samedi 24 janvier 2015

Les Derniers Jours


Je ne remercierai jamais assez Michel Desgranges de m'avoir conseillé ce livre. N'étant qu'à peine arrivé à la centième de ses six cent cinquante pages, je ne vais pas commencer à plastronner à son sujet. Disons simplement, pour l'instant, que, de nos jours, il devient de plus en plus rare de tomber sur un livre d'histoire écrit dans une langue aussi élégante et claire, dont le propos, pour dense qu'il soit, reste toujours limpide.

Malheureusement, je crains que ce ne soit pas encore le récit minutieux de ce grand effondrement d'empire qui puisse me rendre des envies de sauts et de gambades…

21 commentaires:

  1. Vous le recommandez? Je le commande. Vaut-il le Gibbon?

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oh, le Gibbon; J'ai dû parcourir ça il y a trente ou trente-cinq ans, alors…

      Supprimer
    2. Faisant confiance au maître de ces lieux, je viens de le commander. Je le reçois mardi. Je n'aurais jamais le temps de finir la dernière livraison d'Obertone, commencer et finir le dernier Houellebecq. Il va falloir tirer au sort.

      Supprimer
    3. Je confirme, pour ceux qui osnt passionnés par l'histoire romaine, c'est un ouvrage qu'il faut posséder. Je viens de dévorer les cent premières pages, j'ai laissé tomber les lectures en cours. Passionnant.

      Supprimer
    4. J'en suis à 200 à peu près… mais j'en ai suspendu la lecture à cause de Druon ! J'y reviendrai sans doute dès demain. En attendant, je suis ravi de vous l'avoir fait découvrir : il en vaut effectivement la peine.

      Supprimer
  2. Et cette fois-ci, la couverture est très réussie !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Les Belles Lettres réussissent toujours leurs couvertures ; sauf quand c'est moi l'auteur…

      Supprimer
    2. Et pourquoi donc ? Je le trouve seyant, votre Pantone®, parmi d'autres bouquins.

      Supprimer
    3. Ne parlons plus de ça, voulez-vous ? Franchement, ce titre minuscule et ce nom d'auteur (inconnu) énorme…

      Cela dit, c'est entièrement de ma faute, donc je ferme ma gueule.

      Supprimer
  3. (sans parler de ce livre que je n'ai pas lu) Il faut aussi savoir goûter du charme des périodes d' effondrements d' Empires, qui sont celles de moments de lucidité extrême, celles où on abandonne les certitudes sans lesquelles aucun Empire ne peut exister; et, entre deux Empires, une petite période de lucidité ne peut pas faire de mal .

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je suis tout à fait de votre avis.

      Après avoir refusé ce changement, j'ai détourné mon attention de tous les médias et j'ai décidé de me forger ma propre opinion.

      Il y a du bon pour cette génération des 30/40 ans qui sont partis ou qui voyagent dans le cadre de leur travail. Ils ont tous l'air heureux, et sans doute le sont ils, le port d'attache restant la France, mais comme tous les bateaux, ils n'y sont que de passage.

      C'est une génération lucide, qui a du cran et sans doute cette ouverture leur permettra de reconstruire autre chose, en tout cas, je leur fais totalement confiance.

      hélènz

      Supprimer
    2. Élie et hélènz, je vous laisse entre vous…

      Supprimer
    3. Pourquoi ?

      Je vous lis également et j'essaie de répondre sans vous heurter, c'est beaucoup plus difficile lorsque les avis sont différents.

      J'avoue que je marche sur des oeufs et que je sais qu'à tout moment je risque une volée de revers.

      Mais ça ne fait rien, parce que votre colère je l'ai eue en son temps, et comme je dois avoir quelques dix ans de plus que vous, j'ai pris quelques chemins de traverse.

      HélènE

      Supprimer
    4. Ah, pardon : je ne savais pas qu' Hélènz était la même personne qu'Hélène ! Bien. Là-dessus, vous avez parfaitement le droit d'être d'accord avec M. Arié… même si lui-même raconte n'importe quoi (période de lucidité après l'empire romain ?) et que, visiblement, vous parlez de tout autre chose (mais je ne comprends pas très bien de quoi).

      Enfin, bon…

      Supprimer
    5. Vous êtes un mufle, mais vous me faites tellement bidonner, que votre humour passe avant tout :-D

      hélène

      Supprimer
  4. De quels sauts et de quelles gambades parlez-vous ? Ils ne m'ont laissé aucun souvenir !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. « J'aime l'allure poétique, à sauts et à gambades . »

      Montaigne, De la vanité

      Supprimer
  5. J'en ai aussi entamé la lecture. Je suis encore loin de l'avoir terminé, mais je le lis avec beaucoup de plaisir et d'intérêt.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. J'en suis loin également (150 pages). Mais il me semble important que ce genre de livres continue à être publié, et que, donc, quelques personnes s'obstinent à les lire.

      (Vous voyez : je redeviens optimiste !)

      Supprimer
  6. Putain de bordel ! Vous avez fait fait combien de billet aujourd'hui ?

    RépondreSupprimer
  7. Dans votre état d'effondrement actuel vous devriez éviter ces lectures mortifères et déprimantes .Je vous recommanderais plutôt "La naissance d'un Empire". Ou bien la biographie de André Agassi.

    RépondreSupprimer

Les commentaires anonymes seront systématiquement supprimés, quel que puisse être leur contenu, voire leur intérêt.