mercredi 5 février 2014

L'empire s'effondre


Pardon pour les jeunes gens qui me lisent, mais j'ai vu ce film, L'Empire contre-attaque, à sa sortie en salle (il y a donc 33 ou 34 ans), sur les Champs-Élysées (après, avec Jean-Michel et Philippe, on allait se goinfrer à la pizzeria Vesuvio la plus proche, ça c'est un vrai bon souvenir…). Il repassait, hier, sur je ne sais quelle chaîne de télévision ; Catherine ayant manifesté l'envie de le revoir, j'ai souscrit. Et j'ai tenu vingt minutes. Comment avons-nous pu, alors, aimer une chose aussi stupide, aussi mal construite, servie par d'aussi mauvais acteurs ? J'ai honte pour moi-même, vraiment. Voilà vingt ou trente ans que je vis sur cette idée que cet épisode est le meilleur de la série. C'est peut-être vrai ; il est néanmoins tout à fait idiot, mauvais, mal réalisé, joué par des cochons : un film pour adolescents mal branlé(s). La question est la suivante : comment, intelligents comme on se croit, avons-nous pu aimer une telle daube ? Je suis allé me coucher au bout de vingt minutes, je le redis avec force.

Catherine (qui a, me dit-elle, tenu une demi-heure de plus) pense que c'est à cause des effets spéciaux : ils étaient nouveaux.  Elle a sans doute raison. Mais c'est bien la preuve que ces films sont des merdes, que George Lucas est tout ce qu'on veut sauf un cinéaste, et qu'il est désormais aussi ridicule que ces réalisateurs de films de science-fiction des années cinquante, sur lesquels on tombe, vers minuit, au hasard d'une chaîne improbable : ridicule personnage, incapable de créer quoi que ce soit d'autre qu'un film de cowboys galactiques. 

C'est ce que je voulais dire : ce Lucas est un nul. Il n'a fait que trois ou quatre films pour adolescents imbéciles. Mais alors, comment avons-nous fait pour nous enthousiasmer de ces films grotesques ? Comment avons-nous été assez stupides pour regarder cela, nous qui n'étions plus tout à fait adolescents, tout de même ?

79 commentaires:

  1. J'avais beaucoup aimé la scène où on voit un bar réunissant des pochards alcoolos de tous types, venus de toutes les planètes.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ah, non, ça c'est dans le premier épisode !

      Supprimer
  2. C'est bien ce que je disais, vous devenez raisonnable. C'est inquiétant, vous devriez visionner quelques Guillaume Canet pour renforcer votre système immunitaire.
    Si le mal persiste, Marion Cotillard en cataplasme, ce n'est pas si désagréable qu'on le prétend.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Vous devez avoir raison, je vais me remettre au Canet.

      Supprimer
  3. La réponse est simple : on se croit toujours plus intelligent qu'on n'est pas.
    (Tournure de phrase stéphanoise particulièrement adaptée au sujet)

    RépondreSupprimer
  4. c'est assez drôle, car mon mari hier soir, en regardant le film m'a quasi dit la même chose au bout de vingt minutes environ... " film pour ado, mal fait etc..."..
    j'ai tenu un peu plus longtemps, ne regardant que d'un oeil...
    hypothése : cela nous avait plu parce que c'était le premier film de ce genre ?

    RépondreSupprimer
  5. Ça fait plaisir, je croyais être le seul à ne pas encadrer cette série.
    J'avais vu le premier épisode à sa sortie, c'est-à-dire bien bien avant les multiplex, et je m'étais fait chier à mourir.
    Même les effets spéciaux ne m'ont pas semblé réussis, et ces putains de bestioles poilues "inter-galactiques" ...
    A gerber.
    J'ai allègrement zappé les suites et autres "préquelles".

    Et pourtant, j'aime la SF et les univers créés de toutes pièces, mais là ...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ce qu'il y a c'est que cette série ne relève pas du tout de la science-fiction. C'est un banal western, qui se déroule dans les étoiles, c'est tout. (La flemme de développer…)

      Supprimer
  6. Bon, vous aviez encore un peu l'excuse de la jeunesse prolongée. Pour ma part, j'y avais échappé à l'époque (l'âge sans doute, déjà trentenaire avancé) et n'avait jamais rien vu de la série.
    De fait, je suis tombé dessus pour la première fois hier, pris en cours de route et, le désoeuvrement aidant, j'ai regardé jusqu'à la fin (1/2 h?)
    Vu son succès, j'étais loin de m'imaginer que ça puisse être aussi nul à chier.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Tout de même, j'avais quasiment 25 ans…

      Supprimer
  7. Si mes souvenirs sont bons ce n'est pas Lucas qui a réalisé ce film. Il n'a fait lui-même que le premier épisode.
    Cela étant dit, La guerre des étoiles est strictement pour les enfants. Mais eux adorent ça, vous pouvez m'en croire. Les miens sont complètement accros. Comme j'ai pu l'être à leur âge alors qu'aujourd'hui ces films me font à peu près le même effet qu'à vous...
    Chaque âge a ses plaisirs, je suppose.

