jeudi 26 juin 2014

La vérité sur le cas de Monsieur Val-de-Marne


Toujours soucieux  du bien-être et de l'épanouissement de ses contemporains, le bon Nicolas nous rappelle que, ce week-end, nous ne devons manquer sous aucun prétexte la quatorzième édition (déjà ? Dieu comme le temps passe…) du Festival de l'Oh ! Fort alléché de prime abord par cette appellation si pleine de promesses ludiques et bon enfant, je suis allé m'enquérir du programme. Lacez vos bavoirs, il y a de la salivation à prévoir dans les muqueuses.

Rien que l'idée de sillonner le Val-de-Marne (qui n'a pas caressé, au moins une fois dans sa vie, ce rêve si doux de sillonner le Val-de-Marne ?) lors d'un week-end surprenant et festif dédié à l'eau nous met fortement cette dernière à la bouche, convenons-en. La perspective de découvrir Villeneuve-Saint-Georges, Choisy-le-Roi, Ivry-sur-Seine et autres lieux enchanteurs devrait en principe avoir déjà convaincu tout le monde. Et s'il n'y avait que cela !

En plus de tous ces sites enivrants de beauté, les réjouissances proposées sont à se pâmer d'aise. Des spectacles… des spectacles comment ? Mais oui : des spectacles décalés ! (On se dit que le génie qui, de nos jours, aurait seul l'idée de proposer à nouveau, comme dans l'ancien temps, un spectacle dans l'axe, celui-là ferait immédiatement sa fortune – mais passons.) 

Une fois que vous vous serez, après les spectacles, confortablement recalés, vous pourrez vous laisser aller à la joie saine d'une promenade artistique ou d'une visite guidée autour de l'eau. Tout cela pour vous faire patienter agréablement en attendant le clou, l'apothéose, l'acmé de ces deux jours : le championnat du monde des ricochets fluorescents ! Ça va en jeter, non ? Un événement dont on nous assure qu'il sera haut en couleur et convivial, ce dont nous ne doutons pas un seul instant.

Pour les difficiles à épater, les hyper-blasés du festif, qu'ils se rassurent tout de suite : on les aura quand même, grâce à ces perles rares à ne pas manquer que seront le concert dans l'eau en do nageur ( en cas de plongée impromptue, on sent que les joueurs de tuba seront nettement avantagés), la possibilité d'écouter la Seine avec des instruments improbables, comme des Fleurs-lianes aux grandes oreilles, ou encore la péniche marchande investie par la compagnie artistique Karim Sebbar.

Hélas, après s'être inconsidérément réjoui de tant de merveilleuses perspectives, le plouc héberto-plessiste retombe brutalement dans sa morosité coutumière : il vit beaucoup trop loin de ces magnificences ! Il se sait condamné à remorquer après lui les lourdes et interminables heures d'un week-end grisâtre ; et contraint, pour ne pas périr d'ennui, à déchiffrer des lignes et des lignes de texte, dans un triste volume aux pages innombrables tout à fait dépourvues d'illustrations fluorescentes.

Plusieurs fois, sans doute, il se prendra à soupirer, l'âme tendu vers cet éden valdemarnien inaccessible : « Ah ! c'est pas nous z'au village qu'on aurait des réjouissances pareilles aux gars de la ville !… »

39 commentaires:

  1. A propos de l'usage post-moderne de "décalé" :

    " Le mot «décalé» est apparu dans la langue il y a sept ou huit ans. Rien d’intéressant qui ne soit «décalé». Une exposition se doit d’être «décalée», une œuvre, un livre, un propos seront d’autant plus goûtés qu’ils seront «décalés». Décaler, ça veut dire ôter les cales ; on décale un meuble – et il tombe, on décale une machine fixée sur son arbre, et elle devient une machine folle, on décale un bateau, et vogue la galère… Une nef des fous, en effet ".

    Jean Clair, in Le Figaro, livraison du 11 septembre 2008

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Le 11 septembre, M. Jean Clair ferait mieux de consacrer sa journée à déplorer la naissance de l'anti-islamisme primaire des Américains !

