lundi 21 avril 2014

Objurgation à mes amis blogueurs de gauche

Douze paires de pieds, pas une seule tête : les “antifas” tels qu'en eux-mêmes…

Autant le dire sans détour et d'emblée : je suis inquiet. Je ne comprends pas ce qui se passe, ou plutôt j'ai peur de le trop bien comprendre. Depuis ce matin, j'erre à travers la gauchosphère comme une âme perdue : rien. J'ai eu beau fouiller la blogoliste de Nicolas avec la dextérité d'un enfant rom vous faisant les poches dans la rame du métro de six heures : rien. L'absence est si criante qu'elle prend des allures de malédiction ; pis : de renoncement. Bon sang, camarades, réveillez-vous donc, avant qu'il ne soit minuit : nous sommes le 21 avril !

Depuis deux lustres et des broquilles, vous m'aviez habitué à être fidèles à cette grande date de l'universelle déploration, à commémorer dans l'émotion indignée la méchante claque qu'un grand progressiste frisé se vit infliger un dimanche par un horrible fasciste monoculaire. Chaque année, à peine décrochés les poissons de papier que l'on m'avait épinglés dans le dos, je comptais les jours qui me séparaient de celui-ci, ému à l'avance de cette communion résistante qui allait nous empoigner tous, ragaillardi à la perspective de ce grand méchoui de bête immonde et de ventre encore fécond qui allait nous réunir au son des tambours républicains et des binious alternatifs. Ah ! oui, vraiment : quelle belle fête c'était là !

Et aujourd'hui, le silence. Rien que l'angoissant silence. Comme si, de 2013 à maintenant, le ventre était devenu stérile et que la bête apprivoisée sautait désormais dans des cerceaux enflammés sur la piste de Bouglione en quêtant les applaudissement des petits enfants inconscients.

Bon Dieu, dites-moi que ce n'est pas vrai, que ce n'est pas pour toujours ! Assurez-moi que c'était juste une distraction passagère et qu'on va remettre ça l'an prochain ! Si vous ne le faites pas pour vous, faites-le au moins pour moi…

32 commentaires:

  1. Tout fout le camp, le 21 avril n'est plus grand chose au regard des fruits de la dernière grande élection.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Peut-être même qu'au regard des prochaines, la performance du Jospinou passera bientôt pour une victoire…

      Supprimer
  2. C'est vrai ça : normalement à Pâques on entend les cloches…

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Elles devaient avoir un peu de retard, voilà tout.

      Supprimer
  3. C'est l'anniversaire de ma cousine née par erreur à Loudéac.

    À part ça, vous avez raison. La blogotruc est morte. Il aurait fallu que Jospin soit noir pour faire bouger Bembelly ou une gonzesse pour émoustiller Elooooody. Mais pas une gonzesse noire, ça aurait fait bander Tonnégrande.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Quand on naît à Loudéac, c'est toujours par erreur.

      Pour le reste, vous avez raison : ça devient de plus en plus compliqué.

      Supprimer
  4. Heureusement qu'ils vous ont. Que deviendraient-ils ?
    Vous devriez leur suggérer d'instituer un truc genre Bleuet de France pour quêter les 21 avril au profit des anciens combattants ayant résisté du 21 avril au 4 mai 2002. Pour les aider à financer leurs maisons de retraite.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Si ça continue, je vais être obligé de relancer les leftblogs moi-même.

      Supprimer
  5. Etant parfois oublieux des anciens temps, je m'en fus chercher sous Google et je tapais, incontinent, "21 avril" pour avoir la réponse qui me rasséréna: " 21 avril 1938 : première parution du journal de Spirou."

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Moi je m'en fous : enfant, je lisais celui de Mickey…

      Supprimer
  6. Rien qu'avec le titre de votre billet " objurgation ", les blogueurs de gauche, ils vont soit avoir peur, soit croire que c'est une insulte.

    pourquoi voulez-vous qu'ils commémorent à nouveau ce funeste jour, pour eux, quand ils savent qu'aujourd'hui, un 21 avril à l'envers est la quasi seule chance que leur "champion" l'emporte en 2017?
    Funeste hier, espérance aujourd'hui.

