jeudi 19 juin 2014

La culture de l'excuse a du mou dans la corde à nœuds

Le sujet que j'abordais hier de façon plus ou moins gaudriolesque, à savoir le tabassage excessif du jeune Milou, Rom de souche, par une bande-des-cités, a quasi automatiquement renclenché les vieux réflexes de la trop fameuse culture de l'excuse, ainsi que le souligne Robert Marchenoir dans ses derniers commentaires. Il se trouve que je viens de lire, dans cette nouvelle revue de géopolitique qui s'appelle Conflits, un article de Xavier Raufer, qui bat en brèche cette pseudo-culture, en se basant sur les pays d'Amérique latine. Le tableau qui l'accompagne est particulièrement éclairant : il montre que, à rebours de ce qu'il est de bon ton de proclamer, ce n'est pas la pauvreté qui engendre le crime (1 cas sur 14 seulement, celui du Mexique), mais au contraire l'enrichissement (8 cas sur 14). L'exemple le plus flagrant est celui du Vénézuela. Entre 1999 et 2014, profitant des énormes revenus pétroliers, Hugo Chavez puis Nicolas Maduro ont littéralement inondé les pauvres d'aides de toutes sortes : au logement, à l'alimentation, à l'éducation, aux soins, etc. Cela n'a nullement empêché que le taux d'homicides dans ce pays ait doublé entre 2000 et 2010 : il est désormais deux fois plus élevé que celui de la Colombie voisine, qui n'est pourtant pas classée parmi les bisounourslands de la planète.

Bref, il semblerait malheureusement que, même si l'on se mettait à fournir aux poètes de la cité qui porte leur nom tous les centres commerciaux, piscines et parcs-pour-enfants qu'ils disent réclamer, ils n'en continueraient pas moins à se débarrasser de leurs Roms usagés dans les chariots de l'hyper local.

C'était la mauvaise nouvelle du jour, notamment pour les bâtisseurs de piscines en milieu urbain défavorisé.

93 commentaires:

  1. Et voilà, avec cette photo de Poutine vous allez encore énerver Robert.

    RépondreSupprimer
  2. Didier Goux - Gauche de Combat : même combat. L'Amerique du Sud comme référence.

    Plus sérieusement, il faudrait que je lise l'article. Je ne crois pas que l'on dise que la pauvreté amène le crime mais la délinquance. Donnez un iPhone à un pauvre, il aura plus de raison d'en voler.

    Et personne ne prétend que construire des piscines dans les banlieues permet de lutter contre la pauvreté ou la délinquance sauf quelques abrutis qui prétendent qu'il faut occuper les jeunes. Autrement dit les clowns à la Chavez ont pratiqué une politique débile de dépense de pognon sans pour autant faire de la redistribution ou enrichir les gens.

    Bref... Il ne faut pas opposer les politiques. La pauvreté contribue à la délinquance comme d'autres facteurs. Avant la sortie de l'iPhone, il n'y avait pas de vol d'iPhone.

    Mon exemple n'est pas si cretin que cela. Ce pauvre Jospin a connu une augmentation des chiffres de la délinquance à cause du développement des vols de portables et de cartes bancaires (pour faire des achats par internet) car, avant, il n'y avait ni portable ni internet (vous connaissez mon job, j'avais bossé sur le sujet). Étant riche, je n'avais pas besoin de voler une carte ou un téléphone.

    Alors les études sérieuses faites par de probables improbables réactionnaires, heu...

    J'espère que Marchenoir fera des commentaires plus longs que le mien.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. « Donnez un iPhone à un pauvre, il aura plus de raison d'en voler. »

      Vous êtes d'une naïveté qui confine à l'idiotie ou c'est moi que vous prenez pour un con ? Vous croyez réellement que les voleurs d'iPhone n'ont pas déjà le leur ? Que les types qui cambriolent pour piquer des écrans plats n'ont pas la télé chez eux ? Et les voleurs de bagnoles, ils opèrent tous à vélo ou à pied ?

      De plus, ce genre d'assertion procède d'un mépris absolu des pauvres (auquel je vous sais pourtant totalement étranger), puisque cela revient que, incapable de se priver de telle ou telle babiole, un pauvre sera obligatoirement conduit à voler.

      « Étant riche, je n'avais pas besoin de voler une carte ou un téléphone. »

      Le problème est que vous ne l'auriez pas fait non plus étant pauvre : le vol est avant tout une question de morale.

      Enfin, pour conclure : vous n'arriverez jamais à battre Marchenoir sur la longueur des commentaires, il faut vous faire une raison.

      Supprimer
    2. Donnons donc un kilo de cuivre à chaque famille d'excursionnistes de l'Est et nos caténaires seront définitivement à l'abri.

      Supprimer
    3. "Vous êtes d'une naïveté qui confine à l'idiotie ou c'est moi que vous prenez pour un con ?" Mais ce n'était qu'une expression. Vous donnez 3000 euros à un type, il n'aura plus besoin de voler des conneries pour gagner sa vie (mais se livrera éventuellement à d'autres trafics pour gagner plus d'oseille mais, là, on frise la délinquance en col blanc que continuent à nier des réacs de ma connaissance).

      "le vol est avant tout une question de morale." on est d'accord. Mais vivre dans des conditions décentes facilite l'acquisition d'une morale. Si vous vivez sans pognon dans un milieu où la moitié des lascars en gagnent illégalement ou "immoralement", vous risquez de perdre la morale.

      Supprimer
    4. J'ai toujours pensé que "Marchenoir" était une marque déposée, qu'il y avait derrière ™Marchenoir toute une équipe de nègres qui travaillent… comme des asiatiques, enchaînés 24 heures sur 24 à leurs écrans, avec une documentation formidable, des téléphones, des télex, des abonnements à des encyclopédies, et de la drogue, pour tenir.

      Supprimer
    5. Mr Jegou, comment expliquez vous alors que deux départements parmis les plus pauvres de France (c'est à dire ceux ou la population a, factuellement, le moins d'argent et le moins accès aux services publiques) que sont la Creuse et le Cantal, sont également ceux ou la délinquance est la plus faible ?

      Supprimer
    6. Ceci dit Mr Jegou, vous êtes parfaitement cohérent avec votre idéologie socialo-keynesienne : si le délinquant est délinquant ce n'est pas parce que c'est juste un connard, c'est parce qu'il n'a pas d'Iphone... c'est donc de la faute de la société et l'Etat doit lui fournir un Iphone en taxant ceux qui en ont déjà un.

      Après ça on s’apercevra que le délinquant à l'Iphone est toujours délinquant mais les gens qui pensent (enfin, qui pensent... qui croient penser) comme vous dirons qu'on (la société, l'Etat) ne lui a pas donner assez d'Iphone et qu'il faut donc lui en donner 2 ou 3 comme ça il ne sera plus délinquant...

      Et on continue comme ça jusqu'à arriver à la situation française.

      Comment pouvez vous encore raisonner comme cela alors que c'est exactement ce qui est fait depuis 30 ans avec des résultats et des faits qui démontrent que vous avez tort ?

      Supprimer
    7. Georges : bon sang, mais c'est bien sûr !
      Comment n'y avais-je pas pensé plus tôt?

      Supprimer
    8. Je confirme que quand je reçois Marchenoir pour un week-end, je suis obligé de louer l'intégralité du Formule 1 d'à côté, ce qui me coûte encore plus cher que les ravages qu'il fait dans ma cave.

      Supprimer
    9. Les pauvres volent bêtement un smartphone; les plus riches, et qui ne sont pas les gamins-défavorisés-des cités, car cela suppose beaucoup de matériel et de savoir-faire, des éoliennes ( dans chaque éolienne, il y a environ pour 4 000 € de fils de cuivre), au point qu'il y a maintenant des patrouilles nocturnes de gendarmerie dans les champs d'éoliennes, ce qui augmente encore le coût de cette électricité déjà hors de prix.

