dimanche 8 novembre 2020

On covid et on s'en va


Les vieillards ont toujours adoré parler de leurs maladies, réelles ou supposées, déclarées ou seulement menaçantes, discourir sans fin sur leurs symptômes, leurs effets, les moyens de s'en prémunir ou de les vaincre, etc., à perte de vue et de salive. Dans ma jeunesse, cette manie était l'occasion de moqueries plutôt affectueuses. 

Il est intéressant de constater que, depuis l'arrivée du petit Chinois, un pays entier ne parle plus que de maladie, et ce dans toutes les tranches d'âges, tous les milieux, toutes les classes. Comme si, sans même nous en apercevoir, nous étions, tous et d'un seul coup, devenus d'égrotants vieillards, ne formant plus que la queue d'une civilisation entrée en phase terminale, et pour laquelle il n'existe aucun modèle efficace de respirateur artificiel.


23 commentaires:

  1. J'y suis ! Vous avez trouvé l'illustration puis avez décidé d'en faire un billet ?

    RépondreSupprimer
  2. Nous n'avons certainement pas les mêmes vies.

    Cette crise sanitaire a changé profondément notre vie sociale et économique (télétravail, téléformation, chute de l'activité, etc). Elle a changé celle de nos enfants, en leur mettant un masque en guise de bourre-pif.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Cela ne change rien au symptôme que je crois discerner (peut-être à tort, du reste).

      Supprimer
  3. Ah... quel sentiment grisant d'avoir un pied dans la tombe et l'autre dans une cabine "prestige" d'une croisière costa !

    RépondreSupprimer
  4. Cette photo là...
    Sous-entendriez-vous avec elle qu'en plus d'être un pays de vieillards nous sommes également un pays de pédales ?

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Non point ! Je suggérais plutôt qu'un pays qui applaudit à ce genre d'exhibitions de dégénérés (au lieu de les conduire direct au bûcher le plus proche), ce pays-là ne mérite en aucun cas d'être sauvé.

      Supprimer
  5. " Dans chaque vieux, il y a un jeune qui se demande ce qui est arrivé "

    ... et c'est de Groucho Marx !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Groucho Marx, Michel Houellebecq, même combat !

      Supprimer
    2. Cela rappelle le "Ce qui est terrible,ce n'est pas qu'on vieillit,c'est qu'on reste jeune " d'Oscar Wilde- pourtant mort jeune, comment pouvait-il le
      savoir ?

      Supprimer
    3. Vieillir n'est pas la même chose qu'être vieux : cela se fait à tout âge.

      Supprimer
  6. Le choc des photos.

    (Mon dieu je suis émue : j'ai enfin trouvé comment commenter ici).

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Mais il me semble que, par le passé, il vous est déjà arrivé de commenter ici, non ?

      Supprimer
  7. Et vous avez trouvé ça tout seul ? Bravo !

    RépondreSupprimer
  8. C'est l'heure de l'euthanasie donc...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. On ne devrait pas en être très loin… à moins qu'elle ne soit déjà en route !

      Supprimer
  9. J'aime bien la dernière ligne. Vous aimez bien "ergoter", attention à ne pas radoter non plus, ça va se voir.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oh, je crois que je radote depuis déjà un petit moment ! Mais le propre du radotage, c'est que le radoteur n'en a aucune conscience…

      Supprimer
  10. Vous devriez nous pondre un nouvel article : on les a assez vus vos quatre zozos...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Vous n'êtes pas obligé de revenir toutes les dix minutes non plus…

      Supprimer
    2. Le 2ème à partir de la gauche,c'est bien Nicolas Jégou ?

      Supprimer
  11. Les états d’âme sont les premiers symptômes de sénilité d’une civilisation. Nos réactions actuelles ne font que valider une situation installée depuis plusieurs années.

    RépondreSupprimer

La boutique est rouverte… mais les anonymes continueront d'en être impitoyablement expulsés, sans sommation ni motif.