mardi 11 février 2014

L'Helvétie à la lanterne

Un pays désert, avec une masure abandonnée en plein milieu : voilà ce qui les attend !

Décidément, ils n'en ratent jamais une, c'est à croire qu'ils le font exprès pour nous faire de la peine. Déjà, refuser méchamment la merveilleuse fécondation culturelle véhiculée par les minarets avait été reçu avec une grande tristesse, par le personnel soignant de la grande crèche européenne. Bruxelles avait fait les gros yeux et Strasbourg mis les poings sur les hanches. Mais alors là… Qu'est-ce qui leur prend, tout à coup, aux Suisses et Suissesses de stigmatiser avec une telle violence le brave cadre jurassien ? L'honnête technicien du Bade-Wurtemberg ? L'ingénieux chercheur venant chaque matin du Val-d'Aoste pour participer à la prospérité des cantons ? C'est à fort juste titre que, dès les résultats connus, nos penseurs hexagonaux (ce doit être bien curieux à contempler, un penseur hexagonal) ont prédit la ruine prochaine à notre petite mais grasse voisine : comment un pays d'Europe pourrait-il espérer seulement survivre sans ses précieux immigrés ? Ou même avec moins d'immigrés ? Car, bien entendu, on part du principe que nos voisins sont bien trop bêtes pour continuer à accepter les étrangers qui leur sont utiles, bénéfiques à leur économie, pour refouler seulement les autres.

Et quels “autres”, d'abord ? Ça, c'est le grand mystère, on ne sait pas, on est dans le black le plus total. Une mélasse tellement visqueuse que la question n'est même pas effleurée. Encore que, si l'on met en regard cette votation avec la précédente, celle des minarets, on doit pouvoir commencer à désépaissir ce bitume et à en éclaircir un peu la couleur.

67 commentaires:

  1. Sur la photo je me sens chez moi… C'est pas gentil de me filer le blues à quatre heures de l'après-midi !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. La prochaine fois, je mettrai une belle photo de terril.

      Supprimer
  2. Créer la confusion permanente chez les esprits faibles est l'occupation préférée des rentiers oisifs et gras de droite.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Presque tout faux : je ne suis ni rentier, ni de droite.

      Supprimer
  3. Rien à voir avec la France: la Suisse est un pays de plein emploi ( 3 % de chômage), qui a besoin d'immigrés, mais les immigrés sont maintenant des gens hautement qualifiés: ce n'est pas le plombier polonais, c'est le médecin allemand - et plutôt le spécialiste que le généraliste; ce que le gouvernement n'a pas su expliquer.
    Et, comme toujours, on note que les cantons qui ont voté le plus "OUI" sont ceux où il y a le moins d'immigrés.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. « Et, comme toujours, on note que les cantons qui ont voté le plus "OUI" sont ceux où il y a le moins d'immigrés. »

      J'adore.

      Supprimer
    2. Et c'est probablement à cause des médecins spécialistes allemands que les Suisses ont voté pour l'interdiction des minarets…

      Supprimer
    3. “ « Et, comme toujours, on note que les cantons qui ont voté le plus "OUI" sont ceux où il y a le moins d'immigrés. »

      J'adore. ”

      Ah oui, moi t'aussi ! La contradiction qui me ravit : un progressiste gagnant bien sa vie trouvera normal (et même admirable, quand il est face à son miroir ou à son blog…) de voter à gauche, alors que son intérêt personnel serait de le faire à droite ; mais si l'un de ses adversaires se met à faire la même chose (il n'y a pas trop d'immigrés dans mon canton, mais je pense à l'intérêt de mon pays), celui-là un complet imbécile, votant sans même comprendre ce qu'il fait.

      Notons aussi que s'étonner de la sorte : « Pourquoi votent-ils contre les immigrés puisqu'il n'y en a pas chez eux ? », cela revient à admettre, à trouver normal qu'on le fasse lorsque les immigrés sont bel et bien là.

      Bref, les progressistes sont d'incurables xénophobes.

      Supprimer
    4. Robert Marchenoir11 février 2014 à 19:55

      De notre envoyé spécial dans le mur, Elie Arié. Blaaaaaam ! Une fois de plus, Elie Arié se vautre dans les grandes largeurs, parce qu'il a cru ce que lui disaient les journalistes français.

      Le canton qui a le plus voté oui (c'est à dire pour la limitation de l'immigration) est le Tessin. Le Tessin est envahi d'immigrés en provenance d'Italie.

