mercredi 16 avril 2014

Je n'irai pas à Marne-la-Vallée


Il en est question, ai-je appris avant-hier : que ce pauvre groupe, ce misérable Lagardère à fleuret épointé, déménage vers ce riant cauchemar, cette chose qui n'existe pas. Marne-la-Vallée. Je ne sais qui a trouvé ce nom, mais c'était un génie ou un con. Donner un nom aussi absurde, aussi contraire aux lois de la langue, à un endroit qui n'existera jamais, il y fallait du génie. Ou une connerie tendue à l'extrême – on ne le saura jamais.

Bref, il se pourrait que, pour économiser trois picaillons, mes patrons, montrant par là le mépris qui est le leur pour nous autres, nous balancent dans ce cloaque de l'extrême Est parisien, reconnaissant d'une certaine manière, par la proximité avec le dieu Mickey, que nous sommes des guignols sans importance. D'une certaine manière, l'idée m'amuse : imaginer les “filles” de Elle, les “grand reporters” de Match, les “penseurs” du JDD, et autres outres gonflées de leur insignifiance, obligés de prendre le RER pour aller travailler, les imaginer se mêlant à tous ces gens qu'ils n'ont jamais vus mais dont ils sentiront bientôt les relents, eh bien oui, cela m'amuse beaucoup.

Mais je n'irai pas. J'en parlais tout à l'heure avec Catherine, et nous sommes tombés d'accord : quelles que puissent être les conséquences, financières ou autres, nous n'irons jamais habiter à Marne-la-Vallée ; jamais ! Nous avons passé l'âge de plonger dans ces cloaques.

Plutôt crever.

40 commentaires:

  1. Ah le RER A de Saint Lazare à Noisiel, à Torcy, Lognes, Bussy Saint Georges, Chessy… ! Que de doux noms poétiques défilant sous nos yeux ! L’exotisme de ces contrées champêtres s’offrant au regard, visions paradisiaques de verdure hachée de terrains vagues, d’entrepôts, de bureaux, de pylônes de caténaires… Diaporama ponctué d’entractes immobiles où le cœur bat un peu plus vite d’interrogation en découvrant son nouveau voisin de fauteuil d’orchestre, ou de soulagement qu’un autre parte avant le dernier acte…
    Ah ! Cette joie immense d’être contraint, surtout le soir, de "faire la conversation" au collant et néanmoins collègue qui a eu l’obscure idée de quitter la boîte en même temps que vous !
    En tant que provincial, je ne profitais malheureusement de ces instants de bonheur que de temps en temps et jamais plus de quelques jours consécutifs. Las ! J’en suis privé depuis que je me contente de ruiner par ma survie le système de retraite par répartition.
    Ça me manque et vous auriez tort de vous en priver !!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. De toute façon, même si j'étais contraint d'y aller, je ne prendrais pas le RER, mais ma voiture ! Et sans co-voiturage…

      Supprimer
  2. Arf !
    Que j'aime ces rebelles aux petits pieds n'ayant de cesse de crier leur amour des patrons et de la libre entreprise.

    Ces mêmes qui votent toujours à droite alors qu'ils gémissent comme des pucelles à la vue d'un gorille en rut, devant la restructuration d'un grand groupe capitaliste.

    Cessez donc de mettre cet abruti de Hashtable dans vos favoris : l'étalage de vos sympathies idéologiques frise la plus totale incohérence !

    Rejoins moi camarade, tu sembles mûr à point !
    .

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je suis très fier de mon incohérence, comme tous les vrais rebelles ! La cohérence idéologique, c'est la première pierre du goulag.

      Supprimer
    2. H16 a un style très plaisant avec de vrais morceaux d'humour poétique dedans.