      Supprimer
    10. Skandal, toujours aussi abruti. Je dis dans mon commentaire : "Il ne faut pas opposer les politiques. La pauvreté contribue à la délinquance comme d'autres facteurs. " C'est facile de croire s'en sortir avec des conneries comme "des faits qui démontrent que vous avez tort" !

      En outre, je n'ai jamais dit qu'on n'a pas donné assez d'iPhone. Tu peux donc continuer à mentir en "reproduisant" mes propos, la discussion ne va pas assez loin.

      En outre, je ne dis pas exactement le contraire de Didier : "ce n'est pas la pauvreté qui engendre le crime (1 cas sur 14 seulement, celui du Mexique), mais au contraire l'enrichissement"... Si tout le monde est pauvre, il n'y a rien à voler...

      Ca me rappelle la BD "Jesse James" "de" Lucky Luke. Jesse James se prend pour Robin et vole les riches pour donner aux pauvres qui deviennent alors riches...

      Supprimer
    11. D'ailleurs, faudrait bien penser à les inviter un de ces jours.

      Supprimer
    12. Je trouve que robert marchenoir a changé, il s'en prend moins aux fonctionnaires, il a peut être sous loué son nom.

      Supprimer
    13. "Si tout le monde est pauvre, il n'y a rien à voler..."

      Voilà (comme vous dites). Belle perspective.

      Supprimer
    14. Robert Marchenoir19 juin 2014 à 21:58

      Grandpas : vous avez mal regardé. Travail d'Arabe ou travail de fonctionnaire ?

      Supprimer
    15. Robert Marchenoir20 juin 2014 à 02:32

      Catherine : avec plaisir, mais prévenez-moi un peu avant, que je puisse louer l'autocar.

      Supprimer
    16. "La pauvreté contribue à la délinquance comme d'autres facteurs." Oui, le mauvais temps aussi, et la pollution...

      Donc je répète, si la pauvreté contribue à la délinquance comment expliquez vous que les départements les plus pauvres sont aussi ceux ou il y a le moins de délinquance ?

      Je vais faire la réponse puisque dans votre ignorance crasse vous êtes incapable de la faire : la pauvreté est un facteur de délinquance tellement insignifiant face aux autres facteurs culturelles et/ou éducatifs entre autre, qu'elle ne peut ni expliquer, ni justifier la délinquance. La pauvreté contribue tellement peu à la délinquance que les départements les plus pauvres sont aussi ceux ou il y a le moins de délinquance (Creuse et Cantal).

      Mais encore une fois votre propos imbécile est relativement cohérent puisque en affirmant que "La pauvreté contribue à la délinquance comme d'autres facteurs." vous justifiez le fait de déverser des montagnes d'argent à des gens qui, malgré cela, sont toujours aussi délinquants...

      Ce n'est pas un problème d'argent.

      Supprimer
    17. Robert , si vous saviez à quel point vous êtes dans le vrai, à la Poste , on remplace les fainéants de fonctionnaires par des gens du cru et dans certains départements notamment en banlieue, la majorité sont des nord africains, il y a encore quelques nègres mais ils sont de moins en moins originaires des Antilles et de plus des cités à majorité africaine.

      Mais quand même bob terre-blanche , vous mollissez.

      Supprimer
    18. Robert Marchenoir20 juin 2014 à 16:13

      Mais vous ne m'apprenez rien, Grandpas. Je sais bien que la diversité a envahi la poste, je passe mon temps à le déplorer.

      Ce que vous passez sous silence, c'est la responsabilité de la gauche fonctionnariale dans ce grand remplacement :


      1) La gauche et les fonctionnaires ont toujours milité pour l'emploi à vie, le droit à l'irresponsabilité et l'assistanat.

      2) La gauche et les fonctionnaires ont toujours milité pour l'immigration de masse et pour l'anti-racisme.

      3) C'est tout naturellement que les immigrés invités par la gauche fonctionnariale, analphabètes, stupides, dépourvus de l'éthique de l'effort, malhonnêtes, déloyaux et fonctionnant sur le mode du parasitisme et de l'assistanat, ont été attirés en priorité par les organisations fonctionnant sur ces principes, c'est à dire... la fonction publique.

      4) La gauche fonctionnariale commence à mesurer son erreur et à se sentir supplantée, dans son royaume même, par ces immigrés qu'elle a activement contribué à faire venir et à protéger. La paresse et le vol sous couvert de socialisme, c'était bon quand c'était réservé aux fonctionnaires de souche, mais si les nègres et les bougnoules s'avisent de taper dans le gâteau, ça va pas aller. La gauche fonctionnariale commence donc à virer sa cuti et à passer au Front national, qui, de son côté, flairant l'aubaine, a abandonné le discours libéral du père pour le discours ultra-socialiste de la fille.

      5) Comme d'habitude, on peut toujours se gratter pour attendre la moindre reconnaissance de responsabilité de la part de la gauche fonctionnariale dans ce désastre, qu'elle soit restée à gauche ou qu'elle ait adopté l'idéologie "nauséabonde" du Front national. Les socialistes hurlent toujours aussi fort pour faire taire leurs contradicteurs : ils avaient toujours raison quand ils étaient de gauche, ils ont toujours raison depuis qu'ils sont à droite.

      Donc, vous êtes gentil, Grandpas : ce n'est pas à moi qu'il faut apprendre que la poste est bourrée d'Antillais, de Noirs et d'Arabes. C'est moi qui ai consacré des dizaines de commentaires à déplorer la culture de vol systématique désormais en vigueur dans les centres de tri, et c'est vous qui avez passé votre temps à m'insulter en réponse et à prétendre, contre toute évidence et contrairement à d'innombrables témoignages, que, non, il n'y avait pas plus de voleurs à la poste qu'ailleurs.

      Bien entendu, aucun rapport entre cette entrée en force de la diversité à la poste, et l'impunité avec laquelle se pratique désormais le vol dans les colis ! Hein, Grandpas ? Comme d'habitude, votre culot est stratosphérique.

      Supprimer
    19. Robert, je vous retrouve mais comme souvent, vous vous mélangez les pinceaux, il y a un pourcentage identique de voleurs et de mauvais employés dans l'entreprise La Poste que dans les autres entreprises privées, Kerviel ne travaillait pas comme facteur mais détourna de l'argent.

      Il n' y a pas d'impunité, il y a des condamnations plus nombreuses que vous ne le croyez mon cher Robert.

      Supprimer
    20. Robert Marchenoir21 juin 2014 à 12:50

      Il y a un pourcentage identique de voleurs et de mauvais employés dans l'entreprise La Poste que dans les autres entreprises privées.

      Non. Bien sûr que non. Je vous l'ai déjà démontré par le détail, je ne vais pas revenir là-dessus. D'ailleurs la poste n'est pas une entreprise privée. Ca aussi je me suis donné la peine de vous le démontrer par le détail, à l'aide des statuts de la poste eux-mêmes, mais vous n'écoutez rien, vous n'en avez rien à foutre de la vérité.

      Supprimer
    21. Ah Ben je suis plus d'accord avec papy qu'avec Bob qui fait comme d'habitude semblant n'être plus intelligent sur tout le monde. "Je vous l'ai déjà demontré" braille-t-il. Il n'a rien démontré comme d'habitude. Tant pis.

      Supprimer
    22. Bob, la poste est une entreprise de droit privé, les employés actuels mis à part quelques fonctionnaires, sont tous des contractuels et en cas de litige avec cette dernière fait conseil de prud'homme et non au tribunal administratif.

      Supprimer
  3. Je crois que vous parlez pour ne rien dire puisque tous ces délinquants dont vous avez plein la bouche, d'ici à quelques mois, n'en seront plus, dès qu'on appliquera la nouvelle loi pénale.

    RépondreSupprimer
  4. (j'ai validé mon précédent commentaire sans le terminer, à l'arrivée d'un collègue qui m'a tenu la grappe depuis pour le travail, je ne sais absolument plus ce que j'avais dit et voulais dire).

