mardi 26 août 2014

Les grosses mouches de la reine mère

Marie de Médicis, 1575 – 1642

Georges se plaignait tout à l'heure, en commentaire du précédent billet, d'être cet été envahi par ces grosses mouches vrombissantes à qui, parfois, on accole un qualificatif malsonnant et à la pénible senteur. Je ne voudrais certes pas que l'on m'accuse de favoriser des paranoïas sans objet – mais une paranoïa avec objet est-elle encore une paranoïa ? –, cependant voici ce que Tallemant des Réaux écrit, à propos de Marie de Médicis :

« La Reyne-mere croyoit que les grosses mousches qui bourdonnent entendent ce qu'on dit et le vont redire. Et quand elle en voyoit quelqu'une, elle ne disoit plus rien de secret. »

Il est hautement probable que les grosses mousches ne répètent rien du tout, ou bien que le secret de la délation se soit perdu au fil du temps dans leur race ; néanmoins, en raison du léger doute qui subsiste, je conseillerais à Georges d'observer le plus parfait silence, en particulier lorsqu'il se croit seul chez lui.

18 commentaires:

  1. Depuis quand vous faites plusieurs billets par jour, vous ? Allais dans les blogs pour voir les réactions des clowns de gauche après l'ańonce du gouvernement et je tombe sur ce billet à la gloire des mouches et de Royal...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. J'en vois très peu, pour l'instant, des réactions (à part la mienne chez vous).

      Supprimer
    2. Dans les blogs, il y en a pas encore. Mais voir ce que je vous réponds chez moi. Dans Twitter c'est affligeant.

      Supprimer
    3. Je résume tiens ! Pour certains le gouvernement est trop à droite ou trop à gauche, la routine. Mais pour beaucoup il est trop à droite ET trop à gauche ou lycée de Versailles.

      Supprimer
    4. C'est curieux, de trouver que ce gouvernement est trop quelque chose : moi, il me semblerait plutôt pas assez. Enfin, de toute façon, je m'en bats les joyeuses.

      Supprimer
    5. Et encore, je vous passe les réactions en direct des responsables de l'UMP (et plus encore celles du PS mais elles sont normales : soutien et tout ça). À la télé des types de ce parti étaient content d'un virage libéral puis... faisaient la gueule comme s'ils avaient reçu un SMS de Chatel pour dire : attends, on cherche une réaction officielle.

      Désolé de troller.

      Supprimer
    6. Pas grave, de toute façon j'ai l'impression qu'il n'y a personne à part nous deux, alors…

      Supprimer
    7. Un beau gouvernement libertaire. Les 2 années à venir vont être un régal pour les férus de barricades et de grenadine.

      Supprimer
  2. Méfiez-vous des grosses mouches qui volent, ce sont peut-être des drones.

    Avez-vous votre tapette à drones ?

    Marie de Médicis n'avait fait qu'anticiper cette invention moderne, bijou de la technologie.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Marie de Médicis serait donc une extraterrestre issue d'une race supérieure et connaissant déjà tout notre avenir ?

      Mais, dans ce cas, pourquoi s'est-elle laissé niquer par Richelieu lors de la Journées des dupes ?

      Supprimer
  3. D'où l'adage bien connu botus et mouche cousue....

    RépondreSupprimer
  4. Vous faites bien de me prévenir. Je me doutais bien qu'il y avait quelque chose de louche là-dedans, mais j'avoue qu'il m'est tout de même arrivé à plusieurs reprises, si ma mémoire est bonne, de dire, et ce en présence des mouches, que X était vraiment une belle salope. Quant à observer le plus parfait silence chez moi, ça m'est tout à fait impossible ; d'où ma question. Pensez-vous que les mouches qui se trouvent dans la cuisine soient en mesure d'entendre ce que je dis dans la chambre ?

    Mais je dois finir d'écrire, car j'en vois une, immobile, qui m'observe. Comment savoir si en plus d'entendre elles ne lisent pas sur l'écran ?

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je reconnais que ce malheureux billet suscite plus de questions qu'il n'apporte de réponses…

      Supprimer
  5. Décidément vous avez le chic pour attirer certaine mouche à merde sur votre blog !
    Merci tout de même pour ce portrait d'une fort jolie dame qui s'est révélée fine mouche quand il s'agissait de préserver les intérêts du royaume de France.

    RépondreSupprimer
  6. Il me semble que le mot "mouche" désigne aussi un grain de beauté,

    Voici ce que dit Wikipédia/

    À l'époque de cette mode typique de la fin de l'Ancien Régime en Europe, la mouche peut être placée à divers endroits, et ainsi révéler tel ou tel aspect du caractère de sa porteuse2. Selon l'endroit du visage où on la plaçait elle portait un nom différent3 :

    L'assassine ou la passionnée, près de l'œil.
    La baiseuse, au coin de la bouche.
    La discrète, sur le menton.
    L'effrontée ou la gaillarde, sur le nez.
    L'enjouée, sur une ride ou dans le creux du sourire.
    La friponne ou la coquette, sous la lèvre.
    La galante, sur la joue.
    La généreuse, sur la poitrine.
    La majestueuse, sur le front.
    La receleuse, sur un bouton.

    Polnaref lui se voyait sur le coin d'une bouche

    RépondreSupprimer
  7. Les mouches à m... ne re-pètent pas.

    Non seulement désolé mais grossier en plus.
    Duga

    RépondreSupprimer
  8. Ce billet est assez en phase avec le Boudhisme. Les mouches seraient des êtres réincarnés, capables de nous comprendre.

    RépondreSupprimer
  9. AVIS A L'USAGE DES AMATEURS DE HOUELLEBECQ

    Ce soir à 22h20 sur la chaîne Arte : "un documentaire en forme de fiction dresse un portrait insolite et touchant du romancier" qui se montre "époustouflant", dixit Le Figaro.

    RépondreSupprimer

Les commentaires anonymes seront systématiquement supprimés, quel que puisse être leur contenu, voire leur intérêt.