vendredi 23 septembre 2022

Pas de rebords à mes épaulettes



 Catherine m'annonçant tout à trac que nous allions, ce soir, dîner d'une tourte, j'ai aussitôt et automatiquement – vous auriez fait pareil – repensé à la célèbre “tourte aux cailles”, ce délice plus linguistique que gastronomique. 

C'est alors qu'a surgi dans mon esprit cette question inédite et saugrenue : la science du contrepet existe-t-elle dans d'autres langues que le français ? Y a-t-il moyen de se régaler entre amis d'une bonne tourte aux cailles en anglais ? En chinois ? En serbo-croate ? En wolof ? En patois du Limousin ?

Le bon sens, la logique voudraient que l'on répondît par l'affirmative, pour la bonne raison que… yapadréson, justement. Pas de raison qu'une seule et unique langue permît ces facéties syllabiques et que les autres en fussent insupportablement frustrées. Il n'empêche : je ne parviens pas à me représenter ce que pourrait être une contrepèterie allemande, espagnole, arménienne ou tamoule. 

D'un autre côté, le fait d'être demeuré, ma vie durant, strictement monoglotte ne doit évidemment pas être étranger à cette non-représentation…

57 commentaires:

  1. Le fait que la contrepèterie, cet art raffiné de décaler les sons, soit plus rare (et moins grivoise) en d'autres langues qu'en français semble tenir au génie de la langue française lui-même, si j'en crois Wikipedia, qui donne cependant quelques exemples non francophones.
    Bonne fin de semaine!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. J'aurais pu, en effet, commencer par aller traîner mes guêtres chez Wiki ! Mais, ce faisant, je me serais privé d'un billet…

      Supprimer
  2. J'ai triché en cherchant sur Google! Soyez rassurés, ça existe : "Hoy favores, otra dia va fores !" ou "The seals have cunning stunts and the girls have stunning cunts"

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Le problème, mon problème, est que, même s'ils existent, je reste hors d'état de les savourer !

      Supprimer
  3. J’en connais une en belge si ça peut vous faire plaisir : il fait beau et chaud.

    NJ.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est une blague de Liège, ça ! Je connaissais déjà la variante de Namur : Demain, il fera chaud et beau.

      Supprimer
  4. Pas toujours grivoises... Je me souviens de l'exemple bien innocent que donnait le Petit Larousse ( je ne sais pas si ça a changé) :"Sonnez, trompettes !"

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Déjà l'intérêt du contrepet est limité, si en plus il n'y a pas de double sens obscène, ça ne vaut vraiment plus le coup.

      Supprimer
  5. Certaines, même en français, sont un peu dures à trouver (quoique)... exemple "Pour un vrai dur, j'ai mon calibre".

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Le Canard Enchaîné à une rubrique hebdomadaire de contrepèteries intitulé " Sur l' album de la marquise ", et il paraît que ce titre en contiendrait une, mais je n'ai jamais rencontré quelqu'un qui l'ai trouvée.

      Supprimer
    2. Vous ne risquez pas de le trouver puisque le vrai titre de la rubrique est, si ma mémoire est bonne (je n'ai pas ouvert cette feuille de chou depuis environ 40 ans), L'album de la comtesse et non de la marquise (qui, elle, était absente puisque sortie à cinq heures).

      Supprimer
    3. C' est vrai, mais pas mieux.

      Supprimer
    4. Solution : "Pour un vrai dard, j'ai mon cul libre..."

      Supprimer
    5. C'est étonnant que personne ne l'ait trouvée : elle est pourtant assez "basique" dans son genre.

      Supprimer
    6. La rubrique s'appelait précisément "Sur l'album de la comtesse". Ce qui donne "Boum sur le con de l'altesse".
      Je l'ai aussi cherchée longtemps, celle-ci. Désolé de briser le mythe...

      Supprimer
  6. Rappelons également que Die Blusen des Böhmen (« Les Blouses de Bohême »), qui est eine Sammlung von Nonsensgeschichten des deutschen Schriftstellers Robert Gernhardt – ce qui signifie, en langage civilisé, un recueil d'histoires absurdes de l'écrivain allemand Robert Gernhardt – est aussi la contrepèterie de Die Blumen des Bösen, traditioneller deutscher Titel des Fleurs du mal.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Vous ici, très cher ! Voilà qui ne nous rajeunit ni l'un ni l'autre !

      Heureusement, nous vieillissons comme des bourgognes d'exception…

      Supprimer
    2. Merci pour la référence, moi qui me plaignait de en trouver que peu de livres en allemand pour ma liseuse. J'aurais pensé que le contrepet était très difficile en allemand

      Supprimer
    3. La question du s à Bourgogne me turlipine…et la minuscule aussi, mais certain que vous allez apporter une réponse…sinon Benjamin Griveaux est lui aussi une presque contrepèterie…

      Supprimer
    4. Pour la minuscule initiale, je suis sûr de moi… mais déjà beaucoup moins pour l's final.

