mercredi 8 septembre 2021

En route vers une vieillesse heureuse

Au départ, il y eut les asiles de vieillards. Ça disait fort bien ce que ça voulait dire : qu'il s'agissait d'une sorte de refuge (les deux mots sont à peu près synonymes) où l'on recueillait les personnes trop âgées pour continuer à se suffire à elles-mêmes – ou dont leurs enfants, plus “modernes”, voulaient se débarrasser, vu qu'ils faisaient des saletés partout, pis que le chien. 

Un jour, on a recrépi l'asile de neuf, on a mis des rideaux aux fenêtres et disposé des pots de géraniums un peu partout. Cela méritait bien un second baptême : ainsi sont nées les maisons de retraite. Elles disaient déjà moins bien, car ce n'est nullement le fait d'avoir cessé le travail qui conduit les vieux (les personnes en situation de grand âge…) en ces endroits, mais bien le fait qu'ils perdent le contrôle de leur propre existence.

Un autre jour encore, un crâne d'œuf administratif, probablement fêlé, s'est avisé qu'il serait bon de s'affranchir une fois pour toutes et totalement de la réalité. Et les maisons, ex-asiles, sont enfin, pour la plus grande satisfaction de tous, devenus des Ehpad, création acronymoïdale qui, pour bien revendiquer le fait qu'elle n'a plus rien à voir avec les anciens mots, ceux qui avaient encore l'impudence de signifier quelque chose, refuse de prendre la marque du pluriel, même quand elle est légion. On imagine déjà très bien quel pourrait être demain, voire ce soir même, le slogan publicitaire de ces antichambres de l'enfer :

Grâce à mon e-Pad, je reste connecté dans mon Ehpad !

Et nous aurons enfin une vieillesse heureuse.

72 commentaires:

  1. En Suisse, nous les appelons EMS, ou "établissements médico-sociaux", c'est encore plus obscur que "EHPAD"... et certains disent encore "home", médicalisé ou non.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. "Établissement", je comprends ; "médicaux", je comprends toujours… Mais pourquoi "sociaux" ?

      Pourquoi pas, en plus "citoyen", "durable" et "équitable" ?

      Quoique, "durable", dans ce cas précis, pourrait passer pour de l'humour noir…

      Supprimer
    2. Je crois qu'ils sont sociaux parce que les gens qui ont suffisamment de fric restent chez eux, pouvant se payer les services à plein temps d'un(e) auxiliaire de vie (autrefois ç'aurait été une bonne à tout faire doublée d'une garde-malade).
      Bernadette

      Supprimer
  2. On les a aussi appelées, pour les pauvres, les hospices, d'où vient le mot hôpital: parce que donner à manger et empêcher de coucher dehors en plein hiver aide à se maintenir en vie et constituent des soins médicaux basiques.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. D'autant que, à l'époque, on luttait à peu près aussi efficacement contre les ravages des maladies que contre ceux de la vieillesse.

      Supprimer
  3. Ah oui mais non.
    Les ephad ont une différence de taille avec les deux précédents.
    Si elles n’ont rien à envier aux 2 autres précédents « mouroirs », il est désormais possible de les privatiser.
    Ainsi, j’ai reçu des propositions d’investissement.
    .
    Quand aux pauvres vieux à l'intérieur, tout leur capital y passe, tondre tondre jusqu’a ce qu’il ne reste plus rien.

    Hélène

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Mais est-ce que privatiser doit obligatoirement entraîner l'acronymisation ? Telle est la question…

      Supprimer
    2. On pourrait être hospitalisée dans un EHPAD privé tout en investissant ses économies dans cette même chaîne d'EHPAD : ainsi,on serait gagnant ou perdant, c'est selon.

      À noter que le créateur de Korian, la plus importante chaîne d' EHPAD française à but lucratif est un chirurgien, le dr. Denormandie, père du ministre du même nom.
      Et qu'il s'apprête à créer une "Académie des médecines parallèles" ( homéopathie, naturopathie, etc.) pour contrer les Académies de médecines "officielles" ( Académie de Médecine, Académie de Chirurgie ).

