mercredi 21 janvier 2015

L'Occident au bord de la falaise


Discussion apéritive avec Catherine : où aller ? Où déménager pour éviter les fleuves arabes, les tsunamis africains ? Je lui explique que la question est, en quelque sorte, déjà résolue : ils sont les vainqueurs de demain ; nous sommes les témoins d'une civilisation agonisante, et qui, comme d'habitude, comme les autres avant elle, agonise sous les applaudissements ravis de ceux qui tiennent les micros, qui ont tellement peur de ce qui advient qu'ils tiennent à ce que que ça arrive le plus vite possible, pour en finir une bonne fois (meilleur exemple local : Claude Askolovitch ; mais on pourrait en citer cent autres, de ces égorgés volontaires). L'Europe a commencé de s'abîmer et elle va, sous la forme qu'elle a depuis dix ou douze siècles, mourir pour faire place à autre chose, qui donnera peut-être des résultats magnifiques d'ici deux ou trois siècles, mais qui aura cessé d'être l'Occident, l'Europe. Nous sommes ces générations malheureuses (il y en a eu d'autres) qui voyons mourir notre monde. J'ai de l'admiration pour ceux qui pensent pouvoir encore se battre, comme Renaud Camus et d'autres, mais je crois qu'il est trop tard, et qu'ils le savent, au fond. Je peux admettre que nous disparaissions, même si cela me rend extraordinairement triste ; de toute façon il le faut bien. Ce que je ne parviens pas à comprendre, c'est qu'on soit à ce point aveugle à ce qui arrive, comme le sont ces gens que je lis jour après jour, et qui ne voient pas à quel point les tragédies se répètent selon les mêmes modalités bouffonnes (les Byzantins discutaient, dit-on, du sexe des anges, nous discourons du mariage homosexuel et des acquis sociaux) ; qui semblent même vouloir que tout s'accélère. En fait, ils ne doivent pas être si aveugles que je le dis. Ils sont dans la situation d'un condamné que l'on pousse vers la falaise : la perspective est tellement terrifiante qu'il finit par supplier que l'on aille plus vite et plus fort : qu'il tombe enfin, qu'on en finisse de cette attente. Il en arrive, par effet de terreur, à trouver qu'il mérite vraiment ce qui est sur le point de lui arriver.

132 commentaires:

  1. Ah ! Enfin un billet bien réacs ! Il était temps...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ce billet n'est nullement réac (si vous l'aviez vraiment lu vous le sauriez…). On pourrait même dire qu'il est mon adieu au "réactionnariat".

      Supprimer
    2. Ben je l'ai lu. Vraiment. Mon commentaire n'est qu'un "bonjour" faisant référence à mon commentaire à votre billet précédent. Pour le reste, je me fous de ce que l'on peut mettre derrière le mot "réac". Ne le suis-je pas moi-même, comme Suzanne, deux andouilles réacs de gauche ?

      Supprimer
  2. On dirait que la "positive attitude" de Lorie, relayée par le gouvernement pour nous endormir, n'a pas réussi à vous convaincre.

    RépondreSupprimer
  3. Même discussion ce soir avec ma fille, même constat, même tristesse !

    RépondreSupprimer
  4. " Où aller ?" Convertissez-vous au judaïsme et allez en Israël...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Insinueriez-vous qu'Israël quand on n'est pas Juif ne serait pas l'idéal ?

      Supprimer
  5. Est-ce que cela ne vous ennuie pas d'être aussi lucide, constamment, mais pratiquement seul?

    Robin

    RépondreSupprimer
  6. Non, non et non! Quand la génération baby-boom aura fini de s'éteindre, d'ici une grosse quinzaine d'années, et si d'ici-là on continue à s'enfoncer dans la merde, alors oui, le basculement démographique signifiera probablement le vertige, la sidération et enfin la paralysie. Mais pas avant.
    Vous imaginiez quoi, qu'on allait relancer les croisades au prétexte que nos pépites ont éparpillé quelques gribouilleurs d'extrême gauche?
    Ma génération de semi-mongoliens (trentenaires, quadras post ados, jeux vidéos, porno, pas de gosses) n'y arrivera pas sans le soutien et le conseil de ses aînés.

    Signé: un métèque même pas 100% gaulois qui n'avait vraiment pas besoin de lire ce genre de trucs aujourd'hui (pas vous, merde!) et se demande l'intérêt de continuer à se battre et à perdre le peu de joie de vivre qu'il lui reste pour un peuple qui a décidé de déposer les armes à terre. (désolé)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je ne saurais que vous approuver.

      Supprimer
    2. pareil pour moi français d'origines diverses (slaves principalement) passionné de culture japonaise, chinoise, russe mais pourtant je ne me reconnais absolument pas dans le multiculturalisme débile qui veut nous préparer a notre éventuel futur statut de dhimmi Je suis malgré tout très attaché a la tradition française et occidentale puisqu'il faut aimer sa propre culture pour pouvoir réellement apprécié les autres cultures Je reve de partir un jour au japon pas de transformer la france entière en japon comme certains

      Supprimer
  7. Figurez-vous que j'ai, de plus en plus souvent, cette conversation avec ma compagne ; mais où allez ? Surtout quand, comme moi, on ne sait rien faire et qu'on est trop vieux. Je dis depuis des années que je suis né dans un pays riche et catholique et que je mourrai dan un pays pauvre et musulman, le tout sans déménager… (c'est toujours ça d'économiser!)

