jeudi 10 décembre 2020

Montaigne claquemuré


Ce matin, et avec plus de quatre siècles d'avance, excusez du peu, Michel de Montaigne me parlait de notre actuel claquemurage. Pour en dire ceci : « Encore vaudrait-il mieux souffrir un rhume que de perdre pour jamais, par désaccoutumance, le commerce de la vie commune, en action de si grand usage. » 

Un peu plus bas, filant son sujet, enfonçant le clou, remettant une couche, il prenait la peine de me citer quatre vers de Maximilien (mais de quel Maximilien se peut-il bien agir ? Ce que c'est que d'être inculte, tout de même !) :

On nous force à renoncer à nos habitude et,

Pour prolonger notre vie, à cesser de vivre…

Peut-on dire qu'ils vivent encore ceux à qui on rend

Insupportables l'air qu'ils respirent et la lumière qui les éclaire ?

Là-dessus, j'ai sauté en plein dans le siècle suivant, pour aller ratifier le traité de Nimègue au cul de Louis XIV : on n'est pas plus occupé que je le suis ces jours-ci.

 

25 commentaires:

  1. Vous voyez que quand vous voulez, vous pouvez écrire autre chose que des niaiseries sur des niaiseries !
    C'est Montaigne et Louis XIV qui vont être contents ! Ils sont morts ? Ah bon !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui, mais vous remarquerez que, quand je convoque les grands auteurs, ça n'intéresse rigoureusement personne !

      Supprimer
    2. Pourtant les passages cités sont d'une parfaite actualité...

      Supprimer
  2. «.. .’’ça n’intéresse rigoureusement personne ! »

    Personne peut-être, mais moi si.
    Quel signe d’en haut a pu vous diriger pile poil sur cet extrait si actuel ? Incroyable.

    Hélène

    ps : votre livre m’a quittée, emmené cet été par quelqu’un qui l’a trouvé très sympa à lire « en vacances ». J’aurais été bien minable de ne pas voule dire.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Pur hasard : il se trouve que l'extrait se trouvait dans l'essai que je lisais hier matin.

      Sinon, je suis ravi que mon pauvre livre soit sympa en vacances. D'où je déduis qu'il doit être rébarbatif en période d'activité…

      Supprimer
  3. Maximien l'Etrusque (pour ne pas le nommer) :
    "Cogimur a gratis animum suspendere rebus;
    Atque ut vivamus, vivere desinimus" disait-il ...

    RépondreSupprimer
  4. Merci pour ces passages. Doivent ils nous réconforter en nous disant qu'il n'y a rien de neuf sous le soleil ou alors nous inquiéter en nous montrant que Montaigne n'est plus très écouté?

    RépondreSupprimer
  5. Voici qui risque d'intéresser tout le monde !
    Ma curiosité aiguillonnée par Alix, je cherche ce que propose monsieur Google sur Maximilien l'Étrusque. Et je tombe sur cette "déploration de l'impuissance virile" que je relève donc pour vous et vos lecteurs :

    "...Ô queue zélée, ö queue prodigue de jours fastes
    Toi qui fus ma richesse et qui fis mes délices,
    Par quel torrent de pleurs déplorer ta déroute...."

    https://lionel-edouard-martin.net/tag/maximien-letrusque-maximianus-etruscus-deploration-de-limpuissance-virile/

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Mais est-ce LE Maximilien de Montaigne ? C'est toute la question…

      Supprimer
    2. Mais puisqu'on vous dit que c'est Maximien l'Etrusque et pas Maximilien.
      Suivez un peu, quand même !

      Supprimer
    3. Je suis désolé, mais la citation, chez Montaigne, est bel et bien attribuée à Maximilien.

      Supprimer
    4. Peut être "Chez Montaigne" devrait-il être écrit "Chez l'éditeur de Montaigne" ?

      Supprimer
    5. Mais quelle importance? L'art des fausses citations est imparable;comme beaucoup d'entre vous, je l'ai utilisé avec succès dans mes dissertations de français et de philo du bac : quel est le correcteur assez sûr de lui pour affirmer : "Non, Maximien l' Etrusque n'a jamais écrit ça !"

      Supprimer
  6. "le traité de Nimègue", LES traités ! Bordayl !
    Désolé de venir grogner ici, c'est juste que je me suis fait tirer l'oreille pas plus tard qu'il n'y a pas longtemps sur ce sujet et que ça me brûle encore.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Non, non, non : moi, je n'en ai signé qu'un ! Après, je suis passé à un autre livre et j'ai laissé les protagonistes se débrouiller sans moi pour les autres…

      Supprimer
  7. Moi perso, je fais feu de tout bois pour me distraire de la morosité ambiante : Montaigne claquemuré, les roses blanches...Tout me va !
    Là, c'est sur l'image du tombeau de Montaigne que je me suis focalisée et j'en ai appris de bien bonnes grâce à l'internet...
    Bibi

    RépondreSupprimer
  8. Le passage que vous citez m'a donné envie de profiter de ce dimanche pour relire quelques passages des essais, ce qui fait toujours le plus grand bien. Mais ou avez vous trouvé cette citation de Maximi(li)en?

    RépondreSupprimer
  9. "Pour le coup", vous deviez vous "focaliser", et ça a donné quoi ?
    Quant à moi, je ne sais pas si je me suis focalisée au bon endroit, mais il semblerait que des historiens sont impatients de découvrir si Montaigne avait des poux ou des morpions.
    J'espère que nous serons tenus au courant.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Il est des jours où je me demande pourquoi je continue à valider les commentaires…

      Supprimer
    2. Pour que nous puissions en profiter ?

      Supprimer

La boutique est rouverte… mais les anonymes continueront d'en être impitoyablement expulsés, sans sommation ni motif.