    RépondreSupprimer
  7. Oui, mais c'est un 21 avril qu'a paru Spirou pour la première fois. Ca compense.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. (Cela étant, plus sérieusement, je propose que nous pleurions le décès de Pierre Abélard, survenu un 21 avril. Il se trouve que saint Anselme de Cantorbéry est mort à la même date (http://fr.wikipedia.org/wiki/21_avril#XIe.C2.A0si.C3.A8cle_2). J'organiserai l'an prochain une manifestation oeucuménique, que je parcourerai personnellement sous la bannière de la fameuse internationale de l'Inte-lligence, avec des slogans aussi fédérateurs que "la mort, ça craint !" ou "vive la vie éternelle !".)

      Supprimer
    2. Parfait ! Nous en serons ! (Enfin, peut-être…)

      Supprimer
    3. Grand merci, il ne reste plus qu'à décider du lieu. A l'année prochaine, peut-être.

      Supprimer
  8. Vous objurguez magistralement, mais en vain, hélas !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je suis un objurgueur de première bourre…

      Supprimer
  9. sacré nom d'un chien! Zavez pas fini de vous entrecongratuler, tas de cultivés que vous êtes ! Et je te glose sur le 21 avril, et je te fais de subtiles allusions incompréhensibles du commun des mortels... Parce que le commun des mortels, c'est moi. Infoutu de savoir ce qui a bien pu se passer le 21 avril. A un jour près, je croyais avoir deviné : mais non, Hitler est né un 20 avril. Alors ? Vous me laissez mourir idiot ?

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Vous le faites exprès ? Il ne vous souvient vraiment pas qu'un 21 avril 2002, le brillantissime Jospin, déjà président de la République à en croire les médias, s'est fait renvoyer chez lui dès le premier tour de l'élection par un certain Jean-Marie L. P., trop ignoble pour qu'on se risque seulement à écrire son nom ?

      Supprimer
    2. Plus exactement, "au soir du 21 avril 2002". Parce qu'à midi, il paraît qu'il en a repris 2 fois...

      Amike

      Supprimer
    3. kobus van cleef27 avril 2014 à 22:12

      Mais qui c'était, ça, Lihaunel Jospin ?
      Vous êtes sur de ce que vous avancez ?
      Ou alors c'était un 21 avril mais en 1902....

      Supprimer
  10. et oui encore pas un mot sur ce foutu 21 avril 1967 qui vit le putsch des colonels en Grèce, la gauche est foutue...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Au moins, pour le 11 septembre, il y en a toujours un pour nous rappeler doctement que la véritable tragédie de ce jour-là, c'est l'élimination du guignol Allende…

      Supprimer
  11. Vivement le prochain vintéunnavril, si je vous suis bien ! Ceci dit, au rythme où vont les choses, il se pourrait bien que le frisé en question n'ait un jour plus le monopole du 21 avril.

    Cela promet bien des réjouissances.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je n'aurai que trois mots : attente et espérance.

      Supprimer
  12. ah bon, c'était l'anniversaire de la déculottée de Jospin. Infimissime événement qui avait jailli hors de ma mémoire. Remarquez, en croyant d'abord que c'était l'anniversaire de la naissance du plus mauvais des peintres autrichiens, je n'étais pas tombé loin.

    RépondreSupprimer
  13. Le 21 avril, oui, je me souviens très bien : c'était le jour où j'ai enfin osé téléphoner à Isabelle Adjani.

    RépondreSupprimer
  14. Il parait qu'une petite réunion avec dépôt de gerbe a eu lieu sur l'île de Ré, près de la villa de l'ancien Premier ministre, avec notamment Michel Piccoli, Nicole Garcia, Philippe Sollers, Patrick Bruel, Jean-Loup Dabadie et Charles Berling, mais la chose a été très peu médiatisée...

    RépondreSupprimer

Les commentaires anonymes seront systématiquement supprimés, quel que puisse être leur contenu, voire leur intérêt.