    RépondreSupprimer
  8. C'est dégueulasse quand on est vieux de tenir un discours pareil. Vous vous allez crever avant la fin, c'est facile et confortable de dire que tout est fini. Quant à nous, nous sommes jeunes, vivants, et pas désespérés !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci Buck, vous n'êtes pas le seul à avoir non-seulement de l'espoir mais aussi cette certitude: contrairement aux affirmations criminelles de l'auteur, le peuple Européen une fois de plus triomphera de ses traitres et envahisseurs.
      À l'auteur: si vous pensez que nous méritons de disparaitre vous êtes parmi les traitres et votre âge avancé ne vous exempte pas de nos reproches.
      Alors au lieu de persister à vouloir nous exterminer pour des crimes que nous n'avons pas commis, vous avez encore le temps de vous repentir avant d'être jugé pour ce crime que, même en en ayant conscience, vous n'avez aucune honte de revendiquer.
      Méfiez-vous de l'eau qui dort.

      Supprimer
    2. La prochaine fois que vous aurez envie de m'inciter au repentir, prenez au moins un pseudonyme !

      Supprimer
    3. Ah ! Quand je vous disais que vous seriez tondu à la libération !

      Supprimer
  9. Irremplaçable(s) Épouse(s), voici que le pluriel devient singulier ! C'est le ventre de leurs femmes qui nous pousse vers la falaise à la puissance quatre. Une petite vidéo vertigineuse pour vous soutenir dans ce terrible "aDieu" au "réactionnariat".
    https://www.youtube.com/embed/6-3X5hIFXYU
    Un cocu de la monogamie

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Heu... Camisard, votre reportage pour enfants de cinq ans annonce sans broncher qu'en France, les Français font en moyenne 1; 8 enfant par femme, et que les musulmans en font... 8;1 !!
      J'ai bien envie de rajouter une centaine de points d'exclamation et d'aller finir de rire en me tapant le cul par terre.
      Je ne vous connais pas, mais vous êtes impayable.

      Supprimer
  10. C'est tout à fait juste. Mais pourquoi déprimer à ce point ? Il y aurait du panache à se contenter de dire NON jusqu'au bout. Puis se taire enfin.

    RépondreSupprimer
  11. Je sors de Soumission à demi hébété et vous m'en remettez une couche !

    RépondreSupprimer
  12. L'image de la fin donnerait presque à croire qu'il y a une ivresse des poussés.

    RépondreSupprimer
  13. Ressaisissez-vous, mon vieux. Le pire n'est jamais sûr, et le désespoir, en politique (comme disait l'autre, un vrai réactionnaire, lui), est une sottise absolue. Voyez Zemmour, qui envisage la possibilité d'un retour au bled de millions de nos amis. Je ne dis pas que c'est probable, je dis comme lui que c'est possible, que tout peut arriver à la faveur d'événements que nous n'arrivons pas à prévoir. Après tout, une vraie guerre civile, dans les cinquante ans à venir, n'est pas du tout exclue. En attendant il reste des lieux préservés, en France, dans l'ouest surtout, et quelques coins de campagne bien profonde. Cela dit cela ne durera pas : Paris nous envoie déjà quelques estafettes en guise d'apéritif. C'est quand même mieux que Roubaix.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Selon le principe de Murphy, le pire est toujours certain.

      Supprimer
    2. Marco, je vous suis dans cet espoir. Je vis dans une région où la chouannerie a duré jusqu'en 1799 et je ne pense pas qu'en un peu plus de deux siècles elle soit devenue plus perméable aux élucubrations modernistes. C'est de la France profonde que viendra le salut ainsi que de ceux qui ne baissent pas les bras.

      Supprimer
  14. Allez en Macédoine ( Macédonie, si vous parlez le Hollandais), où le mariage est devenu constitutionnellement "l'union exclusive entre un homme et une femme" !

    Pythagore

    RépondreSupprimer
  15. Bon, bon, toutes mes excuses aux jeunes gens qui n'auront pas la chance de mourir bientôt ! Un coup de mou vespéral, ça peut arriver à tout le monde, non ?

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je ne veux pas désespérer la crèche…

      Supprimer
    2. Mais si, justement, il faut désespérer Billancourt !

      Supprimer
  16. Je crois que le seul travail de "salut" qu'il reste à faire est de donner quelques clés de compréhension aux générations qui nous suivent; c'est ce que vous faites, vous et d'autres et c'est tout ce qui importe. Ces jeunes générations les utiliseront peut-être - ou pas. Je suis assez optimiste pour ma part, l'Esprit souffle vraiment dans des lieux improbables.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Mais vous, avec tous vos enfants, vous êtes en quelque sorte condamnée à l'optimisme…

      Supprimer
    2. Très cher Didier, oui bien sûr, je suis "condamnée à l'optimisme" mais je crois que c'est parce que je suis aidée par des forces qui me dépassent...http://oralaboraetlege.blogspot.fr/2015/01/de-la-lecture.html

      Supprimer
  17. Enfin, il se précipita du haut de la falaise et exécuta un magnifique saut de l'ange juste avant de s'écraser sur les rochers. Les badauds perplexes se regardèrent et s'interrogèrent les uns les autres: " Un ange...c'est de quel sexe déjà?".

    Le Page.

    RépondreSupprimer
  18. On leur donne le statut de victimes et on fait profil bas parce que la civilisation occidentale est tellement supérieure dans tous les domaines qu'on en est un peu gêné.
    Et puis France Inter a réussi sa propagande qui a fait de nous des affreux responsables des malheurs des gentils immigrés.
    Mais ne trouvez-vous pas que les sensibilités évolues?

    RépondreSupprimer
  19. Alors, tant qu'à faire, essayez de trouver un pays où il n'y a pas non plus de pauvres. Je ne parle pas des pauvres au sens de miséreux, mais des pauvres qui collent leurs mômes devant ce qu'il y a de plus débile à la télé dès la naissance, des pauvres qui achètent des écrans plats avec l'argent des allocations scolaires, des pauvres à qui l'on donne à 20 ans un bac pro alors qu'ils savent à peine déchiffrer un texte aux phrases courtes, des pauvres qui tunnent leurs voitures, des pauvres qui se battent au match de foot, de vieux pauvres qui, après une vie de boulot, se paient des voyages organisés de pauvres avec un chanteur pour pauvres qui animera leur croisière sur un paquebot pour troupeau de retraités, des voyantes, des astrologues, de la télé réalité, bref...
    Il vous faudrait un pays de maintenant avec des pauvres d'autrefois, quoi.