      Supprimer
    3. Bref, un triste sire doublé d'un charlatan putatif.

      Supprimer
    4. Ah, vous ignorez le côté sacré de la vocation médicale !

      Supprimer
    5. Je préfère que mes médecins gardent le sacré pour leurs heures de loisir…

      Supprimer
  4. On est d'accord ! Ils m'ont gonflé pendant la crise machin "Et ta mère, dans son Ehpad, ça se passe bien ?" Elle n'est pas Ehpad mais dans un truc qui a statut de maison de retraite (les Ehpad étant des maisons de retraite avec un médecin de référence mais on s'en fout, aujourd'hui).

    Quand j'étais gamin, on parlait de "maison de retraite" et de "long séjour", ces derniers étant des espèces de mouroirs...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Toutes les maisons de retraite sont des "mouroirs", inutile de se voiler la face : vous en connaissez beaucoup, vous, des gens qui, après deux ou trois ans en maison de retraite sont rentrés tranquillement chez eux ?

      Supprimer
    2. Toutes les maisons sont des mouroirs ! Vous croyez qu'il suffit de rester chez soi pour ne pas mourir ?
      Ceci étant, pour une fois, Jégou a raison: le H de EHPAD renvoie à hospitalisation, pas à hébergement.

      Supprimer
    3. Quand on meurt chez soi, on ne meurt pas tout à fait. Sinon, nous n'aurions pas tous ces livres et ces films centrés sur des maisons hantées.

      Supprimer
    4. Le H d'Ehpad renvoie à hébergement mais Arié étant toujours aussi sûr de me connaître dit que j'ai raison car je dis que ça renvoie à hospitalisation ce que je n'ai jamais dit...

      Faut quand même reconnaître qu'il n'a plus le gaz à tous les étages...

      Supprimer
    5. On vous l'a répété cent fois : on NE PARLE PAS de gaz à une personne en situation de judéité !

      C'est des coups à se retrouver soi-même en situation de privation de liberté, ça…

      Supprimer
    6. Tiens, c'est vrai, le H de EHPAD renvoie à hébergement ! Certain de l'autre hypothèse ( "hospitalisation "), comment ai-je pu penser que Jégou aurait dit quelque chose d'exact ?

      Supprimer
    7. Allons, allons : et le gaz hilarant( protoxyde d'azote )? et les poppers ( nitrite d'amyle ) ?

      Supprimer
  5. Mais c'est très bien l'acronymisation, par exemple, ce qui manque manifestement à notre gouvernement actuel (qui est obligé de recourir à McKinsey), c'est:
    Un Institut National d'Etudes Pour Toutes Entreprises.

    RépondreSupprimer
  6. D'un homme qui ne voulait pour rien au monde mourir à l'hôpital :
    "je tiens à ma mort autant qu'à nulle chose au monde et je ne voudrais à aucun prix qu'elle me fût dérobée, escamotée. Un drame sans dénouement n'est pas parfait. L'épreuve est pathétique et c'est là que je m'attends."

    La fin d'un monde

    Patrick Buisson

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je ne comprends pas très bien ce qu'il veut dire par "sans dénouement" : la mort à l'hôpital est aussi un dénouement. C'est d'ailleurs l'unique dénouement, qu'il ait lieu là, chez soi ou au camping des Flots Bleus.

      Supprimer
    2. À l'hôpital il aurait été entubé, anesthésié, soulagé ; il n'aurait pas vu la mort "en face".

      Supprimer
    3. C'est un peu de la pose, non ? Qui peut savoir si qui que ce soit a déjà "vu la mort en face" ?

      Supprimer
    4. @Fredi M.
      "Entubé"?
      En France il n'y a pas besoin d'aller où que ce soit pour être entubé, tous les électeurs sont systématiquement entubés depuis des décennies.