    RépondreSupprimer
  8. Robert Marchenoir5 février 2014 à 21:59

    Prochaine étape : déconstruction de la pizzeria Vesuvio.

    (A mon avis, c'était la pizza Pino, mais c'est un détail... de l'histoire... des Champs-Elysées.)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ah, non, c'était plus souvent Vesuvio ! Elle se trouvait dans une rue perpendiculaire aux Champs (Marbeuf ?).

      Supprimer
    2. C'était le Vesuvio dans une perpendiculaire aux Champs Pino était (ou est) "sur" les Champs...

      Supprimer
  9. C'est un film culte. On ne sait pas pourquoi et on s'en fout. Ça fait plus de dix ans que je ne l'ai pas vu.

    Combien de films culte ont bien vieilli ?

    Récemment, on parlait des tons flingueurs. Il a connu le phénomène inverse. Il est devenu un film culte 20, 30 ou 50 ans après sa sortie alors qu'il a démarré au rang de navet, le tout essentiellement pour une scène de cuite.

    Le film en question (l'empire...) était à l'époque le meilleur du genre. Presque réaliste et crédible pour un type pas amateur de SF. Du moins "regardable". On a vu tellement de conneries depuis qu'on se lasse peut-être. Parmi elles, Independance Day, qui fut un succès que j'ai adoré mais une véritable connerie. Comment expliquer ?

    Surtout après une soirée au bistro ?

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Leçon à en tirer : toujours se méfier des films dits "cultes".

      Supprimer
    2. Attention aux coups de pied aux cultes !

      Désolé
      Duga

      Supprimer
    3. Didier Goux, j'aimerais bien savoir, tout de même ! Cette marionnette, là, que vous avez nommée Duga, elle vous revient cher, au mois ?

      Supprimer
    4. Ah, je sens que les affaires reprennent et que les bons vieux réflexes reviennent. J'étais inquiet de cette indifférence, de ce silence. J'étais presque jaloux que la seule Emily fut le seul objet de votre ressentiment. Je pensais que vous étiez absorbé par l'écriture d'une symphonie éternelle, d'un opéra fulgurant, d'un roman définitif. Que nenni ! Je pressent que nous allons bientôt retrouver le niveau qui fut le votre, celui d'une généreuse déclinaison d'insultes scatologiques dont vous nous avez fait jadis l'offrande.
      Dépêchez-vous, nous sommes impatients.

      Duga

      Supprimer
  10. On avait vingt ans, on n'était pas sérieux, les ouvreuses étaient souvent jolies. En sortant, un peu étourdis par la musique tonitruante, les explosions et les lasers, on allait se promener sous les tilleuls verts en imitant la voix d'outre-tombe de Dark Vador annonçant à Luke Skywalker : "Non, je suis ton père !", et tout cela finissait par des fous rires interminables... Je ne vois pas d'autres explications !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Il y avait encore des ouvreuses, en 1980 ?

      Supprimer
    2. Je crois bien que c'était au cinéma du casino, à Aix-en-Provence, et il y avait encore des ouvreuses à cette époque-là, je m'en souviens très bien ! Il faut dire que le cinéma en question était très traditionnel : il y avait encore un entracte avec l'ouvreuse qui passait dans les rangées pour vendre des friandises et des esquimaux !

      Supprimer
    3. On ne doit plus dire des esquimaux mais des inuits…

      Supprimer
    4. A propos de politiquement correct, je me rappelle aussi que Lucas avait eu quelques problèmes quand un critique s'est aperçu que la parade finale dans le premier "Star Wars" était directement inspirée par "Le Triomphe de la volonté", de Leni Riefensthal, la cinéaste officielle du Troisième Reich...

      Supprimer
    5. Pourquoi ne se font plus sucer à l'entre-acte, tout se barre en sucette.