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. A propos de votre dernier billet, j'ai entendu un truc assez drôle à la radio.
      Une fille travaillant à la brasserie alsacienne portait pendant le service, la tenue complète, avec la coiffe, comme sur les paquets de bretzels. Du fait qu'elle était déguisée, son statut professionnel faisait d'elle une intermittente. Peut-être un moyen pour le patron de payer moins charges?
      Bref, allez savoir pourquoi, j'ai imaginé un instant le célèbre parc infernal rempli de serveuses alasaciennes et sans aucun rat costumé.
      Merci monsieur Didier pour la parution de ce commentaire.

      Supprimer
  5. Ne me parlez pas de ces délicieux poètes de la cité ou de la cité des poètes, je m'embrouille. Totor a dû se retourner dans son tombeau en entendant ceci, signé d'un de ces nouveaux indignés qu'on ne présente plus :

    "Victor hugo c un batard il peut pas parler normalement cmme les autres", s'est pour sa part indigné @Lefa

    Bac : "Victor Hugo, c'est un bâtard" – Le Point.

    Il s'agissait de commenter le "Crépuscule".

    Ce parfait crétin a réussi la performance, comme nombre de ses congénères, d'atteindre la première. Quel cauchemar !
    La déliquescence qui a gagné l'EN est définitive, malgré le fric versé à jet continu dans les zones d'éducation fâcheusement prioritaires.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Et ne vous tracassez pas : il aura son bac l'année prochaine.

      Supprimer
    2. La cité des poètes, c'est de là que venait la "frelatée". Ces jeunes sont malades, ça dépasse l'entendement des mieux pensants.

      Supprimer
    3. Ce point de vue sur Hugo est apparemment partagé sur certains forums beaucoup plus lettrés et au langage fort châtié où l'on a pu par exemple lire ceci : "La comparaison d'Hugo avec Mozart est infondée, ce dernier est un génie de la musique alors que le premier est un honnête rimailleur. Je le comparerais avec Monsieur Jourdain, qui faisait de la prose sans le savoir. Hugo faisait de la rime sans le savoir. Chez lui, tout est lourd. Gide avait raison de se moquer de lui."

      En gros, Hugo c'est un bouffon qui se la pète et le Gide il a eu bien raison de le traiter !

      Supprimer
    4. J'ai suivi cet échange sur le forum que vous dites : ce n'est pas ce que les habituels intervenants ont produit de mieux, en effet…

      Supprimer
  6. Il n'y a pas besoin d'aller chercher aussi loin que le Mexique ou le Vénézuéla.
    Aux Etats-Unis par exemple, ou bien en France, la délinquance à explosé à partir des années 60 alors que jamais en termes absolus la pauvreté n'avait été aussi basse et que jamais les "dépenses sociales" censées aider les pauvres n'avaient été aussi élevées.
    Cela étant dit, démonter l'idée que la pauvreté crée la délinquance c'est un peu comme réfuter l'existence du monstre du Loch Ness : vous pouvez le faire mille fois, vous trouverez toujours des gens pour croire malgré tout qu'il existe.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. "vous pouvez le faire mille fois, vous trouverez toujours des gens pour croire malgré tout qu'il exist"

      Et pourtant la réalité (en France du moins) est claire et limpide : les zones les plus pauvres de France sont aussi celles ou il y a le moins de délinquance.

      Le pauvreté est un facteur mineur de la délinquance. L'environnement géographique et culturelle à une influence bien plus important que la pauvreté.

      Mais le degôche ne peut accepter ce fait car cela irait à l'encontre de sa conception du monde.

      Supprimer
    2. " L'environnement géographique et culturelle"

      Côté "culturelle", il reste effectivement beaucoup à faire.

      Supprimer
  7. Robert Marchenoir19 juin 2014 à 17:42

    Pour répondre à l'affectueuse pression de mes amis, voici mon point de vue sur Poutine.

    Et pour ceux qui ne comprendraient pas l'ukrainien, "Putin khuylo", bien que cela se prononce approximativement "Poutine, couille molle", veut dire en réalité "Poutine, tête de noeud". L'usage du mot juste est important dans les relations internationales.

    Voici le ministre des Affaires étrangères ukrainien faisant allusion à ce qui est devenu le chant de ralliement des Ukrainiens ; il tente de dissuader des manifestants de mettre à sac l'ambassade de Russie, tout en concédant que, certes, Poutine est un khuylo -- après quoi la foule reprend en choeur : "Poutine, tête de noeud".

    Voici, maintenant, Poutine s'indignant, par la voix de son ministre des Affaires étrangères, que l'on puisse le considérer comme une tête de noeud.

    Cependant, c'est un peu tard, car, tous les Ukrainiens le savent bien, désormais, Poutine est une tête de noeud.

    La vérité se fait jour jusqu'à Los Angeles, où, tout le monde en est convaincu, Poutine est une tête de noeud.

    Des historiens se sont même penchés sur les archives, et la conclusion s'impose : Poutine est une tête de noeud.

    D'ailleurs, tous les doutes s'évaporent lorsque le blogueur militaire ukrainien Dmitry Tymchuk constate : le Kremlin n'a pas officiellement démenti que Poutine était une tête de noeud.

    Il faut donc bien se rendre à l'évidence : Poutine est une tête de noeud.

    Le quotidien ukrainien Vissoki Zamok signale la nouvelle blague à la mode : "A Moscou, il a été décrété que l'expression 'tête de nœud' s'écrirait dorénavant avec une majuscule. C'est quand même du chef de l'Etat qu'il s'agit."

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Comment on dit en ukrainien : "J'adore les têtes de noeud" ?

      Supprimer
    2. Robert Marchenoir20 juin 2014 à 11:21

      Mes connaissances en ukrainien ne vont pas jusque-là, mais vous pouvez poser la question gentiment (en anglais) sur le site des patriotes ukrainiens :

      http://euromaidanpr.wordpress.com/

      Supprimer
  8. L'exemple de l'argent qui accroit la délinquance peut comporter sa part de vérité: prenez les Balkany à Levallois-Perret, par exemple, des Hongrois, peut-être même des Roms à l'origine, en tout cas ils auront volé dans toute leur vie, plus que tous les chapardages réunis des populations roms en France depuis la guerre et même avant !

    Edmond Ros

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Robert Marchenoir19 juin 2014 à 22:04

      ...Ce qui excuse naturellement la criminalité des Roms, d'après vous, je suppose ? Au demeurant, non, bien sûr que non : les éventuels détournements d'argent de politiciens sont de la menue monnaie par rapport au chiffre d'affaires de la délinquance. C'est bien d'ailleurs pourquoi les nouvelles règles de la comptabilité publique européenne imposent désormais de prendre en compte ce denier.

      J'ajoute, pour mettre les points sur les i par rapport à ce répugnant cliché néo-marxiste qui traîne partout, qu'a préjudice financier égal, ce que les gauchistes appellent la criminalité en col blanc est évidemment moins grave et plus... excusable, précisément, que la criminalité des Roms ou des autres personnes habituellement désignées sous le nom de délinquants.

      Je vous laisse le soin de trouver pourquoi, sans grand espoir cependant, vu votre sens moral visiblement défaillant.

      Supprimer
    2. Le problème c'est que les Balkany ne sont pas venus voler chez moi. Les roms, si....

      Supprimer
    3. Quel argument à la con. Les Balkany ne font pas les poches des Parisiens ni des touristes dans le métro ou au musée du Louvre et quand bien même ils auraient "volé toute leur vie" (ce qui reste à juger), leur filouterie n'est certainement pas une excuse au pillage organisé des mafias tziganes en Europe. Lesquelles dépassent largement, du reste, ce que le couple Balkany peut avoir volé pendant toute son existence. Voir ici (par exemple): http://tinyurl.com/lzd5yz6, ou encore http://tinyurl.com/cwtfjcw. Vous racontez vraiment n'importe quoi.

      Supprimer
    4. Dans le Levallois-Perret de Balkany (universellement haï par les gauchistes parce qu'il en a fait un "ghetto de riches", fait rebaptiser les rues Salvador-Allende et autres Paul Vaillant-Couturier qui rendent l'orientation si difficile en ex-banlieue rouge, et surtout parce que c'est un ami notoire de Sarkozy), le jeune Milou-Darius ne risquait qu'une chose: une interpellation par la police municipale, une bonne garde à vue des familles, et une expulsion sine die de la commune.