      Supprimer
    5. Tous les gens qui ont eu recours au suicide assisté dans les pays où il est autorisé: ce n'est pas une décapitation à la hache ( ou au sabre si on est pistonné comme Anne Boleyn ), mais une sédation entraînant un endormissement banal.

      Supprimer
    6. En y réfléchissant ,et n'en déplaiseà La Rochefoucauld,je ne comprends pas ce que signfie "voir la mort en face". On peut voir un tigre vous sauter dessus, un peloton d'exécution vous viser, mais c'est voire vos éventuels tueurs ( ils peuvent tous vous rater...), mais pas la mort elle-même... Peut-être un papier d'analyse anatomo-pathologique révélant une forme incurable d'une maladie ?

      Supprimer
  7. Elie
    « ... ainsi,on serait gagnant ou perdant, c'est selon.« 

    Oui, si la durée de vie dépendait de la nature ou de la roulette russe,
    non si elle dépend de l’euthanasie.
    Lorsque l’état d’un malade coûte trop et que l’ehpad préfère un pensionnaire autonome à un grabataire, votre raisonnement ne tient plus. N’oubliez pas que la privatisation est d’abord une affaire de rapport.
    Hélène

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. EHPAD= Etablissement d'Hospitalisation ( = donc, médicalisé) pour Personnes Âgées DEPENDANTES ,donc, par définition, non-autonomes.

      Supprimer
    2. Hélène, Rectification: le H de EHPAD renvoie à hébergement (cf. + haut), mais le D, qui nous intéresse ici, à Dépendantes.

      Supprimer
    3. PERDU... H = Hébergement...

      Supprimer
    4. Excusez moi grand manitou Arié, j’aurais du être plus précise pour ne pas réveiller le troll qui sommeillait en vous😏
      Il y a une sacré différence entre les pensionnaires qui ne peuvent pas rester seuls chez eux, mais qui disposent de suffisamment de lucidité pour se mouvoir seuls (en fauteuil roulant ou déambulateur), s’alimenter seuls etc. et ceux qui sont atteints de troubles cognitifs sévères.
      ... et si ça n’est encore pas expliqué pile poil comme vous le souhaitez, je m’en fous. Bises😘 Hélène

      Supprimer
  8. Bizarrement j'ai mis ce mot au chiotte depuis trois ans que je fréquente assez régulièrement ce lieu pour ma mère. Quand ses rares amis ou ses voisins demande de ses nouvelles je répond qu'elle est en MAISON avec un grand parc aux arbres pluri-centenaires dont helas elle ne profite pas avec sa mobilité reduite.
    Juste maison. Pas d'acronyme à la con devenu si péjoratif que son emploi a dérivé dans le vulgaire.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Méfiez-vous tout de même : dire d'une femme qu'elle est "en maison" pourrait prêter à certaine confusion, hautement dommageable à la réputation de madame votre mère…

      Supprimer
    2. ha ha ! elle qui fût si sage toute sa vie. Amoureuse d'un idéaliste qui préférait les livres au repas du dimanche. (elle l'envoyait au marché acheter des poireaux, il ramenait un exemplaire des fleurs du mal déniché chez un bouquiniste, à l'époque il y avait encore des vendeurs de livres d'occasions sur les chémar du neuf cube)
      A son age, sa réputation ne s'effraierait pas de quelques nuances de gris. je suis même a peu près certain que cela l'amuserait beaucoup. elle n'a plus de chats, ni de chien et n'a jamais eu froid aux yeux. Et puis elle ne voit plus assez clair pour lire. Alors un peu de bagatelle :.)))

      Supprimer
  9. Pour votre information , car vous ne croyez peut être pas N. Jegou
    https://www.service-public.fr/particuliers/vosdroits/F763

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci de nous avoir indiqué un lien qui commence par
      " L’accès au compte est temporairement désactivé pour maintenance.Veuillez nous excuser pour ce désagrement. Essayez ultérieurement. "

      Supprimer
    2. Amusant, mais faux ... le lien fonctionne parfaitement

      Supprimer
    3. Ce n'est pas ce que dit le site, qui doit quand même le savoir mieux que vous, non ? Vous avez dû faire une fausse manip.

