jeudi 28 août 2014

Avancez-vous, les travailleurs !


Le journal, ça tombe comme la paie : l'avant-dernier jour ouvrable.

10 commentaires:

  1. Les premières lignes au sujet des ténèbres (dont on croit qu'elles peuvent céder la place au raisonnable) sont extraordinaires au vu de l'actualité : on est tellement catastrophé par les décisions de ce pouvoir qu'à chaque fois qu'il se "remanie" plus ou moins on pense que ça ne peut être que mieux, et bien non, c'est systématiquement pire.
    A-t-on espéré être débarrassé des ravages des zabécé, et du pouvoir de nuisance des extrémistes elgébété en même temps que Peillon puis Hamon ont été mis à la porte ? On a eu tort : notre président doit aimer faire les quenelles, puisque mieux que laisser Belkacem rentrer par la fenêtre, il la met directement sur le trône.
    J'ai lu quelque part que c'était peut être dans l'idée de nous mettre dans la vue le symbole "N.Belkacem" pour nous faire oublier le symbole "F.Belghoull". C'est pour ça que nous sommes pris : des imbéciles tout juste bons à encaisser des images choc.
    "T'as qu'à croire !" dirait Corto.
    Par ailleurs je trouve très très bien trouvée la concordance entre votre titre sur "les travailleurs" et le choix du tableau : moi qui milite pour la reconnaissance du fait que être femme au foyer c'est un travail, je trouve réjouissant de voir symbolisée l'EGALITE, entre le travail du faucheur et le travail de la femme qui s'occupe de l'enfant.

    RépondreSupprimer
  2. Ah, merci !
    Ce journal je l'attends toujours avec beaucoup d'impatience.

    RépondreSupprimer
  3. Le tableau me fait penser à l’Évangile des ouvriers de la dernière heure...
    Geneviève

    RépondreSupprimer
  4. Est-ce qu'on arrive à faire des phrases longues quand on a une infection urinaire ?

    RépondreSupprimer
  5. Ce n'est pas la première fois que mon étourderie est immortalisée par votre journal. C'est sans doute par elle que je passerai à la postérité.

    RépondreSupprimer
  6. On ne tient pas une faux de cette taille dans cette position, c'est extrêmement dangereux. Le peintre devait être assez ignorant du travail de fauche et du bon usage des outils.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est un "sous entendu" sexuel.
      Regardez la position de la main droite de l'ouvrier et la destination de l'extrémité de la faux.
      Un regard attentif sur des gravures et œuvres peintes anciennes, mêmes religieuses, dévoilent ces facéties flagrantes et pourtant invisibles au premier regard.

      Majeur

      Supprimer
  7. Travailleurs,travailleuses regoignez les rangs de monsieur Goux.

    RépondreSupprimer
  8. Ce n'est tout de même pas mon commentaire que vous attendiez pour passer à autre chose ?
    Attendez ou attendiez : j'hésite. Mais suis-je bête, nous ne sommes pas chez Jacques mais chez Goux !

    RépondreSupprimer
  9. "il leur reste l'espoir que les punaises idéologiques du genre de la Belkacem ne vont pas s'avouer aussi facilement vaincues et qu'elles vont s'arranger pour rentrer dans les salles de classe par la fenêtre, puisqu'on vient plus ou moins de les en mettre à la porte"

    Visionnaire!

    RépondreSupprimer

Les commentaires anonymes seront systématiquement supprimés, quel que puisse être leur contenu, voire leur intérêt.