vendredi 6 juin 2014

Périco & Co

Ayant pris acte qu'il n'avait aucun pouvoir sur l'économie du pays qu'on l'avait malencontreusement chargé de diriger, le président de la République décida de se mettre au découpage, la salle de jeux de l'Élysée étant fâcheusement dépourvue de pâte à modeler. Ne disposant pas non plus de ciseaux ni de papier Canson, il se mit en tête de découper la France, incitant ainsi tous les petits Français à découper avec lui ; chacun y alla donc de ses confettis régionaux.

J'ai fait comme les autres, je l'avoue. Voilà quelques jours de cela, je me suis amusé à rebattre les régions comme on rebat des cartes à jouer, pour arriver à une distribution qui me parût satisfaisante. Je n'en ai fait part à personne, n'estimant pas le sujet suffisamment intéressant pour faire l'objet d'une communication officielle.

Or, hier, je suis tombé sur un billet de Lady Waterloo, dans lequel elle relayait les propositions de Périco Légasse, un petit gars qui, gastronome par vocation et critique de son métier, s'y connaît donc en matière de découpe. J'eus alors la stupéfaction de constater que ses propositions recouvraient exactement les miennes ; non mais alors : exactement ; c'en était presque effrayant. Jusqu'au démembrement des Pays de Loire et à la répartition de leurs départements entre les trois régions voisines, tout était rigoureusement semblable. 

Il n'est évidemment pas possible que deux gros se trompent avec un si rigoureux ensemble, il faut donc que Périco et moi ayons absolument raison. Comme il est sans doute mieux introduit que moi dans les milieux idoines, je lui laisse le soin d'annoncer la bonne nouvelle aux découpeurs officiels.

60 commentaires:

  1. Bravo ! D'autant qu'il reste toujours une chance de coupler la Corse avec le Nord-Pas-de-Calais !

    RépondreSupprimer
  2. Encore un billet sur la réforme territoriale ! Mais vous êtes obsédé !

    Comme je le disais avant hier dans mon blog, je suis persuadé que Hoande a fait sa carte au hasard, d'une part pour donner un jeu aux français, d'autre part parce qu'il tient à cette réforme parce qu'elle marquera le quinquennat mais surtout pour lancer le débat car il arrivera à rien par la négociation avec les élus, notamment Auxiette qui est bien obligé de défendre sa région (tout comme Le Drian).

    Je suppose qu'au fond du crâne, il a la même carte que vous mais attend qîelle s'impose au fil des discussions.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Hollande serait alors encore plus retors que je ne le croyais?

      J'ai piètre opinion du bonhomme mais pas à ce point, lorsqu'on est président en exercice, on ne joue pas ainsi avec les français, il y en a qui sont assez cons pour ne pas comprendre que c'est un jeu, pensant naïvement qu'un projet présidentiel ne peut être que réfléchi et sérieux.

      Peut être que si tu as raison, et alors je comprends mieux Hollande, et alors, je l'avoue, je l'estimais encore trop, il se fiche des français en proposant en guise de réforme des régions, un puzzle à refaire.

      Sans être obsédée, tu dis toi-même que cette réforme doit marquer le quinquennat de Hollande, donc, elle est d'importance, si tu as raison la méthodologie employée est minable.

      Supprimer
    2. Vous n'avez rien compris Jégoun : Hollande se moque des régions historiques et du bon sens, il veut seulement tailler des blocs qui l'arrangent politiquement en fonction des féodalités électorales. C'est le seul critère qui entre en ligne de compte.

      Quand je dis que vous n'avez rien compris c'est une façon de parler, bien sûr, puisque vous savez tout cela parfaitement.

      Vous resterez connu pour avoir soutenu jusqu'au bout et avec le sourire les pires gouvernement et chef d'Etat que notre pays ait subis dans toute son histoire (si l'on excepte Pétain en 40, qui avait quand même la circonstance atténuante de la guerre). Chapeau.

