mercredi 26 février 2014

Qui es-tu donc, gentil parasite nommé Éric Roussel ?


Je sais que ça ne servira à rien, mais je vais tout de même expliquer une chose à Émilie, mon cher petit troll mécanique : quand on commence à s'intéresser à une époque donnée, à un courant de pensée, on est amené, de proche en proche, à prendre ou reprendre des livres d'écrivains qui font écho entre eux, afin de tenter de comprendre comment ils ont pu emporter l'adhésion (ou le rejet) des hommes de leur temps, et, ce faisant, parvenir jusqu'à nous. C'est ainsi que, tombé dans Maurras, j'ai rebondi chez Bainville (que j'attends) et ressorti tout à l'heure le volume Bouquins consacré à Barrès, qui repose dans ma bibliothèque depuis une petite dizaine d'années – que grâce soit rendue à M. Schoeller. Je me souviens avoir lu Le Culte du moi et, pour une raison oubliée, avoir calé à l'orée de Du sang, de la volupté et de la mort.

Ma chère Émilie, je sais ce que vous pensez déjà, mais vous vous trompez. Ce n'est pas mes lectures nauséabondes qui m'ont ramené vers Barrès et donné envie de lire Le Roman de l'énergie nationale. C'est un de vos amis (?), Michel Winock, historien de gauche dûment estampillé, dont j'avais lu Le Siècle des intellectuels à sa parution et dont je viens justement de relire le premier tiers, consacré à Barrès, ou plutôt à cette portion de siècle dont Barrès fut plus ou moins le maître à penser.

Mais ce n'est pas ce que je voulais dire, ma poule. Rouvrant le volume (1500 pages), j'ai constaté qu'il était affligé d'une préface de près de deux cents feuillets : l'équivalent d'un petit livre de quelqu'un ayant quelque chose à dire. C'est signé par un certain Éric Roussel, dont je n'avais jamais entendu parler, mais il est vrai que je ne suis guère cultivé. J'ai donc fait comme tous les gens incultes : j'ai tapé ce nom dans Goux Gueule. Je suis arrivé à une fiche Wikipédia, visiblement rédigée par le Roussel lui-même. Commençons :

Éric Roussel est un écrivain et un journaliste français, né en 1951. Docteur en droit, spécialisé dans l’histoire politique il a été critique littéraire au quotidien Le Monde de 1979 à 1984. Depuis cette date il collabore au Figaro littéraire.

Ah ! écrivain ! très bien ! Qu'a-t-il donc écrit, ce cadet Roussel ? Ceci :

  • Pierre Brossolette. éd. Fayard/Perrin, 2011
  • Georges Pompidou, éd. Jean-Claude Lattès, 1984 ; rééd. revue, corrigée et augmentée avec les archives présidentielles, 1994 ; nouvelle éd., Perrin, coll. « Tempus », 2004.
  • Le Cas Le Pen – Les nouvelles droites en France, éd. Jean-Claude Lattès, 1985.
  • Mitterrand ou la constance du funambule, éd. Jean-Claude Lattès, 1991.
  • Jean Monnet, éd. Fayard, 1995 (ouvrage couronné par le grand prix de l'essai de l'Académie française, le prix Guizot et le prix européen de l'histoire).
  • Participation à Jean-François Sirinelli (dir.), Dictionnaire historique de la vie politique française au XXe siècle, Presses universitaires de France, 1995 ; nouv. éd., 2003.
  • Participation à Pierre Chaunu (dir.), Enjeux de la paix – Nous et les autres, XVIIIe ‑ XXIe siècles, Presses universitaires de France, 1995.
  • Charles de Gaulle, éd. Gallimard, 2002 (prix du Mémorial - grand prix littéraire d'Ajaccio).
  • Pierre Mendès France, éd. Gallimard, 2007 (grand prix de la biographie de l’Académie française, prix Jean-Zay 2007).
  • Le Naufrage (16 juin 1940), éd. Gallimard, 2009.

Rien, donc. il n'est pas écrivain, il est simplement journaliste, préfacier, historien auto-proclamé, spécialiste par raccroc, petit participant à des ouvrages collectifs que personne n'a ouverts, etc. Il vit de ce que les autres ont écrit, il prolifère de ce qu'il est incapable de faire, il est le pauvre lierre sur la haie vivace. (Je vous engage à lire sa “fiche Wiki”, manifestement rédigée par lui-même (qui connaît Éric Roussel ? Qui a envie de propulser dans l'avenir cette merveilleuse figure ?) : un régal d'autosatisfaction et d'insignifiance mêlées.) Néanmoins, comme à ce critique littéraire du Monde de 1979 à 1984, on a payé une préface aux œuvres de Maurice Barrès, pour une raison qui m'échappe vraiment, il s'est cru autorisé à encombrer le volume de cent pages dont, personnellement, j'aurais éternellement honte d'en avoir tiré dix. C'est de l'épaisse tartine (à la fois épaisse et délayée, ce qui est bien le comble de la cuistrerie rigolote) qui fait penser à de la cuisine allemande : sans goût, longue à ingurgiter et, finalement, même pas roborative.

Je viens de perdre beaucoup de temps dans les lignes précédentes. J'aurais pu avantageusement résumer mon impression ainsi : Érice Roussel est une fiente tombée sur une statue.

9 commentaires:

  1. Hé ho ! Quand c'est moi qui recopie Wikipedia, vous m'engueulez !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Mais moi, je le fais au grand jour.

      Supprimer
    2. Un socialiste fait toujours les saloperies en douce, caché, sournoisement...

      Supprimer
  2. A ne pas confondre avec Raymond, auteur d'un fameux procédé.

    RépondreSupprimer
  3. "participant à des ouvrages collectifs que personne n'a ouverts", c'est mesquin : le dictionnaire drigé par Sirinelli et le bouquin dirigé par Chaunu sont des instruments de travail tout à fait utiles et honorables. Par ailleurs le type a reçu des prix qui ne sont pas en général attribués à des guignols. Il n'est pas bien connu, peut-être très fier de sa personne, mais sa bibliographie ne me semble pas ridicule à première vue...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. J'avoue ma mesquinerie ! Mais il faut dire que sa préface fleuve et indigeste m'avait considérablement énervé.

      Et puis, sa bibliographie est peut-être honorable, mais ce n'est pas celle d'un écrivain. Je lui accorde cependant un bon point pour avroir travaillé sous la direction de Chaunu, allez.

      Supprimer
  4. Et lire un livre de Winok, ce n'est pas une perte de temps ? Tout juste un crime contre l'esprit?

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je confirme sans hésitation : C'EST une perte de temps…

      Supprimer
  5. Vous vous trompez, il est un peu connu : c'est "le" biographe de Pompidou. (Évidemment, c'est à double tranchant.) Et sa bibliographie — pour n'être pas celle d'un "écrivain" — n'est franchement pas indigne (beaucoup de "critiques" n'ont pas le 10ème à leur actif). Ses critiques dans Le Figaro, en général sur des bouquins d'histoire, sont (ou plutôt étaient) assez solides, même si on sent le garçon prudent, qui s'aventure un peu sur les bas-côtés, mais ne franchira pas les barbelés.

    Jérémie Teyssier

    RépondreSupprimer

Les commentaires anonymes seront systématiquement supprimés, quel que puisse être leur contenu, voire leur intérêt.