jeudi 28 février 2013

Le grand deuil de février


Ce mois de février n'aura donc pas réussi à s'achever sans nous infliger une perte irréparable (abus de langage : toutes les pertes sont plus ou moins réparables, en fait), celle d'un être qui avait donné toute sa vie, son énergie, ses talents et son temps à la plus belle des causes, celle de la musique.

Marie-Claire Alain, l'un des plus brillants, lumineux et profonds organistes du demi-siècle écoulé, est morte à 86 ans, il y a deux jours. À l'heure où j'écris ces quelques lignes, nul n'a encore proposé qu'elle soit inhumée au Panthéon. C'est heureux pour elle : on risque, dans l'avenir, d'y croiser de moins fréquentables gisants.

20 commentaires:

  1. LeVertEstDansLeFruit28 février 2013 à 13:51

    Ben oui, c'est comme ça. Les vrais grands n'intéressent plus personne. Je suis indigné!

    (Dieu que cette expression est émétique..)

    Bon, je me réserve un moment ce soir pour l'écouter jouer du Widor.


    RépondreSupprimer
  2. "Ce mois de février n'aura donc pas réussi à s'achever sans nous infliger une perte irréparable"...

    Pendant un moment j'ai cru que vous alliez parler de Stéphane Hessel, puis je me suis souvenu que sa disparition ne menaçait pas de vous chagriner !

    RépondreSupprimer
  3. On dirait Christine Boutin sur la photo. Du coup, je croyais qu'elle s'était suicidée à cause du pape. C'est ballot.

    RépondreSupprimer
  4. Il est question d'y poser Hessel ?

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. On aura vraiment tout vu, tout vécu, dans la connerie.

      Supprimer
    2. L'amie Boutfil a même envisagé que Delanouille pourrait rebaptiser la Tour Eiffel en tour Hessel.

      Supprimer
  5. "Ni Panthéon ni Pandémonium ne sauraient empêcher Pantalon national d'entrer dans la danse pédagogique. Quand Festif et Ludic décident de se prendre au sérieux, tout devient possible, même le pire. S'il y avait encore un obstacle ténu qui retardait l'entrée de Johnny à l'Académie française, il me semble qu'il vient de voler en éclats de rire. " -Georges -

    RépondreSupprimer
  6. Une rumeur dit qu'on y déposera aussi Arafat, pas loin de Marie Curie, vague histoire de Polonium...

    RépondreSupprimer
  7. Bonjour Monsieur Goux

    Il y a aussi le très très grand pianiste Van Cliburn qui est mort le 27 février et dont personne n'a parlé dans les médias français alors qu'historiquement (et musicalement) il fit énormément pour la "coexistence pacifique" entre les USA et l'URSS. Dans les médias russes et américains on ne manque pas d'éloges pour le célébrer. Ici il est totalement éclipsé par "roulé sous l'aisselle" selon votre expression dans un de vos textes consacré au vieux croulant indigné.

    Pour admirer Van Cliburn :

    https://www.youtube.com/watch?v=-M7M4UoqBpA

    Désolée je n'arrive pas à faire de lien interactif

    RépondreSupprimer
  8. Le sujet du billet est Madame Marie-Claire Alain, justement louangée par M. Goux.

    RépondreSupprimer
  9. Mon père, organiste, ne la supportait pas. Il y a des haines insoupçonnables dans ces petits mondes. Mon pére est toujours vivant, c'est donc lui qui avait raison. C'est comme ça.

    RépondreSupprimer
  10. Jean-François Brunet28 février 2013 à 22:16

    "Le sujet du billet est Madame Marie-Claire Alain, justement louangée..."
    Est-ce si sûr? Je ne sais pourquoi, je subodore que Madame Marie-Claire Alain n'a pas si souvent sonné aux oreilles de M. Goux (non plus qu'à celles de Renaud Camus, d'ailleurs) et que le trope in-nocent "Alain-pas-Hessel" joue le rôle déterminant ici.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je me souviens d'avoir assisté à un récital donné par elle, il y a une trentaine d'années, en une église parisienne – mais je suis infoutu de me rappeler laquelle. Sinon, je dois reconnaître que l'orgue n'est pas le domaine que je vais arpenter le plus souvent. Et, pour le “trope”, vous avez évidemment raison.

      Supprimer
    2. Euh, ben pour sûr. :-)

      Supprimer
  11. Hélas, tous les organistes — qui toujours vécurent à tire-larigot — ont leur ultime point d'orgue et au-delà, point d'orgue. Je ne sais si au Panthéon, il y a un orgue ou un organiste. Dans l'affirmative, ce serait encore don du poil pour les aisselles.
    (Je sens que je vais encore me faire engueuler là)

    RépondreSupprimer
  12. Je n'aimais pas spécialement le style de M-C Alain (son frère Jehan, trop tôt disparu, avait toute autre trempe), mais c'est toujours triste de voir disparaître une amoureuse de la musique.

    RépondreSupprimer
  13. Hélas, hélas.

    Il est à noter que le lendemain, le pianiste Harvey Lavan Cliburn est parti aussi pour un monde meilleur. L'histoire retiendra de ce musicien américain qu'il a été le premier lauréat du prix Tchaïkovski, au temps de la guerre froide.

    Cela, sans oublier le récent décès de Wolfgang Sawallisch, le 22 février.

    Sale saison pour le classique.

    RépondreSupprimer
  14. Bah moi à chaque 25 decembre, j'écoute le disque des Noëls français de MCA.

    Et c'est beau.

    Grâce lui soit rendue.

    RépondreSupprimer
  15. Bah moi tous les 25 décembre, j'écoute le disque des Noëls français de MCA.

    Et c'est beau à pleurer.

    Et ça change de Yannick Noah.

    RépondreSupprimer

Les commentaires anonymes seront systématiquement supprimés, quel que puisse être leur contenu, voire leur intérêt.