      Supprimer
    4. Put... y a pas que le gaz qui monte plus. C'est toute la tuyauterie qui est encrassée !!

      Supprimer
  10. "Vous avez dû faire une fausse manip."

    BWAHAHA!
    Excellent, voilà une méthode de debugging d'avant garde.
    Face à une erreur en faire une autre qui la compense.
    Mais ça se comprend (-) x (-) = +...
    Plus sérieusement Mr Arié, vous devriez parler à votre médecin, la gériatrie a fait de grand progrès.

    RépondreSupprimer
  11. Réponses
    1. Il semblerait que le second degré soit incompatible, pour certains, avec les forums, ainsi que l'originalité dans l'humour ( mon âge : hahaha ! Mais où vont-ils chercher tout ça ?)

      Supprimer
  12. Arrêtez de contredire M. ARIE !! Il va se vexer, ne postera plus, et comment on va rigoler après, hein ?? Je vous le demande !

    RépondreSupprimer
  13. C'est si vrai... Autant on voit ce qui a pu finir par chagriner dans la dénomination "asile de vieillards", autant on ne saisit pas ce qui clochait avec "maison de retraite". Si ce n'est d'induire qu'on était retiré de la vie alors qu'on enseigne au contraire que les seniors peuvent tout à fait avoir une sexualité épanouie - que dis-je torride ! - et s'adonner à toutes les attractions festivistes que leur pouvoir d'achat met à leur portée.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est bien pourquoi "maison de retraite" était déjà une première tentative de voiler une réalité somme toute déplaisante, et que mettait crûment en lumière l'ancien "asile de vieillards".

      Ensuite, on a carrément balayé la réalité sous le tapis avec l'Ehpad…

      Supprimer
  14. Allez, une dernière pour la route, et qui plaira à ceux qui ont connu l' Almanach Vermot; la maxime de La Rochefoucauld, qui détestait les Bretons,et qui a été mal transcrite, était en réalité " Ni le soleil ni l'Armor ne peuvent se regarder en face ".

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. ... Almanach Vermot dont je découvre,à ma grande surprise, qu'il existe toujours, avec la même couverture, et qu'il est l'auteur du fameux " Comment vas-tu...yau de poële?" ( et je présume aussi, sans en être certain, de la réponse "Et toi ...le à matelas?")

      Supprimer
  15. 51 commentaires sur l'Ehpad, cela nous éclaire un peu sur le lectorat de notre hôte.
    Un prochain billet sur le GIR ? Histoire de boucler la boucle.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Il faut bien dire, tout de même, que 16 commentaires sur les 51 proviennent de EA... Mais, vous avez raison, il a dû se sentir concerné par le sujet de l'EHPAD

      Supprimer
    2. ... sans commpter tous les commentaires concernant EA , et son âge pour les plus inventifs d'entre eux.

      Supprimer
    3. (suite) Pour élargir le problème: je crois que ceux qui se moquent le plus des vieux et du gâtisme sont ceux qui ont le plus peur du jour où ils atteindront ce premier stade, et peut-être ce second. C'est une réaction de défense, qui ne traduit nullement le comique que cette perspective inévitable provoque chez eux non pas la joyeuse et i originale boutade (" Moi, je ne suis pas comme ça!"), mais d'exorcisme du " pas encore, mais ça viendra " qui l'accompagne.
      Cela rappelle les rires des certains Africains ou Asiatiques, qui sont souvent des réactions de gêne extrême et de défense.

      Supprimer
    4. Vous noterez que, à notre époque de démence ordinaire, la "vieillophobie" est le seul "racisme" qui reste non seulement permis, mais tacitement encouragé. Bien vu. Très "tendance".