      Supprimer
    3. Un point Godwin. Bravo. En un seul commentaire.

      Supprimer
    4. Je vous trouve un peu dur avec Pétain, lui au moins il a instauré la fête des mères et la retraite par répartition.

      Supprimer
    5. A mon avis, Monsieur Jégoun s'est identifié à Monsieur Hollande. Il n'a donc pas le recul nécessaire. Il ne peut pas percevoir l'inaptitude fondamentale de notre président de la république. Elle lui échappe. Et ce n'est pas une question de droite ou de gauche.

      Supprimer
    6. Je n'arrive pas à répondre sur le blog Jégoun (pas d'adresse officielle...).
      Un point m'échappe : le point Godwin, c'est pour Pétain ? Parce que bon, il faut le rappeler, Pétain n'était pas un véritable nazi, quand même.

      Pour ce qui est du "pire gouvernement", je crois que 85 à 90 pour cent des français s'en sont aperçu. On touche le fond, mais on creuse encore.

      Hollande est le pire bouffon de l'histoire de France. Un type tellement à la ramasse qu'on a même du mal à le détester.

      Un jour on se demandera comment on a pu supporter un tel outrage.

      Il n'y a pas de réponse. Cela restera un grand mystère.

      Supprimer
    7. Rectification: je ne pense pas que Monsieur Jégoun s'identifie à lui, au contraire. Il le méprise. Voir l'expression: "Pépère"! Mais on pourrait tout autant estimer qu'une personne n'a pas les aptitudes pour être chef de l'état -aptitudes qui, soit dit en passant, ne font pas forcément d'un homme un homme bien- et éprouver de la pitié pour cette personne parce qu'elle s'est fourvoyée. En résumé, Hollande n'est ni un bon ni un mauvais président. Il a beau avoir été élu; il n'est pas président. Toute comparaison avec ses prédécesseurs est donc vaine.

      Supprimer
    8. Reprends une bière. La psychologie de comptoir doit être accompagnée.

      Supprimer
    9. Comme on dit à la bataille navale: touché coulé!

      Supprimer
    10. Je voudrais ajouter que la vulgarité du tutoiement est une preuve supplémentaire que j'ai touché juste là où ça fait mal à Monsieur Nicolas Jégou.

      Supprimer
    11. Pardon, Monsieur Goux, mais j'ai écrit "J'ajouterais", alors que je voulais dire "J'ajouterai". A part cela, je ne comprends pas que l'on puisse répondre à quelqu'un "Reprends une bière." Cet intervenant n'est pas à la hauteur de votre blog.

      Supprimer
    12. « Cet intervenant n'est pas à la hauteur de votre blog. » Oh ! Oh oh oh oh oh oh oh oh oh oh oh… je vais m'étouffer…

      Supprimer
    13. Seuls des perchistes médaillés olypuquement peuvent oser prétendre être à la hauteur de ce blog.

      Supprimer
    14. Le point Godwin c'est quand, dans la conversation, arrive le mot "Hitler" ou "nazi" pour tenter de décrédibiliser son interlocuteur.

      Marco Polo n'a donc pas le droit au "point Godwin"...

      Supprimer
  3. Je suppose qu'au au fond du crâne …
    Vous faites bien de supposer mon cher ami !

    RépondreSupprimer
  4. Pour ma part j'avais une carte assez proche de la votre. Sauf que je ne savais pas trop quoi faire de la vendée, pourquoi pas en Aquitaine en effet, et la réunion midi-pyrénées et languedoc roussillon me semble former un mastodonte vraiment trop important, et puis quid de l'énorme conseil régional tout de verre vêtu édifié par Georgus Frêchus à Montpellier ? Toulouse et Montpellier dans la même région ça me paraît excessif.

