mercredi 11 juin 2014

Les joyeux week-ends de Tchernobyl


Le personnage de film d'horreur hollywoodien transplanté (PF2HT) est une variante plutôt nouvelle et assez intéressante du PF2H de facture classique. En général il est américain, comme son homologue, mais en vacances dans un pays de l'Est, c'est-à-dire dans le vestibule de l'Enfer. Si le vestibule en question est l'Ukraine, ce qui est le cas en ce moment même, les six jeunes gens – trois garçons et trois filles : on connaît les usages – décident évidemment de se payer un pique-nique de l'extrême à Tchernobyl ; et ils demandent à Youri de les y emmener dans son combi Volswagen pourri. Durant un bon quart d'heure, on les voit déambuler entre des immeubles abandonnés en faisant des astuces idiotes ; les deux frères (car, oui, il y a deux frères, qui vont probablement se réconcilier juste avant la mort horrible de l'aîné, qui est un chieur pontifiant ; cela dit, il parle l'ukrainien, ce qui est commode pour causer avec Youri) s'engueulent. Chez les filles, il y a deux blondes, dont nous attendons l'éviscération d'une minute à l'autre, et une brune qui devrait s'en tirer, mais couverte de glaires et de sang. 

Ensuite la nuit commence de tomber et le  combi de Youri refuse de démarrer, ce qui est bien le moins. Le portable de Youri est évidemment sans couverture ; les touristes le sont aussi et ils commencent à claquet des chicots, car les nuits ukrainiennes sont fraîches, on l'oublie trop souvent. Youri dit : « Nous rester ici, et quand jour se lever, moi réparer. » Ce qui a un certain sens.

Ce qui en a moins, en revanche, c'est qu'il quitte brusquement le combi. On entend un coup de feu dans la nuit, et le petit frère part aussi. Au bout de dix secondes, il pousse un cri déchirant et le grand frère file le chercher. Il le ramène avec une jambe transformée en hamburger, et tout d'un coup, le combi est cerné par des bergers allemands et des simili-rotweiler qui se précipitent contre les vitres puis s'en vont. Les filles disent “oh, my God !” et le frangin blessé “shit !” et “fuck !” en boucle. Au mépris de toute vraisemblance, le grand frère assure que “it's gonna be OK”. Là-dessus, laissant l'éclopé à la garde de l'une des blondes, ils partent à la recherche de Youri, au milieu des carcasses de bagnoles et dans les immeubles qui devaient déjà être en ruine quand ils étaient habités. Ils ne le trouvent évidemment pas, mais ils sont méchamment attaqués et les deux filles crient très fort ; ç'a l'air terrible, mais comme tout est filmé en caméra “subjective”, on ne distingue absolument rien. – Le film dure depuis 55 minutes.

Comme le scénariste a dû se barrer en même temps que ce salaud de Youri, le réalisateur dit au petit personnel de continuer de courir dans l'immeuble. De temps en temps, son assistant frappe deux coups sur une plaque de tôle et les deux filles hurlent (mais la blonde plus : je suis très pessimiste à son sujet). À un moment, ils passent à côté d'un cadavre sanguinolent pendu par les pieds ; je ne serais pas surpris qu'il s'agisse de ce brave Youri ; le grand frère dit “oh, shit !” et tout le monde continue de courir. 

Et tout d'un coup il y a des gens, mais on voit juste leurs bras, qui essaient d'attraper les filles par les trous du mur à demi écroulé : on sent la misère sexuelle en milieu ukrainien irradié. Du coup, la blonde qui s'appelle Zoé vomit un petit coup. Pour semer les bras, les PF2HT descendent dans les caves, ce qui est d'une imparable logique quand on veut s'échapper d'un immeuble. Pas de chance, les caves sont pleines d'irradiés, c'est-à-dire de figurants avec un collant sur la figure. Et ça court toujours, le film dure depuis une heures et dix minutes. Le grand frère a un petit coup de mou et se met à chialer : on sent qu'il n'y croit plus. Mais la brune le prend en main énergiquement, parce qu'elle a encore envie de courir avec lui. Le grand frère cesse de dire “it's gonna be allwright” pour passer à “I'm so sorry”. Et il peut l'être, sorry, car voilà les irradiés à collants qui rappliquent à plusieurs ; mais la brune est la plus forte.