      Supprimer
  11. En fait je l'ai vu à la même époque mais pas au même endroit. Je sortais de lire dune. J'ai donc trouver ce western Galactique sympathique, mais déjà sans profondeur. Un spaghetti de l'espace en fait. Hier soir ma moitié l'avait mis pour me faire plaisir, la force étant avec moi, il n'y avait rien d'interréssant ailleurs.
    J'ai coupé le son a sept et éteint a dix.
    Par contre j'ai moi aussi d'excellents souvenirs de cette pizzeria sur les champs .
    Mais je suis sur que si j'y remettait les pieds Je trouverai le rosé chaud et les tagliatelles loin d'être al dente ;.)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Dire qu'on a peut-être, un soir, été voisins de table…

      Supprimer
    2. C'est possible, mais vous savez la neutralité des points d'eau. Et puis je ne quittais jamais ma pizza des yeux à l'époque, mes charmants compagnons l'auraient dévorée...

      Supprimer
  12. Euh la filmo de Lucas compte des dizaines de films. Après sans doute les sabres lasers vous ont-ils éloignés de ce moderne Hémon qui affronte son père. Sans doute vous êtes plus glaive et bronze que vaisseau spatial et ébéne

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ah, non, je déteste tout ce qui relève du genre peplum !

      Supprimer
  13. Peut être que c'est tout simplement que parfois on est stupide, parfois lucide, et parfois tout simplement stupide pour le futur.

    RépondreSupprimer
  14. Et bien moi je regarde toujours la trilogie avec les mêmes yeux d'ado. Je me rappelle qu'avant les films qui se passaient dans l'espace étaient chiants, les vaisseaux avançaient à la vitesse d'une tortue (façon 2001 l'odyssée de Kubrick). Pour une fois, nous avions droit à du grand spectacle, des sons jamais entendus auparavant et d'une qualité incroyable. A chaque fois, je redeviens un ado et j'avoue que ça fait du bien. Le cinéma c'est aussi de l'entertainment comme disent les ricains. A choisir entre la saga Star Wars et un Jaoui/Bacri, ma religion est faite, la force sera avec moi.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Eh bien, je préfère dix mille fois le film de Kubrick, moi !

      Supprimer
    2. On se demande même comment on pourrait arriver à comparer 2001 et cette daube…

      Supprimer
  15. Je répondrais : " Parce qu'on est con";pour les films de SF des années cinquante , je les aime bien car ils sont kitsch à souhait comme les séries sur "Flash Gordon" celle de 1954

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui, enfin, le côté kitsch, ça amuse une petite demi-heure. Après…

      Supprimer
    2. Oui, mais je suis resté un grand enfant et regarder par exemple un "batman" avec Adam west datant des années 60 me fait sourire , c'est con mais j'adore comme les vieux Zorro.

      Supprimer
  16. Comme il est pittoresque d'insulter Lucas pour un film (excellent) qui n'est pas de lui, mais d'Irvin Kershner!
    Quant au talent exceptionnel de Lucas, il s'exprime dans la création d' ILM.

    *Je tiens à votre disposition une liste de navets français, si vous voulez les attribuer à Lucas pour un autre billet.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Vous fâchez pas, M'sieur Desgranges, vous fâchez pas ! Il a beau être de Kershner, ce film, il doit tout de même beaucoup à Lucas, non ? Et je maintiens qu'il est fort ennuyeux.

      (Pour les navets français, ne vous donnez pas cette peine : j'ai ma propre liste et elle est déjà très fournie…)

      Supprimer
  17. Ayant été en réunion pendant une heure, je viens de recevoir 27 messages pour des commentaires ici. C'est trop, comme j'avais 23 autres messages, ça a planté mon iPhone... Comme quoi, la science fiction...

    RépondreSupprimer
  18. StarWars, c'est d'abord une franchise pour une belle histoire à faire rêver (les jeux de rôles). Le film n'était qu'un support - pas une oeuvre indépendante.

    Le regarder tout seul sans une figurine devant soi, c'est comme, dirait un personnage d'Astérix chez les Helvètes : Manger de la graisse d'aurus froide tout seul, ce n'est pas une orgie !...

    Amike

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. On est d'accord pour ce qui concerne la graisse…

      Supprimer
  19. Il ne s'agit absolument pas d'un film de "science-fiction", mauvaise traduction de l'anglais qui signifie " fiction scientifique", c'est-à-dire des idées originales sur ce que la science du futur pourrait faire et que personne n'avait imaginées auparavant; aucune fiction scientifique, ici, à part les voyages interplanétaires et les épées en laser; les vrais films de fiction scientifique sont, par exemple, ceux tirés des romans de Philip K. Dick ( Minority Report, etc.).

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Exact. Terminator aussi était un vrai film de SF (je parle du premier).

      Supprimer
    2. J'aime bien l'interprétation "fiction sociale" accolée à Alien opus 1 : syndicat, primes, dirigeants (loin - très loin), diversité et vivre ensemble (proche - très proche)...