    RépondreSupprimer
  20. Je fais partie des jeunes, et en fait faut que la génération de 68 crève et laisse les responsabilités aux jeunes qui se sont confrontés aux hordes que vous décrivez et qui savent comment traiter le problème et pas à coups de transferts sociaux et ambassadeurs de la laicité...mais à coups de matraques. Quiconque a joué au foot en club en région parisienne est conscient des réalités que les Asko et autres ne veulent pas voir...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui, enfin, il faudrait savoir ce que l'on appelle la génération 68 ; s'il s'agit de ceux qui ont joué un rôle actif lors des événements, il en reste très peu "aux affaires". Valls et Askolovitch avaient six ans en 68, Macron n'était pas né ; il ne m'a pas semblé par ailleurs que dans les manifs où les racailles se sont montrées particulièrement virulentes (caillassages, vols de portables ou de blousons), la réaction des jeunes "bolos" ait été particulièrement énergique...

      Supprimer
    2. Ce qui commence sérieusement à me gonfler, moi, c'est l'incroyable arrogance de ces jeunes de droite qui ont trouvé un bouc émissaire facile à désigner, à qui ils peuvent tout mettre sur le dos, et qui s'imaginent qu'il suffit de se débarrasser de "Mai 68" pour que le salut vienne ! Mes pauvres cocos, mais vous êtes exactement comme nous, vous êtes là à attendre le Grand Soir, le Sauveur (la Sauveuse, plutôt). Vous êtes exactement comme ceux que vous détestez.

      Supprimer
    3. Ce n'est pas de l'arrogance, mais de l'ignorance (je crois). Il me semble que les gens de notre âge devraient pouvoir parler de "68" ; parce qu'on était trop jeune pour en être, et qu'on en a tout reçu, tout assumé, etc. Nous sommes de la génération Houellebecq, de ce point de vue.

      Sinon, vous avez raison : je connais des gens de 40 ou 45 ans ans pour qui tous leurs échecs personnels sont la faute des "baby boomers". Mais on ne changera jamais rien à ça. Les humains sont de pauvres gens.

      Supprimer
    4. L'ignorance n'a jamais empêché l'arrogance.

      Supprimer
    5. Rien de plus logique que l'on en veuille aux baby boomers On parle de trente glorieuses puis des trente piteuses Donc facile de leur foutre tous les blèmes sur le dos D'autant plus que ces baby-boomers sont très nombreux et ont fait peu de gosses (merci les 200 000 avortements par an, je vais encore me faire traiter de catho intégriste par des rene paul henry et autre elooody) donc ils nous laissent avec leurs retraites pharaoniques a payer, une économie en berne et des barbares juste sous nos fenetres Je ne leur dit pas merci

      Supprimer
  21. Allons, pour désintégrer une nation nul besoin d'un "fleuve arabe ou d'un tsunami africain",
    il suffit d'opposer une partie des habitants contre l'autre et le résultat sera le même ... en plus rapide,
    cela concernant la partie de la nation appelée "citoyens",

    quant à la disparition de l'Etat (autre partie de la Nation), il faut passer par l'Europe des régions.
    La mécanique semble en marche.

    Dans le fond, l'Irak et la Lybie sont des exemples significatifs de désintégration par l'intérieur et l'extérieur.

    hélène

    RépondreSupprimer
  22. Juste un copier/coller..
    "Quelle sera la société nouvelle ? Je l'ignore. Ses lois me sont inconnues ; je ne la comprends pas plus
    que les anciens ne comprenaient la société sans esclaves produite par le christianisme. Comment les fortunes
    se nivelleront−elles, comment le salaire se balancera−t−il avec le travail, comment la femme
    parviendra−t−elle à l'émancipation légale ? Je n'en sais rien. Jusqu'à présent la société a procédé par
    agrégation et par famille; quel aspect offrira−t−elle lorsqu'elle ne sera plus qu'individuelle, ainsi qu'elle tend à le devenir ainsi qu'on la voit déjà se former aux Etats−Unis ? Vraisemblablement l'espèce humaine s'agrandira, mais il est à craindre que l'homme ne diminue, que quelques facultés éminentes du génie ne se perdent, que l'imagination, la poésie, les arts, ne meurent dans les trous d'une société−ruche où chaque
    individu ne sera plus qu'une abeille, une roue dans une machine, un atome dans la matière organisée. Si la
    religion chrétienne s'éteignait, on arriverait par la liberté à la pétrification sociale où la Chine est arrivée par
    l'esclavage.
    La société moderne a mis dix siècles à se composer ; maintenant elle se décompose. Les générations du
    moyen−âge étaient vigoureuses, parce qu'elles étaient dans la progression ascendante ; nous, nous sommes
    débiles, parce que nous sommes dans la progression descendante. Ce monde décroissant ne reprendra de
    force que quand il aura atteint le dernier degré ; alors il commencera à remonter vers une nouvelle vie. Je
    vois bien une population qui s'agite, qui proclame sa puissance, qui s'écrie : " Je veux ! je serai ! à moi
    l'avenir ! je découvre l'univers ! on n'avait rien vu avant moi ; le monde m'attendait ; je suis incomparable.
    Mes pères étaient des enfants et des idiots. "

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Quand on fait une citation, on essaie de dire de qui…

      Supprimer
    2. Oui, mais paulrenetruc il fait pas de citations, il fait "juste un copier-coller" !

