lundi 20 février 2012

Quand le jour se lève sur Singh Singh…


Simon Singh est docteur en physique nucléaire. Il est aussi l'auteur, chez Jean-Claude Lattès, d'une Histoire des codes secrets absolument passionnante. J'avais envie de relire le dernier chapitre, dans lequel l'auteur donne quelques pistes pour envisager l'avenir du codage/décodage, ce couple de frères ennemis depuis deux mille ans, en abordant le sujet de l'ordinateur quantique. J'ai donc repris le livre ce matin et, finalement, me suis remis à le lire da capo : il reste aussi excitant qu'à la première lecture, que j'en avais faite il y a une bonne dizaine d'années, au départ en vue de l'écriture d'un Brigade mondaine.

Simon Singh est également une manière d'andouille. À la page 46 de son ouvrage, sous le titre La Renaissance de l'Occident, il écrit ceci : 

« Entre 800 et 1200, alors que les Arabes connaissaient une période de brillante réussite intellectuelle, l'Europe restait plongée dans les ténèbres. »

Si l'un d'entre vous avait l'occasion de croiser un jour prochain M. Simon Singh, aurait-il l'amabilité de lui rappeler que c'est durant ces quatre siècles que Charlemagne a reconstitué l'empire romain d'Occident – de manière éphémère, certes… –, qu'apparurent les œuvres de Chrétien de Troyes et le Roman de la rose, la poésie des troubadours, la Chanson de Roland, l'art roman, le Mont Saint-Michel, et que commencèrent de s'élever un peu partout les plus grandes et splendides cathédrales gothiques ? Sans même parler de cette fabuleuse épopée que furent les premières croisades, bien entendu, ni du lancement de la reconquête de l'Espagne sur ses envahisseurs des sables : inutile de se lancer dans des polémiques stériles.

Cependant, malgré ce trait de sottise idéologique, ou de simple ignorance, il reste que le livre de M. Singh est en tous points recommandable aux esprits curieux.


P.S. : le titre de ce billet est dédié à mes amis Rrums, suite au petit échange que nous avons eu hier chez eux

13 commentaires:

  1. Oui, mais c'est un anglais, il ne peut pas savoir.

    RépondreSupprimer
  2. Sur le fond, vous avez tout à fait raison, mais je me dois cependant de vous signaler que le roman de la rose est une oeuvre du XIIIème siècle. Désolé. C'est une déformation obessionnelle.

    RépondreSupprimer
  3. Plutôt que de se prendre la tête avec Nougaro et Trénet (l'obsession), on règle la question en écoutant Jon Hendricks et voilà !

    RépondreSupprimer
  4. Souvenez-vous que Charles Martel a refoulé les arabes en 732 à Poitiers et qu'ils sont revenus en 747 à Roissy.

    Duga

    RépondreSupprimer
  5. Mat : mais quelle horreur ! Le pis est que je n'ai rajouté ce foutu Roman de la rose à ma petite liste qu'à la relecture ! Poussé par quel diablotin ?

    Je le laisse : ça m'apprendra à ramener ma science sans prendre la peine de vérifier.

    Dorham : Trenet sans accent, je vous l'ai dit cent fois, bordel !

    Duga : excellent !

    RépondreSupprimer
  6. Trenet. Vous ne me l'avez jamais dit, mais Trenet, okay...

    RépondreSupprimer
  7. Et ça marche tout pareil pour Clemenceau et Valery Larbaud…

    RépondreSupprimer
  8. Trenet, d'accord. Mais faut-il prononcer Treunet, ou Trénet ? Cleumenceau ? Valeury Larbaud ?

    RépondreSupprimer
  9. Val'ry Larbaud, c'est pas mal, je trouve, personnellement, on va dire.

    RépondreSupprimer
  10. On prononce comme s'il y avait un accent – sauf que yenapa.

    RépondreSupprimer
  11. Val'ry si ça vous amuse. Mais essayez donc de faire pareil avec Cl'menceau et Tr'net…

    RépondreSupprimer
  12. @ Duga
    On dit aussi que Pigeot a inventé la machine à remonter le temps, car ils sont revenus en 404

    RépondreSupprimer
  13. Ne pensez vous pas que la chanson de roland , bien toute la sympathie que j'éprouve à son égard (car elle me permis de faire étalage de ma culture a ma prof d'hisoire au college ) ne soit un cache misére de cette époque de vache maigre intellectuelle que fut le moyen age ?

    RépondreSupprimer

Les commentaires anonymes seront systématiquement supprimés, quel que puisse être leur contenu, voire leur intérêt.