dimanche 5 février 2012

On rouvre ! Et pourtant c'est dimanche…


« Au fait, j'ai décidé de rouvrir les commentaires.

– Ah ? Et pourquoi ?

– Sais pas trop…

– Ça te manquait, leurs bavardages ?

– Non, pas spécialement…

– Ben alors ?

– Alors, je fais ce que je veux, même quand je ne sais pas pourquoi.

– T'es pas logique, comme gars…

– Non, en effet. Et en plus je t'emmerde. »

26 commentaires:

  1. Vous avez eu raison : votre blog, outre que vos derniers billets n'étaient déjà pas très folichons, devenait triste à mourir, sinistre comme une cour de prison vide.

    Grâce à la divine providence, la lucidité frappe même les esprits les plus obscurs...

    RépondreSupprimer
  2. Une cour de prison vide : c'est un idéal de gauchiste, ça !

    RépondreSupprimer
  3. Vous avez besoin de faire du social, vous tournez mal.

    RépondreSupprimer
  4. Camino, arrêtez de me foutre la trouille !

    Suzanne : eh ! j'aurai au moins fait une heureuse…

    RépondreSupprimer
  5. l'équilibre, une qui se tait, l'autre qui ouvre le robinet à parlote.

    RépondreSupprimer
  6. Oui, c'est nettement mieux avec les commentaires.
    Vous ne vous êtes jamais dit, Didier, que c'était surtout pour eux que l'on vous lisait ?

    (ça c'est pour vous être donné le droit de jouer à Dieu-tout-puissant-qui-peut-couper-les-commentaires-comme-il-veut-et-qui-se-croit-tout-permis).

    RépondreSupprimer
  7. Nous sommes loin des 40 jours...

    RépondreSupprimer
  8. Ne pas oublier de rétablir la blogroll.

    RépondreSupprimer
  9. (à peine c'est rouvert, déjà j'ai envie d'engueuler le Fredi)

    RépondreSupprimer
  10. Ah non, pas la blogroll ! Elle restera cachée, ma blogroll…

    RépondreSupprimer
  11. Ah ! Chouette ! et en plus pari gagné !(j'avais dit "une semaine, deux maxi"):)
    Si Didier ne sait pas pourquoi il rouvre, nous on sait : il aime trop ça ( et en plus c'est une addiction sans gravité alors pourquoi se priver ?).
    Pour la roll : super ! y en a marre des audiences qui jouent au yoyo, vive la stabilité !

    RépondreSupprimer
  12. Je connais cette hésitation, tu files un mauvais coton..

    RépondreSupprimer
  13. En cadeau de réouverture:
    Le Concordia.
    Piqué sur ce site

    RépondreSupprimer
  14. Le mec qui veut nous faire croire qu'i sait pas pourquoi qu'y rouvre. Grosse honte ! Ahahahaha ! <3

    RépondreSupprimer
  15. Blogroll ou pas, ça ne change pas grand chose. L'important, c'est qu'on devise, gaiment si possible. Et puis, si on devait renoncer à toutes ses addictions, la seule chose à faire serait de s'allonger et d'attendre la mort qui, faisons lui confiance, finira toujours par arriver...

    RépondreSupprimer
  16. Ah ben c'est pas trop tôt. Je commençais à me cailler les miches en attendant l'ouverture de cette taulerie ! Aucun respect du client.

    RépondreSupprimer
  17. Ah je comprends mieux. Z'avez pas pu vous empêcher de la ramener sur leMondeuh eu égard à votre classement dans les blogs socialistes. Pouvez-vous seulement imaginer un court instant le vacarme de mon rire au moment de cette découverte. Didier Goux chez les socialistes ? C'est un pic, c'est un roc, que dire, c'est un attentat !

    RépondreSupprimer
  18. Ce commentaire a été supprimé par l'auteur.

    RépondreSupprimer
  19. Ce commentaire a été supprimé par l'auteur.

    RépondreSupprimer
  20. Coule! enfin un salon où l'on cause… en plus on peut dire du mal des autres…

    RépondreSupprimer
  21. un petit coucou, et un mot de bonne année à toute la famille, j'ai l'impression qu ej'ai oublié plein de monde alors je refais un tour par ci par là...Geargies

    RépondreSupprimer
  22. Ah enfin mon cher Didier Goux.
    Votre style inimitable nous manquait et en plus les commentaires sont rouverts.
    C'est quasiment Byzance.

    RépondreSupprimer
  23. C'est bien que vous ayez rouvert les commentaires.
    Vous êtes le seul blog de gauche sur lequel il m'arrive de commenter, et la diversité c'est important.

    RépondreSupprimer

Les commentaires anonymes seront systématiquement supprimés, quel que puisse être leur contenu, voire leur intérêt.