dimanche 18 janvier 2015

Les Charlie et les Charlotte passeront l'été sans culotte


Cela restera sans doute comme la mutation anthropologique du siècle. Jusqu'en milieu de semaine dernière, les Français étaient des veaux à la mode gaullienne ; le dimanche, par la grâce des quatre millions de résistants descendus aplanir le macadam, nous étions encore des veaux, peut-être, mais des veaux Marengo ; que dis-je ? Austerlitz ! Des veaux Bir-Hakeim ! Comment leur avait-on montré, aux embarbés exotiques, à quel point ils ne nous faisaient pas peur, et combien nous nous gaussions de leurs menaces ! La première page de notre geste combattante venait de s'écrire : on ne reposerait ni les armes ni la plume avant de parvenir à l'ultime ligne du tome dernier. 

Puis, ce furent les soldes ; car il faut bien que, durant la résurrection collective d'un peuple, se poursuive la mort lente des individus. Et alors on vit… rien. Ou plutôt personne, comme les chroniqueurs officiels et grassement prébendés se firent un devoir de le souligner dans leurs lucarnes et colonnes. Au lieu des ruées de déments en pleine crise que nous montrent les caméras d'ordinaire, on ne vit que quelques zombis romériens parcourir comme âmes en peine les immenses allées désertes de centres commerciaux silencieux ; tous les autres étaient restés terrés.

Quelques mauvais esprits crurent pouvoir s'autoriser le ricanement : il était où, le peuple uni qui refusait d'une seule voix l'intimidation et clamait sa non-peur ? Était-il, en quelques jours, revenu de la méthode Coué à la méthode couard ?

Heureusement, on fit vite taire ces fâcheux et l'on expliqua que si les Français ne s'étaient pas jetés en hordes sur les petites culottes printemps-été, c'était par pudeur et dignité. En signe de respect pour ses martyrs, le peuple de France, aux beaux jours revenus, ira donc cul nu ; comme il avait déjà la tête vide, il sera tranquille : on ne pourra plus rien lui voler.

30 commentaires:

  1. Ce billet n'est pas bon. Il sent l'effort d'un dimanche pesant.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je n'ai même pas l'excuse du dimanche pesant…

      Supprimer
  2. Cul nu ? C'était un des derniers vœux de Wolinski qui souhaitant que beaucoup de jolies filles sans culottes enjambent son cercueil le jour de son enterrement.

    RépondreSupprimer
  3. C'est du brutal, mais vachement bien écrit.

    Si vous pouviez en concocter un par jour ... mais je n'ai jamais été crédule, alors je me contente de celui-là.

    Hélène

    Au fait, en ce moment, étant clouée au lit par une grippe ou autre malfaisance de ce type, je regarde des séries des années 60, 70, juste pour revoir le Paris où j'ai vécu à cette époque.
    Tout ce crochet inutile pour vous dire que Simenon se promène dans votre billet ... oui ... il y en a aussi.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je trouve que Simenon aurait pu prévenir avant de débarquer, tout de même !

      Supprimer
    2. "Quand elle lui touchait le bras, à la fin d’une soirée au cinéma, elle ne manquait pas de soupirer :

      — Tu as encore dormi, Maigret… Je me demande pourquoi tu paies douze francs un fauteuil, alors que tu as un si bon lit…"

      "Je n'écris pas : il pleuvait à verse, j'écris : Maigret était trempé."

      "Quand on parle du flair d'un policier, ou de ses méthodes, de son"intuition, j'ai toujours envie de riposter :
      -- Et le flair de votre cordonnier, votre pâtissier ?"

      " ... Je fus désigné aux gares. Plus exactement je fus affecté à certain bâtiment sombre et sinistre qu'on appelle la gare du Nord."

