mercredi 19 février 2014

À propos de Winston Churchill

Tu me regardes meilleur, OK ?

Catherine est plongée dans le fort volume contenant les lettres de Winston Churchill à sa femme, et réciproquement. Elle est rendue à la guerre de 14. Ce qu'elle m'en dit me donne envie de lui piquer le livre, ce que je ne ferai pas, étant plutôt bien élevé. Le résultat est que nous avons passé l'essentiel de cet apéritif, destiné à célébrer dignement mon entrée en vacances pour les trois semaines à venir, à parler de Winston Churchill (et aussi de Charles de Gaulle, par ricochet). Elle me disait qu'il nourrissait une grande admiration pour Georges Clemenceau, je lui répondais que cela ne m'étonnait guère, ces deux hommes partageant un goût assez sûr pour l'humour corrosif. Et je lui citais cette phrase de Churchill, en 1945, après qu'il fut battu aux élections générales par ce mou du genou de Clement Attlee, un Modernœud avant la lettre, dont l'histoire ne retiendra en effet à peu près rien :

« Un taxi vide s'arrête devant le 10 Downing Street ; M. Clement Attlee en descend… »

Qui se souvient de la gueule de M. Attlee ? De ce qu'il a fait pour l'Angleterre ? Les peuples se montrent souvent exténués des êtres d'exception que leur propre histoire a engendrés, et ils se dépêchent de les éliminer, pour pouvoir se rendormir : Churchill en 1945, de Gaulle l'année suivante. L'Angleterre a eu la chance de sécréter Margaret Thatcher. Et la France ? Pas de bol, personne…

24 commentaires:

  1. Déjà des vacances ? Il faudrait faire une réforme de droite pour supprimer les congés aux types qui ont été malades. Je vois bien Copé la défendre.

    "L'Angleterre a eu la chance de sécréter Margaret Thatcher. Et la France ? Pas de bol, personne…" et Copé, hein, justement ! Vous l'oubliez toujours, celui-la.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ce serait une bonne définition : Copé, l'homme qu'on oublie.

      Supprimer
  2. Les livres rassemblant les bons mots de Churchill ou les meilleurs extraits de ses discours sont une véritable industrie en Grande-Bretagne et aux Etats-Unis.
    Il faut dire que l'homme n'était pas avare en la matière.
    Tenez, rien qu'un spécialement pour vous (je traduis approximativement et de mémoire) : je retire plus de l'alcool qu'il ne retire de moi.

    RépondreSupprimer
  3. Qu'a fait Attlee? La création d'un service national de Santé dès 1945, auquel même Mme Thatcher n'a pas touché, à l'accès généralisé d'emblée à tous les résidents britanniques (généralisation que la France a dû attendre...jusqu'en 2000), l'indépendance accordée pacifiquement à l'Inde, au Pakistan, à la Birmanie, à Ceylan et à la Jordanie (sans 7 ans de guerre en Indochine puis en Algérie comme la France)...Il a été jugé comme « le meilleur premier ministre britannique » du XXe siècle après 1945 par un sondage de l'université de Leeds,voir:
    http://www.leeds.ac.uk/news/article/867/academics_rate_brown_one_of_the_worst_post_1945_pms

    RépondreSupprimer
  4. « J'admirais Clement Attlee. Il était sérieux et patriote. Tout à fait à l'opposé de la génération de politiciens des années 1990, il était efficace sans ostentation. » Mémoires de Margaret Thatcher.

    En fait, Attlee présida au passage réussi de l'économie de guerre à l'économie de paix, abordant les écueils de la démobilisation, la pénurie de devises étrangères, les déficits défavorables des balances commerciales et des dépenses gouvernementales; il décida aussi que le Royaume-Uni garderait son indépendance en matière d'armement nucléaire et commença le programme de fabrication des bombes en 1947.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Eh bien, voilà ce bon M. Attlee réhabilité : une bonne chose de faite.

      (Je me demande d'ailleurs, ce matin, pourquoi je me suis acharné ainsi sur ce pauvre garçon…)

      Supprimer
  5. Sir Winston: mon héros. Clémenceau : bien contestable.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ce qui est contestable, mon cher Jacques, c'est de mettre un accent aigu sur l'e de Clemenceau…

      Supprimer
  6. Réponse de Churchill octogénaire à qui on demandait "le secret de sa bonne santé" :
    -- No sport !
    Et il fumait ! --un honnête homme.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Mais jeune il faisait du polo et beaucoup d’équitation. Je vais voir ce qu’il en reste après la Grande Guerre.

      Supprimer
    2. Erreur de jeunesse, va-t-on dire…

      Supprimer
    3. A la a bataille d'Omdurman est livrée le 2 septembre 1898, Winston Churchill, alors officier de cavalerie, participa à la charge du 21e régiment de lanciers Britannique, une des dernières de l'histoire militaire britannique.

      Supprimer
    4. Churchill n'a peut-être plus jamais pratiqué de sport après avoir quitté l'armée, mais il avait une santé de fer et c'était un véritable trompe-la-mort, ne reculant jamais devant une activité risquée.
      Il a par exemple appris à piloter après guerre, à une époque ou l'aviation était dans son enfance et où monter dans un avion signifiait risquer sa vie. Plusieurs de ses instructeurs sont morts et lui-même en a réchappé de peu.
      Il a arrêté lorsque sa femme lui a mis le marché en main : ou l'avion, ou Clémentine.

      Supprimer
    5. Non, il a appris avant la Grande Guerre.

      Supprimer
    6. Il est possible que ma mémoire me trompe sur ce point, effectivement.

      Supprimer
  7. "M. Attlee est un homme très modeste et qui a toutes les raisons de l'être..." disait aussi Sir Winston.
    Très belle photo

    RépondreSupprimer
  8. Plus vous parlez de Winston, plus je me dis que nos politiques actuels sont vraiment des incultes...

    RépondreSupprimer
  9. Autre mot célèbre de Churchill, à je ne sais plus quelle illustre Lady

    "-Si vous étiez mon mari, Monsieur Churchill, je mettrais du poison dans votre thé
    -Si vous étiez ma femme, Milady, je le boirais"

    RépondreSupprimer
  10. Et une autre lui dit lors d'une réception:

    - Monsieur Churchill, vous êtes ivre!

    - Et vous , vous êtes laide mais moi, demain, je serai dégrisé...

    RépondreSupprimer
  11. Et aussi: " Les socialistes se comportent comme Christophe Colomb, ils ne savent pas où ils sont, ne savent pas où ils vont et tout ça aux frais du contribuable!
    Tout ça me rappelle vaguement quelqu'un mais qui ..?

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ah oui, cette citation que je connaissais me met toujours en joie!

      Supprimer
  12. "Et on se battra avec des tessons de bouteilles de bière brisées parce que c'est absolument tout ce qu'on a."

    RépondreSupprimer
  13. “Une pomme par jour éloigne le médecin, à condition de bien viser”

    RépondreSupprimer

Les commentaires anonymes seront systématiquement supprimés, quel que puisse être leur contenu, voire leur intérêt.