      Supprimer
    3. La cohérence idéologique ! La voilà, l'horreur des horreurs : l'auto-enfermement psychique par excellence, le seul qu'on puisse qualifier de rance et de moisi, quand les fenêtres restent fermées rien n'est jamais aéré.
      La cohérence idéologique c'est comme la fidélité, elles ne sont respectables que suivant à qui et à quoi elles s'appliquent : où est la vertu s'il s'agit d'être fidèle à Hitler ou à Staline ?
      Serait-ce pour cela que certains idéologues trouvent tout "nauséabond" : serait-ce leur propre odeur, qu'ils attribuent à l'autre ?

      Supprimer
    4. Au-delà de cohérence idéologique, parlons tout simplement de cohérence oú pour les réacs d'un certain ordre intellectuel.
      Quant à vos considérations ex'hitlerum ou ex-stalinum, je les trouve tellement stupides, ma chère Geneviève...
      .

      Supprimer
    5. Robert Marchenoir17 avril 2014 à 16:01

      Cui-Cui trouve un truc stupide : je suis dévasté.

      Supprimer
    6. Moi-même, je crois que je vais reprendre un pastis.

      Supprimer
    7. Cher Cui cui, êtes-vous vraiment communiste ? Alors ne m'en veuillez pas de faire preuve d'encore plus d'incohérence : tout en ne changeant rien à ce que je pense, car il y a longtemps que j'ai ouvert les fenêtres (disons la cage à oiseaux) dans la mesure où j'ai eu ma carte du parti dans les années 70, je vous embrasse.

      Supprimer
    8. Je ne vois pas ce qu'il y a d'idéologiquement incohérent à aimer les patrons et les entreprises mais à ne pas vouloir aller travailler à Marne-La-Vallée.

      On peut être libéral (en opposition au socialisme-étatique-collectiviste) et trouver absolument chiant de devoir aller bosser la bas...

      Surtout que Lagardère est un parfait exemple du capitalisme socialiste de connivence...

      Supprimer
  3. Je connais bien le coin, j'y ai travaillé (!) et ce n'est pas très loin de chez moi.
    A fuir absolument !
    Geneviève

    RépondreSupprimer
  4. Communiste ! Gauchedecombatiste ! Vous refusez les décisions d'une direction qui ne pense sûrement qu'à votre bien. Terroriste ! Révolutionnaire !

    Et en plus, Marne l'avalée c'est très joli. Il y a Mickey.

    RépondreSupprimer
  5. " que nous sommes des guignols sans imporetance. "
    Tiens , je connaissais pas . Ca fait mal ? : )

    Jérôme

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Désolé, mais je viens de corriger, avant même d'avoir lu votre commentaire !

      Supprimer
    2. LeVertEstDansLeFruit17 avril 2014 à 14:14

      Ca a pourtant de la gueule ! Et cette façon de dire que vous digérez les poireaux sans encombres..

      Supprimer
  6. Voici de fermes propos dignes du vieil Horace.
    D'autant qu'un tel déménagement vous ouvrirait un "droit à partir avec vos indemnités"....

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Tiens, oui, je n'avais pas pensé à cet aspect des choses !

      Supprimer
  7. J'ai vécu quelques années à Torcy puis à Lognes des villes de l'agglo de "Marne la Vallée" et croyez bien que l'on n'y vit pas mal du tout. C'est vrai que le RER a un côté pénible mais tout francilien qui se respecte connait les affres des transports en commun, qu'ils soient à Est au Nord, au Sud ou à l'Ouest de Paris.

    Mais je reconnais tout de même que certaines villes ont un côté dortoir. Le métro boulot dodo étant la règle.

    Sinon Chessy est un joli bled de campagne juste à côte de Mickey je suis sût Didier que vous aimeriez le temps d'un week-end vous transformer en Capitaine Crochet ou autre Baloo, pour amuser les enfants.

    Allez jeter un oeil, tout n'est pas à jeter à Marne la Vallée.

    Mes hommage à Catherine

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je crois, malgré vos encouragements, que je vais me cantonner dans la saine ignorance de ces contrées où je suis…

      Supprimer
  8. Et Marnes la Coquette, ça vous aurait plu ?

    Duga

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Si Marnes est aussi coquette que Mantes est jolie, non merci !