      A Bobigny, Sevran, Montreuil ou, dans le cas qui nous occupe, Pierrefitte-sur-Seine, le même Milou-Darius risque ce qui lui est arrivé (voir les photos publiées par le Daily Telegraph ici: http://tinyurl.com/pla74b4). Et encore, il a eu de la chance qu'ils ne l'achèvent pas en l'arrosant d'essence et en y mettant le feu. Traitement ordinaire des voleurs, du reste, dans un certain nombre de pays du monde, en Afrique et en Amérique du Sud en particulier.

      En y réfléchissant bien, je préfèrerais largement un maire comme Patrick Balkany - toujours largement réélu par ses administrés - à des neuneus comme Dominique Voynet (ex-maire "écologiste" de Montreuil) ou Stéphane Gatignon (maire "écologiste" de Sevran, ex-PCF), foutraques démagos qui ont transformé leur commune "populaires" en condensé du Tiers-Monde, et dont les pratiques clientélistes et les détournements d'argent public à fins électorales n'ont rien à envier à celle de la bande des Balkany.

      Supprimer
    5. D'accord avec Ruppert et Robert.

      Même si je nuancerai tout de même : La place des Balkany est en prison, rien qu'en prison et uniquement en prison.

      Le fait qu'ils (je parle du couple) soit réélus, même après avoir fuit dans les îles avec la caisse, démontre l'état lamentable et extrêmement inquiétant de la caste politique Française.

      Le fait qu'ils ne soient pas en prison démontre l'état lamentable et extrêmement inquiétant de la justice française.

      Supprimer
    6. @Skandal: Pour autant que l'on puisse le savoir, l'affaire Balkany n'est pas encore jugée. On n'est pas encore capable de dire à cette heure s'il s'agit d'une "simple" affaire de dissimulation de patrimoine, ou si elle a un rapport avec les activités politiques du couple... Je ne crois pas avoir lu qu'ils soient "partis dans les îles avec la caisse", et s'ils ont été réélus haut la main par leurs concitoyens, il faut croire que ceux-ci sont contents de leur gestion.

      Ne tombez pas dans les travers habituels de la presse, toujours prompte à raconter n'importe quoi lorsqu'il s'agit de ce genre de personnages (fort antipathiques au demeurant).

      Supprimer
    7. Rupert : "En mai 1996, Patrick Balkany est condamné (décision confirmée en appel le 30 janvier 1997) par la 9e chambre du tribunal correctionnel de Nanterre, à quinze mois de prison avec sursis, 200 000 francs d'amende et deux ans d'inéligibilité, pour « prise illégale d'intérêts »9. Il avait rémunéré aux frais du contribuable levalloisien entre 1985 et 1995 trois personnes désignées comme des employés municipaux, mais qui ne s'occupaient que de son appartement de Levallois-Perret et de sa résidence secondaire près de Giverny10. Son épouse Isabelle, vice-présidente du conseil général des Hauts-de-Seine et conseillère municipale à Levallois-Perret, est condamnée à la même peine pour « prise illégale d'intérêts »11.

      Il s'installe alors à Saint-Martin pour diriger la radio RCI 2 et diriger Régie Caraïbe Production gérant la publicité de la radio. Selon ses propos, il cherche « la paix et (à) se faire oublier »12. Cependant la radio porte plainte contre lui pour s'être fait passer pour le directeur13."

      Ils sont donc bien partis dans les îles "avec la caisse"...

      Supprimer
    8. @Skandal: On peut supposer que Balkany les a payés, ses 200 000 francs d'amende, et qu'il a subi ses deux ans d'inéligibilité depuis 1996. Cela fait près de 20 ans ! Il est peut-être parti pour les Antilles dans les années 90 mais, à ma connaissance, il est rentré depuis puisqu'il a été élu maire de Levallois pour la 5ème fois en mars dernier.

      J'évoque évidemment l'affaire en cours (celle qui a valu une garde à vue récente à Isabelle Balkany) et qui n'a pas encore été jugée. Là, on verra... Je me méfie des gens qui "lavent plus blanc que blanc".

      Supprimer
    9. Robert Marchenoir20 juin 2014 à 16:24

      Loin de moi l'idée d'excuser les Balkany ou la corruption, mais si leurs infractions se sont limitées à faire faire le ménage, la cuisine et la pelouse de leur maison par trois employés municipaux, c'est, comme dirait Topaze au sujet d'une certaine pissotière à roulettes, de la poésie pure.

      Supprimer
    10. Et moi je me méfie des politiciens avec autant de casseroles au cul...

      Mais je vous l'accorde, la haine viscérale que j'ai pour cette caste la ne me rend pas forcément très objectif.

      Supprimer
  9. Le sort s'acharne sur la cité des Poètes: http://www.lefigaro.fr/societes/2014/06/19/20005-20140619ARTFIG00376-caddie-menace-d-un-depot-de-bilan.php

    RépondreSupprimer
  10. "Ce qui excuse naturellement la criminalité des Roms, d'après vous, je suppose ? "

    L'ai-je dit?

    En revanche, le défaut moral étant au moins identique, vous pourriez peut-être concéder aux roms, une once du respect que vous semblez accorder aux Balkany.

    Edmond Ros

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui, effectivement vous le dites: "[Les Balkany] auront volé dans toute leur vie, plus que tous les chapardages réunis des populations roms en France depuis la guerre et même avant".

      Non seulement vous comparez deux choses qui n'ont rien à voir l'une avec l'autre (la filouterie présumée d'un couple d'individus - élus de droite, s'entend - et la criminalité organisée à l'échelle européenne des mafias tziganes dites "roms"), mais en plus vous essayez d'enfumer grossièrement le lecteur en mettant en avant l'une pour minimiser l'autre. L'argument habituel des gauchistes consistant à mettre sur le même pied "la criminalité en col blanc" et "les voleurs de poules", ce qui revient à condamner les uns pour excuser les autres. Vous vous foutez de la gueule du monde.

      Au vu des "performances" connues des Tziganes étrangers (voir http://tinyurl.com/d92uo5m), je pense que je vais conserver mes onces de respect pour des causes plus intéressantes.

      Didier, vous nous avez récupéré là un très beau spécimen de troll gauchiste. Félicitations.

      Supprimer
    2. Robert Marchenoir20 juin 2014 à 11:25

      C'est ça, jouez au con. Si vous ne l'avez pas dit, alors pourquoi nous sortez-vous les Balkany alors que ce n'est pas le sujet ?

      Du respect pour les Roms ? Pourquoi diable voudriez-vous que j'aie du respect pour les Roms ? Donnez-moi une raison, une seule, pour respecter les Roms.

      Le respect, ce n'est pas un droit de l'homme : ça se mérite.