      Amike

      Supprimer
    3. Monsieur Arié, la science-fiction est un amalgame de sous-genrs:

      http://fr.wikipedia.org/wiki/Genres_de_science-fiction

      Supprimer
  20. Les goûts et les couleurs, ça ne se discute pas... Encore que...

    Mais je suis en, presque, total désaccord avec vous Mr Goux.

    Lucas est un très mauvais directeur d'acteurs mais ce film là (pas réalisé par lui) est très bon. Mais je suppose que dans les films que vous aimez il y a aussi d'infâmes navets...

    d'ailleurs, quel sont vos films préférés ?

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Les goûts et les couleurs ça ne se discute pas ? Mais de quoi donc voulez-vous discuter, alors ?

      Supprimer
  21. "Comment avez-vous pu regarder jusqu'au bout" dîtes-vous?
    Peut-être que vous n'aviez pas encore déprogrammé le logiciel progressiste qu'on vous avait mis en tête.
    Ce n'est qu'une hypothèse...
    Ce que je fais avec la télévision, je la regarde uniquement pour me divertir. Je regarde toutes les merdes possibles, comme un bon Français. A la différence près qu'elle ne m'influence nullement dans mes jugements à propos de la société.

    Dans le film que vous citez, ils disent que la force est dans tous les éléments de la nature, dans les cailloux, dans les cheveux... et qu'un être accompli est un être ...."illuminé".
    Et c'est ainsi que Beyoncé chante à côté du président américain. Le divertissement au service du pouvoir.
    Je les ai bien aimés ces guerres des étoiles, en revanche son message est aussi profond qu'un petit doigt dans une boîte aux lettres.

    That's all folks!

    RépondreSupprimer
  22. On se pince, vraiment… Regarder ça plus de 5 minutes, que ce soit aujourd'hui ou à l'époque ??? Quel rapport avec le progressisme ou le réactionnariat ??? C'est de la merde en boîte et c'est tout. On, vraiment…

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Comme le dit Koltchak, pour les couleurs, l'action, l'histoire.... Ca me divertit. Rien d'autre.
      Le progressiste aura tendance à aimer voir des thèses qui confortent ses opinions, tandis que le réac pourrait avoir une indigestion cérébrale du fait que c'est bourré de messages politiques.
      Ce n'est que ma manière de percevoir les choses, sans doute me trompe-je.

      Supprimer
  23. Il y a aussi le rapport salle de cinéma vs télé, même grand écran et home cinéma (je plaisante, je sais que vous avez autre chose à faire...)
    Cela n'a rien à voir.
    Un de mes westerns préférés est "The Man Who Shot Liberty Valance".
    J'ai acheté le DVD.
    Ô déception, voir ça à la télé...
    Et pourtant, c'est du noir et blanc et sans effets spéciaux.
    Pas besoin de dolby.
    Mais c'est comme ça, voir un film à la télé, ce n'est pas le regarder.

    RépondreSupprimer
  24. C'est un film pour gamin, qui eux memes trouvent souvent que ca a mal vieilli a cause des effets speciaux aujourd'hui très datés.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Justement, les anciens effets spéciaux sont assez savoureux.
      Ca donne un grain au film, un peu comme les vinyls avec la musique.
      Les deux premiers Batman sont fabuleux, notamment du fait qu'ils donnent l'impression de visionner une bande dessinée sur pellicule.

      Supprimer
    2. Bon le patron du blog n'appreciera pas plus, mais les kitscheries de Ray Harryhausen ("Jason et les argonautes", etc...), du fait de leur coté artisanal, ont sans doute plus de charme qu'une vitrine technologique d'effets speciaux plus a la page.

      il y a sans doute plus de deuxieme degré et d'amateurisme c'est pour ca que ca se supporte mieux, potentiellement.

      Supprimer
  25. Robert Marchenoir7 février 2014 à 09:33

    Ceci est un message d'intérêt général (qui doit prévaloir sur vos intérêts égoïstes d'individus, bande de salopards ultra-libéraux).

    J'attire une fois de plus l'attention des populations sur les dangers de l'obsession pour les animaux domestiques.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. "J'attire une fois de plus l'attention des populations sur les dangers de l'obsession pour les animaux domestiques."


      C'est bien ainsi qu'il faut comprendre la chose, n'est-ce pas?
      J'attire une fois de plus l'attention des populations sur les dangers pour les animaux domestiques de l'obsession.