      Il y a davantage d'immigrés qualifiés en Suisse qu'en France, mais ils sont loin d'être les seuls. Un nombre significatif d'immigrés occupe les métiers du bas de l'échelle (infirmières, vendeurs, transport, bâtiment, agriculture). Et surtout, un nombre de plus en plus grand vient exclusivement pour se livrer à la délinquance (mendicité, trafic de drogue, vol, cambriolages, agressions, hold-ups, car-jackings, home-jackings, viols, meurtres).

      La Suisse est désormais le champion d'Europe des cambriolages. Les cambrioleurs, comme les délinquants en général, sont majoritairement étrangers. La prison de Champ-Dollon à Genève est occupée quasi-exclusivement par des étrangers.

      Supprimer
    5. Le Tessin: cas particulier à cause des transfrontaliers italiens qui acceptent des salaires plus bas.

      La Suisse a fait son plein d'immigrés non qualifiés, à l'exception, peut-être, des Portugais pour les métiers du bâtiment; son immigration st maintenant une immigration très qualifiée et qu'elle encourage, parce qu'elle en a besoin; mais la population n'en voit que les inconvénients (immigrés riches, faisant monter les prix du logement, etc.); et les minarets n'ont rien à voir dans cette histoire, c'est le type même du vote fantasmatique: interdiction de "nouveaux" minarets...alors qu'il n'y en a pratiquement pas; rappelons qu'il s'agit uniquement d'immigration européenne (accord avec l' UE), pas d'immigration africaine, maghrébine ou turque, et que la Suisse a besoin de cette immigration; et parions que dans les nouvelles négociations qui vont s'ouvrir avec l' UE, elle trouvera les moyens de contourner cette votation (qui s'est quand même joue à moins de 1% près).

      Supprimer
    6. Christian Robertson11 février 2014 à 20:42

      Il est aussi dans l'intérêt personnel de celui qui ne vit pas dans une zone de forte immigration que celle-ci ne déborde pas trop chez lui (alors que parfois il l'a fuie).

      Supprimer
    7. Elie Arié, je vous cite : "Et, comme toujours, on note que les cantons qui ont voté le plus "OUI" sont ceux où il y a le moins d'immigrés." Or donc, si je vous comprends bien, l'opinion (le vote, l'expression démocratique) des citoyens-couillons de base qui ont éructé un oui dans ces cantons est illégitime et doit compter pour du beurre ? Si c'est le cas, j'espère que vous n'avez aucune responsabilité politique nulle part et que vous n'êtes pas armé ou que vous écri-vites votre commentaire sous l'empire de substance stalino-hitléro-hallucinogènes !
      Par ailleurs, je vous cite encore : "Rien à voir avec la France: la Suisse est un pays..." Il me semble que le billet de ce &ù*@ de Didier Goux ne cause que de la Suisse qui n'est certes pas un pays gyrophare de l'humanité et de la démocratie comme certains autres où l'on ne demande jamais, mais jamais l'opinion des citoyens-crétins de base sur des sujets aussi importants que l'immigration, la famille, la vie ou la mort, préférant s'en remettre les yeux bandés, la bourse ouverte et les poings liés à la science infuse et innée de pros tatoués, maffieux, encartés et élus à vie et en douce de père en fils ou en fille.
      Mais bon, chacun sa voix et sa voie, comme disait Saint Pol (Pot).

      Supprimer
    8. Que le gouvernement n'a pas su expliquer ? Mais tous les media aussi, semble-t-il, puisqu'on a constaté une très grande homogénéité de leur part !

      Et là, on retombe sur la France : Est-ce les média qui ont raison ? Ou les media sont majoritairement du même avis ?
      Mais bon, français ou suisses, les média sont d'avis que tout s'est dégradé à partir du moment où la campagne d'information à commencé. La démocratie, quoi...

      Amike

      Supprimer
    9. Monsieur Arié, vous vous foutez du monde : mettre un frein à l'immigration "européenne" est évidemment un moyen de barrer l'entrée du pays aux Africains, Maghrébins, Turcs, etc., puisqu'ils forment une part sans cesse croissante des populations "européennes".

      Supprimer
    10. Robert Marchenoir12 février 2014 à 11:48

      La stratégie de la propagande gauchiste est de répéter inlassablement les mêmes mensonges, et une fois démasqués, de faire comme si de rien n'était, et de resservir aussitôt une grosse louche d'autres mensonges.

      Exemple manifeste ici avec Elie Arié, dont je vais démonter la petite fabrique idéologique, non pas dans le but de faire changer d'avis un menteur pathologique, mais dans un but exclusivement pédagogique à l'égard des populations.