      Supprimer
    3. Tout de même , il n'aurait pas été inutile de préciser que c'est un texte de Chateaubriand :

      http://lafautearousseau.hautetfort.com/album/ecrivains-royalistes-i-chateaubriand/141906657.html

      Supprimer
    4. Ça n'aurait pas été inutile en effet.

      Supprimer
    5. Oui, c'est de Chateaubriand. Il annonçait déjà le chaos....

      Supprimer
  23. "les Byzantins discutaient, dit-on, du sexe des anges, nous discourons du mariage homosexuel et des acquis sociaux"

    Tout simplement parfait.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Pas d'accord. C'est le seul passage que je trouve un peu faible, si je puis me permettre.

      Supprimer
    2. Moi, j'ai des passages faibles ?!?!?

      (À déclamer sur le même ton que Carette, dans La Règle du jeu de Renoir, s'exclamant : « Moi, j'ai pas d'vieille mère ? »)

      Supprimer
    3. Permettez George, permettez... il n'empêche vous avez tort.

      Supprimer
    4. Comment M. Georges de La Fuly pourrait-il avoir tort ?

      Supprimer
    5. Ce monde est plein de surprise.

      Supprimer
  24. Nous sommes ces générations malheureuses? Que nenni! Au contraire, nous appartenons, pourvu que nous approchions ou mieux que nous ayons dépassé les soixante-dix ans, aux dernières générations heureuses. Ce n'est que pour ceux qui nous suivent que nous nous pouvons nous inquiéter.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. On appartient aux générations heureuses, à condition de demeurer soigneusement aveugle à ce qui vient.

      Supprimer
    2. Je ne crois ni aux générations heureuses ni aux malheureuses.

      Supprimer
  25. Où déménager ? Essayez le Nigéria... A la fin du siècle ce pays sera plus peuplé que l'ensemble de l'Europe.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Dans30 ans, la France sera plus peuplée que l' Allemagne et que la Russie .

      Supprimer
    2. La question est de savoir de quoi elle sera peuplée.

      Supprimer
    3. Didier,

      Vous envoyer au Nigeria, pays de Boko Haram, est une expérience scientifique dont le sadisme intrinsèque - non conforme à la déontologie médicale la plus élémentaire - me plait.

      Mais, pour le prix d'un pass navigo, d'un montant très compétitif de 70 euros, on peut atteindre le même objectif dans le 93.

      Il faut tout de même songer à l'aspect économique de la chose. Inutile que vous laissiez votre compte d'épargne dans l'aventure, alors que vous venez d'abandonner votre réactionnariat, perte intime qu'aucune compensation ne peut combler.

      Sinon, avez songé à demander à Renaud Camus d'ouvrir des chambres d'hôtes en son château de Plieux, vieille forteresse gasconne? Vous pourriez trouver dans le séjour paisible qu'offre ses anciennes murailles le repos qu'un vieux guerrier tel que vous convoite. Mais il faut aimer l'art contemporain...

      Et les rencontres culturelles avec les zouaves locaux....

      Mauvaise idée. Oubliez.

      Supprimer
    4. Ayant passé tout un mois à Plieux, je puis vous assurer qu'il n'y a pas moyen d'y ouvrir des chambres d'hôtes.

      Supprimer
    5. Si cette forteresse est dépourvue d'oubliettes, cela se comprend.

      Enfin bon. Même si ma parole vous est de peu de poids, je tiens quand même à vous faire part de mon regret de vous voir abandonner votre réactionnariat, comme une arme qu'on remet au râtelier, après démontage réglementaire et nettoyage en règle.

      J'ose à peine vous dire Inch Allah, tant pour moi la volonté de l'homme est souveraine, mais j'en profite pour vous glisser une suggestion: le Japon.

      Côté tsunami, vous serez servi, mais une chose est sûre: l'archipel du soleil levant n'en endure aucun qui vienne d'Afrique ( la tectonique des plaques est formelle: c'est la plaque Pacifique qui fout le bordel).

      Et si vous aimez une vie à la fois simple et sophistiquée, quoique coûteuse, c'est le pays rêvé. je projette moi-même d'y terminer mes jours en compagnie d'un robot domestique qui m'apprendra le twist. Et le whisky y est excellent, comme la viande de bœuf et le poisson.

      Et c'est un pays où même les singes prennent des bains. J'ignore pourquoi, mais ça me fascine.

      Supprimer
    6. ah oui bonne idée. En plus mon filleul, marié à une charmante japonaise, vit à Tokyo. Il sera là lundi, je lui demande s'il existe le "regroupement familial".

      Supprimer
  26. Et oui, ça nous fait bizarre, à nous les judéo-chrétiens – moi, blondasse blanche aux yeux clairs en tête –, de voir que toutes les civilisations ne vont pas s’écrouler en même temps, et notamment la culture musulmane a l’air d’être sur un premier temps quand nous sommes dans les dernières notes de la partition. Après les avoir méprisés dominés humiliés et être nés convaincus de notre supériorité – quitte à se sentir un peu coupables, du coup, mais tellement supérieurs –, oui ça nous fait bizarre de comprendre que nous ne ferons pas partie des forces qui comptent, demain. Ce n’est pas inintéressant mais c’est étrange à vivre, le crépuscule d’une civilisation.

    Virginie Despentes, sur les Inrocks.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Elle a la mémoire sélective, la p'tite mère : les musulmans, avant d'être dominés, ont commencé par être des conquérants, des occupants, des oppresseurs.

      Et puis, penser que l'islam en est à ses débuts, à sa phase ascendante, alors que nous assistons probablement aux soubresauts de son agonie, c'est vraiment ne rien comprendre à rien.

      Supprimer
    2. Et puis citer Virgine despents devrait automatiquement mené à la chambre capitonnée....