Heureusement, soudain, les militaires arrivent ! Ah, non, pas heureusement, puisqu'ils flinguent le grand frère d'entrée, sans doute à titre préventif. Puis, on retrouve la brune dans une ambulance, entourée d'infirmiers à masques à gaz ; le spectateur est sûr qu'il s'agit de faux infirmiers. De fait, ils enferment la brune dans une cellule où qu'on voit rien. Mais la brune, futée, sent qu'il y a quelqu'un d'autre avec elle.

En effet, ils sont sept ou huit, tous avec un collant sur la tête. Ils se précipitent sur elle, sans qu'on sache si c'est pour la démembrer façon puzzle ou simplement lui mignoter l'abricot. 

Écran noir, et générique sur fond de hard rock graisseux : le tout a duré une heure et vingt minutes.

40 commentaires:

  1. Robert Marchenoir12 juin 2014 à 00:21

    Quand on vous disait que l'Ukraine est un pays de nazis.

    C'est un documentaire sur Pravy Sektor ? Vivement que le copain de Marine le Pen vienne remettre de l'ordre dans tout ça. Avec ses miliciens tchétchènes s'il le faut.



    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Pour être total crédible, Vladoche devrait se foutre un collant sur la goule…

      Supprimer
    2. C'est la croix qu'il porte au cou qui vous gêne, Robert ?

      Supprimer
    3. Robert Marchenoir12 juin 2014 à 12:09

      Ah, vous aussi, vous avez la naïveté de penser que Poutine est un défenseur des valeurs chrétiennes ?

      C'est tellement facile de berner les gens dans votre genre.

      Supprimer
    4. Parce que d'après vous il défend plutôt les valeurs de l'Islam ? Vous êtes assez peu clair sur le sujet, il me semble.

      On ne lui demande d'ailleurs pas de "défendre" les valeurs chrétiennes, mais de ne pas les combattre et de ne pas les oublier, ce qui me semble être le cas, oui, en effet.

      Vous n'avez toujours rien compris à la politique. Quand Poutine porte une croix autour du cou il affiche quelque chose de clair, même s'il ment, même s'il est athée, même s'il est secrètement musulman. C'est de la propagande, évidemment, mais quand François Hollande salue le ramadan et oublie systématiquement les fêtes chrétiennes c'est aussi de la propagande.

      Je préfère le message de Poutine à celui de Hollande, indépendamment de leurs convictions profondes (et même si parler de "convictions profondes", à propos de François Hollande, peut prêter à sourire).

      D'autre part cette propagande s'accompagne de décisions politiques tout aussi claires, par exemple concernant les lois "sociétales", et il est facile de juger Poutine sur les faits.

      Votre atlantisme suranné prend une tournure grotesque avec cette détestation de Poutine et des Russes. Chaque jour nous apporte la confirmation de l'horreur des choix américains en matière de politique extérieure, qu'il s'agisse de la Lybie, de l'Irak et de la Syrie. C'est systématiquement le pire.

      Et vous, vous croyez encore combattre le communisme comme au temps des gentils Afghans, héros romantiques luttant pour la liberté. Vous avez plusieurs guerres de retard.

      Plus la Russie sera forte, mieux le monde se portera.

      Que vous soyez d'accord avec BHL et 100 % de la télévision française sur l'affaire de l'Ukraine, eh bien voyez-vous, mon cher, les gens "dans mon genre", comme vous dites, ça ne les engage que modérément à vous donner raison.

      Supprimer
    5. Mais quel rôle Poutine jouait-il dans ce film ? La croix autour du cou, c'était pour éloigner les zombies irradiés ? Et BHL : c'est lui qui chante du hard rock sur le générique ? Et qui est l'anti-atlantiste enragé qui a pendu le yankee par les pieds ? J'ai bien aimé le commentaire de Marco, mais il reste des zones d'ombre !