      Dans un premier temps, il prétend :

      "Comme toujours, on note que les cantons qui ont voté le plus "OUI" sont ceux où il y a le moins d'immigrés."

      Notez le "comme toujours" : depuis, non pas toujours, mais une bonne quarantaine d'années, la propagande gauchiste prétend qu'en France, les régions qui votent Front national sont celles où il y a le moins d'immigrés – et inversement. La conclusion sous-entendue est claire : quand on est envahi d'immigrés, on reconnaît les immenses bienfaits qu'ils apportent, et donc on vote pour l'immigration. Par conséquent ceux qui votent contre l'immigration sont des ignorants incultes, des bouseux qui ne savent pas tout ce que l'africanisation et l'islamisation peuvent leur apporter.

      Bien entendu, même si cette constatation était vraie (et elle ne l'est pas, sinon il faudra nous expliquer pourquoi Marine le Pen est élue à Hénin-Beaumont et Marion le Pen dans le Vaucluse), elle dénie le droit aux électeurs des régions non touchées par l'immigration de se protéger d'un fléau. Si des gens votent contre l'immigration alors qu'il y a peu d'immigrés chez eux, c'est précisément parce qu'ils ne veulent pas voir leur situation se dégrader !

      Mais Elie Arié écrit "comme toujours", c'est-à-dire que ses commentaires n'ont pas le moindre rapport avec la réalité. La seule chose qui lui importe, c'est de recycler la propagande Degauche. La Bonne Parole Degauche a toujours dit que, donc c'est vrai.

      Je lui apprends donc ceci :

      "Le canton qui a le plus voté oui (c'est à dire pour la limitation de l'immigration) est le Tessin. Le Tessin est envahi d'immigrés en provenance d'Italie."

      Et il répond :

      "Le Tessin: cas particulier à cause des transfrontaliers italiens qui acceptent des salaires plus bas."

      Pas : je m'excuse.

      Pas : je me suis trompé.

      Pas : ah, tiens, je ne le savais pas, je vais creuser le sujet.

      Pas : ah, merde, ça fout par terre l'ensemble de mon raisonnement néo-marxiste à la con.

      Non : c'est un cas particulier.

      Il n'a pas l'air de remarquer que l'ensemble de la Suisse est un énorme "cas particulier" à cet égard.

      Supprimer
    11. Robert Marchenoir12 février 2014 à 11:49

      Le "cas particulier" est l'un des outils prêts à l'emploi qui traînent dans le vaste tiroir de la mauvaise foi gauchiste, toujours disponibles pour être brandis tels une gousse d'ail, quand il s'agit de repousser ce monstre velu qui s'appelle la réalité.

      Pour le gauchiste, tout ce qui dément son idéologie est un "cas particulier". La Suisse est libérale et prospère ? Oui, mais cépapareil, onpeupacomparer, c'est un petit pays. Les Etats-Unis sont libéraux et prospères ? Oui, mais cépapareil, onpeupacomparer, c'est un grand pays.

      Et Elie Arié a le culot d'ajouter : le Tessin est un cas particulier, à cause des transfrontaliers italiens qui acceptent des salaires plus bas.

      En effet : c'est même l'une des raisons principales du lancement de ce réferendum par le peuple suisse, et l'une des raisons pour lesquelles les Suisses ont voté pour le retour des quotas d'immigration : les étrangers qui viennent travailler en Suisse font baisser les salaires.

      Et pas seulement dans le Tessin. Dans toute la Suisse. Car dans toute la Suisse des électeurs ont voté en grand nombre contre l'immigration. Ce n'est pas parce que, dans tel canton, la majorité a repoussé l'initiative, que le vote inverse n'a pas eu lieu.

      Donc Elie Arié a le culot de présenter comme confortant sa thèse ce qui au contraire la démolit.

      Supprimer
    12. Robert Marchenoir12 février 2014 à 11:51

      Et les mensonges continuent :

      "La Suisse a fait son plein d'immigrés non qualifiés."

      On se demande bien comment "le plein peut être fait" en l'absence du droit, pour les Suisses, de limiter l'immigration ; absence qui vient d'être réparée, réparation qu'Elie Arié déplore. Allez voir dans toute la Suisse le nombre d'abris qui se construisent pour les demandeurs d'asile, et voyez à quel point les immigrés qui s'y entassent sont "qualifiés". Qualifiés pour le vol, le trafic de drogue, l'agression sexuelle, la revendication et la subversion, ça, sûrement.

      "Son immigration est maintenant une immigration très qualifiée et qu'elle encourage, parce qu'elle en a besoin ; mais la population n'en voit que les inconvénients."