      Supprimer
    3. Pardonnez-moi, Didier, mais comment savez-vous que « nous assistons probablement aux soubresauts de [l']agonie [de l'islam] » ? J'aimerais bien savoir comment font ceux qui sont sûrs de leur fait, en affirmant cela, ou le contraire, d'ailleurs.

      Supprimer
    4. Je ne le sais pas, mais cela me semble plausible, notamment parce que j'ai attentivement lu Muray, qui semblait persuadé que le musulman, même enragé, ne saurait pas résister à la puissance dissolvante de Festivus festivus (c'est le sens, je crois, du trop souvent cité "nous vaincrons parce que nous sommes les plus morts").

      Et puis, songez, après les coups terribles qui lui furent portés au XVIIIe siècle, à l'impression de toute-puissance, de fantastique renouveau qu'a dû donner le catholicisme aux Français du XIXe siècle : là encore, la suite l'a montré, ce n'était que le soubresaut, la ruade, de la bête qui vient d'être blessée à mort.

      Bien entendu, il est tout à fait possible que je me fourre le doigt dans l'œil très profondément.

      Supprimer
    5. Merci Skandal !
      Je la cite parce que ce paragraphe-là fait écho au texte de Didier. Elle parle du crépuscule d'une civilisation -la nôtre- et de forces qui compteront demain
      C'est ce qu'espèrent, depuis quelques années, les militants islamistes ou islamocompatibles (enfin, disons pour la charia, pour ne pas faire d'amalgame avec les islamistes égorgeurs ou terroristes) en France. Quand on fréquente beaucoup le Net, peut-être surévalue-t-on leur influence. Les attentats leur ont flanqué un sacré coup dans les mollets.

      Supprimer
    6. "Ce n’est pas inintéressant mais c’est étrange à vivre, le crépuscule d’une civilisation."

      Avec "Baise-moi", "Les Chiennes savantes" ou "Apocalypse bébé", on peut dire que l'on en a vu briller les derniers feux !

      Supprimer
  27. Vous savez qu'au Portugal, les retraités étrangers qui viennent s'y installer ( il faut y habiter 183 jours par an ) ne payent aucun impôt sur le revenu, à condition d'y toucher toutes leurs retraites ? Et ça marche très fort .

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. J'y ai déjà pensé ! D'autant que j'ai des liens avec la Portugal. De plus, beaucoup de Portugais parlent et comprennent le français.

      Supprimer
    2. Tiens , moi aussi, j'ai des liens très forts avec le Portugal, où j'ai passé ma jeunesse jusqu'au bac, où j'ai encore des copains (mais de mon âge, donc plus pour longtemps...), et je parle couramment le portugais ; et , après y avoir pensé, j'ai vite abandonné l'idée, parce qu'on ne dirige pas sa vie uniquement en fonction des impôts, je ne suis pas Depardieu ou Halliday ; j'ai toute ma vie ici, tous les gens que je fréquente, toutes les activités que j'ai encore, et la Cinémathèque juste en face de chez moi...Je ne vais pas passer mes journées à me dire " Je suis heureux, je ne paye pas d'impôts ! Je suis heureux, je ne paye pas d'impôts !"

      Supprimer
    3. Ça va de soi ; d'autant que mes liens à moi sont nettement plus lâches que les vôtres.

      Supprimer
  28. Le Bas-Empire a eu Sidoine Apollinaire, l'Occident terminal a Didier Goux. Voici ce qu'on trouve à son sujet sur wikipedia: "Son engagement politique l’oriente principalement vers la préservation de la culture latine (précisément des belles lettres et de la poésie). Souvent donné en exemple comme archétype de l’auteur « barbarophobe » et réactionnaire"
    J'espère que l'hôte de ce blog ne m'en voudra pas de ce parallèle
    Durtal (Belgique)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je ne vous en veux nullement, mais j'ai peur que le costume ne soit un peu grand pour moi…

      Supprimer
    2. Voyez-y sinon un modèle littéraire, du moins un frère en douleur...

      Durtal (Belgique)

      Supprimer
  29. Comme d'habitude, vous n'en dites pas assez. "Ils" seront les vainqueurs, dites vous, mais de quelle bataille ? L'Europe va disparaître, or elle vient juste de naître, que voulez vous dire au juste ?

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Si nous en sommes à confondre l'Europe avec l'Union européenne, je sens que la discussion va tourner court.

      Pour le reste, envisager qu'il y aura "bataille" (sous quelle forme ? Je ne suis pas devin, navré…), compte tenu de notre état de déréliction, c'est déjà l'hypothèse optimiste.

      Supprimer
  30. "où aller ? Où déménager pour éviter les fleuves arabes, les tsunamis africains ?"

    Dans l'Ouest Parisien en général (Neuilly, Levallois, La Garenne Colombes, les VIII, IX, XVI et XVII arrondissement) vous devriez être tranquille parce qu'il va se passer pas mal de temps avant que les "fleuves arabes, les tsunamis africain" puissent se payer des logements dans ces coins là...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Vous plaisantez ! Je travaille juste à côté du lycée de Levallois : je vois très bien ce qui y entre et qui en sort ; croyez-moi, "y a pas que d'la France profonde, là-d'dans"…

      Supprimer
    2. Ai-je dit qu'il n'y avait que des "babtou" à Levallois ? Je ne crois pas... Et puis à la sortie d'un lycée c'est une concentration que vous voyez.

      Habitant une commune voisine de Levallois, ayant passer toutes ma vie entre Levallois/Neuilly/Courbevoie/La Garenne Colombes/Asnières etc... Je sais quand même qu'il y a nettement moins de "fleuves arabes, les tsunamis africain" qu'a Gennevilliers ou Barbes.

