'islam. Hélas, en raison de la levée de boucliers mahométans et des criasseries de leurs supplétifs européens, il dut assez vite faire machine arrière – même s'il n'est pas interdit de se dire qu'il ne doit pas en penser moins pour autant.

Et maintenant le prochain, donc. Là, mes confrères en journalie et mes camarades blogosphéreux s'en sont donné à cœur joie ; ou, pour mieux dire, à glandes salivaires que-veux-tu. Il est indispensable, Vos Éminences, de fournir à ces jeunes gens – dont beaucoup sont cacochymes mais refusent de s'en aviser – un pontife sur mesures ! Un qui mariera les prêtres, ordonnera les femmes, bénira les évêques homos, distribuera des préservatifs après chaque bénédiction Urbi et orbi (qu'on appellera désormais une béné urb', afin de mettre l'Église en phase avec l'époque), lancera le chantier d'une grande mosquée vaticane, et autres menues choses du même acabit.

Mais, surtout, Vos Éminences, surtout, arrangez-vous pour que votre prochain patron soit noir – c'est absolument indispensable si vous voulez que votre pauvre troupeau décervelé vous fiche à peu près la paix. N'allez pas leur expliquer que les deux ou trois cardinaux africains qui auraient à la rigueur les compétences requises sont beaucoup trop réactionnaires pour devenir Évêque de Rome : vous y perdriez votre temps, nul ne vous écouterait. Chez les antiracistes, sachez-le, la couleur de la peau l'emporte sur tout le reste : ça semble un peu curieux au début, mais vous verrez on s'y fait.

Pour le coup, je serais ravi, moi, Vos Éminences (mais sans vous commander, hein !), si vous nous élisiez le Ghanéen ou le Guinéen. Je crois que je jouirais intensément d'entendre tous nos oiseaux sans tête pépier de bonheur durant les premières semaines du pontificat, avant de les voir s'étrangler et se rouler par terre de fureur dès que le nouveau pape commencerait à prendre de nouvelles mesures, à rédiger ses premières bulles.

Oui, sincèrement, je crois que ça serait plaisant.

26 commentaires:

  1. Certes, mais ça serait également plaisant de voir certaines bigotes s'étrangler...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je ne suis même pas sûr qu'on trouverait encore des bigotes pour s'étrangler de si peu…

      Supprimer
    2. Ca sera plus des mémés bigoudis!! :p

      Supprimer
    3. On n'en trouverait pas, en effet. Des prêtres noirs, des cardinaux noirs, il y en a depuis pas mal de temps maintenant. Je dirais même que sur la question raciale, les Évangiles ont 2000 ans d'avance sur nos sociétés... Donc : camembert !

      Supprimer
    4. On en trouverait pas ? Je ne vais certes pas souvent à la messe mais je fais souvent la sortie des églises...

      Supprimer
    5. Dorham : on dit cendré à la prochaine ?

      Nicolas : c'est répugnant, on dirait du DSK ! Il nous faudrait Zola pour écrire un nouveau “Iacub”

      Supprimer
  2. On voit que Nicolas ne va pas souvent à l'église. Sinon il saurait que les prêtres africains sont déjà légion dans les paroisse catholiques, et que cela ne choque personne.
    Décidément, vous avez raison, ce n'est vraiment que pour les antiracistes autoproclamés que la couleur de la peau est plus importante que tout le reste..

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Milfred,
      Je sais. Il m'arrive d'aller à l'église. Les curés ne sont pas le pape, descendant de Saint Pierre et tout ça (n'étant pas catholique, je peux difficilement en dire plus mais il me semble que le Pape est le représentant de Dieu sur terre, celui qui a fait les hommes à son image).
      Par ailleurs, je ne suis pas militant antiraciste (je ne vois pas comment je pourrais empêcher les autres de ne pas aimer les races, Didier pourra témoigner que je suis plutôt réac dans le domaine), ce qui ne m'empêche pas de lutter contre les propos et actes racistes. Mais je n'aurais probablement pas la même définition que mes collègues de gauche de ce qu'est un propos raciste. Par exemple défendre l'islam comme le font certains au nom de l'antiracisme me parait particulièrement raciste.

      Supprimer
  3. L'église St Bernard rebaptisée église Fêt_Nat....

    RépondreSupprimer
  4. Il y a un prêtre africain dans une paroisse des environs. Un jour, il est arrivé tout jouasse et sautillant pour une messe d'enterrement. Dans la presse, le récit de cet épisode fut marrant, mais aucun des membres de la famille éplorée et indignée (à juste titre)n'a eu de propos racistes.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Il y en a eu un à Pacy, un temps : Catherine ne m'a jamais signalé la moindre parole “raciste” à son égard.

      Supprimer
    2. La seule chose qui m’ennuie avec un prêtre noir, c’est que je ne comprend pas leur accent. Mais c’est pareil avec n’importe quel accent…

      Supprimer
    3. En même temps, vous connaissez un peu la chanson, non ?

