mardi 28 février 2012

Fuck off, la bissextile year !


L'année 2012 a beau être, en plus d'électorale, stupidement bissextile, le journal de janvier paraît tout de même le 28 février, comme à l'ordinaire. C'est vrai, quoi, merde…

17 commentaires:

  1. C'est d'ailleurs le danger de ces époques de dictature idéologique molle telle que nous en vivons une actuellement : on finirait par ne plus lire et aimer les gens que pour la seule raison que les enragés du bien, les progressistes tous terrains les tiennent en haute suspicion

    Très juste.

    RépondreSupprimer
  2. Si l'envie persiste ces prochains jours, je commencerait par relire l'introduction ou la préface ou l'avant-propos de Tartempion
    Je commencerait ??? M. Goux, à rajouter des lettres impunément, il ne faut pas s'étonner que vos journaux comportent le même nombre de caractères ... Mais c'est un peu limite, limite comme pratique.

    RépondreSupprimer
  3. Quelle magnifique photo !

    Par les champs et par les grèves,.. d'ordinaire, Gustave Flaubert écrivait : Le mauvais goût du temps de Ronsard, c'était Marot, du temps de Boileau, c'était Ronsard, du temps de Voltaire c'était Corneille, et c'était Voltaire du temps de Chateaubriand que beaucoup de gens, à cette heure, commencent à trouver un peu faible.

    Gustave titillait pas mal je trouve..

    Je vais lire votre Journal et puis je reviens vous dire, c'est tellement bien ! je dirai +, de mieux en mieux votre Journal Monsieur. (merci)

    RépondreSupprimer
  4. Un mois entier pour publier le journal du mois écoulé, qui s'écrit sans doute au fil de l'eau ? On est sur le service public, ou bien ?...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. "Un mois entier pour publier le journal du mois écoulé, qui s'écrit sans doute au fil de l'eau ? On est sur le service public, ou bien ?..."

      Pire que ça! Une véritable métamorphose en marseillais de souche..!

      Supprimer
    2. J'ai d'ailleurs été fonctionnaire phocéen, dans une vie léthargique antérieure.

      Supprimer
  5. J'aimerai bien que vous nous disiez - sur tous les billets - qu'est ce que donc que c'est que la photo d'illustration s'il vous plait monsieur.
    (si ça se trouve, il n'est même pas de la Loire !)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est écrit dans le titre du journal.

      Supprimer
    2. Le château de Chantilly, le 2nd musée de peinture en France derrière le Louvre, une merveille, mon préféré.

      Obéron

      Supprimer
  6. heu bon ok, je viens de cliquer sur le journal ...

    N'empêche, des fois, on aimerait bien savoir hein !

    RépondreSupprimer
  7. C'est moche : cette année, il faudra vivre un mois de février plus long avec le même salaire. Je songe à organiser une jacquerie pour protester.

    RépondreSupprimer
  8. Audine, vous avez raison : au bout de 33 ans de presse, je devrais tout de même savoir qu'une photo doit toujours être légendée !

    Coralie : je me suis laissé dire que, dans le programme de Baby Gouda, la suppression du 29 février était prévue, et pour les raisons que vous dites.

    RépondreSupprimer
  9. Bon, c'est quoi cette plateforme qui décide de son propre chef de filtrer les commentaires ?

    Carine a dit :

    « C'est écrit dans le titre du journal. »

    Faut que je fasse tout moi-même, ici, ça devient pénible…

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Très décevant ce mois-ci. Je ne suis même pas citée une seule fois. Décevant. Vous m'oubliez ou quoi ?
      Vous allez encore dire que je récrimine. Ca sera pour le mois de Février, j'espère ^^

      Supprimer
    2. « Vous m'oubliez ou quoi ? »

      J'essaie…

      (Smiley.)

      Supprimer
  10. Didier, c'est bizarre, car je la vois ma réponse à Audine.
    Pas vous, on dirait.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ah, mais que je suis con : c'est qu'avec cette nouvelle mise en page, la réponse à un commentaire vient se placer juste après celui-ci, et non en queue de peloton comme avant !

      Supprimer

Les commentaires anonymes seront systématiquement supprimés, quel que puisse être leur contenu, voire leur intérêt.