    Mais bon c'est bien parce que votre proposition est logique et cohérente que l'on peut être certain que Hollande ne la mettra jamais en oeuvre.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je ne me battrai pas pour les deux régions du Sud dont vous parlez : faites-en ce que vous voulez.

      Supprimer
  5. Je me disais en lisant le papier de Dame Waterloo que M.Périco Légasse ferait un très convenable ministre "du Patrimoine et de l'Administration du territoire" (le premier repris de celui de la "Kultur" - supprimé - et la seconde détachée de celui de "l'Interieur" - nom ridicule - recentré en Ministère de la Police cher à Fouché) En revanche, M. Goux je ne sais pas...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Sûrement pas : je suis beaucoup trop fainéant ! En plus, je serais capable de me technicolorer la tronche dans les cocktails officiels, ce qui ferait mauvais effet.

      Supprimer
  6. Et si on laissait les choses en l'état et qu'on passe à autre chose? Juste pour voir ce que notre président devra sortir de son chapeau pour donner un sujet aux conversations de bistrot.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Pas dur : il y a toujours la GPA et le vote des exotiques…

      Supprimer
    2. Je crois que vous avez oublié "fruits" avant exotiques.

      Supprimer
  7. Robert Marchenoir6 juin 2014 à 18:30

    Périco Légasse, c'est le type qui a écrit un article pour dénoncer un complot mondial contre la gastronomie française, sous prétexte qu'un concours a désigné comme meilleur restaurant du monde un établissement étranger. Il échappe totalement à ce genre de philosophes du tube digestif que des personnes non munies de l'éminente qualité de Français puissent travailler d'arrache-pied à atteindre l'excellence en matière gastronomique, sans pour autant percer d'aiguilles tous les soirs, avant de se coucher, une poupée à l'effigie de Super Dupont.

    Des types comme ça, ça donne envie de voter Georges-Marc Benamou ("Bien sûr, nous sommes résolument cosmopolites. Bien sûr, tout ce qui est terroir, bourrées, binious, bref franchouillard ou cocardier, nous est étranger, voire odieux.")

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. La seule chose, en l'occurrence, qu'on pourrait lui reprocher, c'est d'avoir accorder la moindre importance à ce type de "concours", qui ne signifie absolument rien.

      Maintenant, mettez-nous donc en lien l'article dont vous parlez, que l'on puisse juger s'il correspond à ce que vous en dites – ce dont je doute un peu, je dois l'avouer.

      Supprimer
    2. Ce pauvre Marchenoir, sorte de taliban adepte fanatique du renard libre dans le poulailler libre, est tellement dogmatique que ses opinions sont systématiquement perverties par son idéologie mortifère.

      Sachant que le courant favorable à un capitalisme sauvage mondialisé auquel il adhère, doit représenter à tout casser 2% des électeurs, C'est dire la crédibilité de ce genre de commentateur dont la fatuité et l'arrogance nous amusent tant.

      Quant aux conceptions historiques de Légasse, heureux mari de la chevènementiste la plus célèbre du PAF, rien d'étonnant que vous épousiez en tant que digne réactionnaire, sa vision un peu surannée des provinces françaises.
      .

      Supprimer
    3. Robert Marchenoir6 juin 2014 à 22:11

      Désolé, pas de lien, entendu à la radio.

      Supprimer
    4. @Marchenoir
      Et dire que vous m'atomisez chaque fois que j'apporte une info sans mettre de lien... J'ai bien tenté de vous exorciser en latin alors que vous étiez pris de convulsions, possédé, les yeux révulsés, sur le navire de ce cher Amiral, mais je crois qu'il va falloir passer à la magie noire pour le salut de votre âme....

      Supprimer
    5. Robert Marchenoir7 juin 2014 à 12:43

      Non, Bar, je ne vous atomise pas à chaque fois que vous apportez une info sans mettre de lien. J'atomise les complotistes, les gens qui accréditent des racontars invraisemblables sans queue ni tête, sans jamais apporter le moindre fait à l'appui de leurs délires. Il fut un temps où une telle attitude s'appelait l'esprit scientifique, le bon sens, l'honnêteté intellectuelle, bref le réglage par défaut des gens normaux.