      Pour Griveaux, je donne ma langue…

      Supprimer
    5. Vérification faite, il faut bien un s final pour les noms de vins mais aussi de fromages (des champagnes, des roqueforts). Sauf s'il s'agit de noms composés : des saint-nectaire, des château-lafitte.

      Voilà.

      Supprimer
    6. Merci pour la précision et la recherche, j'aurai pu le déduire de l'exemple les champagnes, mais dans mon esprit le champagne représente bien plus une boisson qu'une région...Pour Griveaux c'est assez mauvais et tirer par les cheveux mais j'aurai dû écrire Grivot pour donner Benjamin Gros Vit, eût égard à ses déboires personnels...

      Supprimer
    7. correction: "c'est tiré par les cheveux"....

      Supprimer
  7. "D'un autre côté, le fait d'être demeuré..." j'étais un peu rassuré de lire la suite de la phrase.

    RépondreSupprimer
  8. J'ai finis par comprendre 'tourte au cailles' en regardant le texte des petits rats du 🐱. En zoomant parceque ma vue baisse. C'est bien de mettre des images pour les handicapés d'la comprenette. Je sais désormais s'qu'est une contrepèterie 😉

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Il n'y a pas d'âge pour s'instruire ! (Phrase garantie sans contrepet…)

      Supprimer
  9. Deux contrepéteries célébres :
    La folle de la messe, attribuée à Rabelais
    Je vous laisse le choix dans la date, madame la directrice du personnel.

    RépondreSupprimer
  10. Zéro en contrepèterie ! J'en ai jamais trouvé une.
    Je viens de lire que contrepéter signifiait équivoquer. Ma foi ...
    Hélène

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Un vieil ami à moi assurait que les femmes étaient totalement inaptes à saisir les contrepèteries. Et, de fait, c'est une chose que j'ai souvent pu vérifier.

      Supprimer
    2. Je viens de le vérifier à l'instant avec ma belle...
      Et quand on lui explique, elle fait la grimace.
      La contrepetrie est un truc de mecs faut croire...

      Supprimer
  11. Involontaire ?
    II semblerait que la mairie de Paris en ait fait une belle avec "Paris-Plages" :
    "Les berges sont à vous".

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Et que dire de l'Eau d'oranges vertes, eau de Cologne d'Hermès ?

      Supprimer
    2. En fait, je m'aperçois – à mon grand dam – que je suis assez peu doué pour trouver la clé des contrepèteries…

      Supprimer
    3. Et si je souligne eau d'oranges vertes, la sentez-vous mieux ? (commentaire sous toutes réserves d'exactitudes, l'insertion des bornes le rendant proprement illisible.)

      Supprimer
    4. Désolé, je ne vois toujours pas !

      Supprimer
    5. Je suppose "odorantes verges" ...

      Supprimer
    6. ça doit être effectivement un tropisme masculin, je porte cette eau depuis 25 ans et je n'y avais jamais pensé

      Supprimer
  12. Il me semble qu'on peut dire de la contrepèterie ce que Victor Hugo disait du calembour ( mais la contrepèterie n'est-elle pas une forme particulière de calembour ?) : " c'est la fiente de l'esprit ".

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Citation tronquée donc inexacte, comme presque toujours. La vraie définition d'Hugo :

      Le calembour, c'est la fiente de l'esprit qui vole.

      Supprimer
    2. C'est étrange: j'ai lu des tas de fois dans ma ( trop) longue vie cette citation de Hugo, mais toujours tronquée : pourquoi ?

      Supprimer
    3. Allez savoir…

      Je crois qu'elles sont nombreuses dans ce cas, les citations transmises faussement. Sans parler de celles qui n'ont jamais existé, du genre “l'État c'est moi” attribué à Louis XIV, ou “je ne partage pas vos idées mais je me battrai, etc.” que l'on fait dire à Voltaire, lui qui n'a cessé de tenter de bâillonner tous ses adversaires.

      Supprimer
    4. Au fond, les citations apocryphes sont les meilleures, et celles qui passent le mieux à la postérité.

      Supprimer
    5. Tiens ! D'après Wikipédia, " Paris vaut bien une messe" d' Henri IV serait également apocryphe !
      Elle aurait pu être de Clovis, mais lui aurait dit " Lutèce vaut bien une messe ".

      Supprimer
  13. - Lors de leur dernier entretien téléphonique, Poutine aurait dit à Macron " Je suis russe, il faut que tu me cèdes ".

    RépondreSupprimer
  14. Réponses
    1. Y'a celle là aussi qui est plus difficile :
      T'as mal à l'ongle, Mitterrand

      Supprimer
    2. T'as mal mis ton gland à l'air. Désopilant, non ?

      Supprimer
    3. Ce n'est plus du contrepet, c'est de la haute voltige !

      Supprimer

La boutique est rouverte… mais les anonymes continueront d'en être impitoyablement expulsés, sans sommation ni motif.