      Supprimer
    3. Monsieur Ros

      Un ami marié à une polonaise m'expliquait que dans le région natale de son épouse, il détestait les roms autant que les sales racistes de français voire plus;

      Supprimer
  11. Un Rom voleur se fait massacrer, le billet de Didier porte sur "la culture de l'excuse" et les commentaires obliquent aussitôt sur la criminalité des Roms. Comme partout, finalement.
    Dans ma campagne, il ne se passe pas un jour sans qu'il y ait un vol de bétail, de matériel agricole, de moteurs de bateaux, effectué par de véritables entreprises de voleurs de pays de l'Est. Quand le vol est constaté, la presse locale en fait état, sans donner de noms, et quand les voleurs sont jugés et que les noms sont donnés, on voit bien. Pas un jour sans au moins un vol dans un rayon de 50 km, et c'est comme ça dans toute la Bretagne. On finit par regretter le bon vieux temps des méfaits de nos tziganes locaux, trois ou quatre grandes familles par secteur. Parfois, on n'a plus d'Internet ou de téléphone. Tiens, se dit-on, des manouches ont piqué les câbles. C'est souvent le cas. Au tribunal, neuf vols de chantier sur dix jugés sont le fait de gens du voyage; Roms ou pas, Roms ou Manouches français ou pas. On le sait, si on ne se raconte pas de bêtises bisounoursiennes.
    Oui, mais...
    On a toujours eu des nomades qui agissaient ainsi. Toujours. Les nomades volent les sédentaires, où qu'ils soient dans le monde. C'est comme ça, ça le sera toujours. Il faut faire avec, s'en prémunir, s'en défendre, chercher des solutions avec le mot "intégration" dedans, MAIS dans des limites légales et humaines. On peut rajouter chrétiennes, ou socialistes, si on veut ou si on y croit. Et faire beaucoup beaucoup gaffe à ces limites, parce que les tziganes sont tout en bas de l'échelle humaine, que même si ceux qui posent problème accumulent des comportements indéfendables, ce sont des êtres humains, pas des rats.
    Finalement, j'ai l'impression qu'on admire, ou au moins qu'on respecte ceux qui se défendent ainsi des voleurs. Si le Rom avait été tué par des identitaires, on aurait eu du Django et du Manitas sur les ondes pendant des heures, avec discours et lamentations à n'en plus finir, Hollande et Valls seraient allé déposer une gerbe au monument des Tziganes morts pendant la guerre ou en auraient fait construire un d'urgence s'il n'y en a pas encore, mais là on la ferme pour une raison supérieure: ce sont des Arabes de cité qui l'ont dézingué. Et il y a comme un vent d'admiration envers ceux qui font ce type de nettoyage efficace.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Robert Marchenoir20 juin 2014 à 11:36

      Non, Suzanne. On n'a pas toujours eu des nomades qui agissaient ainsi. C'est un phénomène nouveau, et il frappe toute l'Europe.

      Il ne faut évidemment pas "intégrer" ces gens-là. Il faut les mater et les exclure. Ca tombe sous le sens.

      Bien sûr qu'on admire ceux qui se défendent contre les malfaisants. On a raison. Cela ne veut pas dire qu'il faille appeler au meurtre, et en l'occurrence ceux qui se sont défendus sont eux aussi des malfaisants. L'admiration qu'ils peuvent susciter n'est donc pas une approbation ou un soutien, mais un encouragement à ce que notre peuple s'inspire de cet esprit de préservation pour résister contre ses agresseurs.

      Je ne sais pas si les nomades volent toujours les sédentaires. Si c'est le cas, eh bien les nomades sont des malfaisants, et il faut les combattre.

      Je ne vois pas pourquoi vous cherchez midi à quatorze heures avec votre histoire d'être humains. Les criminels et les ennemis sont des êtres humains, ça ne veut pas dire qu'il faille tolérer le crime ou ne pas détruire ses ennemis.

      Supprimer
    2. Robert Marchenoir20 juin 2014 à 11:47

      Sur cette histoire de pauvreté, j'aimerais quand même remettre l'église à l'heure et les pendules au centre du village.

      Non seulement ce n'est pas la pauvreté qui crée la délinquance, mais, dans une large mesure, ce sont les tares personnelles qui créent la pauvreté comme la délinquance.

      L'erreur des socialistes est qu'ils partent absolument toujours du présupposé que les hommes sont égaux entre eux au départ, et que c'est la vilaine société qui leur met des bâtons dans les trous.

      Mais ce n'est pas vrai. Les hommes ne sont pas pareils.

      Quelqu'un qui est intelligent, beau, fort, travailleur, honnête, aimable, respectueux d'autrui, prêt à sacrifier un petit bénéfice immédiat en faveur d'un plus grand bénéfice futur, aura évidemment plus tendance à devenir riche et respectueux de la loi que quelqu'un qui présente les caractéristiques inverses.

      Supprimer
    3. Marchenoir, le temps me manque pour chercher des références sérieuses (et je sais que vous aimez les références !) mais les tziganes, accueillis à la cour des rois comme musiciens, danseurs, ne faisaient pas se faisaient pas spécialement remarquer du Moyen âge à la Renaissance par leurs vols, puisqu'il y avait multitude de vagabonds, bandits de grands et petits chemins, hommes sans foi ni loi. Depuis deux siècles, ça n'a fait qu'empirer et la législation concernant les nomades est devenue de plus en plus spéciale, contraignante et discriminatoire. Quand on pense que le fameux carnet de circulation n'a été aboli que depuis deux ans, et qu'il traîne encore des panneaux "stationnement interdit aux nomades" (ce qui est illégal, le stationnement est permis à tout le monde ou interdit de même). Ceux qui ont collecté des oeuvres et entrepris des recherches historiques pour faire des musées tsiganes se sont heurtés à un truc assez rigolo: dans toute la peinture, du Moyen-âge à nos jours, le tzigane, tsigane, bohémien, gitan, etc... est représenté mendiant ou volant quelque chose !.
      Je veux juste dire qu'on est bien obligé de vivre avec, il y a toujours eu des nomades. Qu'on se pose des questions sur l'opportunité d'accueillir ceux qui préfèrent venir chez nous que rester dans leur pays d'origine est un autre sujet.
      On ne peut pas interdire le nomadisme, quoi qu'on en pense. Personne n'a réussi, nulle part, et toutes les tentatives se sont très mal terminées.
      L'afflux des roms roumains n'est d'ailleurs pas un problème de nomadisme, ils ne sont plus nomades.

      Supprimer
    4. Robert Marchenoir20 juin 2014 à 14:43

      Mais où voulez-vous en venir, Suzanne ? Qu'est-ce que c'est que ce festival d'assertions contradictoires et détachées de la réalité ? Qu'est-ce que vous voulez qu'on en aie à foutre, que les tziganes aient fait de la musique pour les rois au Moyen-Age ? Ca nous obligerait à nous laisser piller et massacrer par eux aujourd'hui ?

      D'un côté vous nous dites que les tziganes étaient accueillis à la cour des rois du Moyen-Age comme danseurs et musiciens (donc, si je comprends bien, ce sont des gentils garçons, ce sont des artistes, donc il faut les "respecter", comme dit le sieur Ros), et d'un autre côté, vous nous dites que les tziganes étaient toujours représentés en mendiants et en voleurs dans la peinture depuis le Moyen-Age !

      Alors il faudrait savoir : c'étaient de gentils artisses (pour ainsi dire les intermittents du Moyen-Age), ou bien de méchants voleurs ? Prétendriez-vous que les peintres du Moyen-Age étaient des racistes invétérés qui mentaient systématiquement en représentant les tziganes en voleurs ? Etes-vous en train de nous expliquer que, certes, les romanichels sont des voleurs depuis la nuit des temps, mais d'un autre côté ils ont la musique dans le sang, donc nous devons accepter de nous laisser envahir, salir, dépouiller, massacrer, etc, puisqu'ils nous apportent leur ineffable musique sans laquelle Bach et Vivaldi ne seraient rien ?

      D'un côté vous nous dites que la législation contre les nomades devient sans cesse plus sévère, et dans la même phrase vous nous dites que le carnet de circulation a été aboli depuis deux ans. Il faudrait savoir !

      D'un côté vous vous indignez de lois qui seraient trop répressives, d'un autre côté vous prétendez qu'on ne peut pas interdire le nomadisme. C'est l'un ou c'est l'autre ?

      Bien sûr qu'on peut interdire le nomadisme ! Vous le dites vous-même, d'ailleurs : stationnement interdit aux nomades, carnet de circulation... Je vous signale que pendant très longtemps, le vagabondage était un délit. Il l'est peut-être toujours, d'ailleurs. Sinon, qu'est-ce qui empêche de remettre cette loi en vigueur ?

      Vous confondez deux assertions : "on ne peut pas interdire le nomadisme", ce qui est faux, et "on ne peut pas être sûr qu'une chose interdite soit complètement éradiquée", ce qui est vrai. Et alors ? On ne peut pas, non plus, si vous allez par là, "interdire la guerre", "interdire le viol" ou "interdire le paupérisme après six heures du soir". Et donc ? Cela voudrait dire qu'il ne faut pas s'efforcer de maintenir la paix, qu'il faut abolir les lois punissant le viol, qu'il ne faut pas rechercher une meilleure prospérité pour les Français ?

