vendredi 15 février 2013

Mélenchon 1er : duas habet etc.


De passage dans nos ex-départements sub-méditerranéens, le camarade Jean-Luc a signifié aux habitants de ces contrées en ruines, souvent appelés Algériens, que la repentance réclamée à cor et à cri par leurs satrapes, ils pouvaient toujours se la tailler en pointe et en faire ensuite l'usage qu'ils jugeraient le plus approprié. Pour le moment, l'ami Gauche de Combat, mélenchonolâtre prosterné, en est resté muet – ce qui nous ramène au billet précédant celui-ci.

6 commentaires:

  1. Vous voila d'accord avec Méluche...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Quand on vous dit que les extrêmes se touchent (en tout bien tout honneur)…

      Supprimer
  2. C'est curieux, je n'ai pas du tout perçu cet aspect coruscant et "couillu" du discours de Mélenchon : il m'a surtout semblé mielleux et consensuel dans sa volonté de renvoyer dos à dos "les uns et les autres", qui ont tous commis "des erreurs", et d'en appeler à "nos communes amours" et à "nos communes familles" (françaises et maghrébines, si j'ai bien suivi). Il s'est d'ailleurs défini comme "un maghrébin européen", et a considéré "qu'il n'y a pas d'avenir pour la France sans cette participation qu'elle a naturellement à la vie des peuples arabes et berbères de la Méditerranée". Il me semble bien d'ailleurs que jamais n'ont été prononcés les mots qui fâchent, du genre "islamique" ou "islamiste", ni par Mélenchon ni par le jeune premier très élégant et impeccablement brillantiné qui l'interviewait. Tout cela était bien lénifiant, il ne manquait que le thé à la menthe et les loukoums...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Disons que je n'en ai retenu que ce qui m'intéressait…

      Supprimer
    2. Je suis d'accord avec Emmanuel F. Un Mélenchon sous Valium.

      Supprimer
    3. En fait, je crois qu'il y a un malentendu : votre message se réfère à une intervention de Mélenchon à l'Institut français d'Alger, et pas à l'entretien filmé avec le top model tunisien auquel renvoie le lien "Gauche de combat". Il est vrai qu'à Alger, Mélenchon a été plus mordant qu'à Tunis.

      Supprimer

Les commentaires anonymes seront systématiquement supprimés, quel que puisse être leur contenu, voire leur intérêt.