jeudi 7 février 2013

Papa Pic et Maman Goux

Pour ce qui est de l'intimité nous n'en sommes pas encore là.

Avec ça qu'il n'a pas l'air commode…
Nous nous étonnions, depuis quelque temps, de la quantité de noisettes, celles que nous déposons pour lui à l'embranchement primordial du cerisier, que pouvait engloutir le pic épeiche qui nous rend visite régulièrement depuis plusieurs semaines maintenant. Mais Catherine, ce matin, a vu un énorme pivert – déjà aperçu par moi deux ou trois fois dans le verger voisin, venir y puiser lui aussi sans la moindre vergogne. Quand je dis “énorme”, c'est par référence à la taille de son cousin épeiche : pour un pivert, il doit être, je suppose, de taille résolument standard. Le paradoxe est que, au départ, elles avaient été, ces noisettes, achetées en vue de nourrir l'écureuil qui est passé par chez nous à quelques reprises au début de l'automne, lequel n'est plus jamais revenu depuis, alors qu'il aurait en principe table ouverte et grassement garnie. 

Il n'empêche : si on m'avait prédit qu'un jour je serais obligé, au sein de nos finances domestiques, d'établir un “budget noisettes”…

7 commentaires:

  1. Les noisettes, ça permet d'éponger les gros nègres à l'apéro, aussi ?

    RépondreSupprimer
  2. C'est chou mais n'entamez pas le budget carburant de la Volvo avec les achats de noisettes tout de même!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Non, non, les budgets sont étanches et maîtrisés : on n'est pas des socialistes, quoi, merde !

      Supprimer
  3. Vous auriez dû mettre la vidéo des Modernoeuds pour compléter ce magnifique tableau. Un oubli, sans doute.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Pour faire fuir ces pauvres piafs ? Merci bien !

      Supprimer
  4. magnifique photo de pic vert félicitation au photographe
    bonne journée
    Alain

    RépondreSupprimer

Les commentaires anonymes seront systématiquement supprimés, quel que puisse être leur contenu, voire leur intérêt.