      Supprimer
    2. Située à l'ouest de Paris, entre le parc de Saint-Cloud et la forêt de Fausses-Reposes, cette commune très boisée s'est développée autour du domaine de Villeneuve-l'Étang ayant appartenu à Napoléon III.

      En 2009, le revenu net déclaré moyen était de 86 456 €1, ce qui plaçait cette commune au 2e rang parmi les 31 604 communes de plus de 50 ménages en métropole. (Wikipedia)

      Rassurez vous Didier.... :)

      Supprimer
  9. Regardant de plus près les papiers de ma banque, je lis qu'un de leurs services est situé rue des pirogues de Bercy. Pirogues??? Wouarf! Voilà qui rapelle le pédalo.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. On a découvert des pirogues datant de 6000 ans lors des travaux du ministère des Finances à Bercy

      Supprimer
  10. Bonjour Monsieur Goux
    Ca m'a l'air très à la mode, en ce moment, chez les patrons de presse, de vouloir déménager la rédaction de leurs journaux et magazines.
    Il y a quelques mois les journaleux de Libé, qui aiment tant le changement sous toutes ses formes, s'offusquaient du déménagement de leur rédaction (" la rédaction de Libé travaille dans un immeuble situé rue Béranger, dans le 3e arrondissement de Paris, à proximité de la place de la République et aux portes du Marais, l'un des quartiers les plus cotés de la capitale"). Etre obligé d'aller travailler à Bagnolet c'est le bagne pour les pisse copies de Libé...
    Mais vous, Monsieur Goux, qui êtes un authentique réac, vous avez le droit de refuser ce changement, ce déménagement que vous imposerait votre patron En faisant cela vous restez logique avec vous même..

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Logique à vos yeux, incohérent à ceux de Cui Cui : comment voulez-vous que je m'y retrouve ?

      Supprimer
  11. Marnie l'Avalée ? Rien de que prononcer son nom j'ai une érection rapide en réseau régional.

    RépondreSupprimer
  12. Vous n'aimez pas les oreilles de Mickey, qui sait peut être auriez vous été élégant avec!

    Certes écrire avec des gants à 3 doigts, ça le fait pas mais faut s'adapter, le plus difficile c'est la robe Minnie e
    ou de se trimbaler avec Riri,Fifi et Loulou.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Si mes souvenirs d'enfance ne me trompent pas, Mickey a quatre doigts et non trois…

      Supprimer
    2. Robert Marchenoir17 avril 2014 à 21:38

      Alors que les koalas ont trois doigts plus deux pouces.

      Ici la brigade des informations inutiles, à votre service.

      Supprimer
    3. Donc, ce n'est pas eux que j'ai appris cette chanson: "Un,deux,trois, je sais compter sur mes doigts"

      Supprimer
  13. J'ai habité neuf ans à Champs-sur-Marne dans un petit immeuble à taille humaine, en bordure d'un bois; j'avais des pigeons et des colverts qui revenaient tous les ans ; le parc du château est très agréable aussi. Je suis partie parce que Parisienne née à Paris, je m'ennuyais de la ville. Mais j'imagine très bien que vous n'ayez pas envie de déménager. Quant à aller travailler en voiture depuis Le Plessis... quand nous allions en Normandie nous faisions toujours halte à Pacy-sur-Eure : au bout de deux heures de route, on a envie d'une pause...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Une éventuelle solution dans mon billet suivant…

      Supprimer
  14. Sympa. Vous devrez rallonger votre trajet d'une heure...

    RépondreSupprimer
  15. Puis d'ici deux ans ils ouvriront un nouveau parc d'attractions qui s'appellera Marne la quequette, et vous y verrez défiler sous vos fenêtres des hordes de gens fiers d'être plus branchés. Il n'y a pas à tortiller du cul, votre décision est la bonne.

    RépondreSupprimer

Les commentaires anonymes seront systématiquement supprimés, quel que puisse être leur contenu, voire leur intérêt.