      Et bien sûr, les Grands Penseurs Degauche comme Elie Arié, qui ne font pas partie de la population suisse mais savent, mieux qu'elle, ce qui est bon pour elle, ont l'incroyable arrogance de prétendre dicter, aux Suisses, les inconvénients qu'ils devraient accepter pour leur bien. A partir de Paris, la Capitale du Monde.

      "Les minarets n'ont rien à voir dans cette histoire, c'est le type même du vote fantasmatique: interdiction de "nouveaux" minarets... alors qu'il n'y en a pratiquement pas."

      Toujours la répugnante mauvaise foi des faux intellectuels néo-communistes : pour complaire à la logique tordue de monsieur Arié, il faudrait que les Suisses laissent construire une forêt de minarets sur leur sol, puis, à ce moment-là seulement, les interdisent.

      Et bien sûr, à ce moment-là, monsieur Arié sera tout à fait d'accord avec l'interdiction des minarets, et donnera aux Suisses sa bénédiction pour les interdire ? Et les faire démolir dans la foulée ? On est bien d'accord, hein, monsieur Arié ? Vous êtes bien en train de nous dire que les minarets sont une mauvaise chose, et que vous approuverez leur démolition ? Parce que sinon, votre remarque est stupide.

      Et dites-moi, monsieur Arié, quand vous étiez médecin au lieu de faire de la propagande communiste sur les blogs, je suppose que vous ne vous laviez jamais les mains avant d'ausculter vos patients ? Je suppose que vous opériez avec des ongles noirs, des sous-vêtements de quinze jours et une haleine de chacal ?

      Non parce que sinon, votre préoccupation pour l'hygiène serait le type même de l'obsession fantasmatique et irrationnelle : pourquoi voter contre les microbes, alors qu'il n'y en a pratiquement pas ? Attendez donc que la peste et le choléra ravagent votre cabinet ou votre service, et à ce moment-là seulement vous aurez le droit de vous laver les mains.

      Et bien entendu, les minarets n'ont absolument rien à voir avec l'immigration. L'islam est un truc qui a été vaporisé par avion sur la Suisse, c'est un truc qui s'évapore du chocolat, un sous-produit de la montée du franc suisse. La présence de mosquées n'a absolument rien à voir avec celle d'immigrés musulmans.

      La faculté des néo-communistes à se foutre de notre gueule est véritablement phénoménale.

      Supprimer
    13. Evidemment.
      Par ailleurs les accords de Schengen ont justement pour but d'étendre le bénéfice de la libre-circulation aux ressortissants des pays non européens sur le territoire de l'Union Européenne. Autrement dit, à partir du moment où vous êtes légalement entré dans l'espace Schengen vous pouvez y circuler librement, et c'est bien là le problème.
      D'ailleurs lorsque vous y êtes entré illégalement la différence n'est pas grande, étant donné l'absence de contrôle aux frontières intérieures et la grande difficulté à expulser véritablement les illégaux.
      Les Suisses comprennent très bien ce qu'ils font.

      Supprimer
    14. @ aristide

      Passons sur Marchenoir, qui voit des communistes et des gauchistes partout (on ne discute pas avec des paranos), mais, non: la Suisse ne fait pas partie de l'espace de Schengen, son accord de libre circulation avec l' UE ne concernait que les gens ayant la nationalité d'un Etat-membre de l' UE.

      La comparaison superficielle que certains tiennent à faire entre la France ( pays de chômage de masse, membre de l'espace de Schengen, attirant une immigration non qualifiée,aux coutumes rendant l'intégration souvent difficile) et la Suisse (pays de plein-emploi, qui n'était ouvert qu'aux ressortissants de l'UE, et qui a besoin d'une immigration hautement qualifiée et sans problèmes d'intégration) ne tient pas la route.

      Il est d'ailleurs intéressant de noter que ce sont surtout les cantons alémaniques qui ont voté pour la limitation d'une immigration...en majorité allemande; c'est dire si le problème est différent (un peu comme si la priorité de la France était de se protéger surtout de l'immigration wallonne ou québecoise).

      Supprimer
    15. La Gauche pratique aussi l'inverse : tout peut devenir symptomatique ! Exemple, sur RTL : l'interview des habitants d'un village qui vote majoritairement FN alors qu'il n'y a pas eu de vol depuis 25ans.
      Si c'est vrai, ce dont je doute, pourquoi sélectionner ce cas exceptionnel si ce n'est pour dé-justifier un vote protestataire légitime et le généraliser :
      - pas d'arguments objectifs,
      - donc influence 'néfaste', ou imaginaire, sans lien avec la cause.