      Une tournure d'esprit ? de phrase ? ... ma foi, je le vois passer c'est tout.

      hélène

      Supprimer
  4. Au niveau de l'analyse vous laissez à désirer.. Selon le Figaro " le temps du recueillement a pris le pas sur celui des achats et les consommateurs ont déserté les enseignes. Résultat: la fréquentation des magasins parisiens a reculé de 10% pour le premier week-end de soldes, obligeant les enseignes à avancer la deuxième démarque. Sur internet aussi, les ventes des sites d'e-commerce ont chuté de 18% sur les deux premiers jours de soldes. Philippe Guilbert, du fournisseur d'enquêtes Toluna, explique cette tendance par le fait que «les Français se sentent davantage citoyens que consommateurs". Ce qui est remarquable, c'est que les sites e-commerce, où on ne risque vraiment pas de prendre une balle, ont eux chuté de 18%. Donc ce n'est pas la peur...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ah, parce que vous trouvez que ça ressemble à un billet "d'analyse", vous ?

      Supprimer
    2. Je trouve que ça ne ressemble à rien, mais je n'ai pas envie de le dire. Je laisse cela à Petula

      Supprimer
    3. Dire que ça ne ressemble à rien est un magnifique compliment que vous me faites.

      Supprimer
    4. " les sites e-commerce, où on ne risque vraiment pas de prendre une balle, ont eux chuté de 18%."

      Ça peut s'expliquer par le fait qu'étant certains de mourir bientôt lors d'un attentat, acheter quoi que ce soit (à part une concession ou un linceul) leur paraissait inutile...

      Supprimer
    5. Du reste, ne pas acheter de maillot de bain ou de tongs en pensant, par cette privation, se montrer solidaire de je ne sais quoi, voilà qui me paraît encore plus inquiétant que de rester chez soi parce qu'on a la frousse des assassins musulmans ; frousse qui, elle, me paraît plutôt un signe de raison.

      Supprimer
    6. L'esprit républicain, citoyen, responsable a de quoi étonner d'autant qu'il recrute y compris parmi vos lecteurs. Ce mouvement déploie ses tentacules partout, il n'épargne aucun espace de vie pas même ceux de la pensée.

      Supprimer
    7. Les Français n'ont peut être plus de pognon aussi...

      En ce qui me concerne je suis allé faire des courses et comme d'habitude rien de ce que j'ai acheté n'était soldé...

      Supprimer
  5. Mince alors ! Et moi qui croyais que la peur allait changer de camp !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Comme elle n'arrête pas de changer de camp, on ne sait jamais trop où elle en est à l'heure où l'on parle.

      Supprimer
  6. "Nous vaincrons car nous sommes les plus morts"
    Je crois que c'est de Philippe Muray.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est la dernière phrase de son Chers djihadistes…

      Supprimer
    2. C'est aussi le sens profond du dernier roman de Houellebecq...

      Supprimer
  7. Toc toc qui qu'est là ? Qui qui frappe à ma porte? Est ce toi la Charlottte, est ce toi ma bien aimée ?.
    Oui c'est moi la Charlote, qu'a perdu sa culotte, ouvre moi culottier fait pas chaud dans ton quartier !

    Souvenir de Pierre Vasilliu

    RépondreSupprimer
  8. sur la photo c'est wolinski qui attend d'être enjambé par une vronzaise sans culotte?
    je crois pas , trop de cheveux

    RépondreSupprimer
  9. Petula, voyons, arrêtez donc avec ces histoires de flatulences dominicales...

    RépondreSupprimer
  10. "Je suis carlie" ou la naissance d'une nouvelle carte d'identité.

    RépondreSupprimer
  11. Pas de culottes et avec tout ça, Hollande est maintenant à 40% d'opinions favorables...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. En attendant une nouvelle "déculottée" !

      André

      Supprimer
  12. 4 millions de pattes de veaux, cela fait donc 1 million de Français ?

    Pythagore

    RépondreSupprimer

Les commentaires anonymes seront systématiquement supprimés, quel que puisse être leur contenu, voire leur intérêt.