dimanche 27 avril 2014

Les dividendes du ré-actionnaire


On pourrait parfois se demander, nous autres, les membres de plein droit du réactionnariat international, si, au cœur de notre incessante déploration du monde tel qu'il s'écroule, de la civilisation comme elle se désagrège, et ainsi de suite, ne viendrait pas se lover discrètement, au contraire de la pose que nous prenons, le désir plus ou moins bien camouflé de voir réellement ce monde s'abîmer en effet, l'envie pas toujours bien contrôlée que disparaissent pour de bon les anciens parapets et, ainsi, de contempler avec une certaine satisfaction nos survivants allant s'écraser au pied des falaises, coupables à nos yeux d'avoir traité nos alarmes par le mépris ou le brocard. En une phrase : ne feignons-nous pas de nous alarmer d'une chose qu'en réalité nous appelons de nos vœux ? Ce serait humain, d'ailleurs : quel extrême vieillard n'accueillerait avec des tressaillements de joie et de gratitude l'annonce du météore qui s'apprête à pulvériser la Terre, ou, au moins, à en éradiquer toute vie consciente ? Au moment de lâcher son dernier râle, la mort des autres, mieux : leur disparition générale, à la suite de la sienne, serait son dernier rêve vraiment doux.

28 commentaires:

  1. Ce serait humain et un rêve vraiment très doux de voir tout le monde mourir?
    Disons que certains n'ont pas la même conception de la joie de vivre et de la réactionnaire attitude.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Il ne s'agissait pas tant d'une "conception" que d'une interrogation…

      Supprimer
  2. Petite anthologie de la méchanceté ordinaire...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. je crois que le monsieur voulait dire entomologie, c'est comme quand les insectes ils lancent un météore sur la terre et paf.

      Supprimer
  3. Propos de quelqu'un qui n'a pas d'enfants.
    C'est justement parce qu'il y a quelque chose après nous que la volonté de rester fidèle à ce qui nous a précédé a un sens. L'idée de transmission, pour faire simple.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. J'avais pensé à cette objection, qui est d'ailleurs la seule recevable, à mon sens. (Non, pas tout à fait la seule, tout de même…)

      Cela dit, dans mon esprit, il s'agit de choses qui ne se passent pas, ou pas souvent, au niveau de la conscience. C'est plus profond, plus bas.

      Supprimer
  4. Triste tableau du réactionnaire ! Météore est masculin, non ?

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merde, vous avez raison ! Je cours corriger, ventre à terre et le rouge au front…

      Supprimer
  5. Plaisir de pouvoir faire inscrire sur sa tombe:" Je vous l'avais bien dit".

    RépondreSupprimer
  6. C'est un peu ce qui ressort des lignes de Louis-Ferdinand Céline... un ré-actionnariat nihiliste.

    RépondreSupprimer
  7. "Pour moi, l'avenir ressemble plutôt à la chute de l'empire romain. Ces décadents ont été submergés par les grandes migrations, qui ont engendré les « royaumes romains barbares ». Le latin s'est perdu au profit d'une foule de langues, et l'Europe a plongé dans une perte de mémoire de 1000 ans. "
    Umberto Eco

    Didier, ce sont des choses que l'on souhaite quand on entre dans la vieillesse et que l'on se détache de tout ce qui, avant nous était désirable... C'est une façon de marcher vers la mort en regrettant de moins le monde et ses tourments, en s'éteignant.

    Marco Polo a raison: le pire cauchemar des parents est d'imaginer un lendemain de catastrophe et son enfant de deux ans errant en pleurant dans les décombres en appelant ses parents morts.


    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. À ce propos, je recommande la lecture du premier volet de la nouvelle trilogie de François Taillandier : L'Écriture du monde, dont "l'action" se situe précisément à l'époque dont parle Eco dans l'extrait que vous citez.

      Supprimer
    2. Le parallèle entre la chute de l'empire romain et ce qu'il se passe en Europe ne me paraît pas dénué de sens. Décadence et corruption sont deux thèmes d'actualité, que la démocratie fait perdurer. Des amis de gauche m'avaient répondu à la question: pourra-t-on un jour chasser du pouvoir les revanchards et corrupteurs de tout poil? Ces amis m'avaient répondu "impossible, car sinon ce serait le fascisme". Cette réponse m'avait Un peu fait froid à la moustache. J'en avais déduit que pour eux, tout allait pour le mieux, et les brebis galleuses n'etaient que des exceptions.

      Supprimer
  8. La satisfaction d'avoir (eu) raison justifie-t-elle la fin ?

    Entend-on encore la position de l'Église sur la PMA ? Qui s'émeut du sort des bébés congelés -pas ceux qui font la une des faits divers- en attente d'insémination ? (Pardon cher Didier de plomber le billet, mais vous m'avez remué, là).

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Mais sait-on jamais si l'on a (eu) raison ?

      Supprimer
    2. Mais si, mais si, certains ont trouvés d'excellentes réponses à ces questions :
      http://tvanouvelles.ca/lcn/infos/lemonde/archives/2014/03/20140324-141715.html
      C'est pour cela que l'on peut effectivement, même si l'on a des enfants, rêver fugacement, avec quelque remords, à la fin d'un monde frelaté. C'est un bien vieux rêve que Noé et Loth ont fait bien avant nous...
      C. Monge

      Supprimer
  9. La seule question qui vaille est de savoir si l'humanité aura le temps, avant l'extinction de toute vie sur terre ( elle a quand même 2 ou 3 milliards d'années devant elle...) de coloniser une exoplanète vivable pour elle et d'y poursuivre son aventure.
    ( à côté de ça, regretter un monde où le stationnement auto était gratuit et où on pouvait fumer au bistrot me semble un peu moins important...)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Désolé, mais votre histoire d'exoplanète me semble parfaitement dénuée d'intérêt.

      Supprimer
    2. Je viens de consacrer le dernier billet de mon blog à réponde à votre article (avec lien y renvoyant).
      Curieux que vous ne voyiez pas le rapport entre ce souhait "consolateur" de la fin de l' humanité coïncidant avec sa propre mort, et la possibilité, pourl'humanité, de continuer son aventure après la disparition de la Terre.

      Supprimer
    3. L'histoire d'exoplanète est en effet sans intérêt ici. L'extinction de toute vie sur Terre dans 2 ou 3 milliards d'années... Autant dire jamais... Autant dire que cette planète est éternelle.

      Supprimer
    4. Bah l'univers a aussi une fin, à moins de trouver un exo-univers...

      Schlouf

      Supprimer
  10. Après nous, le déluge !

    Inondé
    Duga

    RépondreSupprimer
  11. Je citerais simplement ce poète persan de Hodjviri

    La vie est un rêve dont la mort nous réveille.

    Il y a donc toujours de l'espoir

    RépondreSupprimer
  12. Vous tentez là de propager un pessimisme qui convient à la communauté qui veut nous persuader que toute lutte est vaine, et c'est pouquoi vous serez tondu à la libération.

    RépondreSupprimer
  13. Réponses
    1. Superbe texte ! Et superbement dit.

      Merci beaucoup.

      Supprimer
    2. En effet, joli détournement d'une parole qui fut tout sauf réactionnaire !

      Supprimer

Les commentaires anonymes seront systématiquement supprimés, quel que puisse être leur contenu, voire leur intérêt.