      Supprimer
    5. Robert Marchenoir20 juin 2014 à 14:45

      Vous prétendez que l'afflux des Roms roumains ne serait pas un problème de nomadisme, car ils ne seraient plus nomades. Alors qu'est-ce que vous nous cassez les pieds avec vos histoires de nomadisme, puisqu'apparemment et selon vous, ce n'est même pas le sujet ?

      Etes-vous en train de nous dire que puisque les voleurs roms de Roumanie ne sont pas nomades, alors cela n'est nullement un problème qu'ils salissent, mendient, volent, agressent, se prostituent et tuent ? Et d'où sortez-vous que les Roms ne sont pas nomades ? Pour commencer ils viennent de Roumanie exprès pour voler, donc c'est bien du nomadisme, bon sang de bois ! Et d'ailleurs ils font sans cesse l'aller et retour France-Roumanie avec l'argent de l'Etat, donc c'est à plus forte raison du nomadisme !

      Vous prétendez que c'est un autre sujet que de savoir s'il faut les accueillir en France : sûrement pas ! C'est tout le sujet ! C'est bien, entre autres, parce que l'anti-racisme, l'immigration de masse et le sans-frontiérisme sont devenus une idéologie dominante, que tous les criminels du monde entier se donnent rendez-vous en Europe pour la piller ! C'est bien parce qu'un romantisme stupide ou un fatalisme idiot à l'endroit du nomadisme tiennent le haut du pavé que c'est open bar pour ces gens-là !

      Quelle confusion logique et morale !

      Maintenant vous pourriez peut-être nous expliquer quelles sont ces fameuses tentatives d'interdiction du nomadisme qui, à la fois, n'ont jamais réussi, et se sont très mal terminées (mal terminées pour qui ?). Ca nous permettrait peut-être de nous faire une idée, et d'en discuter clairement et sans sous-entendus à la con, genre Hitler ou autres. Peut-être qu'elles se sont bien terminées, au contraire, et que c'est ça qui vous gêne ?

      Supprimer
    6. Marchenoir, les Roms roumains ne sont pas nomades en France, ils vont juste d'un squat ou d'un parking à l'autre, mais ils sont perçus comme nomades, ainsi que la plupart des tziganes en voie de sédentarisation.
      Et les tentatives de sédentariser de force les nomades, quelles sont-elles ? Nombreuses et plus ou moins lointaines, comme dirait Pierre Dac.
      Une des plus exemplaires a eu lieu en Algérie, quand le gouvernement a confisqué leurs enfants aux Touaregs qui ne voulaient pas se sédentariser, pour les scolariser et les faire élever par d'autres familles. C'était douloureux pour eux, et inutile: le nomadisme est condamné par l'évolution économique, bien plus que par toutes les lois et contraintes.
      Le statut des nomades chez nous était profondément anti démocratique et raciste (livret de circulation , carnet anthropométrique, etc...) il y a quelques années encore. Il y avait, et il y a toujours, beaucoup plus de délinquance chez les nomades et gens du voyage vivant dans des terrains aménagés que dans l'ensemble de la population. Cependant, on ne peut pas, on ne doit pas avoir de lois spéciales, de statuts spéciaux pour certaines catégories de population. Il y a des tziganes français depuis cinq siècles, dont les ancêtres sont enterrés au père Lachaise. On vit ensemble depuis très longtemps, avec les mêmes problèmes depuis très longtemps, et il faut faire avec. Il n'y a rien de contradictoire là dedans.

      Supprimer
    7. Robert Marchenoir21 juin 2014 à 12:43

      Les Roms roumains ne sont pas nomades en France, ils vont juste d'un squat ou d'un parking à l'autre, mais ils sont perçus comme nomades.

      Suzanne, vous vous payez ma tête. L'eau mouille, mais en réalité elle est sèche. L'eau est perçue comme humide, mais c'est faux. C'est uniquement par racisme envers la flotte que les gens utilisent des parapluies.

      Le statut des nomades chez nous était profondément anti démocratique et raciste (livret de circulation, carnet anthropométrique, etc...).

      Non. Il n'est pas anti-démocratique. Démocratique ne veut pas dire "de gauche" ou "socialiste". Démocratique veut dire que c'est le peuple qui a le pouvoir et qui élit les législateurs. Si c'est la volonté du peuple de contrôler la circulation des nomades (et ça l'est), alors le statut des nomades et "profondément", comme vous dites, démocratique.

      D'autre part, si respecter la volonté du peuple de vivre dans la paix et l'honnêteté est "raciste", alors le "racisme" est une excellente chose.

      Il y avait, et il y a toujours, beaucoup plus de délinquance chez les nomades et gens du voyage vivant dans des terrains aménagés que dans l'ensemble de la population.

      Donc, vous êtes en train de nous dire que les Jean Duvoillage sont (comme l'affirment les "racistes"), des délinquants invétérés, mais malgré ça il ne faudrait pas prendre de mesures à leur encontre pour éradiquer cette délinquance. Vous êtes complètement folle.

      D'ailleurs, si je suis votre logique, il faudrait abolir les terrains aménagés (mesure que j'approuve), puisque ceux qui y vivent sont beaucoup plus délinquants que les autres.

      Il y a des tziganes français depuis cinq siècles, dont les ancêtres sont enterrés au père Lachaise.

      On s'en fout. Il y a aussi des violeurs français, des égorgeurs français, des connards français depuis des millénaires. Ils sont bien enterrés quelque part. Et alors ?

      On vit ensemble depuis très longtemps, avec les mêmes problèmes depuis très longtemps.

      Non. On ne vit pas "ensemble". Les tziganes vivent entre eux depuis qu'ils ont quitté l'Inde, et ils refusent obstinément d'abandonner leurs moeurs arriérées et barbares. Je n'ai pas les mêmes problèmes que les tziganes. Eux ils ont le problème de me cambrioler, moi j'ai le problème de les empêcher de me cambrioler. C'est exactement le contraire.

      Moi je n'ai pas le problème d'être illettré de père en fils et de refuser l'école. Je n'ai pas le problème de chier partout et d'abandonner des monceaux d'immondices où que j'aille. Je n'ai pas le problème de me faire subventionner ma caravane par la caisse d'allocations familiales. Je n'ai pas le problème d'épouser une femme de quatorze ans et de lui interdire d'aller aux toilettes parce que je ne veux pas qu'elle sorte de chez elle. Je n'ai pas le problème de voler des bébés pour les revendre. Je n'ai pas le problème d'avoir dans ma langue un mot méprisant et raciste pour désigner tous ceux qui n'appartiennent pas à ma race. Je n'ai pas le problème de me croire plus pur que tous les autres peuples tout en vivant dans une crasse immonde. Je n'ai pas le problème d'accueillir les gendarmes avec des fusils quand ils viennent enquêter chez moi. Je n'ai pas le problème de défoncer la gueule à des dames de quatre-vingts ans. Je n'ai pas le problème d'escroquer les paysans en leur réclamant des sommes folles pour "affûter" leurs outils après les leur avoir soutirés. Je n'ai pas le problème de détruire les lignes de chemin de fer, les usines, les églises, les réseaux téléphoniques, les transformateurs électriques à travers toute l'Europe pour "récupérer du métal". Ma femme n'a pas le problème de frapper les gendarmes à coups de bébé sur les barrages routiers. Etc, etc, etc.

      Supprimer
    8. Ripostez, Suzanne ! Mordez-y l'oeil !

      Supprimer
    9. Je n'ai pas le problème d'avoir dans ma langue un mot méprisant et raciste pour désigner tous ceux qui n'appartiennent pas à ma race
      Goy ?