      Et il va y en avoir de moins en moins avec l'envolé des prix de l'immobilier. Il suffit de regarder comment se transforme le Levallois proche de Clichy et de la Seine ou celui du coté du So-Ouest. Même à Nanterre la population s’éclaircit !

      En revanche, dans les villes plus périphériques (Gennevilliers, Les Mureaux, etc...) la oui, ça s'assombrit... Et je ne parle pas de Marseille qui commence à sérieusement déteindre sur Aix-en-Provence ou Toulouse qui risque de devoir changer de spécialité et passer du cassoulet aux tagines...

      Supprimer
    3. parce qu'il va se passer pas mal de temps avant que les "fleuves arabes, les tsunamis africain" puissent se payer des logements dans ces coins là...
      On croit rêver… Que faites-vous des milliers de logements dits "sociaux" parisiens prioritairement attribués aux nouveaux-venus-d'ailleurs, y compris dans le 16e (vous voulez des exemples ?)? REGARDEZ avant de parler ! Ouvrez vos yeux, promenez-vous, enquêtez, étudiez le terrain ! Croyez-vous vraiment qu'on peut espérer être tranquille à Paris comme au 20e siècle ?

      Supprimer
    4. D'accord avec Petula. Ce sera tout pour ce soir : Catherine m'attend devant la télé…

      Supprimer
    5. Petula, je pourrais vous retourner la réflexion, visiblement vous ne connaissez absolument rien à l'attribution des logements sociaux dans les quartiers chics. En plus vous dites une énormes conneries, il n'y a pas "des milliers" de logements sociaux dans le 16ème sinon cet arrondissement ne serait pas systématiquement "stigmatisé" par la gauche pour son manque de mixité sociale.

      Je vous donne les chiffres à fin 2012 (qui n'ont depuis pas évolué sensiblement). 8ème arrondissent 508 logements sociaux soit 2.4%. 17ème arrondissement 9867 soit 11% (je le reconnais, le nord du 17ème, proche du 18ème est nettement plus cosmopolite) 16ème arrondissent 3091 soit 3.7%.

      Faut être sacrément de mauvaise foi pour parler d'invasion quand même... 3000 logements sociaux dans le 16ème dont la très grande majorité ne sont pas habités par des noirs et des arabes.

      Je m'attends évidemment à ce que vous me disiez qu'effectivement; 3000 c'est "des milliers". La réalité c'est que vous n’aviez absolument aucune idée du nombre de logements sociaux dans le 16ème et que vous avez écrit "des milliers" pour bien resté dans le flou...

      Les rares (je dis rare, pas inexistant) logements "sociaux" du 16ème, du 8ème ou du 17ème arrondissements sont rarement (je dis rarement, pas jamais) occupés par des arabes ou des noirs fraichement immigrés mais nettement plus par des gens de la classe moyenne supérieure (voir plus) qui ont la "chance" de connaitre la bonne personne dans l'entourage du maire de ces arrondissements qui sont, vous l'aurez peut être remarqué, rarement à gauche...

      A Neuilly c'est encore plus flagrant.

      Deux exemples concrets que je connais personnellement : Rue de Washington dans le 8ème il y a de nombreux "logements sociaux", attribués nettement plus à la tête du client qu'à ses revenues et les noirs et les arabes représentent moins de 5% des locataires.
      A Neuilly, avenue du Roule, à cote du café "Le Marly" il y a un énorme immeuble HLM relativement récent qui est appelé "le HLM des millionnaire". Les noirs et les arabes y représentent moins de 5% des locataires et il est fortement conseiller d'être un ami de Sarko pour pouvoir prétendre y habiter.

      Alors je vous l'accorde, deux exemples ne font pas une vérité, néanmoins je vous invite à aller vous promener dans les rue des 17eme, 16eme et 8eme arrondissements (évitez les Champs Élysée quand même) et si vous avez encore l'audace d'affirmer que ces rue sont envahis de noirs et d'arabes il vous faut consulter d'urgence un psychiatre.

      Petite rectification, dans ces quartiers il y a effectivement beaucoup d'arabes et de noirs mais ceux si roulent en Ferrari ou en Bentley et je prend le risque de penser que ce n'est pas à eux que vous faites référence, non ?

      Autres choses, vous pensez que les noirs et les arabes ont envie d'habiter dans le 16ème ? La ou il n'y a ni mosquée, ni boucherie hallal, ni boubou sur les marché ?
      Les immigrés n'ont aucune envie de s'installer dans ces arrondissements, ils préfèrent habiter la ou ils sont "bienvenu" c'est à dire au nord et à l'est de Paris.

      Supprimer
    6. "Croyez-vous vraiment qu'on peut espérer être tranquille à Paris comme au 20e siècle ?"

      Non, mais de là à parler de "fleuves arabes, les tsunamis africain" il y a de la marge...

      Supprimer
    7. Un autre contre exemple Petula : Des coins comme Montreuil, Saint-Ouen, Nanterre se gentrifient à vitesse grand V.

      Supprimer
    8. " "Faut être sacrément de mauvaise foi pour parler d'invasion quand même... 3000 logements sociaux dans le 16ème dont la très grande majorité ne sont pas habités par des noirs et des arabes.""
      1°- C'est VOUS qui écrivez "invasion", pas moi mais cela m'arrange.
      Je ne dis pas de conneries, non. Je vis dans un immeuble social dans le 16e face à l'ORTF.
      C'est la mairie de Paris qui choisit en premier l'attribution des appartements, la mairie d'arrondissement (de droite) ayant peu de moyens pour contrer ce phénomène de préférence étrangère.
      Quant aux boucheries spécialisées rituelles, ne vous inquiétez pas pour ce genre de commerce, il existe toujours une floppée de baux commerciaux dans les nouveaux immeubles.
      Je n'ai pas le temps de discuter à fond ici mais sachez que moi, je ne cherche pas à minimiser les effets désastreux et sinstre du vivrensemble forcé depuis trente ans.