      En ce qui me concerne, je passe un temps considérable, non seulement à apporter des faits et des chiffres à l'appui de mes opinions, mais à les enrichir avec des liens.

      Il est donc parfaitement de mauvaise foi de me reprocher de ne pas avoir mis de lien, pour une fois que je n'en dispose pas, à l'appui d'une information tout à fait vraisemblable : Périco Légasse est un journaliste, ses opinions sont parfaitement connues, c'est un cocardier et un chauvin, je ne vois pas ce qu'il y a d'invraisemblable à ce qu'il ait écrit, ou déclaré, qu'un concours gastronomique international où la France n'a pas gagné soit la manifestation d'un complot anti-français.

      En revanche, ceux qui prétendent que les Américains ne sont jamais allés sur la Lune, ou que les traînées blanches que laissent les avions dans le ciel sont la preuve d'un complot des Zélits pour empoisonner les populations, devraient évidemment prendre soin d'étayer sérieusement leurs assertions s'ils ne veulent pas être pris pour des rigolos.

      Au demeurant, vous pouvez aussi vous sortir les doigts du cul, si ce qui vous intéresse est vraiment la vérité et ce qu'a dit ou pas dit Périco Légasse. Google est gratuit et à la disposition de tout le monde. La preuve : Monsieur le directeur du restaurant communal l'a trouvé, lui, le "lien", en trois coups les gros, et son lien confirme ce que j'avais écrit.

      Supprimer
    6. Je ne sais pas ce que Légasse a pu dire à la radio, mais dans l'article mis en lien un peu plus bas, il ne fait nullement acte de chauvinisme et explique assez bien, me semble-t-il, pourquoi ce concours est (ou serait) du pipi de chat.

      Supprimer
    7. Robert Marchenoir7 juin 2014 à 13:12

      Toujours aussi con, Cui Cui. Contrairement à ce que vous prétendez, je suis opposé à la mondialisation. Mais il ne faut pas demander à un troll de savoir lire.

      Quant à l'argument de salopard et d'abruti selon lequel une opinion serait fausse parce qu'elle ne réunirait que 2 % des électeurs, elle signe assez la mentalité de racaille qui est la vôtre.

      Au demeurant, vous mentez : une majorité de Français, lorsqu'on les interroge, souhaitent, par exemple, une diminution de la dépense publique. Le soutien des Français aux thèses libérales est donc beaucoup plus important que ne le laisseraient supposer les résultats électoraux des partis libéraux, quasiment inexistants. On se demande pourquoi l'Etat aurait pris la peine de faire voter une loi punissant de prison quiconque appellerait les Français à se désaffilier de la Sécurité sociale, s'il y avait si peu de libéraux en France prêts à tout pour se libérer de son joug.

      Il se trouve que la totalité des partis de quelque importance sont anti-libéraux. Ce faisant, ils servent les intérêts de leurs propres dirigeants, puisque les hommes politiques, massivement issus de la fonction publique, se nourrissent de la logique de dépense publique qui est le propre de l'étatisme.

      Mais la totalité des partis de quelque importance étaient aussi, jusqu'à il y a peu, "anti-racistes", c'est à dire favorables à l'immigration de masse. Or, les sondages révèlent que la majorité des Français, comme de nombreux autres peuples occidentaux, sont opposés à l'immigration de masse. Comme vous avez pu le remarquer, le seul parti opposé à l'immigration, le Front national, est, désormais, le premier parti de France.

      Vous auriez donc tort de faire le malin sous prétexte que le libéralisme ne trouve pas, pour l'instant, sa traduction électorale. Rien n'est éternel en politique.