      Supprimer
  16. Quand on est soi-même senior(a) et qu'on a un parent(ma mère 89a)aux portes de l'EHPAD, on se sent forcément concernée par le sujet....
    J'avoue que j'ai hésité entre un commentaire gai et un commentaire triste.
    D'où celui-ci mi-figue mi-raisin.

    Bibi

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je suis dans la même situation que vous. Eh bien, malgré cela, je n'arrive nullement à me sentir concerné, je ne sais pourquoi.

      J'ajoute que, au départ, la vieillesse et ses maisons n'étaient nullement "le sujet", n'étant là qu'à titre d'illustration.

      Mais bon…

      Supprimer
    2. Pour changer un peu de l'humour d'Alix : j'ai connu un couple d'octogénaires parfaitement lucides qui devait s'occuper de leur fils sexagénaire atteint d'une forme précoce et sévère de démence d' Alzheimer : eh oui, l'espérance de vie augmente, mais le reste ne suit pas toujours au même rythme...

      Supprimer
    3. Vous avez pleinement raison ! C'est de l'humour; d'ailleurs ma belle-mère (90 ans) qui vit chez nous, a mis 20 ans à s'y habituer (à mon humour). Ma mère (même âge) y est habituée depuis longtemps...

      Supprimer
  17. Bon, pour revenir au sujet, je crois que vous ne mesurez pas l'évolution qu'ont connu les maisons de retraite et qui justifie largement le changement de nom.
    Désormais, la moyenne d'âge de ces lieux dépasse le plus souvent les 90 ans, et une majorité des résidents souffre de troubles cognitifs relativement sévères. Si les maisons de retraite existent encore, elles n'ont rien à voir avec les Ehpad.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je ne vois pas en quoi l'augmentation de l'âge moyen justifierait cet acronyme barbare et dénué de sens immédiat : Ehpad…

      Supprimer
    2. Je ne vois pas en quoi l'augmentation de l'âge moyen justifierait cet acronyme barbare
      Les soins aux personnes qui y sont différents peut-être ?

      Supprimer
    3. C'est parce que MAG(Maison À Gâteux) n'est pas très euphonique.

      Supprimer
    4. Dans maison de retraite, il y a maison, et retraite.
      L'acronyme barbare qui a pris la suite reflète assez bien somme toute l'évolution des établissements qui ont pris la suite. L'absence de sens immédiat correspond à peu près au sentiment qui reste après avoir parcouru les couloirs des Ehpad...
      Bref, le langage, malheureusement, reflète assez bien notre époque, où il semble que chaque individu soit vu à travers le prisme d'une administration omniprésente et tentaculaire.

      Supprimer
    5. Fredi : donc, d'après vous, des soins différents justifieraient une appellation incompréhensible ? Intéressant…

      Arié : tout à l'heure, pour les dernières lettres de Ehpad, Michel Desgranges me proposait : Proches de l'Agonie et Désespérés…

      Dsl : là, nous sommes à peu près d'accord.

      Supprimer
    6. @Didier
      Ça expliquerait en tout cas que l'on ne parle plus de maison de retraite mais plus de quelque-chose qui se rapproche de l'hôpital.

      Supprimer
    7. Dans EHPAD il y a le D de dépendance...
      On est bien loin d'une retraite heureuse !

      Supprimer
    8. Mais enfin, bon sang de bois, vous faites exprès de ne pas comprendre ? Je veux bien qu'on change le nom d'une chose, d'une institution, etc, si c'est pour que son nom colle DAVANTAGE à sa nouvelle réalité. Mais PAS que l'on gomme totalement toute réalité sous un acronyme imbitable !

      Merde, c'est pourtant simple…

      Supprimer
  18. M. Goux :Pourquoi serait-on désespéré de devoir passer bientôt l'arme à gauuche ? Ce n'est pas du tout mon cas, du moment que ce ne soit pas à droite.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est la suggestion de Michel Desgranges… qui a à peu de chose près votre âge : débrouillez-vous avec lui…

      Supprimer

La boutique est rouverte… mais les anonymes continueront d'en être impitoyablement expulsés, sans sommation ni motif.