      Supprimer
  2. Ca fait un peu pédé ce programme.
    La joute marine ne serait pas totalement inintéressante en tenue médiévale, pour peu que les protagonistes représentent leur cité (cité des poètes en pagne contre campement rom en haillons).
    Reste que s'ils veulent vraiment se marrer il y a la course de vachettes dans les rues, un must après le vingt-cinquième Ricard.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Effectivement, une joute sur la Seine (ou la Marne) avec lâcher préalable de piranhas, ç'aurait eu une autre gueule.

      Supprimer
  3. Tout ça c'est bien joli, mais les intermittents ? Ils vont tout foutre à l'eau....!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Tiens, je les avais oubliés, ces zozos !

      Supprimer
  4. Ah ah ah ha haha hi hu hu Je me Mare ! (aux canards of course.)
    Sinon la flotte, on la met dans le Ricard et c'est également très festif, surtout au bout du dixième, pis on reste chez soi et on emmerde pas le monde.
    Quel ramassis de conneries !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Vous dites ça parce que vous êtes aigri et que vous avez perdu votre âme d'enfant…

      Supprimer
  5. "Écouter la Seine avec des Fleurs-lianes".
    Mais nous sommes au cœur de la culture modernoeuf dites-donc. Je préfère encore la barbarie d'un combat de gladiateurs. Ce sera sans moi. Dommage car ce weekend j'avais prévu de me promener dans le val de marne.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. On aura tout le restant de l'année, pour découvrir les beautés (très bien) cachées du Val-de-Marne.

      Supprimer
  6. "Toujours soucieux du bien-être et de l'épanouissement de ses contemporains, le bon Nicolas nous rappelle que," Pas du tout. L'organisateur est un copain et ce billet va me rapporter des bières. Qu'est-ce que j'en ai à foutre de l'eau, franchement ?

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je sais d'où et de qui vient cette connerie, que vous relayez fidèlement tous les ans…

      Supprimer
    2. Je sais que vous savez. Mais, vos honorables lecteurs me prenant déjà pour un guignol voire un gros con, je voulais qu'ils sachent...

      Supprimer
    3. Cela étant, vous me critiquiez sur mon blog hier soir, en disant en gros, que je me fichais de ce que pense le peuple.

      Figurez-vous que le peuple esthètes intéressé par ce genre de conneries. Pourquoi voudriez-vous que des abrutis du 93 ou du 94 soient attachés à des départements qui n'existent que parce que de Gaulle et son premier ministre de l'époque les ont créés pour faire chier le préfet du 75 de l'époque qui avait quasiment tous les pouvoirs dans ce département.

      Ces fêtes sont un "marqueur" d'un nouveau nationalisme crétin.

      Supprimer
    4. Nationalisme me paraît un bien grand mot dans le cas présent ! Du reste, ce n'est pas la manifestation elle-même qui a titillé ma verve, mais la phraséologie modernœuse des organisateurs.

      Rendez-nous Intervilles, bordel à queue de vache landaise !

      Supprimer
    5. Un gros con ? Quelle idée !

      Supprimer
    6. "Mais, vos honorables lecteurs me prenant déjà pour un guignol voire un gros con, je voulais qu'ils sachent... "
      Où allez-vous chercher de pareilles idées ? Et que voudriez-vous qu'ils sachent ?
      Tout le monde ici vous aime et vous estime. De plus ils en savent, en général, largement assez.

      Supprimer
    7. J'avais lu trop rapidement "qui a titillé ma verge ". N’exagérons rien. Se laisse-t-elle titiller encore?

      Supprimer
  7. Vous nous mettez une image de joute fluvial mais apparemment, elles seraient absentes des réjouissances trop réactionnaire peut être?

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Rien trouvé de plus festif sur Goux Gueule…

      Supprimer
  8. Le Val-de-Marne, c'est bien ce département qui comptait 45 mosquées en 2003 et qui en compte 74 aujourd'hui ?
    A part ça, je ne sais rien de ce département, c'est dire si je suis décalée.
    Mais je ne doute pas que vous allez bien vous amuser.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Hélas, non : je suis coincé ici par mon frère et ma belle-sœur qui viennent passer leurs vacances en France. Comme ils nous arriveront de Dubaï, je ne vais tout de même pas les traîner dans le 94 pour y voir des Arabes !