      Et s'il y a une chose qui est encore moins éternelle que le reste, c'est l'argent gratuit des autres, dont les racailles socialistes telles que vous se gavent à l'abri des Sig Sauer de la police nationale, lesquels, en dernier recours, protègent le pillage du fruit du travail des gens honnêtes.

      Je vous rassure : cet argent gratuit est en train de s'épuiser. Déjà, dans les formidables hôpitaux parisiens que le monde entier nous envie, on coupe le chauffage dans les salles d'opération parce qu'il n'y a plus de quoi le payer (inutile de me demander un "lien" : source personnelle).

      Le mur de la réalité est en train de se rapprocher à grand pas, et vous allez le prendre dans la gueule comme les autres. Je regrette simplement qu'aucune loi de la nature ne prévoie de mettre en première ligne, sous les décombres, ceux qui ont défendu, et défendent encore au déni de l'évidence, ce système de vol organisé qui s'appelle le socialisme.

      Supprimer
    8. Je crois que vos commentaires Robert présentent à eux seuls plus d'intérêt que les billets de cou cou.

      Supprimer
    9. Robert Marchenoir7 juin 2014 à 14:49

      Peut-être que les militants qui ont rendu compte de cet article à l'antenne de Radio-Courtoisie en ont rajouté une couche et fait dire à Légasse des choses qu'il n'avait pas tout à fait dites.

      Cependant, son article est bien du chauvinisme baveux, même s'il s'abrite derrière les restaurants marocains qu'il affecte de voir négligés.

      Il est fort possible que ce concours particulier soit bidon. Cependant, le contexte général est celui-ci : d'innombrables concours internationaux, depuis des dizaines d'années, couronnent des grands restaurants, des grands vins et même des sommeliers qui ne sont pas français. La suprématie de la cuisine et du vignoble français n'est plus incontestée et ne va plus de soi. Il serait invraisemblable de prétendre que la totalité de ces concours sont truqués.

      S'il y a un domaine dans lequel on peut se féliciter de la mondialisation, c'est bien celui-là : la qualité mondiale de la cuisine et des vins a augmenté, et il y a désormais une offre de qualité exceptionnelle dans de nombreux pays.

      Quant aux allégations politico-gastronomiques de Périco Légasse dans son article, elles sont franchement tendancieuses.

      Je ne vois pas où serait le "classement international sponsorisé par la haute finance" dans cette affaire. Nestlé, ce n'est pas "la haute finance" : c'est la première entreprise agro-alimentaire mondiale. Et encore, c'est à supposer que ce concours soit effectivement truqué et que Nestlé en dicte les résultats, ce à quoi Périco Légasse n'apporte pas le début de la queue d'une preuve.

      Légasse prétend que les restaurants primés ne méritaient pas de l'être. Cependant, il note qu'ils sont aussi primés par le guide Michelin. Il faudrait savoir !... Moi, je pensais que les étoiles du Michelin faisaient partie du patrimoine de la gastronomie française, au même titre que le foie gras, la poularde de Bresse et les mères lyonnaises. Je pensais que le Michelin ne pouvait pas se tromper, que ses inspecteurs étaient incorruptibles, qu'ils étaient les gardiens sourcilleux de la tradition gastronomique créée par la Frônce éternelle. Ce n'est plus le cas ? Il faut aussi révoquer toutes les étoiles attribuées aux chefs français ? Oui bien c'est simplement quand il prime des restaurants étrangers que le Michelin se trompe ?

      Il est comique de voir Légasse assimiler à la haute finance internationale l'entreprise Nestlé, qui vend du chocolat et des yaourts, alors que la sagesse populaire fait du guide Michelin le parangon de la vraie cuisine française ; Michelin, qui vend des pneus de tracteur, et qui est une authentique multinationale fournissant l'industrie automobile du monde entier.