      Supprimer
    10. Le mot "goy" n'est pas du tout méprisant. Voici ce qu'en dit Wikipédia :

      Le terme de goy ou goï (héb. גוי, nation) apparaît dans la Bible hébraïque afin de désigner une « nation » pourvue d'institutions, par opposition au « peuple » (héb. עם, 'am), qui qualifie plutôt un conglomérat de personnes1[réf. insuffisante].

      Ce terme yiddish, qui correspond à ce que les traductions de la Bible et la littérature biblique expriment traditionnellement en français par le mot Gentils (du latin Gentiles, les « Nations »), c'est-à-dire les membres des peuples non juifs, est le terme le plus souvent utilisé entre eux par les Juifs pour désigner les membres des autres nations, ou des pays environnant Israël.

      Supprimer
    11. "Ripostez, Suzanne ! Mordez-y l'oeil !Mais non..."
      La méthode Marchenoir est très simple: on coupe, on élague, on jette, on emprisonne, on bannit. Les Tsiganes vivent avec nous, dans notre France, depuis six ou sept siècles et une partie d'entre eux a le type de comportement qu'il décrit parfaitement: eh bien, avec la méthode Marchenoir on les vire ou on rétablit des lois spéciales pour nomades.... Je suis d'accord avec lui sur le constat, MAIS pas sur la solution, tout en sachant qu'il n'y a pas de solution parfaite, ni même très bonne. Je ne dis pas qu'il faut accepter des comportements délictueux avec l'excuse de la culture différente et autres blablateries, je dis que les lois et les règlements doivent être les mêmes pour tous. Ce n'était pas le cas jusqu'en 2012, année de suppression du livret de circulation. On ne peut pas demander à une catégorie de population française ayant des droits inférieurs et des obligations légales spéciales et humiliantes d'avoir un comportement irréprochable. J'ai dit que je ne croyais pas aux solutions magiques, hein. Mais il y a quelques petites choses à faire pour couper net un gros pan de la délinquance "vols de métaux" et "cambriolages à grande échelle".

      Supprimer
    12. Dans le Gaffiot, on trouve pour gentilis 3) qui appartient à la maison d'un maître [en parlant d'esclaves] et seulement en 5) qui appartient à une nation...
      Dans le Talmud goyim et gentils sont clairement utilisés avec le sens esclaves, ce qui permettrait de combler la réf. insuffisante de Wikipédia...

      Supprimer
  12. Il fera bon vivre sous le régime auquel aspire Marchenoir!

    Edmond Ros

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Robert Marchenoir20 juin 2014 à 11:58

      Bien sûr. Beaucoup plus que sous le régime actuel.

      Sauf pour les criminels et les malhonnêtes, bien entendu.

      Choisis ton camp camarade.

      Supprimer
    2. robert vous êtes en plaine forme, je vous laisse avec votre nouveau compagnon de bagarre.

      Supprimer
    3. Grandpas, le duo que vous formez avec Robert Marchenoir est irremplaçable. Restez !

      Supprimer
    4. Tout à fait d'accord avec Rupert !!

      Supprimer
  13. Pfutt, il suffit d'être un peu vieux et plus ou moins pied-noire (ne le dites pas à ma mère, elle me tuerait!) pour connaitre cette vérité.

    On peut donner le meilleur environnement à des populations, si elles n'ont pas intégré les valeurs et le bien fondé du modèle de la société imposée elles rejetteront avec violence cette éducation.

    Lorsque j'étais toute petite ,une nuit, des camerounais ont brûlé la maternité de l'hopital de Douala, c'était d'autant plus débile qu'aucune "sale blanche" n'y était, j'ai entendu cette histoire lamentable, seules des africaines et leurs nouveaux nés ont péri. Mes parents étaient désolés et ne comprenaient pas, ils en reparlaient encore des années plus tard, comme symbole de la cruauté des noirs.

    Leur interprétation n'est pas mienne, mais dans l'idée des camerounais tout ce qui venait de la France était mauvais, je crois que c'est un peu la même chose dans les banlieues, qui pillent, détruisent les infrastructures des lieux où ils vivent.

    La culture ne s'impose pas, et ne peut pas se transmettre sans parents qui l'ont acquise, ou veulent l'acquérir, là où il fallait deux ou trois générations sans différence ethnique ni religieuse (espagnol, italiens..). il faut plus de temps pour l'immense majorité des immigrés actuels. Il est criminel de laisser entrer en France des gens qui ne peuvent pas s'intégrer, ils seront malheureux et leurs enfants aussi.

    On rend la dignité aux gens quand ils peuvent subvenir eux même à leurs besoins, l'aumône légale, cela se nomme subventions, allocations, bien que revendiquée est humiliante. L'intégration réussie c'est aussi celle du gars maçon ou boulanger qui réussit à faire vivre sa famille et a deux ou trois enfants bien intégrés dans la société, cela existe, c'était même la majorité des cas autrefois, autrefois a cessé il n'y a pas longtemps, 30 ans, peut être?

    RépondreSupprimer
  14. Dans sa rage de purification, Marchenoir condamne tout ce qui n'est pas lui, il rêve de rester seul dans un monde qui ne ressemble qu'à lui.
    Une sorte de fonctionnaire de l'identité, aux décrets sans appel, brrr....


    Edmond Ros

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Robert Marchenoir20 juin 2014 à 16:18

      C'est sûr qu'il vaudrait mieux que le monde ne soit pas peuplé de gens comme vous, Ros.

      Supprimer
    2. Si vous le lisez bien, il condamne seulement les criminels et les malhonnêtes. Voudriez-vous vivre entouré de criminels malhonnêtes ?

      Supprimer
    3. Il peut aussi condamner toutes ces saloperies moralisatrices qui gagnent 10000 euros et qui benificient de logements sociaux de luxe.
      Quand la gauche sera à terre, la France ira mieux. Un peu.

      Supprimer
    4. Edmond est jeune, la tête pleine de rêves mon cher Djef.
      N'appelle-t-on pas son comportement "l'outrecuidance"?

      Supprimer
  15. Robert Marchenoir21 juin 2014 à 14:26

    Condamnée pour avoir escroqué au moins 598 000 € à la Caf

    Entre 2002 et 2005, alors quinquagénaire, Mme S., issue de la communauté des gens du voyage, a effectué de fausses déclarations de grossesses sous différentes identités. Et autant de fausses déclarations de naissances et de parent isolé afin de percevoir les prestations prévues dans ce type de cas. Le montant de la fraude approcherait 1,2 M€ dont 125 000 € pour la seule Caf de l’Aude Mais la fraude globale porterait sur quelque 1,2 million d’euros en tout, si l’on en croit Me Laurence Bastias, l’avocate des Caisses d’allocations flouées, regrettant qu’une bonne moitié des détournements soient prescrits.

    Ca tombe tous les jours, même pas besoin de chercher.

    RépondreSupprimer
  16. Robert Marchenoir21 juin 2014 à 16:33

    Mise à jour : les suspects du lynchage du Rom sont tous africains, selon la police elle-même.

    Ils ont attaqué le camp rom avec des cagoules et un fusil à canon scié.

    Le Rom lynché s'est échappé d'un centre psychiatrique en Roumanie pour rejoindre ses parents adoptifs en France.

    Sa famille adoptive refuse de témoigner par crainte des représailles.

    Elle a été retrouvée par un journaliste anglais du Daily Telegraph dans l'entrepôt où elle se terre.

    Conclusion :

    Les racistes violents et meurtriers sont bien les immigrés et non les Français.

    La Frônce laisse entrer chez elle un débile mental mineur romanichel, comme si le fait d'être rom n'était pas en soi un motif suffisant pour être refoulé à la frontière.

    Les journalistes français se tirent la nouille et font faire leur boulot par des journalistes étrangers.

    J'ai oublié quelque chose ?

    RépondreSupprimer
  17. Robert Marchenoir21 juin 2014 à 16:38

    Nord : ras-le-bol des maires face à « l’impunité totale » des gens du voyage.

    Sans forcer, hein.

    Mais ils ont de la famille enterrée au cimetière du Père-Lachaise et ils dansaient pour les rois du Moyen-Age, donc je suppose qu'on ne peut rien faire contre eux.