      Supprimer
    2. Ah, mais pardon, ce ne sont pas les mêmes !
      Là-bas ils acceptent les touristes, et ils ne se prosternent pas dans les rues. En fait les seuls vrais Arabes sont dans les 94 et 93 (et dans tous nos départements en fait), à Dubaï ils sont en voie de modernisation rampante !
      Une visite du 94 s'impose au contraire, votre frère sera ravi de repartir sans nostalgie et vous verrez, il vous en remerciera.
      C. Monge

      Supprimer
    3. Alors, l'arabitude, ce serait comme la gauche ? Il aurait la vraie et la pas-vraie ?

      Supprimer
  9. Mais si il y aura la fête au Plessis dimanche. J'ai oublié de te le dire. Un truc en VTT. J'espère qu'il va pleuvoir à boire debout. D'ailleurs j'ai l'intention d'aller, dès l'aube, faire la fameuse danse de la pluie apprise par le grand chef Huron en personne, Max Gros-Louis.

    RépondreSupprimer
  10. Bonsoir Monsieur Goux
    Vous écrivez que vous allez connaître les " interminables heures d'un week-end grisâtre". Vous avez déjà fini tout le riesling ? (parce qu'avec du riesling aucun moment n'est grisâtre...).
    A part ça cet événement festif, ludique, décalé, (et n'oublions pas CITOYEN) sur le thème de la flotte c'est trop
    pour moi (surtout l'incroyable "championnat du monde des ricochets fluorescents") Je m'en vais me servir un grand verre de vin pour oublier toute cette flotte.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ils chercheraient à nous pousser vers l'alcoolisme qu'ils ne s'y prendraient pas autrement.

      Supprimer
  11. J aime bien pour ce genre de manifestations voir qui sont les sponsors ou les généreux mécènes, c'est assez savoureux: GDF Suez, Inéo, des boites de BTP, la Mairie de Paris, Cégélec, Ratp, etc... Rien que des pros de l environnement ! ( smiley)

    RépondreSupprimer
  12. Dire qu'il suffirait de remonter un peu la Marne pour se noyer dans le champagne en lieu et place de l'eau (pour les participants) ou de la bière (pour N. Jégou)
    Vous parlez d'esthètes...
    Bec

    RépondreSupprimer
  13. J'habite le 94, je comprends maintenant pourquoi mes impôts locaux explosent depuis quelques années!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Vous « habitez le 94 », Kampfbereit ? Et moi j'habite le 111 ! C'est quand-même aut'chose !

      Supprimer
  14. « Concert dans l'eau en do nageur » Celle-là est trop belle, je vous la fauche !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je savais qu'elle vous plairait…

      Supprimer
    2. (Malgré tout l'amour que vous portez aux gros seins, Bogota se contentera d'un seul t).

      Supprimer
    3. Ah, merci de cette précision. Je crains toutefois de ne jamais savoir écrire Bogota, ni Medelin… En revanche, boobs, ça j'y arrive assez bien.

      Supprimer
  15. Moi j'habite le huit zéro…

    A propos d'activités festives, cette nuit c'était la teuf dans notre banlieue généralisée. Pour plus d'information sur la désinformation :
    http://christiancombaz.fr/index.php?option=com_content&view=article&id=258:violences-qbon-enfantq&catid=34:extraits

    RépondreSupprimer
  16. Il n'empêche que ça doit être joli, les ricochets fluorescents...

    RépondreSupprimer
  17. " l'âme tendu vers cet éden valdemarnien " ...
    Bon , bien sûr , le mélange Rielsling/Roquefort laisse des traces , parfois : )

    Jérôme

    RépondreSupprimer

Les commentaires anonymes seront systématiquement supprimés, quel que puisse être leur contenu, voire leur intérêt.