      Mais je suppose que la nationalité française de Michelin fait passer l'odeur du caoutchouc et la pollution du diesel qui va avec, tandis que les produits alimentaires de Nestlé, qui a le malheur d'être suisse, ne suffisent pas à lui donner la légitimité nécessaire pour parrainer une compétition gastronomique. Le deux poids deux mesures gaucho-franchouillard dans toute sa splendeur !

      Supprimer
    10. Robert Marchenoir7 juin 2014 à 14:50

      Quant à cette histoire de cuisine moléculaire, je n'en suis ni un connaisseur, ni spécialement un partisan. Cependant, je ferais remarquer que son pionnier est un fonctionnaire français de l'INRA, Hervé This, et que de très grands chefs français comme Pierre Gagnaire ou Marc Veyrat en sont les représentants. Donc, si je comprends bien, quand des chefs français font de la cuisine moléculaire, c'est la preuve que la Frônce a les meilleurs restaurants du monde, tandis que lorsque ce sont des chefs anglais, espagnols ou danois, c'est la preuve d'une conspiration de la haute finance internationale pour empoisonner les clients et tuer la douce et belle cuisine française ?

      Les allégations de Légasse concernant les intoxications alimentaires sont confuses et de parti-pris. Il suggère que des produits chimiques propres à la cuisine moléculaire sont à l'origine de ces intoxications. Mais lorsqu'on est malade après avoir mangé au restaurant, c'est en général à cause de bactéries dûes à un défaut d'hygiène, pas à cause de produits chimiques. Avec toutes les réglementations plus tatillonnes les unes que les autres qui s'appliquent aux restaurants, des chefs d'établissements de grand luxe, qui vivent et meurent de leur réputation, auraient pris le risque d'introduire dans leurs préparations des substances nouvelles, non autorisées et dangereuses ? Cela me paraît hautement improbable.

      Périco Légasse semble faire un amalgame entre les additifs autorisés de l'industrie alimentaire (mais contestés par les talibans rouges-verts), et une niche minuscule de la cuisine artisanale des restaurants de grand luxe, dite cuisine moléculaire. Là encore, a priori, aucun rapport.

      Nestlé serait-il le fournisseur privilégié d'additifs dangereux utilisés dans la cuisine moléculaire (ce que cet article suggère, mais ne dit pas franchement), que la motivation financière à truquer un concours serait invraisemblable : que pèseraient d'hypothétiques additifs vendus à quelques dizaines de restaurants trois étoiles dans le monde, face à sa production de masse de produits alimentaires qui doit se compter en millions de tonnes ?

      On essaye de faire peur aux populations en agitant l'expression de cuisine moléculaire, qui est peut-être snob et ridicule, mais qui recouvre une réalité très banale et millénaire : oui, la cuisine c'est de la chimie, les aliments subissent des transformations chimiques au cours de la préparation et de la cuisson. Si vous ne voyez pas le rapport entre la cuisine et la chimie, c'est que vous n'avez jamais fait de pâtisserie. Et oui, de tout temps on a mis des produits chimiques dans les aliments pour faire la cuisine : du chlorure de sodium pour conserver la viande et relever le goût, du bicarbonate de sodium pour accélérer la cuisson -- pour ne donner que ces deux exemples.

      Bref, cet article de Périco Légasse est un festival d'imprécisions, d'amalgames, de mauvaise foi et de calomnies chauvines et cocardières. Donc, si c'est ça la France, moi je dis : de l'air ! de l'air !

      Supprimer
    11. Robert Marchenoir7 juin 2014 à 18:02

      Merci Fil.

      Supprimer
    12. Le Diable probablement8 juin 2014 à 11:27

      Périco Légasse, c'est aussi le bonhomme qui ose affirmer en direct à la télévision, dans l'émission de Taddéï, que l'on vivait mieux en Russie du temps de l'URSS qu'aujourd'hui. Ça vous situe le personnage : c'est un connard tout ce qu'il y a de plus courant.