      Supprimer
    6. J'ai un peu réécrit le scénario, c'est vrai.

      Supprimer
    7. Robert Marchenoir13 juin 2014 à 09:47

      Toujours aussi à la masse, mon pauvre Polo. Comme s'il fallait choisir entre Hollande et Poutine. Comme si le fait de dire systématiquement le contraire de "la télévision française" était une marque de lucidité ou même simplement de bon sens.

      Un robot pourrait dire "le contraire de la télévision française". Voilà ce que vous êtes. Un robot trolleur. Car vous n'êtes même pas là pour exprimer des convictions, simplement pour foutre la merde. Vous croyez à peine à ce que vous dites, vous passez votre temps à l'avouer.

      "Plus la Russie sera forte, mieux le monde se portera". Faut-il être un zombie pour écrire une chose pareille !... Allez donc demander leur avis aux Ukrainiens, aux Polonais, aux Estoniens, aux Lithuaniens, aux Lettons, aux Finlandais...

      Tiens, les Finlandais, que le représentant personnel de Vladimir Poutine Sergei Markov vient de menacer grossièrement, comme le voyou mafieux qu'il est, en leur demandant s'ils avaient envie d'être ceux qui déclencheraient la troisième guerre mondiale... Mais vous vous en foutez, hein, des Finlandais... Vous "comprenez la politique", vous...

      Vous vous vantez de "ne pas regarder la télé", mais vous vous dispensez complètement de connaître ce dont vous parlez, ce qui rachète sûrement le crime suprême de "regarder la télé"... que je n'ai pas... et dont j'ignore les proclamations, figurez-vous...

      Mais je digresse... Vous êtes suffisamment écervelé pour faire le malin en prétendant que je suis opposé à Poutine parce qu'il défend la chrétienté... Alors allez-y, étonnez-nous. Faites donc étalage de votre immense compréhension de la politique et du christianisme. Expliquez-nous donc en quoi Poutine serait un chrétien exemplaire, en quoi il défend le christianisme, en quoi il défend la chrétienté.

      Trouvez-moi, dans sa vie politique et personnelle, un seul fait qui aille dans ce sens, je dis bien un seul.

      Et tant qu'à faire, prenez soin de nous expliquer comment on peut être le défenseur de la chrétienté en persécutant les chrétiens en Ukraine, en mitraillant des églises, en intimidant, en menaçant de mort, en arrêtant et en torturant des chrétiens parce qu'ils sont chrétiens, parce qu'ils sont prêtres ou pasteurs, parce qu'ils sont des fidèles priant dans une église... Ca non plus, vous ne l'avez pas vu "à la télévision française", hein... Mais ce n'est pas parce que ça ne passe pas à la télé que ça n'existe pas, gros malin...

      Poutine ferait de la propagande en faveur du christianisme parce qu'il porterait une croix... Outre qu'assimiler le christianisme à de la propagande est singulièrement méprisant et dénote une bien vilaine conception de la foi, le dernier des punks nihilistes porte lui aussi une croix... Tiens, ça serait bien le diable si les Pussy Riot ne s'étaient jamais fait photographier une croix au cou...

      Polo, c'est le genre de type qui se croit plus malin que tout le monde parce qu'il pense le contraire de "ce qu'on voit à la télé", mais qui est suffisamment naïf pour penser que Poutine représente le salut de la chrétienté sous prétexte qu'il se fait photographier avec une croix...

      Oui, décidément, la première graine de dictateur venue vous manipulera et vous retournera comme une crêpe, vous et tant "d'anti-système" à la noix... La dernière bigote de campagne illettrée a plus de finesse que vous.

      Supprimer
    8. J'aime bien quand cet abruti de Bob envoie chier cet imbécile de Marco Polo qui en guise de polo porte plutôt le Marcel. Surtout quand Bob a raison (ce n'est pas souvent que je l'approuve). Polo est vraiment un guignol.