      Supprimer
    9. Je connais très bien le quartier... C'est vraiment le ghetto....

      Supprimer
    10. quand j'étais mome, je vivais en banlieue parisienne (épinay sous sénart pour ne pas la nommer) A l'époque, on était une majorité de "blancos" dans ma classe et dans mon école Je suis retourné dans ma ville d'origine en 2011, (parti en 1991 quand ça commençait a chauffer grave) comme je le soupçonnait, on aurait dit bamako

      Supprimer
  31. La confusion vient du fait que vous êtes incapable de développer ou de préciser votre pensée.
    De quelle Europe parlez vous ?
    Ensuite, se battre, contre qui ? pour quelle nation ? pour quelles valeurs ? avec quelles armes ?
    Vous restez dans le flou, posture bien pratique pour être applaudi sans risque de se tromper.
    Cela me rappelle Criticus et le lancement très vite avorté d'Occidentalis, lui avait au moins eu le courage de préciser sa pensée, ce qui finalement est aussi la seule manière de la confronter aux critiques.

    RépondreSupprimer
  32. Réponses
    1. Ben quoi, Saramago ? On ne va pas non plus aller se faire tartir chez les Portos, sous prétexte qu'ils ont réussi à avoir un prix Nobel, bon sang !

      Supprimer
    2. On a bien Sully Prudhomme, nous !

      Supprimer
    3. Et alors, c'est très bien Sully Prudhomme !

      Supprimer
    4. C'est comme les textes de Jean Ferrat : c'est bien parce qu'il y a la musique.

      Il faudrait que je vous retrouve ce que Léautaud dit de Prudhomme…

      Supprimer
    5. Ah non, il y a vraiment de très belles choses dans les poèmes de Sully Prudhomme, indépendamment de la musique. Tenez, celui-ci par exemple, "Le Dernier Adieu" :

      "Quand l’être cher vient d’expirer,
      On sent obscurément la perte,
      On ne peut pas encor pleurer :
      La mort présente déconcerte ;

      Et ni le lugubre drap noir,
      Ni le dies irae farouche,
      Ne donnent forme au désespoir :
      La stupeur clôt l’âme et la bouche.

      Incrédule à son propre deuil,
      On regarde au fond de la tombe,
      Sans rien comprendre à ce cercueil
      Sonnant sous la terre qui tombe.

      C’est aux premiers regards portés,
      En famille, autour de la table,
      Sur les sièges plus écartés,
      Que se fait l’adieu véritable."

      Supprimer
    6. Moui… Ce n'est pas encore avec celui-là que vous me convaincrez…

      Supprimer
    7. Ah, ben alors, si Léautaud a dit du mal de Prudhomme…

      Supprimer
    8. Léautaud a dit du mal de tout le monde, de toute façon.

      Néanmoins, il est tout de même le co-auteur d'une importante anthologie des poètes d'aujourd'hui (un aujourd'hui de 1900…), donc pas tout à fait le premier venu en la matière.

      Et puis quoi : je n'empêche personne d'aimer Sully Prudhomme !

      Supprimer
    9. Je crois bien que c'est le personnage de M. Brun qui cite un extrait du poème "Le Dernier Adieu" dans l'un des films de la trilogie de Pagnol en ajoutant : "C'est de Sully Prudhomme, un grand écrivain, un grand poète, qui est momentanément considéré comme un imbécile...".

      Supprimer
  33. Ce que vous faites est immoral. A la manière d'un condamné à mort qui aurait perdu toute foi en la vie, vous essayez de convaincre les vivants que la fin est proche. Mais enfin, si vous êtes si sûr de ce mal qui ronge la civilisation pourquoi n'êtes vous point capable de le nommer, d'en décrire les symptômes, l'évolution, les remèdes possibles afin que ce qui suivent tentent d'en réchapper ?

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. les symptômes?
      Individualisme, perte du sens collectif, repli sur soi, consumérisme outrancier, déculturation des jeunes, perte des repères, fin de la démocratie, fin de l'état, je m'en foutisme généralisé, gestion aberrante des fonds publics, système politique et politiciens à la dérive....etc, etc
      je ne fais que survoler sans entrer dans les détails....
      Intéressez vous aux thèses de Konrad Lorenz (prix Nobel) et vous comprendrez très vite...
      Quoi faire? rien. c'est mort, fallait se réveiller avant
      Matador

      Supprimer
  34. Pour remonter le moral de Christine et Didier

    http://www.dailymotion.com/video/xovzq_claude-nougaro-armstrong_music

    hélène

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. c'est qui cette Christine que je lui explose la tronche ?

      Supprimer
    2. Navré pour Hélène, mais ce genre de commentaire me fout les boules. Si il avait fallut attendre que les africains inventent la trompette pour avoir un Louis Armstrong, on attendrait toujours...
      Ras-le-bol du white-bashing.

      Supprimer
    3. ... Et en plus, Catherine que je ne connais pas est aussi drôle que son mécréant de mari.

      Pardon pour cette erreur stupide, Catherine. :-)

      Charlotte ... euh non, hélène

      Supprimer
    4. Jazzman, cette chanson ne parle pas précisément d'invention d'instruments de musique, mais plutôt d'expression à travers la musique.

      Après tout, chacun ses goûts et les vôtres ne sont pas remis en cause, rassurez vous.

      hélène

      Supprimer
    5. Il reste que, pour vouloir me remonter le moral avec du Nougaro, il faut vraiment mal me connaître !

      Supprimer
    6. "y'a pas d'soucis, hélène" (pourquoi h minuscule ?)

      Supprimer
    7. Oui, en effet, Nougaro, ça remonte le moral, c'est sûr !