      Supprimer
    13. Fil, dire que les commentaires de Marchenoir ont "plus d'intérêt" que tous les "billets" réunis de Cui-Cui, c'est presque insultant pour Marchenoir, je trouve. Je ne sais pas comment vous faites pour arriver à les comparer, personnellement.

      Supprimer
    14. Je vais souventlire cui cui et aussi les commentaires de marchenoir, et ces derniers recèlent davantage d'informations et de points de vue que les billets de cui cui, qui s'apparentent plus à des humeurs que des propos argumentés.
      Ceci dit, j'admets que ma perception des choses n'est pas forcément juste. De us, même lorsque je ne suis pas d'accord avec Robert, je trouve ses arguments assez riches et pas dénués de sens.

      Supprimer
  8. Périco m'agace. Il doit surement y avoir un chapitre ou deux dans un traité de psychiatrie culinaire qui le concerne directement. Il bave dans ses dents.

    RépondreSupprimer
  9. Monsieur le directeur du restaurant communal7 juin 2014 à 10:09

    A votre service :

    http://gourmandisesansfrontieres.fr/2013/05/les-meilleurs-restaurants-du-monde-vus-par-perico-legasse/

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Le Diable probablement8 juin 2014 à 12:01

      Si après avoir lu ça, on n'est pas convaincu que Légasse est un taré, je sais pas ce qu'il faut...

      Il serait donc interdit de s'interroger sur la perception de la gastronomie française sur la scène internationale ? La gastronomie française serait-elle au-dessus de tout classement, éternellement vouée au pinacle des arts culinaires ? Pourquoi un soupçon devrait peser sur le journaliste qui se pose cette question parfaitement légitime ?

      Notez qu'il ne s'agit d'ailleurs pas d'un classement, selon Légasse, mais d'une « opération », qui pis est « intégralement financée » par Nestlé. Nestlé qui finance France 2, comme tout le monde le sait.

      C'est tellement évident que ça ne nécessite aucune preuve, comme toute argumentation chez les tarés. Grande multinationale... haute finance fabricante de chocolat... et, bien sûr, les immanquables produits « chimiques » ! J'imagine que Périco Légasse ne met jamais de chlorure de sodium dans ses plats ?

      Il accuse le journal de France 2 de parler avec un « ton inquiet », et il nous balance un litanie de noms de molécules sur le mode « la France a peur » ? Il se fout de la gueule de qui ?

      Périco Légasse serait-il en train de nous dire que la cuisine a évolué pour intégrer des additifs alimentaires qui permettent aux cuisiniers de mieux parfaire le goût des aliments qu'ils servent ? Non, il essaie juste de nous faire gober qu'un produit chimique est forcément un produit toxique, en parlant d'intoxications alimentaires dont il se garde bien d'expliquer les causes précises.

      « Qu’aurions nous aimé lire ou entendre de la part de nos confrères ? Les faits, rien que les faits »

      Mais c'est ce qu'ils ont donné, mon pauvre, les faits ! Les faits : le premier restaurant français du classement trucmuche arrive en 16e position. Ce que Légasse veut, ce sont les faits d'il y a 3 mois, sur un autre sujet, parce qu'il veut décider lui-même de ce dont on doit parler.

      Périco Légasse est un nullard, un marmiton de plateau télé, un Aymeric Caron de la cuisine. C'est aussi un parfait connard nostalgique de l'URSS. Poubelle.

      Supprimer
    2. Le Diable probablement8 juin 2014 à 14:35

      Merdalor, Marchenoir avait déjà fait tout le boulot... J'aurais dû lire les commentaires.

      Supprimer
    3. Tout le boulot, c'est un peu vite dit : je vous rappelle quand même que le billet d'origine parlait du découpage régional et non de celui des volailles rôties…

      Supprimer
    4. "Périco Légasse est un nullard, un marmiton de plateau télé, un Aymeric Caron de la cuisine."

