dimanche 4 janvier 2015

N'épousez jamais une femme infirme !


Sinon, c'est vous qui vous retrouverez un triste soir de janvier incarcéré dans la cuisine, obligé de confectionner vous-même la galette des rois, alors que vous aviez prévu d'aller écrire Paludes dans la Case. Et, en plus, comme votre inutile épouse n'a plus qu'une main, vous serez tout flou sur la photo. La galette aussi.


41 commentaires:

  1. N'empêche, tu l'as bien réussie.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Sans m'vanter, j'suis assez d'accord, on va dire…

      Supprimer
    2. Et ce n'est pas le bordel dans la cuisine, appétissante la galette .
      Le choix du liquide pour accompagner ??

      Supprimer
  2. vous ne pourrez pas vous plaindre qu'elle n'est pas bonne, la galette

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est le deuxième inconvénient de la chose, en effet.

      Supprimer
  3. Ma foi, vous semblez avoir relevé haut la main le défi de la galette ! (Vous auriez pu vous contenter d'aller à la boulangerie la plus proche)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Jamais de solutions de facilité, chez nous !

      Supprimer
  4. Voilà des propos scandaleux! Catherine n'a rien d'une infirme (= handicapée en permanence)! Elle a eu un problème à l'épaule qui va s'améliorer.
    "Inutile épouse"??? Je ne sais pas si elle appréciera votre humour.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Depuis 25 ans qu'elle l'endure, il faudrait qu'elle soit sévèrement maso !

      Supprimer
    2. Ah bon, vous me rassurez ! J'avais l'impression que Didier voulait nous préparer à l'idée que l'irremplaçable épouse n'était plus qu'une irréparable épouse.

      Supprimer
  5. Oh purée, la photo !!! Je kiffe grave, trop trop !

    RépondreSupprimer
  6. Quand-même, elle exagère l'Infirme ! Encore faire des œufs au plat ou des spaghettis à la sauce en boîte, d'accord, mais une galette des Rois ? C'est du sadisme, ça !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est une façon de mieux me tenir : pour les spaghettis ou les œufs, elle sait bien que je n'aurais pas eu besoin d'elle.

      Supprimer
    2. Mais Georges c'est amusant de faire de nouvelles recettes.

      Supprimer
  7. Ça me fait penser que j'en ai pas mangée, pourtant la mienne dispose encore de ses deux membres supérieurs.
    Vous avez une très bonne excuse pour écrire moins de billets.
    J'espère qu'elle sera remise pour la chandeleur.
    Félicitations et vœux de rétablissement.

    RépondreSupprimer
  8. Faire une galette des rois, ça fait quand un peu tafiole ! Un gros lascar viril comme vous, vous pencher sur des actions purement réservées aux vieilles, ça le fait pas, pépère ! Remettez vous ! La réacosphère vous attend !

    A part ça, ça va, ta grosse ?

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je ne suis pas grosse. Un peu de respect, je souffre bordel !

      Supprimer
    2. Mais je respect. "Grosse" est le terme argot pour dire "douce et délicate épouse".

      Supprimer
    3. De même que "cravate à chier" signifie : merveilleux ornement de col très Grand Siècle.

      Supprimer
  9. Ah ces photos qui nous trahissent ...
    ou comment une galette des rois dévoile un coeur tendre sous une plume intransigeante :-)

    Allez, continuez à poupougner Catherine, ça fait plaisir à voir, hélène

    RépondreSupprimer
  10. Quant à la reine vous n'aviez pas besoin de la chercher bien loin n'est-ce pas ?
    D'ailleurs aviez-vous glissé une fève dans votre pâtisserie ?

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Peut-être que Didier y a glissé un lardon au lieu d'une fève traditionnelle en porcelaine.

      Supprimer
    2. Non, on a oublié la fève. En un sens, heureusement, sinon Catherine m'aurait sans doute obligé à tresser une couronne de mes petits doigts gourds.

      Supprimer
  11. Frangipane, j espère, les autres je n aime pas.

    RépondreSupprimer
  12. Pauvre Catherine! Je la plains... dépêchez-vous de guérir Madame.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Elle était succulente, ma galette ! D'ailleurs, l en reste la moitié pour ce soir.

      (Ça commence à faire très blog-de-fille, ici…)

      Supprimer
  13. La photographie n'est si floue mais pourquoi avez vous gardé votre blouson "feldgrau" dans votre cuisine, il fait si froid dans votre belle province ?

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ce n'est pas un blouson, mais une authentique veste bretonne, achetée il y a trois ou quatre ans, dans une boutique des environs du Mont Saint-Michel, si j'ai bonne mémoire.

      Et ce n'est pas la Normandie qui refroidit, mais nous qui avançons en âge…

      Supprimer
  14. Belle prestation mais mauvais calcul, votre épouse bien-aimée risque de se complaire dans
    la tentation de se faire chouchouter, on vous aura prévenu.
    (elle aurait raison !)

    RépondreSupprimer
  15. Un homme qui cuisine ne peut être totalement mauvais....

    RépondreSupprimer
  16. "de mes petits doigts gourds"

    Oh ! C'est le premier "doigts gourds" de l'année ! Ne me bredouillez pas aussi (tout en triturant votre casquette) qu'ils étaient un peu boudinés !

    Courage, Catherine !

    RépondreSupprimer
  17. Votre galette a un fort bel aspect. Et vous dites qu'elle a bon Goux ?

    RépondreSupprimer
  18. j'en aurais répudié pour moins que ça !

    RépondreSupprimer

Les commentaires anonymes seront systématiquement supprimés, quel que puisse être leur contenu, voire leur intérêt.