jeudi 20 février 2014

Les clés de Saint-Pierre


Comme l'heure de la retraite approche (Tu ne m'as pas compris, Carmen : c'est la retraite ! Il faut que je rentre au quartier pour l'appel… – Ah ! j'étais vraiment trop bête !…), Catherine s'est remise à faire des projets, et le fantasme de Saint-Pierre-et-Miquelon a opéré un retour en force (ou en farce ?). Cette fois-ci, elle a même trouvé la maison que nous allons acheter. C'est vrai qu'elle a l'air gentille, comme ça, avec sa petite galerie qui doit servir trois semaines par an…

23 commentaires:

  1. Réponses
    1. Rêver d'un coin sans bistro... Didier, vous voulez que je me renseigne pour les procédures d'internement ?

      Supprimer
    2. Mais il y a des bistrots à Saint-Pierre (peut-être pas à Miquelon…) ! Eugène Nicole en fait foi.

      Supprimer
  2. Pour ma part, je trouve que Saint-Pierre-et-Miquelon est d'un triste. Le Québec bien qu'aussi froid est autrement plus agréable à tout point de vue. A condition toutefois de ne pas s'installer à Montréal, trop cosmopolite à mon goût.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C’est ce que je me tue à lui dire. Même s’il fait beaucoup plus froid à Québec, avec beaucoup plus de neige aussi.

      Supprimer
    2. C'est la neige qui me gêne un peu…

      Supprimer
    3. La neige ça peu avoir du bon, ça tient les fâcheux à l'écart. Et puis à Québec il y a encore une ambiance de la France d'autrefois, celle qui s'entête encore à vouloir parler la vieille et belle langue de nos aïeux, où on ne dit pas "ça a un goût de framboise" mais plutôt "ça goûte la framboise". Il faut certes aimer ce que nos contemporains appellent des archaïsmes, mais cela concourt au charme de la belle province.

      Sinon, il y a la Louisiane, mais là il faut aimer la chaleur, les marais, les maringouins et l'accordéon diatonique.

      Supprimer
  3. Pendant le trois semaines ou vous pourrez prendre l'apéro sur la galerie, munissez-vous d'un Flytox afin de chasser les moustiques géants…

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Vous croyez qu'il y a des maringouins à Saint-Pierre ?

      Supprimer
  4. Il y a tellement de beaux endroits reculés en France où l'on peut vivre paisiblement...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Plus pour longtemps, à mon avis…

      Supprimer
    2. Bah si ! Les Cévennes ou les Causses (je sais, je radote).
      Geneviève

      Supprimer
  5. C'est la basilique Miquelon ? (Saint-Pierre c'est déjà pris)

    Tout à fait désolé
    Duga

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Il y a aussi la chapelle Langade (encore une île locale).

      Supprimer
  6. Mais vous avez lu le dernier livre de Nicole... Ce n'est plus comme avant !
    Même la neige...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. D'accord, d'accord, mais enfin, ils n'ont tout de même pas pu fermer tous les bistrots !

      Supprimer
  7. Eugène Nicole* écrira dans son prochain livre : " Descendant vers le centre-ville, j'avais l'impression d'aller à la rencontre de ceux que j'avais connus autrefois, je voyais s'avancer vers moi tous ces êtres qui en gravissaient la pente. Je ne reconnaissais pas les visages. Rien ne subsistait des cafés de mon enfance, sinon quelques traces de peinture jaune sur celui qui jouxtait la maison de mon oncle. La porte était ouverte, et j'ai senti quelque chose d'ancien, qui venait du parquet ciré et de l'eau de lavande qu'on vaporisait chaque dimanche sur la branchette de buis fané coincée derrière le crucifix. Un homme était là, massif, essuyant des verres derrière le bar. Dans le vaisselier il y avait L’œuvre des mers et un livre à couverture orange, En territoire ennemi. Je lui ai demandé une limonade, il m'a servi un verre de vin blanc, sans dire un mot. Près de la fenêtre, deux vieillards jouaient aux cartes. Jai demandé à Anselme, le soir, qui avait repris le café, quelle était sa famille. Il me fut répondu qu'il venait du continent, lisait beaucoup, et prêtait ses livres. Et l'on parla d'autre chose, car on n'en savait pas davantage, et on en savait assez."

    *Pardon monsieur Nicole, c'était juste pour rire !

    RépondreSupprimer
  8. Robert Marchenoir21 février 2014 à 16:58

    Si ça se trouve, Marine Le Pen deviendra présidente, et elle ouvrira un bagne à Saint-Pierre et Miquelon pour les délinquants issus de la diversité. Donc l'un dans l'autre...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Mais pourquoi aller bâtir du neuf là-bas, alors qu'avec un minimum de rafraîchissement du gros œuvre le bagnounet de Saint-Laurent-du-Maroni pourrait parfaitement reprendre du service ?

      Supprimer
    2. Et pourquoi ne pas faire faire ce rafraîchissement par les délinquants eux-mêmes?

      Occasion de leur faire découvrir un truc inconnu: le travail...

      T.Fellman.

      Supprimer
  9. Marchenoir a raison, voyons.
    Cayenne et son climat équatorial, c'était l'enfer pour les gardiens blancs. St Pierre sera l'enfer pour les nonchalants des tropiques et délinquants subsahariens. Munis d'un bracelet électronique, ils erreront tristement toute la journée et la nuit dans cet environnement hostile, dépensant en alcool de goémon la maigre rente que leur allouera l'administration pénitentiaire.

    RépondreSupprimer
  10. Le titre de votre ouvrage est une prémonition.
    J'ai dit.

    RépondreSupprimer

Les commentaires anonymes seront systématiquement supprimés, quel que puisse être leur contenu, voire leur intérêt.