      Quand on sait qu'il est aussi le mari de Natacha Polony, cette dernière accusation ne manque pas de sel ; enfin, je veux dire : de chlorure de sodium...

      Supprimer
    5. Tiens, il me semblait qu'elle était avec Gonzague st. Brice.

      Supprimer
    6. Vous devez avoir raison, Fil, la Natacha est avec Gonzague st. Brice, un personnage des Brigades mondaines. Toujours pensé que c'était une belle salope, celle-là.

      Supprimer
  10. Bonjour Monsieur Goux
    Mince alors, dans mon dernier commentaire (en date) j'étais un peu (bien) ivre et je divaguais sur les nouvelles régions en pensant aux anciens duchés! J'avais dans la tête, un peu brumeuse certes, quelque chose qui ressemblait aux propositions de Monsieur Légasse et, par ricochet, à vos propositions.
    Le bon sens est au fond de la bouteille. In vino veritas, etc. Les vieux proverbes et les citations latines sont pétillants de saine malice.

    RépondreSupprimer
  11. Périco Légasse est homme charmant mais quelque peu naïf lorsqu'il conclut ainsi son billet, fort équilibré et plein de bon sens, naturellement : « Tel serait le découpage le plus légitime et le plus cohérent de la France de demain. Celui qui correspond à une histoire française ».

    Mais lorsque l'on veut transformer un pays en république tropicale point n'est besoin d'obéir à pareille cohérence, l'inverse est plutôt recommandé. Le locataire de l'Élysée ne s'est donc pas trompé, il obéit à d'autres passions que la raison ignore, chacun ici l'a bien compris. Cet homme est bien davantage et bien pire qu'un adversaire, avec son air gauche, il est ennemi de la France.

    Foin de la France et de son histoire (le locataire se nomme Hollande, curieux patronyme d'ailleurs), place à la tambouille infâme, aux rôts faisandés et aux manigances de bas étage, domaines dans lesquels la République excelle depuis lulure...

    J'aime ce qu'écrit Périco au point 8. : « Orléanais, Berry, Touraine, Anjou et Maine se retrouvent tel que le grand fleuve dessine et rassemble le jardin de la France. La région Centre s'enrichit donc de la Maine-et-Loire, de la Mayenne et de la Sarthe pour former ainsi un grand Val-de-Loire cohérent porteur de symboles socio-historiques. »

    Vive l'Anjou !

    RépondreSupprimer
  12. Je vais finir par me demander si quelqu'un lit intégralement les commentaires de Bon, tellement ils sont chiants.

    Je dis ça par gentillesse pour lui rendre service.

    RépondreSupprimer
  13. Ce qu'il y a de bien avec Maître Marchenoir, c'est qu'on met une petite pièce de trois lignes et il en fait automatiquement trois pages. Ça, je dois dire que l'on en a pour son pognon.

    RépondreSupprimer
  14. J'arrive un peu tard mais il me semble qu'il n'y a rien de choquant dans l'article de Perico Legasse. Le concours qu'il critique est de toute évidence une bouffonnerie, comme la plupart des concours médiatiques d'ailleurs. Comme tous les concours médiatiques d'ailleurs.

    Il n'y a pas non plus la moindre trace de chauvinisme dans ce texte, qu'il faut lire jusqu'au bout. Les bons restos du monde sont vantés et les misérables gargotes françaises non oubliées.

    Du reste, l'avalanche d'insultes grotesques qu'on déverse ici sur le personnage aurait suffi à me le rendre sympathique.

    Voici un homme cohérent, qui aime la France des vraies régions et la cuisine sans additifs en tube. Et il se trouve plusieurs commentateurs pour le traiter de sale con ?

    Mais où va le monde, je vous le demande !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je crois que je suis d'accord avec vous.

      Supprimer

Les commentaires anonymes seront systématiquement supprimés, quel que puisse être leur contenu, voire leur intérêt.