      Une démonstration singulière qui prend le pas sur tous les autres cas, comme une théorie scientifique dont aurait trouvé un contre exemple.
      Ce n'est plus de l'information, mais de la propagande au pire.

      Amike

      Supprimer
    16. Robert Marchenoir12 février 2014 à 20:17

      Je disais donc, à 11 h 48 :

      "La stratégie de la propagande gauchiste est de répéter inlassablement les mêmes mensonges, et une fois démasqués, de faire comme si de rien n'était, et de resservir aussitôt une grosse louche d'autres mensonges."

      Et, à 13 h 23, Elie Arié s'applique, à nouveau, à me donner raison :

      "Passons sur Marchenoir, qui voit des communistes et des gauchistes partout (on ne discute pas avec des paranos), mais, non: la Suisse ne fait pas partie de l'espace de Schengen."

      Sauf que la Suisse fait bien partie de l'espace Schengen. C'est du moins le département fédéral de justice et de police de la Confédération helvétique qui le dit :

      https://www.bfm.admin.ch/content/bfm/fr/home/themen/schengen_dublin.html

      Mais je suis sûr que Monsieur Arié trouvera encore une pirouette verbale pour nous expliquer qu'il connaît mieux que le gouvernement suisse les accords conclus par le gouvernement suisse, et continuer à pérorer imperturbablement, après s'être emplafonné une fois de plus dans le mur de ses mensonges.

      Et puis ça me fait toujours rigoler, cet empressement récent des gauchistes à nier qu'ils sont de gauche. Il fut un temps, ils n'avaient de cesse que de s'en vanter. Maintenant que les méfaits et les crimes de la gauche sont amplement démontés grâce à Internet, on les voit nier vigoureusement le matin l'affiliation politique qu'ils revendiquaient fièrement la veille.

      La Suisse ne fait pas partie de l'espace Schengen. Elie Arié n'est pas de gauche. L'eau est sèche et l'islam est une religion de paix.

      Supprimer
    17. Je m'étais gouré, pour l'espace de Schengen.
      Sinon, politiquement, je suis très proche de Chevènement, qui, lors de sa campagne de 2002, avait effectivement été soutenu par une armée de gaucho-communistes: Pierre Dabezies, Jean Charbonnel, Bertrand Renouvin, Michel Pinton, William Abitbol, Lucie Aubrac, Pierre-Marie Coûteaux...
      "On ne discute pas avec des paranos" (bis).

      Supprimer
    18. Robert Marchenoir13 février 2014 à 19:26

      Lucie Aubrac : la racaille résistante philo-communiste qui vient encore nous casser les couilles soixante ans après au nom de la légitimité que lui conféreraient des événements passés et révolus, sans apporter la moindre solution contemporaine sinon : moi, moi, moi et ma signature. Que ne cultivait-elle ses rosiers ? Il y a un temps pour tout, dit l'Ecclésiaste.

      Jean-Pierre Chevènement : un gauchiste dont l'esprit est effectivement en train de noyauter l'extrême-droite. Le "souverainisme", cette idéologie de fats prétentieux qui consiste à hurler la Frônce, la Frônce, la Frônce, en sautillant sur son siège et en retombant sur un coussin moelleux abondamment garni des impôts volés aux Français.

      Franchement il n'y a pas de quoi se vanter. Comme si vous m'appreniez quelque chose. Comme si j'ignorais votre proximité avec Jean-Pierre Chevènement. Votre litanie de personnalités "de droite" inconnues de tous, je vous le signale, montre une seule chose : la "droite" et la gauche, en France, c'est la même chose, car la droite est de gauche et l'extrême-droite plus encore.

      Elles sont toutes les deux d'accord sur la "justice sociale", qui est l'injustice socialiste ; sur la "répartition des richesses", qui est le vol organisé ; sur les "valeurs républicaines", qui sont la dictature de l'oligarchie ; sur "l'Etat fort et stratège" (Marine le Pen et Martine Aubry, dans exactement les même termes), sur l'étatisme et l'anti-libéralisme ; sur la dictature fonctionnariale ; sur l'anti-américanisme ; sur "la politique arabe de la Frônce", version présentable de l'anti-sémitisme et de la soumission à l'islam; et finalement sur le prétendu "programme du Conseil national de la résistance", manipulation des années 1990 et 2000 lancée par le PCF, qui consiste simplement à réhabiliter les piliers du crypto-communisme français établis en 1945 : la Sécurité sociale et le statut des fonctionnaires.

