mercredi 16 décembre 2020

Maquereau à la trace

 
Je m'étais préparé une boite de conserve dont je comptais faire mon déjeuner – Ce qu'effectivement fis. Mes yeux étant à sa hauteur, j'y lis cette affirmation triomphale, sonnant presque tel un défi lancé à la face de tout incrédule : Traçabilité garantie. J'ai bien sûr commencé par m'en réjouir en mon for, comme l'aurait fait à ma place tout citoyen éco-responsable. 

Mais, sitôt après ce premier mouvement d'adhésion enthousiaste, une question s'est mise à me tarauder sournoisement : qui donc pourrait bien avoir l'envie, le projet, la volonté de tracer un filet de maquereau au vin blanc et aux aromates ? Une sardine à l'huile d'olive vierge, encore, je ne dis pas : la sardine incite naturellement au traçage, tout comme l'anchois à l'esquisse, le hareng au premier crayon… mais un filet de maquereau ? Qui peut avoir non seulement cette lubie, mais en outre le besoin qu'on lui garantisse la chose possible ?

Encore une interrogation qui ira rejoindre beaucoup d'autres, dans le vaste entrepôt des questions sans réponse.

40 commentaires:

  1. pensaient-ils débusquer la morue en traçant le maquereau ?

    RépondreSupprimer
  2. Prenez la société de maquereaux à la lettre : exigez d'avoir toutes les informations de suivi, et pas seulement la date et le lieu de naissance, mais le pédigrée complet : nom et prénom des parents, dates et lieux de naissance sur trois générations (on peut supposer que le traçage n'a pas commencé au siècle dernier, tout de même) et j'en passe ! Les coordonnées du déclarant à l'Etat civil et une enquête de moralité seraient un plus mais je ne connais pas trop ce milieu et je ne sais pas si ça se fait.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je suis bien certain qu'il doit se trouver des maniaques pour faire tout ça !

      Supprimer
  3. Une boîte de sardines vous fait un repas ? Vous devez en faire des économies !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je ne connais pas les prix des aliments, mais je ne suis pas sûr que les poissons en boîtes (qui, en effet, sont l'ordinaire de mes déjeuners “sur le pouce”) soient si économiques que cela. Enfin, je n'en sais rien.

      Supprimer
  4. Régime maquereau-biotique?
    Bon appétit en tout cas!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Dans ma jeunesse alcoolisée, j'aurais plutôt été makro-nenbourg…

      Supprimer
  5. Attention, M.Goux: la 1ère phrase de votre billet indique que vous êtes en train de vous laisser influencer par le blog de M.Jégou, qui n'épargne pas à ses lecteurs la composition d'un seul plat de son si original déconfinement.

    RépondreSupprimer
  6. Halte douane !
    Maquereau pêché dans les eaux Françaises par de perfides albionais.
    Tracez, tracez !!!
    Hélène

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Depuis le Brexit, les maquereaux anglais évitent scrupuleusement nos eaux territoriales, me suis-je laissé dire.

      Supprimer

  7. Après le maquereau à la trace et la sardine à l'huile, voici, en complément bien sûr, le complexe de la truite :

    https://www.youtube.com/watch?v=YC9AXob4zGE

    RépondreSupprimer
  8. Et je suis sûr que le contenu de la boîte n'était pas bio !

    RépondreSupprimer
  9. Et le poids net de poisson ? Vous z'y avez regardé au poids net de ces andouilles de poissons hein ?

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est un sujet grave, mais que j'ai déjà abordé, je crois bien.

      Supprimer
    2. Je le sais fort bien, nous avions alors glosé quelque peu sur le sujet mais il s'agissait de sardines. S'pas pareil !

      Supprimer
    3. Eh bien, c'est pareil pour le maquereau !

      Supprimer
  10. Z'etes doué. Mais ce sera une autre affaire de pister le surimi.



    RépondreSupprimer
  11. "Je m'étais préparé...déjeuner" me plonge dans un abîme de perplexité et me fait entrevoir des gestes mystérieux, codés, une cérémonie noire au terme de laquelle la boîte ( pas la bite, ce ne serait pas correct, mon correcteur s'est pourtant jeté sur cette proposition ce qui en dit long sur l'occurrence des substantifs utilisés dans les messages...) aurait acquis un noble statut, loin de sa nature première

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Désolé de vous avoir perturbé à ce point, vraiment.

      Supprimer
  12. Eh bien, je vois que le maquereau, même non tracé, a cette vertu d'inspirer tout le monde…

    RépondreSupprimer
  13. Si vous avez encore un peu de temps à consacrer à cette trépidante enquête,j'aimerais vous lire faire le fact-checking de cette traçabilité. Qu'est ce qui nous garantit que le traçage est garanti ? Et comment doit procéder le consommateur qui voudrait effectivement connaître les chemins qu'empruntèrent les maqueraux, le vin blanc et les aromates jusqu'à l'assiette ? Car ils ne sont sans doute pas les mêmes.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui, il y a là un côté vertigineux qui finirait par effrayer, à l'instar du silence des espaces infinis.

      Supprimer
  14. Il n'empêche qu'Emmanuel Maquereau ayant été testé positif, j'espère qu'on pourra en faire un suivi efficace pour détecter tous les cas contacts.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ce serait bien la première fois qu'il serait positif quelque part, celui-là !

      Supprimer
    2. Voilà une répartie qui me met en joie !

      Supprimer
  15. Eh ! Attendez-moi!
    Bon d'accord ,"la sardine incite naturellement au traçage" mais " l'anchois incite à l'esquisse et le hareng au premier crayon"...
    Hum ! Là y'a anguille sous roche, non ?!?

    Bibi

    RépondreSupprimer
  16. Catherine n'est pas malade j'espère ? pace que son blog de cuisine laissait supposer de grands talets culinaires

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Non, non, elle va très bien ! Mais il y a déjà une poignée d'années que nous avons supprimé le déjeuner "institutionnel" et que chacun, sur les coups de midi, se fait son petit sandwich dans son coin de cuisine…

      Supprimer
    2. ahah, une anticipation des gestes barrière... la covid ne passera pas par vous !

      Supprimer
  17. 33 commentaires pour une boîte de maquereau.
    Et encore faut il que j'ajoute le mien.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui, je me demande pourquoi je continue à lire des livres et à tenter d'en rendre compte ici, puisqu'une boite de conserve suffit à me rapporter des succès d'audience bien supérieurs !

      Supprimer
    2. Ça me donne une idée : je vais faire un billet sur les problèmes organiques qui troublent le sommeil de l'homme de plus de 50 ans.
      Si avec ça je ne parviens pas aux cent commentaires de jadis...

      Supprimer
    3. Au boulot ! comme dirait Nicolas.

      (Mais qu'est-ce qui vous a pris, d'aller traîner dans les tréfonds de ce blog, tout soudain ?)

      Supprimer
    4. (Mais qu'est-ce qui vous a pris, d'aller traîner dans les tréfonds de ce blog, tout soudain ?)

      le libellé du billet, tout simplement...

      Supprimer
  18. "Je m'étais préparé une boite de conserve dont je comptais faire mon déjeuner" Z'avez la recette ? C'est compliqué à préparer ? Faut des compétences particulières en cuisinage ?

    RépondreSupprimer

La boutique est rouverte… mais les anonymes continueront d'en être impitoyablement expulsés, sans sommation ni motif.