      Supprimer
    9. "Allez donc demander leur avis aux Ukrainiens, aux Polonais, aux Estoniens, aux Lithuaniens, aux Lettons, aux Finlandais..."

      Ben oui, c'est ça qui nous différencie, Bob : moi je regarde surtout les intérêts de la France. Et notre intérêt est de vivre dans un monde multipolaire (comme on dit).

      Tout ce que vous baratinez ici est grotesque.
      Vous n'êtes même pas capable de comprendre que tout ce que porte Poutine autour du cou, dans une photo officielle, a une dimension politique. Vous croyez qu'y voir de la propagande est un manque de respect pour le christianisme.

      Votre fausse naïveté est confondante.

      Quant à BHL je maintiens qu'il est une excellente boussole (inversée) et qu'être d'accord avec lui sur quoi que ce soit est inquiétant. C'est bien simple, s'il me disait un jour "fais gaffe, Marco, il pleut", je crois que je sortirais sans parapluie.

      Un peu comme vous quand vous comprenez que vous avez tort : il devient impossible de discuter sérieusement car vous ne reculez plus devant aucun mauvais argument, vous vous permettez les pires paralogismes, vous balancez les plus incroyables sophismes en espérant que votre artillerie lourde fera illusion et sidérera les imbéciles.

      D'ailleurs ça marche : même ce pitre de Jégoun est convaincu par vos dernières allégations. Mais je suppose que cela non plus ne doit pas vous inquiéter.

      Supprimer
    10. Ah mais détrompe toi, imbécile. Je ne lus pas plus qu'en diagonale les commentaires de Bob. Je ai pas besoin de lui pour remarquer que tu es idiot, ça saute aux yeux.

      Supprimer
    11. je me disais, aussi...

      Supprimer
  2. Apprendre à zapper quand c'est clairement du terrorisme ? Quoique je n'aurais pas eu la chance de lire mignoter l'abricot aujourd'hui. Merci.

    RépondreSupprimer
  3. J'ai bien aimé : "ils commencent à claquet des chicots".
    "...la brune... entourés d'infirmiers", c'était pas mal non plus.
    Je dois cependant reconnaître que vous avez indéniablement le chic pour raconter ce genre de films. Vous lire est carrément jubilatoire. Et je pèse mes mots.
    Je me demande toutefois, à part vous, qui peut bien regarder ce genre de spectacle ?

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Il m'arrive de me le demander aussi.

      Supprimer
    2. Moi.... c'est toujours mieux que n'importe quelle serie française...

      Supprimer
  4. Merci pour ce compte rendu hilarant! J'aime particulièrement cette phrase idiote : "on sent la misère sexuelle en milieu ukrainien irradié"
    "Idiote" dans le sens "dire des idioties" ce qui relève du génie ici!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je ne vous trouve pas très charitable, de vous moquer ainsi des Ukrainiens irradiés ; qui, en plus, doivent supporter le collant sur la figure.

      Supprimer
    2. Ne soyez pas discriminant. Le collant sur la figure, c'est peut-être une forme de sexualité pour les Ukrainiens irradiés.

      Toujours est-il que c'est un excellent compte-rendu. Vous préparez déjà "En territoire ennemi 2"?

      Supprimer
  5. J'admire la peine que vous vous donnez pour rendre si drôlement compte de films que nous n'aurions jamais regardés et auxquels, grâce à vous, nous sommes en mesure de ne rien comprendre.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Mais il n'y avait rien de plus à comprendre que ce que j'ai raconté ! Mon compte rendu est d'une exemplaire fidélité à l'œuvre.

      Supprimer
  6. Mais où trouve-t-on ce genre de film? Vous avez un abonnement spécial?

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Spécial, non. Mais je suis abonné en effet à un "bouquet cinéma", comme on jacte aujourd'hui, par Canal Satellite.