      Et les 57 % de dépenses publiques, c'est de la parano ? La comptabilité, comme la terre, ne ment pas. A 57 % de dépenses publiques dans le PIB, un pays est communiste. Qui, dans le monde politique constitué comme chez vos amis politiques, réclame que l'on passe à 35 %, comme en Suisse (tiens donc !...), comme en France sous le fameux général De Gaulle dont tout le monde se polit le Chinois, et les chevènementistes plus que quiconque ? Personne. Ils sont trop pressés de fourrer leur groin dans la mangeoire.

      57 %, ça ne se refuse pas.

      Supprimer
  4. Il paraît que depuis hier, Gstaad est déjà le théâtre de poignantes scènes d'exode...

    RépondreSupprimer
  5. Conclusion les Suisses vont être chocolat!

    Désolé.
    dédié à (^_^)

    Majeur

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Votre commentaire, là, c'était juste pour faire un petit coucou ?

      Supprimer
    2. A vous d'abord...

      Majeur

      Supprimer
    3. ET moi alors ?

      Jaloux
      Duga

      Supprimer
    4. Vous voulez que je me fasse virer?

      Majeur

      Supprimer
  6. Marrant de se souvenir comment la gaucholalie avait salué la votation suisse visant à encadrer les (trop) hauts salaires et vilipendé celle-ci; certains gauchistes allant jusqu a écrire que cette votation et son résultat était une torture infligée à la démocratie ( sic .cf l'Echo de la gauchosphère) !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Les pinces et les brodequins pour la démocratie ! Et qu'elle avoue promptement !

      Supprimer
  7. Tiens ! Ça serait intéressant de voir le texte voté...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Et puis quoi encore ? On s'en contre-pignole de leur texte à la gland ! Cette votation n'est intéressante que parce qu'elle permet aux gauchistes de stigmatiser les Suisses et aux nauséabonds de stigmatiser les gauchistes.

      Supprimer
    2. Christian Robertson11 février 2014 à 20:33

      Voici le texte en question : http://www.immigration-massive.ch/content/initiative/enonce-de-l-initiative/

      Il est habile car il porte sur l'ensemble de l'immigration alors que la seule partie que la Suisse ne peut aujourd'hui souverainement maîtriser est celle provenant de l'UE, à cause de la libre circulation. Celle-ci devra donc être "renégociée". Mais en décidant de reprendre le contrôle et en exprimant une volonté de réduction des arrivées, la majorité va seulement obliger les autorités à être plus sélectives : baisse des quotas des ressortissants des "pays tiers" (hors UE), regroupement familial plus difficile et application plus stricte du droit d'asile. Les besoins de l' économie seront évidemment remplis (malgré tout ce qui se dit en ce moment), on repoussera simplement plus d'indésirables.

      Supprimer
    3. Votre lien semble inaccessible…

      Supprimer
    4. Christian Robertson12 février 2014 à 13:37

      Il marche chez moi. Un autre : http://www.admin.ch/ch/f//pore/vi/vis413t.html

      Supprimer
  8. Il ne nous reste plus qu'à faire venir 58 millions d'étrangers en France, pour nous retrouver avec la même densité de population au km² qu'en Suisse.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. On y travaille, on y travaille…

      Supprimer
    2. Ce chiffre aura sans doute été jugé comme fantaisiste.

      Supprimer
  9. Je ne vous conaissais pas. Mais j admire votre style et vos réponses aux commentaires.
    Bravo et merci. Ca fait du bien.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci du compliment, mais à l'avenir, essayez de vous trouver au moins un pseudonyme…

      Supprimer
  10. Robert Marchenoir12 février 2014 à 09:08

    Photo d'un immigré de haut niveau venu soigner les Suisses du cancer :

    http://sdesouche.wordpress.com/2014/02/12/qui-connait-ce-braqueur-dorigine-africaine/

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Dites donc, Marchenoir, ça vous ferait mal, de faire des liens qui ressemblent à quelque chose ? Même moi j'ai réussi à en faire un, bordel de merde, alors ne vous comportez pas comme un immigré !

      Supprimer
    2. Et puis les jolies jeunes filles qui arrivent en Suisse, ce serait quand-même dommage de s'en priver, non ?

      Supprimer
    3. Robert Marchenoir12 février 2014 à 19:54

      Oui, Georges, ça me troue le cul de faire un lien cliquable à la place de ce logiciel de blog de merde qui n'est même pas capable de le faire lui-même. Ca prend un temps infini, figurez-vous. Donc dites merci pour les innombrables fois où je m'en suis donné la peine, et pour les autres, sortez-vous donc les doigts et copiez-collez le lien dans votre navigateur. Ca se fait en un clien d'oeil, et ça prend dix fois moins de temps que, pour moi, de récupérer le code HTML qui rend le lien cliquable, de le modifier, etc.