      Supprimer
  5. "...mais un ami me disait l'autre jour que j'avais bien tort de dauber : le fait que des laïcs, et même des incroyants affirmés, s'intéressent voire se passionnent pour l'élection du pape, m'expliquait-il, est la preuve indubitable que les racines chrétiennes de l'Europe sont encore vivaces, malgré qu'ils en aient – il a peut-être bien raison."

    Il a raison. J'ajouterai qu'un autre de ces stigmates est cette propension qu'ont les "athées intégristes" à militer ardemment pour la mise à mort du catholicisme comme s'il était la chose la plus dangereuse qui soit. Pourquoi donc puisqu'ils ne cessent d'ajouter en ricanant sournoisement que la bête est bientôt morte ? Mais parce qu'elle ne l'est pas, premièrement - et qu'elle ne le sera jamais - et ensuite parce que le christianisme fait partie de leur ADN même s'ils n'en ont pas compris grand chose.

    "Benoît XVI a soulevé de belles espérance, notamment par son discours de Ratisbonne, en septembre 2006, dans lequel il ôtait sans ménagement son masque de bisounours à l'islam. Hélas, en raison de la levée de boucliers mahométans et des criasseries de leurs supplétifs européens, il dut assez vite faire machine arrière – même s'il n'est pas interdit de se dire qu'il ne doit pas en penser moins pour autant."

    Permettez-moi de vous dire que vous faites à Benoit XVI une sorte de procès d'intention. Il ne me semble pas avoir été très soucieux des susceptibilités dans aucune de ses interventions ni dans ses entreprises. Je pense donc que Benoit XVI disait le fond de sa pensée, quant à la nature de l'Islam, quant à la nature des textes sur lesquels cette religion s'appuie. Et c'est d'ailleurs très logique pour un catholique que de penser que rien ne vaut les beautés des Évangiles ou le message du Christ. De la même façon, ces déclarations ne l'ont pas empêché de répondre aux exigences œcuméniques : exigences auxquelles Jean-Paul II avait d'ailleurs parfaitement respectées avant lui. Benoit XVI fut irréprochable à tout point de vue, ce me semble... Et quel esprit ! Je n'arrive pas à m'empêcher de le regretter...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ah mais je ne dis pas qu'il manquait de courage ! Néanmoins, après Ratisbonne, il s'est senti tout de même obligé d'adoucir, de préciser certaines choses.

      D'un autre côté, de même que le pape n'est pas là pour faire plaisir aux progressistes de tout poil, de même n'y est-il pas davantage pour satisfaire aux lubies des gros réacs…

      Supprimer
  6. Oh oui oh oui : un Pape noir et réactionnaire !
    et pour que mon bonheur soit parfait si l'on pouvait élire Mélenchon aux prochaines présidentielles…
    C'est qu'on a pas si souvent l'occasion de se marrer !

    RépondreSupprimer
  7. L'image des oiseaux sans têtes qui pépient (XII) m'a beaucoup fait rire.
    L'expressiom mériterait de figurer en bonne place dans votre annexe.

    Peut-être pépient-ils avec leurs croupions comme le font si communément les réacs ?

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Vous n'avez jamais connu de piafs ventriloques ? Je vous pensais meilleur spécialiste que ça !

      Supprimer
    2. J'ai aussi bien aimé découvrir cette expression.
      Z'avez bien fait de relever ce mot cui-cui.

      Un mot qui sonne parfaitement, et qui correspond à l'image que renvoie le chant des oies-zoo.

      Supprimer
  8. Je serais ravie de voir ¨Peter Turkanson devenir pape, il serait grand temps d'avoir un pape non européen, et sans sombrer dans le progressisme stupide, certaines choses doivent être revues, un Vatican III bienvenu.

    Les prêtres autrefois se mariaient et rien n'empêche dans le message des Évangiles qu'ils le soient, pourquoi ne pas revenir à une pratique religieuse plus proche des premiers siècles? Avant que la Sainte Inquisition soit mise en place (devenue Doctrine de la Foi).

    Les protestants vivent leur foi avec une responsabilité personnelle dans tous les actes de leur vie privée, l'Eglise Catholique s'est noyée dans les prescriptions et interdictions en oubliant finalement le message évangélique qui seul devrait les conduire, sans le savoir nous sommes devenus pharisiens.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Peter Turkson pape... L'idée me plairait autant qu'au maître des lieux. Mais pour penser qu'il serai susceptible de lancer un "Vatican II", vous n'avez visiblement pas bien jugé la bête.

      Supprimer
  9. Je suis né sous Jean-Paul Ier. Une rareté !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. En effet ! Toutes mes félicitations à Madame votre mère pour son sens du moment historique !

      Supprimer

Les commentaires anonymes seront systématiquement supprimés, quel que puisse être leur contenu, voire leur intérêt.