      Majeur

      Supprimer
  26. Je suis certain d'être idiot, mais pas au point de souscrire aux sirènes des "blockbusters" US. Jamais , je me suis fourvoyé a payer pour contempler les inepties hollywoodiennes.
    Cela peu paraitre très prétentieux, de se penser plus perspicace que beaucoup, sans doute le bon sens paysan, bien que parisien de naissance.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Alors donc tantôt c'est mal parce que ce serait "progressiste", et tantôt c'est mal parce que ce serait du "blockbuster US". Il y a donc toujours une raison extrinsèque, on ne peut jamais s'apercevoir que tout simplement c'est mauvais… Les "inepties hollywoodiennes"… Mon Dieu Mon Dieu !!! Après ça, on peut bien se foutre de la gueule de ceux pour qui Wagner était "un musicien nazi"…

      Supprimer
    2. Georges, le mec qui en as ras-le-bol de lire du "progressiste" et du "réac", là où il ne devrait peut-être pas y en avoir.
      :)

      Supprimer
  27. Qui se souvient des "Thunderbirds" ou de "Capitaine Scarlett", ces feuilletons avec des marionnettes sont sublimes.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Comme feuilleton avec de marionnettes, je ne connais que "les Badaboks". J'aimais bien ça quand j'étais enfant, mais je ne suis pas sûr que ça me plairait encore aujourd'hui.

      Supprimer
    2. Excellent Thunderbirds!
      En revanche je ne connaissais pas Capitaine Scarlett, je vais me renseigner de suite.
      Merci pour le tuyau.

      Supprimer
    3. Un film a aussi existé:

      http://fr.wikipedia.org/wiki/Thunderbirds_(film,_2004)

      La Rolls-Royce de Lady Pénélope vaut à elle seule l'acaht du DVD

      Supprimer
  28. Tenez, plutôt que de regarder ces stupidités d'une laideur sans pareille, allez plutôt vous rincer l'œil ici !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Extra!
      Je vois que vous êtes également un ami du Paradisier...

      Supprimer
  29. Sinon Didier, en parlant cinéma, j'ai découvert il y a peu, Diamants sur canapé, avec Audrey Hepburn
    Je ne connaissais pas ce genre de films, c'est très sympathique à regarder.
    Vif, intelligent et drôle. Puis les images ont une sacrée texture.
    Sans doute l'avez-vous déjà vu...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Puis-je vous poser une question, M. Fil ? Quel âge avez-vous ?

      Supprimer
    2. Oui, vous le pouvez, je n'ai pas de complexe à ce sujet.
      Je suis sans doute si vieux que ça comparé à certains, mais tout de même, je n'ai plus 20 ans.
      J'en ai 35. J'ai l'impression d'écrire une connerie en disant ça, mais tant pis, j'écris comme je pense.
      J'espère ne pas mériter une volée de bois vert du genre,"wwwwooooou, un jeune qui se prend un vieux!!".
      En fait je découvre pas mal d'oeuvres culturelles, qui datent d'il y a maintenant quelques dizaines d'années, et je me suis fait cette remarque: les plus vieux que moi ont eu la chance d'avoir une culture populaire un peu moins idiote que celle apparue dans les années 75, 80.
      Pour moi c'est une aubaine, car à partir du nom de Black Edwards, je sais que j'ai une véritable malle au trésor dans laquelle je peux farfouiller.
      J'ai envie de découvrir plein de belles choses qui appartiennent maintenant au passé. Même si les chefs-d'oeuvre apparaissent éternels.

      Supprimer
    3. Waououou, un vrai jeune qui se prend pour un vieux faucon !

      Supprimer
    4. Sebastien Tellibag8 février 2014 à 23:14

      Tiens c'est marrant , on a le même âge et je profite également de quelques sites pas très légaux pour parfaire ma culture cinématographique.J'ai découvert récemment Kurosawa qui est un pur génie.Je vous mettrais bien en lien les sites en question mais j'attends d'être complétement sûr qu'on mettra uniquement didier Goux en taule et pas moi....

      Supprimer
    5. Pendant que l'on est dans le japonisme , je suis sensible aux longs métrages Hayao Miyazaki, ces films d'animation sont de pures moments de poésie comme mon voisin Totoro ou Princesse Mononoké il fut aussi le producteur du "Royaume des chats", cela change des japoniaiserais habituelles.

      Supprimer
  30. 70 commentaires et autres jets d'ail : vraiment la Farce est avec toi, padawan Goudi Dhié (et je ne suis pas ton père, hein !) Bien à vous.

    RépondreSupprimer
  31. Et E.T. vous en pensez quoi, Cher Maître ?

    RépondreSupprimer

Les commentaires anonymes seront systématiquement supprimés, quel que puisse être leur contenu, voire leur intérêt.