      On vit vraiment dans une époque où les gens sont pourris-gâtés, à se plaindre qu'ils soient obligés de copier un lien pour l'ouvrir... Je te renverrai ça à l'époque de l'Encyclopaedia Universalis et de la lampe à huile, tiens, moi...

      Supprimer
    4. Oh mais qu'il est mal embouché ! je ne faisais que me moquer de moi-même, qui n'avais pas été foutu de faire un lien l'autre et avais dû appeler Didier Goux à l'aide pour réapprendre la manip qui prend, montre en main, quatre secondes.

      Supprimer
    5. Robert Marchenoir12 février 2014 à 21:17

      Ben voyons...

      Supprimer
  11. Nos Constructeurs d' Horloge n'en ratent pas une, cela n'empêchera pas nos élites socialistes de venir y mettre leurs gros sous.

    Tiens, ils devraient faire une votation pour interdire les partis de gauche quant à nos socialistes, les suisses ne jettent une pétition de 700.000 signatures aux oubliettes par peu de prendre une veste comme il fut en France pas grands démocrates du gouvernement.

    RépondreSupprimer
  12. Extrait d'une lettre de mon frère (français habitant en Suisse) :
    "Pratiquement toutes les personnes qui parlent de la Suisse ne connaissent pas ce pays (et n'y sont jamais allées), et pire n'ont pas pris la peine de regarder sa superficie sur une carte. Il s'agit, entre autres choses, d'une question de densité. Il arrive en CH env. 80'000 personnes par année. Essaie de faire rentrer 80 personnes dans un autocar de 50 personnes ou de vouloir mettre 2 litres dans une bouteille d'1 litre .....! Il n'y a pas besoin de faire polytechnique pour comprendre..."
    Geneviève

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. De toute façon, nos amis progresseux n'en ont rien à faire de la Suisse. Ce qui compte, c'est d'affirmer leur position idéologique : on ne DOIT PAS contrarier l'immigration, en quelque manière que ce soit.

      Supprimer
    2. Exact ! Et ils imaginent le résultat d'une consultation de ce genre en France, ça doit leur faire faire des cauchemars.
      Geneviève

      Supprimer
  13. "Et quels “autres”, d'abord ? ... on ne sait pas, on est dans le black le plus total"

    La réponse est très proche de la question il me semble...

    Décoloré
    Duga

    RépondreSupprimer
  14. "les gros yeux", "les poings", " les hanches", "Tessin", tout ça est bien anatomique je trouve...

    Désolé
    Duga

    RépondreSupprimer
  15. Ainsi trop d'immigration tue même l'immigration.
    Quant à accuser des suisses qui vivent dans un lieu où il y a peu d'immigrés de fantasmer sur l'immigration sans la connaitre de près .. ce sont des jugements faits par des français qui, ne vivant pas au milieu des suisses non plus, fantasment donc à qui mieux-mieux.
    Ensuite dire que les suisses désirant une limitation de l'immigration sont contre les individus immigrés est idiot : ils veulent peut-être tout simplement garder leur suissitude, c'est tout à fait autre chose.
    "C dans l'air", en titrant "faut-il boycotter la Suisse ?" montre à quel degré d'imbécillité, de soumission au pouvoir en place, et de désinformation en acte (un comble) sont arrivés les médias.
    En fait il s'agit, grâce au référendum, de l'irruption de la parole du peuple dans le discours étatique/supra-étatique des dirigeants, et ça ne colle pas : notre réalité n'est pas le monde comme ils nous disent qu'il est pour garder leurs places.
    Une vessie (de porc) n'est pas une lanterne (d'Aladin).

    RépondreSupprimer
  16. Ce qui chiffonne le plus nos degôches c'est que, non seulement la Suisse est un pays infiniment plus démocratique que la France mais qu'en plus, si on faisait le même référendum en France le résultat serait très probablement le même.

    L'immigration est une chance, forcément, et ceux qui disent le contraire son des salauds.

    Au fait, vous avez une preuve qu'elle est effectivement "une chance" ??

    Non ? Tant pis alors....

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. D'après Cohn Bendit, la même votation en France aurait obtenu de 60% de OUI !