    De même, Jean-Paul Sartre est enterré au Père-Lachaise, par conséquent on ne peut rien faire contre le communisme.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Non non Sartre est enterré au cimetière Montparnasse et on peut combattre le communisme .

      Supprimer
    2. Robert Marchenoir22 juin 2014 à 01:20

      Exact, j'ai confondu : le cimetière du Montparnasse est aussi une résidence de pipoles, mais un peu plus récents.

      Supprimer
  18. Intéréssant échange..personne n'a en mémoire la photo des époux Ceaucescu (je m'excuse pour les fautes possible notamment du nom propre mais a cette heure..)?cette horrible photo de leur execution,la posture "vraie" du mari,les genoux joints touchants le sol et les mains attachées dans le dos,criblé sans doute,execution faite par des sauvages,des barbares,révélateur de tares affligeantes;et je suis a penser,ce bout de reportage recemment vu a la tv,en Roumanie,cet éspéce de président,dirigeant,arrivant avec sa voiture a 400000 E au milieu de ce qui ressemble a un bidonville,venant pour regler ce qui semble une querelle de voisinage..instructifs et les commentaires et ce reportage!
    Au plaisir.
    Dominique.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Un bon communiste est un communiste mort.

      Les époux Ceaușescu n'ont que ce qu'ils méritaient.

      Supprimer
  19. Robert Marchenoir23 juin 2014 à 14:02

    Jean Duvoillage, suite.

    Lisez le témoignage de ce policier qui s'est fait ouvrir le crâne comme un œuf à la coque par un "forain" muni d'un démonte-pneu de camion.

    Ce qui est scandaleux dans ces faits, ce n'est pas ce dont se plaint le plus ce policier (bien que son point de vue soit parfaitement compréhensible) : la faiblesse de l'indemnité qu'il a reçue et le reniement, par les autorités, de leurs promesses de promotion.

    C'est d'abord qu'il soit obligé de brouiller les pistes pour qu'on ignore où ces faits se sont déroulés. C'est ensuite que la corporation dite des "forains" puisse se livrer presque impunément à des opérations de guerre civile contre une bourgade, comprenant des tentatives de meurtre de policiers, pour tenter d'arracher des décisions administratives de nature à augmenter ses profits.

    Mais vous allez me dire : hahaha, les forains et les Jean Duvoillage, cépapareil.

    Bien sûr.

    De même que les Roms et les Jean Duvoillage, cépapareil. Ces derniers seraient français (et même enterrés au Père-Lachaise), ce qui leur donnerait le droit de mettre la France à feu et à sang.

    De même que les Roms et les Roumains, cépapareil.

    De même que les Roms et les Tziganes, cépapareil. Que les Tziganes et les Sintis, cépapareil. Que les Sintis et les Roploplos, cépapareil. (Non, là, j'invente.)

    Vous noterez qu'à chaque fois qu'une certaine catégorie de population est mise en cause, vous avez toujours un professeur Duschmoll qui sort du bois pour vous lire l'encyclopédie, énumérer les innombrables sous-catégories existantes, et en conclure : cépapareil.

    Ainsi, lorsque des gens de bons sens relèvent que les musulmans ont une fâcheuse tendance à casser les roustons où qu'ils soient, vous avez toujours un gros malin qui s'empare du micro pour dire : hahaha, mais les musulmans ça veut rien dire, ils sont un milliard, et d'ailleurs il y a les sunnites et les chiites, cépapareil.

    Parfois, un type qui a passé dix minutes dans l'encyclopédie au lieu de cinq va vous dire : hahaha, mais rendez-vous compte, rien que chez les sunnites il y a quatre écoles de doctrine différentes, cépapareil, on peut pas comparer et d'ailleurs vous faites des mamalgams.

    Même chose lorsque vous faites remarquer que les fonctionnaires ont la sale manie de bouffer 57 % de la richesse produite par les Français, de ne pas en foutre une rame et de vous empêcher, vous, de travailler : hahaha, fonctionnaire ça veut rien dire, il y a trois fonctions publiques différentes (que je m'en vais d'ailleurs vous citer), rien à voir.

    Sous-entendu : moi je fais partie de la fonction publique d'Etat, celle-là il faut pas y toucher, c'est les autres qu'il faut virer.

    Bref, il est stigmatisant de parler de portes, car il existe des portes en métal, des portes en bois, des portes cochères, des portes dérobées, des portes d'entrée, des portes de sortie, des portes à deux battants, des portes blindées, des portes du XVème siècle, des portes tournantes et des porte-jarretelles.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Robert Marchenoir23 juin 2014 à 16:31

      Erreur de lien : le témoignage du policier qui a failli être tué lors d'une émeute de forains est ici :

      www.lexpress.fr/actualite/societe/fait-divers/policier-blesse-en-service-comment-ma-vie-a-bascule_1548786.html

      Supprimer
  20. Robert Marchenoir23 juin 2014 à 14:06

    On voit là deux caractéristiques de la société française : d'abord l'intellectualisme dévoyé qui consiste à ergoter sans fin, à pinailler sur les détails pour faire oublier le tout, à entretenir une fascination malsaine pour la nomenclature hors de propos, à se prévaloir d'un savoir frelaté pour nier des évidences, à se vautrer dans le concept pour faire oublier qu'on ne sait pas penser.

    Et puis, surtout, l'acceptation tranquille et dissimulée de la violence comme moyen de régler les rapports sociaux.

    En effet, ce n'est pas la première fois que "les forains" utilisent la violence collective la plus extrême pour arracher illégalement des avantages financiers: la consultation régulière des journaux montre même que c'est là leur mode de vie habituel.

    Et tout le monde a l'air de trouver ça normal. Personne ne réclame la tenue de "grandes assises nationales" pour éradiquer la violence des "forains". Personne n'en fait un enjeu majeur d'ordre public et donc de politique nationale. Personne ne traite "les forains" de salopards, d'enculés, de déchets de l'humanité ou tout simplement de bandits organisés en mafia.

    Personne ne boycotte les "fêtes foraines". Personne n'exige que les chefs des "forains" parcourent deux cents mètres à genoux jusqu'au ministère de l'Intérieur pour demander pardon, avant de se remettre à acheter de la barbe à papa et de faire des tours de manège (activités hautement vitales dont l'être humain français ne saurait se passer, visiblement).

    Non. "Les forains sont comme ça", "chez eux c'est comme ça que ça se passe", "et puis y'a pas mort d'homme" (c'est faux, la preuve – mais peu importe). C'est tout juste s'ils ne sont pas l'objet d'une admiration secrète : eux, au moins, ils ont des couilles, ils savent obtenir ce qu'ils veulent et faut pas les faire chier.

    Evidemment, quand les forains – pardon, les Jean Duvoillage – pardon, les Roms, commencent à exagérer dans leurs exactions et à casser outrageusement les pieds de tout le monde, là tout le monde se ligue contre eux, Français et Arabes, Français et Noirs, "racistes" et "anti-racistes", progressistes et réactionnaires : ils viennent tellement d'ailleurs qu'on peut leur foutre librement sur la gueule, et ce d'autant plus qu'on ferme les yeux sur les violences des Jean Duvoillage, des "forains", des "paysans", des "syndicalistes", des chauffeurs de taxi, des cheminots, des "ouvriers du Livre", des "étudiants", des sanpapiés, des "défavorisés" et de toutes les corporations qui composent la France.

    Tenez, tout récemment, une cohorte de "jeunes chefs d'entreprise" venus participer à un salon (donc pas des salopards du CAC 40) a foutu le souk dans un train comme une vulgaire bande de racailles du 9-3, à tel point qu'il a fallu faire venir les CRS pour faire le ménage.

    Tout se passe comme s'il y avait un accord tacite pour ne pas dénoncer trop fort la violence du voisin, dans l'espoir de s'en réserver l'usage pour son compte le moment venu.

    Choisis ton camp, camarade.

    RépondreSupprimer

Les commentaires anonymes seront systématiquement supprimés, quel que puisse être leur contenu, voire leur intérêt.