      Supprimer
  7. Ne me dites pas que ceci est le compte -rendu d'un film qui a été vraiment réalisé avec des acteurs et tout et tout mais qu il s agit d'une oeuvre tout droit sortie de votre cerveau fécond...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. “Réalisé” et “acteurs” me paraissent des termes très excessifs dans le cas de cette bouse d'anthologie. Il n'empêche qu'elle existe bel et bien, et que mon compte-rendu lui est très fidèle. Je veux dire par là qu'il n'y a pas plus de choses dans le film que dans le billet ; et la tentative d'humour en moins, bien entendu.

      Supprimer
    2. Que cette chose existe me laisse coi !

      Supprimer
  8. J'ai vu trois ou quatre minutes de ce film, je l'ai quitté, j'ignore pourquoi.
    Dans votre description vous écrivez 2 fois ce qui est insupportable dans les films : ceux qui les commettent n'ont rien à dire et (un comble pour un art visuel) rien à montrer, rien à faire entendre non plus, à quoi l'imaginaire pourrait s'accrocher a minima.
    Je vous cite : "on ne distingue absolument rien", "une cellule où on ne voit rien".
    C'est que même dans le noir (omniprésent dans les films) fait pour suggérer qu'il se passe quelque chose en fait il ne se passe rien et c'est cela qu'on voit : rien.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Vous l'avez quitté parce qu'il était chiant à mourir ; et j'aurais fait pareil si je n'avais décidé d'occuper mon temps à rédiger en même temps ce billet.

      Supprimer
    2. Chère Geneviève, "C'est que même dans le noir [...] c'est cela qu'on voit : rien" (pardon de vous avoir abrégée). Ne pensez-vous donc pas, comme chaipuki récemment à l'occasion de l'inauguration du Musée Soulages (je crois), que du noir vient la lumière ?

      Supprimer
  9. Walking dead, me suffit largement pour me faire mourir de rire mais je dois avouer que vos comptes rendus de ces films gores sont sublimes, continuez dans le style , les cahiers du cinéma vous sont ouverts.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Mais que voudriez-vous que j'aille faire dans ces Cahiers-là ? Je suis tellement bien ici…

      Supprimer
  10. Bonjour Monsieur Goux
    Dans le début de votre billet vous dites que Youri conduit tout ce petit monde dans son combi Volkswagen pourri. Personnellement je m'intéresse peu aux véhicules mais j'ai un mari qui se passionne pour les véhicules soviétiques et qui m'affirme que le moyen de transport en question doit plutôt être un UAZ-450 A, qui ressemble fort au combi Volkswagen, ( UAZ-450 A qui serait plus "couleur locale" qu'un véhicule germanique).

    http://www.krasnayazvezda.com/terre/materiels/vehicules_sanitaires/uaz452.php

    Pour le reste je ne commente pas car je préfère vos goûts littéraires très sûrs à vos goûts cinématographiques plus discutables. (Mais ça vous aide peut être à vous relaxer le cerveau...)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Votre mari a très certainement raison ! Pour le reste, je confirme : ce genre de films relaxe le cerveau. Il peut même arriver à le faire couler, tel un camembert trop fait.

      Supprimer
  11. Je l'ai vu en entier,et doit dire qu'il très fidèlement résumé....Mais je me demande comment vous avez récupéré la dernière image

    RépondreSupprimer
  12. Vous devriez être critique cinéma à Télérama, c'est un créneau inoccupé, ça arrondirait vos fins de mois et ça nous changerait des critiques de films contemplativement esthétisants ou l'inverse.
    Je n'aurais jamais cru les ukrainiens irradiés aussi primesautiers.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Les Ukrainiens ont toujours très bien caché leur jeu ; spécialement les irradiés, d'ailleurs.

      Supprimer
  13. Il n'y a donc pas de zombies communistes dans les pays de l'Est ? Chez nous, on en a plein : on pourrait les leur prêter.

    RépondreSupprimer
  14. Putain de bordel ! C'est quoi cette tartine ? Je vais être obligé de faire un billet sur la réforme territoriale ou une connerie comme ça pour vous obliger à lire.

    RépondreSupprimer

Les commentaires anonymes seront systématiquement supprimés, quel que puisse être leur contenu, voire leur intérêt.