      Supprimer
  17. Je ne comprends pas trop ce billet. L'essentiel de l'immigration suisse est italienne, allemande, portugaise.
    Ensuite, les résultats sont loin d'être aussi tranché que le ton de ce billet puisque le oui l'emporte seulement de 0.3 % soit environ 12000 habitants sur un pays qui en compte 8M.
    Quel est le foutu rapport avec les minarets ?

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Dsl: avec 12000 hommes bien équipés, je me charge de la surveillance des bureaux de votes de la prochaine votation suisse et je vous assure qu'il y aura cette fois 100% de oui ou de non.
      Il est de plus effectivement scandaleux qu'une infime majorité de Suisse s'opposent ainsi à l'immigration de braves gens qui ne sont pas suisses : ces mécréants n'écoutent plus les immams, les curés, les pasteurs, les rabbins, les vénérables de loges, les éditorialistes & ministres français, les premiers secrétaires de toutes cellulites sociales et autres autorités élues du plus haut des cieux.
      Il faut vraiment faire quelque chose pour exterminer cette vermine réactionnaire et inculte.
      Je vous propose de méditer un plan en ce sens en épluchant 12000 patates qui donneront la frite à mes vaillants soldats de la démocratie divine.
      Adressez-vous à l'adjudant-chef Goux pour la logistique.
      Rompez

      Supprimer
  18. Le première votation suisse concernait l'abattage rituel, et date de...
    ...1887.

    RépondreSupprimer
  19. Les Suisses méprisent le politiquement correcte et cela dérange les moralisateurs français...

    RépondreSupprimer
  20. Etrange, dès le lendemain de la votation suisse, tous ces doctes personnages se répandant sur les ondes ou dans les gazettes, venir nous expliquer que si "plus d'un Français sur trois dit adhérer aux idées de Marine Le Pen", ils la jugent majoritairement dangereuse pour la démocratie. !

    RépondreSupprimer
  21. Quand notre hôte relève « Pourquoi votent-ils contre les immigrés puisqu'il n'y en a pas chez eux ? », considérant (hormis le Tessin) que la "Suisse profonde" peu envahie a voté oui, il est facile d'établir que le péquenot helvétique, allant en ville de temps en temps, veuille lever le pont-levis avant que toute cette m... ne l'atteigne dans ses vertes prairies.
    Le scandale est bien sûr que ces gens peu développés osent croire qu'ils soient maîtres chez eux. Un Vaudois me disait qu'on reconnaissait parmi les Suisses l'agriculteur, à ce que le dimanche il lavait sa 300SE lui-même ! Pas même inventé le carwash !

    RépondreSupprimer
  22. Je n'ai pas de commentaire particuliers à faire sur les Suisses après les résultats de cette votation, mais ce que cela m'inspire c''est que la différence essentielle entre les Suisses et les Français, c'est que les Suisses acceptent sans rechigner les résultats d'une consultation populaire, tandis qu'en France, on ne peut s'empêcher de manifester, de discuter, de criailler sans cesse contre ceux qui sont au pouvoir, et cela c'est épuisant et donne envie d'aller voir ailleurs si les vertes collines...

    RépondreSupprimer
  23. Robert Marchenoir14 février 2014 à 15:52

    L'industrie du chocolat en Suisse a renoué avec la croissance en 2013, portée par un rebond des exportations malgré la cherté du franc suisse, selon les chiffres publiés par Chocosuisse.

    Non seulement ces salopards de Suisses se permettent de refuser la bienfaisante immigration que leur fournit l'Europe, mais en plus ils nous inondent de leur chocolat. Noir.

    RépondreSupprimer
  24. Robert Marchenoir14 février 2014 à 19:42

    Beautés du chevènementisme :

    Parmi les hommes et femme politiques cramponnés à un logement de la ville de Paris, la Régie immobilière de la Ville de Paris (RIVP) signale Jean-Pierre Chevènement. L'ancien ministre de l'intérieur et sénateur socialiste dispose d'un appartement de 120 m² dans le 5e arrondissement de Paris pour 1 271 € par mois, et ce malgré les 7 000 euros de revenus pour son seul mandat de parlementaire. Le tarif pour un appartement similaire dans cet arrondissement prisé tourne, dans le parc privé, autour de 3 000 € par mois.

    http://www.lemonde.fr/politique/article/2011/06/25/ces-ministres-et-parlementaires-qui-s-accrochent-a-leur-logement-social_1540730_823448.html

    Comment réduire la dépense publique ? Ce n'est pas possible. Il y aurait des trous dans les routes, et les lettres arriveraient en retard.

    RépondreSupprimer

Les commentaires anonymes seront systématiquement supprimés, quel que puisse être leur contenu, voire leur intérêt.