      Supprimer
    8. "h" minuscule, parce que je fais l'effort du shift pour les autres, mais je me l'épargne pour moi, je sais c'est nul la paresse :°)

      Concernant Nougaro, évidement c'était une plaisanterie, il le dit lui même dans sa chanson :

      "Armstrong, je ne suis pas noir,
      Je suis blanc de peau
      Quand on veut chanter l'espoir,
      Quel manque de pot"

      Bon, je le ferai plus, je sors. hélène

      Supprimer
    9. Hélène, mon commentaire ne parle pas précisément d'invention d'instruments de musique non plus...
      Vous avez bien fait d'en remettre une couche, au cas où j'aurais pensé que vous faisiez semblant d'être conne.

      Supprimer
  35. Résistez bordel!
    On est assez nombreux pour résister à ces socialo progressistes.
    On ne tombera pas. L'heure de voir une mousquée en face de chez vous n'a pas encore sonné.

    Pour nombre d'entre nous vous êtes un phare, et un phare, ça résiste à la houle.


    Sincères amitiés.

    RépondreSupprimer
  36. Dieu, que votre agonie est longue ! C'est pénible.

    RépondreSupprimer
  37. Bonjour Monsieur Goux
    J'ai bien apprécié votre "Claude Askolovitch ; mais on pourrait en citer cent autres, de ces égorgés volontaires' parce que c'est une image vraiment puissante d'un certain état d'esprit qui règne chez nos "élites" autoproclamées.
    Mais il ne faut pas désespérer : parfois il faut des siècles pour secouer le matelas et faire tomber les puces qui s'y incrustaient...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. On peut citer Plenel et Caron aussi par exemple....

      Supprimer
  38. C'est au fond le meilleur effet du 11 janvier, ce désespoir des réacs, cette envie qu'ils ont désormais de faire "souche" ailleurs pour exploiter leur hantise de l'avenir et leur haine de l'autre!

    Emmanuel

    RépondreSupprimer
  39. On a fait le tour de la question, non ?

    RépondreSupprimer
  40. Didier à votre question : "Discussion apéritive avec Catherine : où aller ?", j'ai trouvé une réponse sur un forum : L'île de Sein, destination choisie par un internaute assommé par la déclaration faite ce jour par Manuel Valls à des lycéens : "Les jeunes Français doivent s'habituer à vivre durablement avec la menace d'attentats»,
    Moi, comme d'habitude, je dirais plutôt le Causse Méjean...
    Geneviève

    RépondreSupprimer
  41. Faut voir le coté farce de la tragédie, master Goux, et en rire pour éviter d'en pleurer.

    RépondreSupprimer
  42. Intéressant...
    Si je ne me trompe, la photo montre le Cap da Roca, le point le plus occidental du continent européen, qui se situe à quelques kilomètres au nord-ouest de Lisbonne "...là où la terre finit et la mer commence..." (Camões)

    RépondreSupprimer
  43. La photo suggère déjà un lieu vers où aller: le point le plus occidental du continent européen. De surcroit, si vous vous y installez comme résident temporaire, vous êtes exonéré d'impôts pendant dix ans... sauf les retraités de la fonction publique.
    Osez le Portugal!

    RépondreSupprimer
  44. M'sieur Goux, écrivain en bâtiment, si vous nous écriviez de belles histoires pour inspirer, édifier nos enfants?
    (nous = les quarantenaires, ou approchant, comme moi ayant des enfants encore petits à élever. il faudra hélas aussi leur apprendre les arts martiaux, le tir et autres activités nécessaires à la survie)

    Je crains qu'il ne faille un jour ou l'autre se battre, mais on ne peut en faire l'économie "parce que c'est bien plus beau lorsque c'est inutile" (peut-on d'ailleurs faire plus "Classiquement Français" que le Grand Siècle revisité par la plume d'un dramaturge du XIXème siècle?)

    Popeye

    RépondreSupprimer
  45. Ne désespérez pas ! Nous pouvons (et devons) encore travailler à construite les Etats-Unis d'Europe !

    RépondreSupprimer
  46. Personnellement, je crois que le Messie est très très proche.
    Deux évènements m'y font penser :
    1/ la guerre qui débute entre l'Arabie et l'Iran (pour l'instant, ils se livrent une guerre indirecte au Yemen)
    2/ la capacité qu'aura bientôt l'Iran de se doter de l'arme nucléaire

    Ces deux éléments mis bout à bout rendent compréhensible un midrach couché par écrit au moyen-âge, le Yalkout shimoni commentant le livre d'Isaïe, chapitre 60. (en V.O. ici : http://www.tsel.org/torah/yalkutsh/yishayahu.html#A1596 )

    Je ne le traduirai pas mais en gros cela se résume ainsi :
    - conflit entre le souverain d'Arabie et celui de Perse
    - médiation quelque part dans un pays tiers qui échoue
    - l'Iran détruit alors le monde (le texte ne dit pas que l'Iran détruit l'Arabie ou Israël ou l'Amérique, mais le monde).

    Ce scénario d'apocalypse n'a de sens qu'avec un Iran nucléaire.

    Donc, courage, le pire est à venir, et aussi le meilleur !!!

    (quant au fait que le midrash indique un scénario de futur possible, parmi d'autres ou les évènements tels qu'ils auront lieu infailliblement, je ne saurais le dire).

    Emmanuel

    RépondreSupprimer
  47. J'ai oublié de préciser, dans le talkback précédent, que le midrash Yalkut Shimoni annonce la venue du Messie comme conclusion de ce scénario d'apocalypse. (Ouf, sinon cette histoire serait plutôt désespérante).

    Emmanuel

    RépondreSupprimer

Les commentaires anonymes seront systématiquement supprimés, quel que puisse être leur contenu, voire leur intérêt.